Global Trends : Les tendances mondiales 2040

7e éd. du rapport des tendances mondiales 2040 du National Intelligence Council

Global Trends

Global Trends évalue les principales tendances et incertitudes qui façonneront l’environnement stratégique des États-Unis au cours des deux prochaines décennies.

Cette analyse est présentée avec humilité, sachant que l’avenir se déroulera invariablement d’une manière qui n’aura pas été prévue. Bien que Global Trends soit nécessairement plus spéculatif que la plupart des évaluations du renseignement, ils s’appuient sur les principes fondamentaux de leur métier d’analyste : il envisagent des hypothèses alternatives et la façon dont ils pourraient se tromper ; et ils ne défendent pas de positions ou de préférences politiques. Global Trends reflète le point de vue du National Intelligence Council sur ces tendances futures ; il ne représente pas le point de vue officiel et coordonné de la US Intelligence Community ni la politique américaine.

Ce rapport se compose de trois sections générales.

Tout d’abord, il examine les forces structurelles dans quatre domaines essentiels : la démographie, l’environnement, l’économie et la technologie. La deuxième section examine comment ces forces structurelles interagissent et se croisent avec d’autres facteurs pour affecter les dynamiques émergentes à trois niveaux d’analyse : les individus et la société, les États et le système international. Enfin, la troisième section identifie plusieurs incertitudes clés et les utilise pour créer cinq scénarios futurs pour le monde en 2040. Ces scénarios n’ont pas vocation à être des prédictions mais à élargir l’éventail des possibilités, en explorant diverses combinaisons de la manière dont les forces structurelles, les dynamiques émergentes et les incertitudes clés pourraient se manifester.

LES FORCES STRUCTURELLES : DÉFINITION DES PARAMÈTRES

Les tendances en matière de démographie et de développement humain, d’environnement, d’économie et de technologie jettent les bases et construisent les limites de notre monde futur. Dans certaines régions, ces tendances s’intensifient, comme les changements climatiques, la concentration de la population dans les zones urbaines et l’émergence de nouvelles technologies.

Dans d’autres domaines, les tendances sont plus incertaines : les progrès en matière de développement humain et de croissance économique devraient ralentir, voire s’inverser dans certaines régions, mais un ensemble de facteurs pourrait modifier cette trajectoire. La convergence de ces tendances offrira des possibilités d’innovation, mais certaines communautés et certains États auront du mal à faire face et à s’adapter.

Même les progrès apparents, tels que les technologies nouvelles et avancées, perturberont la vie et les moyens de subsistance de nombreuses personnes, qui se sentiront en insécurité et devront s’adapter.

Les tendances les plus certaines au cours des 20 prochaines années seront des changements démographiques majeurs, la croissance de la population mondiale ralentissant et le monde vieillissant rapidement.

Certaines économies développées et émergentes, notamment en Europe et en Asie de l’Est, vieilliront plus rapidement et seront confrontées à une contraction de leur population, ce qui pèsera sur la croissance économique.

À l’inverse, certains pays en développement d’Amérique latine, d’Asie du Sud, du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord bénéficient d’une population en âge de travailler plus nombreuse, ce qui offre des possibilités de dividende démographique si cela s’accompagne d’améliorations des infrastructures et des compétences.

Le développement humain, notamment la santé, l’éducation et la prospérité des ménages, a connu des améliorations historiques dans toutes les régions au cours des dernières décennies. De nombreux pays auront du mal à tirer parti de ces réussites, voire à les pérenniser.

Les améliorations passées se sont concentrées sur les éléments fondamentaux que sont la santé, l’éducation et la réduction de la pauvreté, mais les prochains niveaux de développement sont plus difficiles et doivent faire face aux vents contraires de la pandémie de COVID-19, d’une croissance économique mondiale potentiellement plus lente, du vieillissement des populations et des effets des conflits et du climat.

Ces facteurs mettront les gouvernements au défi de fournir l’éducation et l’infrastructure nécessaires pour améliorer la productivité de leurs classes moyennes urbaines croissantes dans une économie du XXIe siècle. Alors que certains pays relèvent ces défis et que d’autres n’y parviennent pas, il est presque certain que l’évolution des tendances démographiques mondiales aggravera les disparités en termes d’opportunités économiques au sein des pays et entre eux au cours des deux prochaines décennies, tout en créant davantage de pressions et de conflits liés à la migration.

Dans le domaine de l’environnement, les effets physiques du changement climatique devraient s’intensifier au cours des deux prochaines décennies, en particulier dans les années 2030. Des tempêtes, des sécheresses et des inondations plus extrêmes, la fonte des glaciers et des calottes glaciaires et l’élévation du niveau des mers accompagneront la hausse des températures.

L’impact se fera sentir de manière disproportionnée sur le monde en développement et les régions les plus pauvres et se conjuguera avec la dégradation de l’environnement pour créer de nouvelles vulnérabilités et exacerber les risques existants pour la prospérité économique, l’alimentation, l’eau, la santé et la sécurité énergétique.

Les gouvernements, les sociétés et le secteur privé vont probablement développer les mesures d’adaptation et de résilience pour gérer les menaces existantes, mais il est peu probable que ces mesures soient réparties uniformément, laissant certaines populations à la traîne. Les débats se multiplieront sur la manière et la rapidité avec laquelle il convient d’atteindre le niveau zéro d’émissions de gaz à effet de serre.

Au cours des deux prochaines décennies, plusieurs tendances économiques mondiales, notamment l’augmentation de la dette nationale, un environnement commercial plus complexe et fragmenté, une réorientation des échanges et de nouvelles perturbations de l’emploi, sont susceptibles de façonner les conditions au sein et entre les États. De nombreux gouvernements risquent de voir leur marge de manœuvre réduite alors qu’ils doivent faire face à une dette plus lourde, à des règles commerciales diverses et à un éventail plus large de puissants acteurs étatiques et privés exerçant une influence.

Les grandes sociétés dotées de plates-formes – qui offrent des marchés en ligne à un grand nombre d’acheteurs et de vendeurs – pourraient favoriser la poursuite de la mondialisation des échanges et aider les petites entreprises à se développer et à accéder aux marchés internationaux. Ces entreprises puissantes sont susceptibles d’essayer d’exercer une influence dans les arènes politiques et sociales, ce qui pourraient amener les gouvernements à imposer de nouvelles restrictions.

