L’avenir de l’extrémisme : l’intelligence artificielle et la biologie synthétique transformeront le terrorisme

Dr. Bertalan Meskó, The Medical Futurist
Dr. Bertalan Meskó, The Medical Futurist

par Dr. Bertalan Mesko, futuriste, médecin hongrois, généticien, auteur et conférencier.

Il n’y avait pas beaucoup de gens qui avaient entendu parler du bioterrorisme avant le 11 septembre. Mais peu de temps après les attentats, une vague d’envoi d‘anthrax a détourné l’attention du public vers une nouvelle arme dans l’arsenal des terroristes – le bioterrorisme. Un procureur fédéral américain a constaté qu’un enquêteur biologique de l’armée était responsable de l’envoi des lettres enrobées à l’anthrax qui ont tué 5 personnes et en ont blessé 15 en 2001. Les cas ont suscité une grande attention des médias et la crainte d’un nouveau type de guerre terroriste.

Cependant, comme dans tous les battages médiatiques, celui sur le bioterrorisme a disparu rapidement.

Mais en regardant vers l’avenir, je crois que nous ne pouvons pas lui accorder autant d’attention que nous le devrions. Bien qu‘il puisse être effrayant, nous devons nous préparer au pire. C’est la seule façon dont nous pouvons être disposés à atténuer les dommages causés par tout abus nuisible si (et quand) ils surviennent.

En fin de compte, cela signifie investir dans la recherche liée à la politique et la gouvernance entourant une foule de nouvelles technologies. C’est là réside une partie des problèmes les plus pressants.

À l’avenir, les implants cérébraux seront en mesure d’habiliter les humains avec des superpuissances à l’aide de puces qui nous permettent d’entendre une conversation à travers une pièce, de nous donner la possibilité de voir dans l’obscurité, de contrôler les humeurs, de restaurer nos souvenirs, ou “télécharger” des compétences comme dans la trilogie du film Matrix. Cependant, les neuro-dispositifs implantables pourraient aussi être utilisés comme des armes1 dans les mains des mauvaises personnes.

Lorsque nous avons implanté des puces dans notre cerveau pour améliorer les capacités cognitives, il pourrait servir de plate-forme pour les pirates et causer des dommages à distance. Ils pourraient activer les fonctionnalités, éteindre les appareils, ou bombarder le cerveau avec des messages nuisibles aléatoires. Ils pourraient même contrôler ce que vous pensez et, par extension, comment vous agissez.

Hacker le cerveau : la menace ultime ?

Heureusement, il existe plusieurs initiatives qui visent à comprendre exactement comment ces technologies pourraient fonctionner, ce qui pourrait nous donner les connaissances nécessaires pour garder une longueur d’avance.

A mesure que le marché des portables médicaux et des capteurs commence vraiment à exploser, il est logique de penser à l’avance à ce qui pourrait suivre de cette “révolution portable”. Je pense que la prochaine étape sera à l’intérieur, digestible/ingérable et le tatouage électronique.

« Intérieur » comme des dispositifs implantés dans le corps, généralement sous la peau. En fait, il y a des gens qui ont déjà de tels implants, qu’ils peuvent utiliser pour ouvrir un ordinateur portable, un smartphone, ou même la porte du garage. « Digestible/ingérable » comme des pilules ou de minuscules gadgets qui peuvent être avalés, ce qui pourrait être des choses comme l’absorption des médicaments. Les tatouages électroniques sont des tatouages avec des capacités « intelligentes ». Ils pourraient facilement mesurer tous nos paramètres de santé et les signes vitaux.

Tous ces dispositifs minuscules peuvent être utilisés de manière abusive – certains pourraient être utilisés pour injecter des drogues létales dans un organisme ou pour dépouiller une personne de sa vie privée. C’est la raison pour laquelle il est de la plus haute importance de prêter attention à l’aspect de sécurité de ces dispositifs. Ils peuvent être vulnérables aux attaques, et notre vie (littéralement) dépendra des précautions de sécurité de la société développant les capteurs. Cela peut ne pas sembler trop réconfortant – mettre votre santé dans les mains d’une entreprise -, mais les implants micropuces sont fortement réglementés aux États-Unis, et nous sommes donc déjà à la recherche de solutions aux problèmes entourant ce progrès.

À l’avenir, les robots à l’échelle nanométrique pourront vivre dans notre circulation sanguine ou dans nos yeux et prévenir les maladies en alertant le patient (ou médecin) quand une condition est sur le point de se développer. Ils pourraient interagir avec nos organes et mesurer chaque paramètre de santé, intervenant au besoin.

Les nanorobots sont si minuscules qu’il est presque impossible de découvrir quand quelqu’un, par exemple, en met un dans votre verre et vous l’avalez. Certaines personnes craignent que, par l’utilisation de ces appareils minuscules, une surveillance totale devienne possible. Il pourrait également y avoir la possibilité d’utiliser des nanorobots pour délivrer des médicaments toxiques ou même mortels pour les organes.

En recherchant maintenant des moyens d’identifier quand ces nanorobots sont utilisés, nous pourrions potentiellement empêcher leur utilisation abusive à l’avenir.