Les économies asiatiques semblent prêtes à poursuivre des décennies de croissance au moins jusqu’en 2030, bien que cela puisse être plus lent. Il est peu probable qu’elles atteignent le produit intérieur brut (PIB) par habitant ou l’influence économique des économies avancées actuelles, notamment les États-Unis et l’Europe. La croissance de la productivité reste une variable clé ; une augmentation du taux de croissance pourrait atténuer de nombreux problèmes économiques, de développement humain et autres défis.

La technologie offrira la possibilité d’atténuer les problèmes, comme le changement climatique et les maladies, et de créer de nouveaux défis, comme la délocalisation des emplois. Les technologies sont inventées, utilisées, diffusées, puis abandonnées à une vitesse toujours plus grande dans le monde entier, et de nouveaux centres d’innovation apparaissent.

Au cours des deux prochaines décennies, le rythme et la portée des développements technologiques devraient s’accélérer encore, transformant toute une série d’expériences et de capacités humaines tout en créant de nouvelles tensions et perturbations au sein et entre les sociétés, les industries et les États. Des rivaux étatiques et non étatiques se disputeront le leadership et la domination dans le domaine de la science et de la technologie, avec des risques et des implications en cascade pour la sécurité économique, militaire et sociétale.

LA TECHNOLOGIE

Principaux points à retenir

Au cours des deux prochaines décennies, le rythme et l’impact des évolutions technologiques devraient s’accélérer, transformant et améliorant les expériences et les capacités humaines. Ces évolutions offriront la possibilité de relever des défis tels que le vieillissement, le changement climatique et la faible croissance de la productivité. De nouvelles tensions et perturbations vont se créer au sein et entre les sociétés, les industries les États.

Les prochaines décennies verront s’intensifier la concurrence mondiale pour les éléments essentiels de la suprématie technologique, tels que le talent, la connaissance et les marchés, ce qui pourrait donner naissance à de nouveaux leaders ou hégémonies technologiques.

La course à la domination technologique est inextricablement liée à l’évolution de la géopolitique et à la rivalité plus large entre les États-Unis et la Chine. Mais l’avantage technologique sera renforcé par les entreprises qui ont une vision à long terme, des ressources et une portée mondiale.

Les technologies et les applications dérivées seront disponibles pour une adoption rapide. Ce qui permettra aux pays en développement de tirer parti des dernières avancées fondamentales, de développer des applications mondiales dans des domaines de niche et de contribuer aux chaînes d’approvisionnement mondiales.

DYNAMIQUES ÉMERGENTES

Ces forces structurelles, ainsi que d’autres facteurs, se croiseront et interagiront au niveau des sociétés, des États et du système international, créant des opportunités et des défis pour les communautés, les institutions, les entreprises et les gouvernements.

Ces interactions sont également susceptibles de produire une contestation plus importante à tous les niveaux que celle observée depuis la fin de la guerre froide, reflétant des idéologies différentes ainsi que des points de vue contrastés sur la manière la plus efficace d’organiser la société et de relever les nouveaux défis.

Au sein des sociétés, on observe une fragmentation et une contestation croissantes des questions économiques, culturelles et politiques. Des décennies de gains constants en termes de prospérité et d’autres aspects du développement humain ont amélioré les conditions de vie dans toutes les régions et suscité l’espoir d’un avenir meilleur. Alors que ces tendances se stabilisent et se combinent à des changements sociaux et technologiques rapides, de larges pans de la population mondiale se méfient des institutions et des gouvernements qu’ils considèrent comme peu désireux ou incapables de répondre à leurs besoins.

Les manifestations, comme ici en Algérie, se sont multipliées dans le monde entier au cours de la dernière décennie, reflétant le mécontentement de la population sur toute une série de sujets tels que les inégalités, la répression politique, la corruption et le changement climatique. Credit: Amine M’Siouri / Pexels

Les gens se tournent vers des groupes familiers et partageant les mêmes idées pour assurer leur communauté et leur sécurité, notamment les identités ethniques, religieuses et culturelles, ainsi que les groupements autour d’intérêts et de causes, comme l’environnementalisme. La combinaison d’allégeances identitaires nouvelles et diverses et d’un environnement d’information plus cloisonné met en évidence et aggrave les lignes de fracture au sein des États, sape le nationalisme civique et accroît la volatilité.

Au niveau de l’État, les relations entre les sociétés et leurs gouvernements dans toutes les régions risquent de connaître des tensions persistantes en raison d’un décalage croissant entre les besoins et les attentes des populations et ce que les gouvernements peuvent et veulent offrir. Dans chaque région, les populations disposent de plus en plus d’outils, de capacités et d’incitations pour faire pression en faveur de leurs objectifs sociaux et politiques préférés et pour exiger davantage de leurs gouvernements afin de trouver des solutions.

Alors que les populations sont de plus en plus autonomes et exigent davantage, les gouvernements sont soumis à une pression accrue en raison de nouveaux défis et de ressources plus limitées. Ce fossé grandissant laisse présager une plus grande volatilité politique, une dégradation de la démocratie et un élargissement du rôle des autres prestataires de services de gouvernance. Avec le temps, cette dynamique pourrait ouvrir la porte à des changements plus importants dans la façon dont les gens gouvernent.

Dans le système international, il est probable qu’aucun État ne sera en mesure de dominer toutes les régions ou tous les domaines, et qu’un plus grand nombre d’acteurs se feront concurrence pour façonner le système international et atteindre des objectifs plus précis.

L’accélération de l’évolution de la puissance militaire, de la démographie, de la croissance économique, des conditions environnementales et de la technologie, ainsi que le durcissement des divisions sur les modèles de gouvernance, sont susceptibles de renforcer la concurrence entre la Chine et une coalition occidentale dirigée par les États-Unis.

Des puissances rivales vont se bousculer pour façonner les normes, les règles et les institutions mondiales, tandis que des puissances régionales et des acteurs non étatiques pourraient exercer une plus grande influence et prendre des initiatives sur des questions laissées en suspens par les grandes puissances. Ces interactions très variées sont susceptibles de produire un environnement géopolitique plus enclin aux conflits et plus volatil, de miner le multilatéralisme mondial et d’élargir l’inadéquation entre les défis transnationaux et les arrangements institutionnels pour les relever.

SCÉNARIOS ALTERNATIFS POUR 2040

Les réponses de l’homme à ces moteurs essentiels et à ces dynamiques émergentes détermineront la manière dont le monde évoluera au cours des deux prochaines décennies.

Parmi les nombreuses incertitudes qui planent sur l’avenir, le rapport a exploré trois questions clés concernant les conditions régnant dans des régions et des pays spécifiques et les choix politiques des populations et des dirigeants qui façonneront l’environnement mondial.

À partir de ces questions, le rapport a élaboré cinq scénarios pour des mondes alternatifs en 2040.

– Quelle est le degré de difficulté des défis mondiaux à venir ?
– Comment les États et les acteurs non étatiques s’engagent-ils dans le monde, y compris l’orientation et le type d’engagement ?
– Enfin, quelles sont les priorités des États pour l’avenir ?

Dans la Renaissance des démocraties, le monde est au cœur d’une résurgence de démocraties ouvertes menées par les États-Unis et leurs alliés. Les progrès technologiques rapides favorisés par les partenariats public-privé aux États-Unis et dans d’autres sociétés démocratiques transforment l’économie mondiale, augmentent les revenus et améliorent la qualité de vie de millions de personnes dans le monde. La marée montante de la croissance économique et des réalisations technologiques permet de répondre aux défis mondiaux, d’atténuer les divisions sociétales et de renouveler la confiance du public dans les institutions démocratiques. En revanche, des années de contrôles et de surveillance sociétales croissantes en Chine et en Russie ont étouffé l’innovation, alors que des scientifiques et des entrepreneurs de premier plan ont cherché asile aux États-Unis et en Europe.

Dans Un monde à la dérive, le système international est sans direction, chaotique et instable car les règles et les institutions internationales sont largement ignorées par les grandes puissances comme la Chine, les acteurs régionaux et les acteurs non étatiques. Les pays de l’OCDE sont en proie à une croissance économique plus lente, à des divisions sociétales croissantes et à une paralysie politique. La Chine profite des difficultés de l’Occident pour étendre son influence internationale, en particulier en Asie, mais Pékin n’a ni la volonté ni la puissance militaire nécessaires pour assumer le leadership mondial, laissant de nombreux défis mondiaux, tels que le changement climatique et l’instabilité dans les pays en développement, largement sans réponse.

Dans le cadre de la coexistence compétitive, les États-Unis et la Chine ont donné la priorité à la croissance économique et ont rétabli une relation commerciale solide, mais cette interdépendance économique existe parallèlement à la concurrence pour l’influence politique, les modèles de gouvernance, la domination technologique et l’avantage stratégique. Le risque de guerre majeure est faible, et la coopération internationale et l’innovation technologique rendent les problèmes mondiaux gérables à court terme pour les économies avancées, mais les défis climatiques à plus long terme demeurent.

Dans des silos séparés, le monde est fragmenté en plusieurs blocs économiques et de sécurité de taille et de force variables, centrés sur les États-Unis, la Chine, l’Union européenne (UE), la Russie et quelques puissances régionales ; ces blocs sont axés sur l’autosuffisance, la résilience et la défense. Les informations circulent dans des enclaves cyber-souveraines distinctes, les chaînes d’approvisionnement sont réorientées et le commerce international est perturbé. Les pays en développement vulnérables sont pris entre deux feux, certains étant sur le point de devenir des États en faillite. Les problèmes mondiaux, notamment le changement climatique, sont traités de façon sporadique, voire pas du tout.

Dans le cadre d’une tragédie et d’une mobilisation, une coalition mondiale, dirigée par l’UE et la Chine et travaillant avec des organisations non gouvernementales et des institutions multilatérales revitalisées, met en œuvre des changements de grande ampleur destinés à lutter contre le changement climatique, l’épuisement des ressources et la pauvreté à la suite d’une catastrophe alimentaire mondiale causée par les événements climatiques et la dégradation de l’environnement. Les pays les plus riches s’efforcent d’aider les pays les plus pauvres à gérer la crise, puis à passer à des économies à faible émission de carbone par le biais de vastes programmes d’aide et de transferts de technologies énergétiques avancées, en reconnaissant la rapidité avec laquelle ces défis mondiaux s’étendent au-delà des frontières.

⇒ Télécharger au format PDF Global Trends 2040 A More Contested World

Google a accès à des millions de données personnelles sur la santé des Américains

Google a signé un accord avec Ascension, le deuxième plus grand système hospitalier des États-Unis, pour collecter et analyser des millions de données personnelles sur la santé des Américains, selon le Wall Street Journal. Ascension opère dans 150 hôpitaux dans 21 états.

A terme, les données de tous les patients (dates de naissance, résultats de laboratoire, diagnostics et dossiers d’hospitalisation par exemple) pourraient être téléchargées dans les systèmes informatiques cloud de Google, afin d’utiliser l’intelligence artificielle pour scanner des dossiers électroniques ou diagnostiquer ou identifier des problèmes médicaux. Le projet, baptisé “Projet Nightingale”, a débuté en secret l’année dernière, rapporte le WSJ. Ni les patients ni les médecins n’ont été informés.

Un sujet délicat

Inévitablement, il y a des inquiétudes. L’entreprise a pris le contrôle de la division de la santé de son unité d’IA, DeepMind, en novembre 2018, et les gens de l’époque ont averti qu’elle pourrait ouvrir la voie à Google pour accéder aux données privées et identifiables sur la santé des gens. Les employés d’Ascension ont soulevé des préoccupations sur la façon dont les données seront recueillies et partagées, tant sur le plan technologique qu’éthique, selon les rapports du WSJ.

https://iatranshumanisme.com/transhumanisme/les-plus-grandes-acquisitions-de-google/

Un domaine compétitif

Amazon, Uber et Apple se présentent tous comme des acteurs du monde lucratif de la santé. Cependant, Ascension est le plus gros client du cloud computing de Google dans le domaine de la santé jusqu’à présent et cet accord les placera en tête du peloton.

Google Cloud, Ascension, BBC, Financial Times

Jacques Attali et “L’ordre cannibale”

03 nov. 1979 : Interview de Jacques Attali à l’occasion de la sortie de son livre “L’ordre cannibale” dans lequel il évoque l’évolution de l’homme et de la médecine. Il explique que progressivement l’homme pourra acheter des copies de lui même, des organes artificiels et des machines permettant de se soigner. Ainsi il estime que l’homme deviendra un objet de consommation pour l’homme lui même.

Présentation de l’éditeur

L’Ordre cannibale – Jacques Attali, Ed. : Grasset, 1979.

Où vont la médecine, la maladie, la santé ? La crise de nos sociétés ne plonge-t-elle pas ses racines les plus profondes en ce domaine où les attitudes et les conceptions risquent, d’ici la fin du siècle, de se trouver radicalement bouleversées ? Telle est la première interrogation à laquelle répond Jacques Attali dans cette économie politique du mal réalisée au terme de plusieurs années de réflexion et d’enquête, notamment aux USA, au Japon et partout en Europe.

Si la vie risque de devenir de plus en plus un bien économique, s’il est vrai que l’hôpital va se vider, que l’exercice de la médecine est en passe de céder le pas devant l’utilisation des prothèses, encore ne faut-il pas se borner à constater ces évolutions prévisibles, mais se demander : comment en est-on arrivé là depuis que les hommes tentent de désigner le mal, de le conjurer et de le séparer ?

Jacques Attali répond en appuyant son analyse contemporaine et prospective sur une vaste synthèse historique montrant, dans leurs dimensions mondiales, les principaux tournants de l’histoire de la médecine, de l’hôpital, des épidémies, de la charité, de l’assurance, jalonnée par les hégémonies successives du guérisseur, du prêtre, du policier puis du médecin dont le règne aujourd’hui touche à sa fin.

Au terme de cette double enquête-réflexion – sur le terrain où s’esquisse l’avenir, dans le passé où il s’explique -, on est conduit à se demander si, de la consommation réelle des corps dans les sociétés cannibales de jadis à la consommation des copies du corps que nous prépare l’ère des prothèses, nous sommes jamais sortis d’un ordre cannibale, ou encore si notre société industrielle n’a jamais été rien d’autre qu’une machine à traduire un cannibalisme vécu en cannibalisme marchand.”

L’avenir de la médecine

Comment la technologie façonnera les soins aux patients et améliorera les résultats

L’adoption généralisée de la technologie modifie le fonctionnement de la médecine, des techniques de soins de santé à l’expérience du patient.

Au fur et à mesure que la technologie médicale devient plus centrée sur le patient, les résultats sont susceptibles de s’améliorer. Les experts nous expliquent ce à quoi nous pouvons nous attendre à l’avenir.

Parfois, il semble que les soins de santé ne se sont guère améliorés depuis l’époque de nos parents : Nous rencontrons encore de longues attentes pour voir un médecin, de brefs rendez-vous, des tests incessants et un ennui qui conduit les patients à ne pas se sentir concernés par leurs propres soins. Mais la dernière génération de technologie médicale promet une expérience plus saine.

Les médecins, les infirmières et les patients verront une implication accrue dans les soins médicaux, auront moins de frais généraux non médicaux et obtiendront de meilleurs résultats en matière de santé et, espérons-le, une réduction des coûts pour les patients. On s’attend à ce que les améliorations apportées aux technologies de soins médicaux apportent des avantages significatifs aux patients, leur permettant de mieux contrôler leur capacité à diriger eux-mêmes leurs soins.

Les progrès aideront également les professionnels de la santé qui sont sous pression à obtenir des résultats qui sauveront des vies tout en s’occupant de toute la paperasserie de conformité exigée aujourd’hui. De plus, les professionnels de la santé seront en mesure de mieux adapter les procédures médicales aux besoins des patients et d’établir des diagnostics plus précis et personnalisés pour orienter les traitements.

En tout cas, c’est l’intention d’un grand nombre de personnes intelligentes qui travaillent à améliorer l’expérience.

Ce que vous devez savoir

Beaucoup de choses changent, rapidement. Ce rapport de 57 pages vous donne un aperçu des technologies qui auront un impact sur les soins médicaux, dans un avenir proche et un peu plus lointain. Vous trouverez des informations sur :

– Une technologie qui améliore tous les aspects des soins aux patients
– Une réduction des coûts pour les patients
– L’amélioration de la sécurité des informations et des dispositifs
– Des espaces médicaux intelligents
– Des prescriptions qui comprennent des aliments
– L’intégration d’appareils personnels dans les soins de santé

Les soins médicaux connaissent des changements rapides à mesure que la technologie s’intègre aux processus, aux dossiers des patients, aux diagnostics et même à l’alimentation des gens. L’utilisation de l’avantage technologique et de la quantité rapidement croissante de données qui peuvent être découvertes, analysées et appliquées change le fonctionnement quotidien de la médecine.

Le présent rapport couvre les domaines suivants :

La médecine dépend de la technologie pour améliorer l’avenir : La technologie améliore tous les aspects des soins aux patients, grâce à des outils spécialisés et à des analyses plus efficaces et plus rapides, ce qui réduit la charge de travail et améliore les résultats.

L’analytique ouvre la voie à la réduction des coûts : Des améliorations allant d’une meilleure gestion des installations à des opérations plus efficaces de la chaîne d’approvisionnement entraînent une réduction des coûts pour les patients.

Les nouvelles technologies exigent une nouvelle sécurité : alors que l’IoT médical est devenu monnaie courante, le modèle de la sécurité avant tout devient primordial. Un modèle de sécurité entièrement intégré doit être déployé. Un lit d’hôpital moyen héberge aujourd’hui plus d’une douzaine de dispositifs IoT.

Les installations médicales deviennent plus intelligentes : l’intégration numérique en temps réel, les intelligences artificielles à l’échelle de l’hôpital et les installations médicales intelligentes travaillent ensemble pour améliorer les résultats des patients.

Vous êtes ce que vous mangez : Les médicaments sur ordonnance combinés à des appareils personnels intégrés auront un impact important sur les soins de santé des patients.

L’avenir des soins de santé est numérique : Les nouvelles technologies intégreront les dispositifs portables (wearable) dans les soins de santé des patients, rationaliseront et amélioreront les processus et réduiront le gaspillage – réduction des coûts, amélioration des soins rendront les patients plus heureux et en meilleure santé.

Tour du monde 2018 de l’IA

Introduction

L’intelligence artificielle (IA) s’inscrit dans la continuité de l’informatique, dont la puissance de calcul ne cesse de croître. L’explosion des Big data, c’est-à-dire de grandes masses de données que nous déposons dans nos navigations Internet, sur nos téléphones et sur nos ordinateurs, permettent aux IA de progresser et de se perfectionner. À travers des calculs algorithmiques, l’IA englobe des tâches telles que l’apprentissage, l’analyse, le raisonnement, la planification, la perception, la compréhension du langage, la robotique et bien plus encore. Petit tour d’horizon des éléments que nous n’avons pas traités sur l’année 2018.

L’IA dans la santé

  • Dubai a créé le premier ministère de l’IA au monde en octobre 2017. Les Émirats Arabes-Unis comptent analyser le séquençage ADN des 3 millions d’habitants du pays par le biais du Dubai Health Association. La capitale émiratie ferait partie des villes les plus actives en matière d’intelligence artificielle dans le monde. Le but étant de créer une gigantesque base de données pour améliorer son dispositif de santé et de soins.

  • La santé est un domaine extrêmement convoité par les sociétés investies dans l’IA. IBM s’y est engagé parmi tant d’autres avec l’ambition d’en devenir l’un des pionniers. En 3 ans, IBM a acquis les sociétés de santé Phytel, Explorys, Merge Healthcare et Truven. Avec son projet Watson Health (4 Mds $ d’investissement), l’entreprise analyse des millions de dossiers médicaux (300 millions de données de patients collectées) grâce au machine learning, la branche de l’IA qui permet d’améliorer les performances de cette dernière avec le Big data. Watson n’analyse pas les symptômes pour identifier une pathologie à l’instar de la médecine traditionnelle, mais examine l’information en ligne pour aboutir à des diagnostics et des prescriptions. « Avec plus de 700 000 publications chaque année, un médecin ne peut se tenir à jour, même dans sa spécialité », tandis que le logiciel en question a la capacité de traiter 300 pages de données en une demi-seconde et en sept langues sur Internet (tweets, blogs, articles journalistiques et scientifiques…). Deux problèmes majeurs découlent de cette prouesse : 1) les datas de santé collectées appartiennent à des entreprises privées ce qui pose des problèmes éthiques et légaux (secret médical par exemple) ; 2) les programmes d’IA donnent des résultats sans en expliciter le raisonnement ; le taux d’erreur subsiste à cause des disparités de méthodes scientifiques entre pays par exemple, ce qui pose plus généralement le problème de la confiance aveugle que doivent avoir les médecins envers la machine.

  • Dans la même tendance, la montre connectée Apple Watch, leader du secteur avec 59 % du marché, innove pour bouleverser notre conception de la santé. La dernière version de la montre de la société Apple est capable de détecter les chutes du porteur (comme un accident de voiture par exemple) et appeler automatiquement les secours grâce à la géolocalisation si l’individu ne bouge pas au bout d’une minute. Parmi les nouveautés, des électrodes intégrées et un nouveau capteur électrique de fréquence cardiaque permettent d’enregistrer tout symptôme ou changement observés par l’app Santé et dans un PDF qui peut être envoyé à son médecin. Parmi les innovations futures, une technologie capable de surveiller le taux de glucose est très attendue. Début 2018, le cabinet Juniper Research estimait que 80 millions de ces montres intelligentes allaient être vendus en 2022, contre 14 millions en 2017.

  • L’euthanasie par l’IA ? Un algorithme conçu par des chercheurs de l’Université de Stanford pourrait prédire le jour de décès précis de patients en phase terminale. C’est à l’Hôpital de Stanford que des dossiers médicaux de milliers de patients atteints de cancers, maladies neurologiques et insuffisances cardiaques ont été analysés par deep learning (apprentissage basé sur des réseaux de neurones artificiels) pour élaborer cette IA. L’algorithme a pu déterminer dans 90 % des cas la mortalité des patients sur une période de trois à douze mois. Ce système permet officiellement d’optimiser les soins, mais aussi de privilégier des soins palliatifs pour économiser des traitements inutiles, chers et douloureux à des patients condamnés. La vie algorithmique à cela de particulier, qu’elle ne laisse que peu de place au hasard malheureux ou miraculé.

Les investissements européens (franco-allemand)

L’Europe est en retard pour les investissements privés en IA, qui ont été d’environ 2,4 à 3,2 Mds € en 2016, contre 6,5 à 9,7 Mds € en Asie et 12,1 à 18,6 Mds € en Amérique du Nord. Le Vieux continent est également toujours frileux à propos du protectionnisme et les acquisitions de pépites européennes par les multinationales américaines et chinoises sont validées sans précaution particulière (cf. l’article 63 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union européenne : « toutes les restrictions aux mouvements de capitaux […] sont interdites »). Par exemple, la célèbre entreprise britannique DeepMind, aujourd’hui pionnière en matière d’IA, avait été acquise par Google en 2014 (500 M$), de même que le fleuron de la robotique allemande Kuka avait été absorbé par le géant chinois de l’électroménager Midea en 2016 (4,5 Mds $). L’émergence d’une industrie de l’IA puissante ne peut émerger qu’avec un soutien des pouvoirs publics et un protectionnisme pour le développement de l’initiative privée. Les pouvoirs publics se réveillent toujours avec un train de retard.

La Chancellerie fédérale allemande a annoncé le 15 novembre 2018 un investissement public de 3 Mds € jusqu’en 2025 pour développer l’IA outre-Rhin. L’Allemagne inclut l’UE dans son programme via la création d’un cluster européen pour financer la recherche coopérative sur l’IA et n’oublie pas de promouvoir le dialogue transatlantique « pour le développement d’une IA centrée sur l’humain dans le monde du travail ». Un Observatoire allemand pour l’IA doit également voir le jour pour amorcer une structure similaire à l’échelle européenne.

Le 28 novembre suivant, la Macronie a déclaré établir un nouveau plan de 665 M€ sur quatre ans pour soutenir la recherche publique et privée sur l’IA. Une enveloppe totalisant le milliard d’euros doit être atteinte avec l’aide de compagnies privées. Cette ambition française s’articule également dans le cadre européen pour faire du continent un acteur incontournable dans le domaine. Grâce à ce plan, les universités et centres de recherche français de Grenoble (projet MIAI@Grenoble-Alpes), Nice (projet 3IA Côte d’Azur), Paris (projet Prairie) et Toulouse (projet Aniti) ont récemment été lauréats du titre des instituts interdisciplinaires de l’intelligence artificielle (3IA). Ils se partageront la somme de 100 M€ sur 4 ans pour développer l’IA principalement dans le domaine prometteur de la santé. Les autres secteurs encouragés touchent l’environnement, les transports, le développement des territoires ou encore l’énergie.

Le Ministère de la Santé a démarré en octobre dernier la généralisation du carnet de Santé numérique (210 M€ de mise en place et un budget annuel de fonctionnement estimé à 15 M€) qui centralise dans un fichier les données personnalisées de la santé des patients. Seul le médecin traitant a accès à la totalité du fichier et le patient a le pouvoir de bloquer des informations le concernant, d’ajouter des documents ou de supprimer des données de son Dossier Médical Partagé (DMP). S’il est affiché comme « non obligatoire, gratuit, confidentiel et sécurisé », ce DMP pourra notamment être utilisé pour enrichir les bases de données de l’Health Data Hub, un instrument de l’État permettant d’analyser algorithmiquement les datas de santé des Français. Ce Hub doit émerger pour juin 2019 dans sa première version. Un fichage centralisé de plus.

Le milieu militaire juge également déterminante la R&D dans le domaine de l’IA. En février 2017, l’actuel ministre de l’Europe et des Affaires étrangères et ancien ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait considéré l’IA comme une troisième rupture technologique, après la dissuasion nucléaire et l’explosion des technologies de l’information et du numérique. L’actuelle ministre des Armées, Florence Parly, a quant à elle annoncé une série de mesures en faveur du développement de l’IA militaire pour un coût annuel de 100 M€. Une cinquantaine de data scientist, spécialisés en science des données et en IA, doivent être embauchés d’ici 2022 à la Direction générale de l’armement (DGA). Fait notable : la France noue des partenariats public-privé sur le modèle US/chinois avec des sociétés comme Dassault, Thales, des startups et des centres de recherche. Parly a également annoncé la création d’une Agence de l’innovation de défense au sein de son ministère pour y inclure des startup dans l’objectif de créer des partenariats au niveau européen. Cette déclaration a coïncidé avec le lancement du Man-Machine Teaming (MMT – coopération homme-machine), un projet financé par la DGA (30 M€) et animé par Dassault Aviation et Thales. Il consiste à développer l’IA dans l’aéronautique de combat, particulièrement sur des capteurs de reconnaissance intelligents, de la navigation autonome sur terrains difficiles, des opérations conjointes entre vols habités et non habités ou encore sur une interface homme-machine à l’intérieur du cockpit. Les premiers résultats émergeront d’ici 2025 pour une utilisation totalement intégrée et généralisée vers 2030.

Rivalité américano-chinoise dans le secteur militaire

Pékin a pour objectif de mettre sur pied d’ici une dizaine d’années une industrie de l’IA d’une valeur de 150 Mds $, de devenir le premier centre d’innovation mondial d’ici 2030 (croissance du PIB chinois de 26 % d’ici l’échéance). Outre atlantique, le budget du Département de la défense US dédié à l’IA était de 7,4 Mds $ en 2017. Il faut y ajouter le secteur privé américain qui mobilise environ 60 Mds $ chaque année, montant très proche de celui investi par les BATX (Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi) chinois. Au vu de ces chiffres, la France fait pâle figure avec ses 100 M€ annuels. Le Pentagone voit également la nouvelle génération d’IA comme une troisième vague de progrès technologique. Ce département de la Défense a d’ailleurs déjà validé le montant de 2 Mds $ consacré à la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA – Agence pour les projets de recherche avancée de défense), pour soutenir une vingtaine de projets d’IA en cours et promouvoir d’autres recherches d’ici cinq ans. Dans une logique de retour sur investissement, les GAFAM sont totalement intégrés aux programmes gouvernementaux sur l’IA dans une collaboration publique-privée ; une entreprise telle que Google par exemple doit son émergence et sa réussite au soutien financier indirect des agences de renseignement civiles américaines (NSA, CIA). Il en est de même en Chine où les BATX sont étroitement liés aux recherches sur l’IA de l’État.

L’encadrement éthico-juridique de l’IA

Avec les problématiques qu’entraîne la puissance algorithmique, la Déclaration de Montréal, une charte éthique encadrant le développement de l’IA, est née le 4 décembre 2018. Environ dix-huit mois de préparation ont été nécessaires à la publication de ce garde-fou. Le texte propose également de généraliser la transition numérique pour que le monde entier puisse bénéficier des nouvelles technologies.

Au cours d’un meeting à Bruxelles, pas moins de 12 mesures ont récemment été proposées pour encadrer voire sécuriser l’IA, développer la cybersécurité et interdire le profilage secret ou le scoring (notation des citoyens, comme il est si bien fait en Chine). Le groupe de protection de la vie privée Electronic Privacy Information Center (EPIC) a interpellé l’État américain via le National Science Foundation (NSF – Fondation nationale pour la science, équivalente du CNRS) pour transposer ces mesures aux USA.

Dans la même idée, les scientifiques d’IBM proposent aux développeurs de mettre en place et rendre accessible une déclaration de conformité du fournisseur (Supplier’s Declaration of Conformity – SDoC) avant de commercialiser un algorithme. Ceci pour rendre l’IA « plus sûre, transparente, équitable et efficace » grâce à des rapports de tests standardisés de sécurité par exemple. De quoi rassurer le public et les clients, peut-être au détriment de la vitesse de l’innovation.

Veille scientifique sur l’IA

  • Selon des prospectives du Forum économique mondial sur l’IA, la plupart des tâches sur le lieu de travail seront effectuées par des machines plutôt que par des hommes d’ici 10 ans. Le rapport s’appuie sur des données de responsables des ressources humaines et d’experts en stratégie d’entreprise. Environ 71 % des activités professionnelles sont actuellement gérées par des humains et la moitié des tâches seront transférées vers des machines d’ici 2025. Le développement de l’apprentissage automatique et de l’automatisation numérique devrait supprimer 75 millions d’emplois d’ici là et en créer quelque 133 millions.

  • Microsoft a mis au point un système informatique (IA) passant du chinois à l’anglais avec le même niveau de performance qu’un traducteur humain professionnel. L’année dernière, son système de reconnaissance vocale réussissait à atteindre des résultats aussi bons que des humains. Le 14 mars 2018, la firme a annoncé qu’une autre de ses intelligences artificielles traduisait des articles d’informations du chinois à l’anglais avec le même niveau de qualité et de précision qu’un professionnel.

  • Neuralink, une des startups du milliardaire Elon Musk (Tesla, SpaceX, The Boring Company), met au point une interface entre la machine et le cerveau humain pour soigner des maladies neurologiques, comme la maladie de Parkinson ou l’épilepsie. À terme, le projet est de mettre au point des neuroprothèses en tant qu’interfaces cerveau-machine à très haut débit afin de connecter le cerveau humain à des programmes informatiques.

  • Une forme de vie dans le quantique ? Si la création de vie artificielle au sein d’ordinateurs a déjà été expérimentée, une recherche similaire vient d’être réalisée cette fois-ci en utilisant un superordinateur quantique d’IBM (l’IBM QX4). Le monde réel étant appréhendé par l’Homme avec la physique classique, une très importante part de mystère qui nous échappe encore relève de la physique quantique. En informatique, le quantique permet de dépasser le système binaire, le langage de programmation traditionnel. Cette nouvelle expérience ajoute donc à l’équation le mystère ou l’imprévisibilité dans des simulations informatiques quantiques. Les conclusions de l’étude ne permettent pas de reproduire réellement une vie artificielle complète à l’intérieur d’un ordinateur quantique, mais laisseraient entrevoir la possibilité d’une telle innovation. Quant aux questions profondes sur l’origine de la vie et l’univers, ce ne sera pas pour de suite.

Conclusion

Les actualités de l’IA sont toujours riches et en pleine expansion. Pour rivaliser un tant soit peu avec les Américains et les Chinois, le gouvernement français doit choisir entre baisser les termes d’exigence de la protection des métadonnées de sa population ou inclure d’autres pays européens dans ce projet pour récolter des quantités de datas plus conséquentes sans outrepasser les réglementations. Nous restons vigilants sur la cybersurveillance de masse en France et ailleurs dans nos prochains dossiers.

Franck PengamExtrait de Géopolitique Profonde n°8

Le premier médicament «avalé-connecté» bientôt sur le marché

Mi-novembre 2017. Gel sur la France et réveil avec George Orwell. De ce côté-ci de l’Atlantique l’information vient d’être donnée par la BBC « FDA approves ‘trackable’ pill » et par Les Echos : « Les Etats-Unis autorisent le premier médicament connecté ». « Les médicaments seront bientôt plus intelligents que les malades » croient savoir Les Echos. Avec toutes les conséquences que l’on peut, désormais, redouter. The New York Times ne s’y est pas trompé : « First Digital Pill Approved to Worries About Biomedical ‘Big Brother’ » …

reblog via Le premier médicament «avalé-connecté» bientôt sur le marché. Applaudir ou s’inquiéter ? 

Nouveau rapport sur la biométrie médicale

La biométrie continuera de stimuler la transformation technologique sur le marché mondial de la santé, selon un nouveau rapport publié par Biometrics Research Group Inc.

Selon le rapport, la transformation sera guidée par des solutions biométriques qui apporteront des économies significatives grâce à la réduction de la fraude et une efficacité accrue sur le lieu de travail. Un objectif clé de ces technologies sera également l’amélioration et l’expansion de la prestation des soins à long terme.

L’entreprise prévoit que l’ensemble du marché mondial des solutions biométriques sur le marché de la santé atteindra près de 5 milliards de dollars d’ici 2020.

Biometrics Research Group définit la “biométrie médicale” comme des applications biométriques dans les cabinets de médecins, les hôpitaux ou pour la surveillance des patients. Cela peut inclure le contrôle d’accès, l’identification, la gestion de la main-d’œuvre ou le stockage des dossiers des patients. De nombreux hôpitaux et organisations de soins de santé déploient actuellement une architecture de sécurité biométrique. L’identification sécurisée est essentielle dans le système de santé, à la fois pour contrôler l’accès logique aux archives centralisées des données numériques des patients, pour limiter l’accès physique aux bâtiments et aux services hospitaliers et d’authentifier le personnel de soutien médical et social.

Dans le secteur de la santé, la biométrie est utilisée en combinaison avec des mots de passe ou des cartes d’identification intelligentes pour sécuriser l’accès aux dossiers de patients sensibles et pour répondre aux exigences d’enregistrement des patients.

La firme s’attend à ce que l’utilisation de la biométrie s’accélère dans l’ensemble du secteur mondial de la santé en raison de l’adoption élargie de la biométrie afin d’améliorer les méthodes de réduction de coûts pour lutter contre la fraude dans les programmes assurés par le gouvernement et les marchés de l’assurance du secteur privé. La croissance de l’utilisation de la biométrie dans le secteur dépendra principalement de la poursuite de la réforme de la santé aux États-Unis, qui sera principalement attribuable aux impératifs de confinement des coûts. La biométrie médicale, menée par la santé mobile (mHealth) et les technologies portables (wearables), continueront à faire leur chemin dans le marché de la technologie grand public.

Ce rapport a été parrainé par HID Global. Télécharger le rapport (PDF).

BiometricUpdate

L’Homme augmenté, un fantasme qui devient réalité

L’émergence des nouvelles technologies et les progrès réalisés dans de nombreux domaines (numérique, robotique, médecine…) ont révolutionné en quelques années notre vie quotidienne et le regard sur l’évolution de l’humanité. Aujourd’hui, des scientifiques développent des imprimantes 3D capables de construire tissus et organes humains, des informaticiens créent des langages de programmation qui modifient le comportement des cellules vivantes, des intelligences artificielles se mesurent avec succès avec des champions d’échecs ou de Go et des exosquelettes peuvent être contrôlés par la pensée. Les limites humaines, comme celles de la machine, semblent pouvoir être repoussées de jour en jour… Alors, à quoi ressembleront les êtres humains dans quelques dizaines d’années ? Jusqu’où nos limites physiques et intellectuelles seront-elles poussées ? Quelle place donnerons-nous aux machines ? Quelles questions éthiques se posent à nous et quel type de société voulons-nous construire ? A l’occasion des Journées Scientifiques de l’Université de Nantes 2016, les spécialistes du sujet sont venus débattre de ces questions.

Présentation des intervenants :

  • Oumeya Adjali, chargée de recherche Inserm, Laboratoire de thérapie génique translationnelle des maladies neuromusculaires et de la rétine
  • Jean-Michel Besnier, philosophe, professeur émérite de l’Université Paris-Sorbonne
  • Franck Damour, essayiste et professeur agrégé d’histoire, auteur de La tentation transhumaniste (2015)
  • Catherine Le Visage, directrice de recherche Inserm, Laboratoire d’ingénierie ostéo-articulaire et dentaire (LIOAD)
  • Stéphane Tirard, professeur d’épistémologie et d’histoire des sciences, directeur du Centre François Viète d’épistémologie et d’histoire des sciences et des techniques, Université de Nantes


Un économiste prédit l’explosion des dépenses de santé

Transhumanisme, Homme augmenté. Quelles limites, thérapeutiques, techniques, éthiques ?

L’Homme augmenté sera-t-il solidaire ?

La journée a été animée par Édouard Kleinpeter, ingénieur de recherche au CNRS, animateur scientifique du pôle de recherche Santé connectée et humain augmenté de l’ISCC.

Les technologies modernes appellent dans le quotidien une consommation individualisée. Mais elles créent aussi du lien social, en facilitant les communications, les pratiques standardisées ou la constitution de réseaux. On voit aujourd’hui se développer des instruments susceptibles de doter l’humain de ressources nouvelles, tant sur le plan sensorimoteur que cognitif : des prothèses électroniques ou des exosquelettes, des neurostimulants ou des implants intracérébraux…

Après avoir abordé les aspects et l’essor de cette nouvelle réalité baptisée « Homme augmenté », le colloque en évaluera la désirabilité au regard des objectifs mutualistes.

  1. SOMMES-NOUS À LA VEILLE D’UNE VICTOIRE SUR LE HANDICAP ?

Jean-Michel Besnier, philosophe, directeur de l’EA Rationalités contemporaines (Université Paris-Sorbonne), coordonnateur scientifique du pôle de recherche Santé connectée et humain augmenté de l’ISCC.
Nathanaël Jarrassé, chargé de recherche à l’Institut des systèmes intelligents et de robotique (CNRS – Université Pierre et Marie Curie)
Serge Picaud, neurobiologiste, directeur de recherche à l’Institut de la vision
Marc Roux, président de l’Association française de transhumanisme, Technoprog

  1. NOTRE SOCIÉTÉ « TECHNOLOGISÉE » DEVIENT ELLE PLUS ÉGALITAIRE ?

Hervé Chneiweiss, neurobiologiste et neurologue, directeur de recherche au CNRS
Brigitte Dormont, professeur d’économie à l’Université Paris-Dauphine, directrice de la Chaire Santé de la Fondation du Risque
Brigitte Munier-Temime, enseignant-chercheur à Télécom ParisTech

  1. QUEL CORPS SOIGNERA-T-ON DEMAIN ?

Alim-Louis Benabid, médecin, fondateur et président du directoire de Clinatec (sous réserve)
Geoffrey Delcroix, coordinateur du rapport « Le corps, nouvel objet connecté », Commission nationale informatique et libertés (Cnil)
Geneviève Fioraso, députée, ancienne secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche
Jérôme Goffette, maître de conférences en philosophie des sciences à l’Université Claude Bernard Lyon 1 et à l’École normale supérieure de Lyon
Xavier Labbée, avocat, président de l’Institut du droit et de l’éthique, professeur Lille 2.

Communiqué de presse MGEN

10 mars 2016

Le 9 mars 2016, le groupe MGEN a organisé, avec l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC), le colloque « Transhumanisme, Homme augmenté. Quelles limites, thérapeutiques, techniques, éthiques ? » Alors qu’une ère nouvelle est en train de s’ouvrir, où les avancées technologique vont rendre capable l’homme de se transformer, de se modifier et de « s’augmenter », le groupe MGEN voit la nécessité d’initier un véritable débat citoyen, afin que les avancées technologiques s’orientent dans un sens responsable, c’est-à-dire éthique et socialement utile.

S’il est encore trop tôt pour imaginer ce que sera la révolution des « NBIC » (nano technologies, biomédecine, informatique et sciences cognitives sur le cerveau…), une chose est sûre : le mouvement est en marche et les laboratoires de recherche sont, à la fois, à la veille de découvertes considérables pour la santé et le bien-être et prêts à des transgressions majeures pour l’avenir de l’humanité. L’enthousiasme, par exemple, suscité par les perspectives de victoires possibles sur le handicap, ne doit pas occulter la vigilance face à ceux qui seraient tentés de transformer génétiquement l’être humain. Quand certains prédisent une durée de vie très étendue, pour ceux qui en auront les moyens financiers, il ne faut pas oublier que la majorité de la population mondiale n’a aujourd’hui pas accès aux soins essentiels. La question transhumaniste est complexe. Elle fait appel à des connaissances sur des technologies extrêmement récentes, très peu connues du public. Elle renvoie à des débats éthiques qui touchent à la nature des sciences, à l’essence de l’homme. C’est aussi une question vertigineuse. Qu’est-ce que vivre 200 ans ? Qu’est-ce que penser avec un cerveau boosté par l’intelligence artificielle ?… Malgré la difficulté, il est impératif que le débat politique, éthique et philosophique soit ouvert et vivant dans la société. Le groupe MGEN a décidé d’y participer. En tant que mutuelle et acteur de soins, il pose des questions particulières : quelle place pour les systèmes solidaires de protection sociale ? Quel accès aux nouvelles technologies et aux soins, indépendamment des moyens financiers ?

En marge du colloque, Éric Chenut, vice-président du groupe MGEN, a déclaré : « nous avons l’ambition de faciliter l’appropriation de ce type de débats par le public, afin que chacun puisse se positionner en conscience et, concrètement, être acteur de sa propre santé. Nous voulons également devenir un acteur incontournable du marché des nouvelles technologies en santé. Depuis 2014, nous avons lancé d’autres réflexions sur le big data, la médecine prédictive et les objets connectés. La logique est la même. L’utilité sociale doit être au cœur du progrès technologique et si des acteurs tels que les mutuelles n’apportent pas de réponse sociale et solidaire, le champ sera complètement libre pour les acteurs dont l’objectif premier, voire unique, est lucratif. »