Les robots sont rapidement devenus omniprésents dans un certain nombre d’industries. Les robots chirurgicaux constituent l’une des souches les plus importantes. Par exemple, le système chirurgical Da Vinci permet à un chirurgien d’opérer avec une vision, une précision et un contrôle amélioré. Cependant, ces types de robots ont certaines indications de sécurité et de confidentialité qui ne sont pas encore explorées en détail.

L’année dernière, le MIT a rapporté que des chercheurs de l’Université de Washington ont démontré avec succès qu’une cyberattaque pouvait être menée contre des télérobots médicaux. Imaginez ce qui pourrait arriver si un hacker perturbe une opération en perturbant la connexion de communication entre le chirurgien robot et l’humain donnant des commandes au scalpel robotique. Le cryptage et l’authentification ne peuvent pas déjouer tous les types d’attaques, mais les entreprises doivent investir dans ce processus pour s’assurer que les opérations sont sans danger.

Les laboratoires communautaires, tels que The Citizen Science Lab à Pittsburgh, sont de plus en plus populaires. Le but de ces laboratoires est de susciter davantage d’intérêt pour les sciences de la vie chez les citoyens – des petits enfants aux retraités. Dans ces laboratoires, les gens peuvent (pour la plupart) travailler sur ce qu’ils veulent, de la production d’un médicament à l’utilisation de l’édition du génome. Toutefois, de tels projets de bricolage biotech suscitent beaucoup de préoccupations en matière de sécurité.

À mesure que le prix du matériel de laboratoire diminue, les éléments de l’expérimentation scientifique deviennent abordables pour une grande variété de personnes … Bien entendu, cela inclut les criminels et les terroristes, qui pourraient utiliser ces laboratoires pour créer des médicaments, des biomatériaux pour l’utilisation d’armes ou des organismes synthétiques nuisibles.

La Food and Drug Administration des États-Unis a tenu un atelier, en 2016, afin de mieux comprendre l’impression 3D et le bioprinting (impression de tissus vivants) et comment ces technologies pourraient être utilisées et maltraitées. Des conversations similaires sont actuellement en cours sur la modification du génome avec la technologie CRISPR (récemment, un rapport publié par UK Nuffield Council on Bioethics).

L’intelligence artificielle se développe à un rythme incroyable et, bien sûr, la plus grande crainte n’est pas que les IA prendront nos emplois … c’est qu’elles vont prendre nos vies.

L’inquiétude est que les IA deviendront si sophistiquées, qu’elles fonctionneront mieux que le cerveau humain, et après un certain temps, elles prendront le contrôle. En fait, Stephen Hawking a même dit que le développement de l’intelligence artificielle complète, pourrait signifier la fin de l’espèce humaine. Elon Musk a eu des sentiments similaires, et en réponse, a lancé OpenAI, une société de recherche à but non lucratif qui vise à promouvoir et à développer une IA qui reste bénéfique pour l’humanité. L’organisation envisage finalement de rendre ses brevets et ses recherches ouvertes au public.

De loin, le scénario le plus effrayant implique le piratage des systèmes d’IA que nous aurons. Imaginez une voiture autonome qui n’est plus sous votre contrôle. Ou un drone militaire qui n’est plus contrôlé par l’armée.

C’est certainement un monde que nous devons éviter, et nous devons donc agir maintenant pour empêcher ces réalités.

Note :

1 Brevets américains pour les technologies de manipulation et contrôle de l’esprit ; Interfaces cerveau-ordinateur : des fonds militaires pour contrôler les sentiments ; Neurosciences : un système fait entendre tout haut ce que notre cerveau raconte ; Les scientifiques décodent les pensées, lisent l’esprit des personnes en temps réel ; José Delgado et ses dispositifs de contrôle de l’esprit par la stimulation électrique du cerveau ; De la possibilité d’influencer directement n’importe quel cerveau humain grâce à l’induction électromagnétique d’algorithmes fondamentaux, par le Professeur Michael A. Persinger ; Les scientifiques ont repéré le circuit cérébral qui pourrait aider à effacer la peur ;

The Medical Futurist

Des nanorobots capables de libérer des médicaments dans le corps par le contrôle de l’esprit

Qui aurait pu penser que les cafards pouvaient venir en aide à l’humanité ?

Les scientifiques de la Bar-Ilan University, avec l’aide du Interdisciplinary Center en Israël, ont conçu des nanorobots injectables, et ils les testent sur ces petites créatures. Étonnamment, cette technologie contrôle la libération de médicaments nécessaires au cerveau pour le fonctionnement même de ce dernier.

Ce travail a été publié dans le journal PLOS ONE.

Ces robots microscopiques sont équipés de nanoparticules en oxyde de fer qui agissent comme des « portes » pour le contrôle de la libération de médicaments nécessaires au cerveau. Ces portes peuvent être contrôlées par électroencéphalographie (EEG) induite par des électroaimants. Ces derniers répondent, et « ouvrent » lorsque se présente un motif cérébral spécifique détecté par l’EEG. En particulier, l’EEG peut être calibrée pour répondre à un épisode psychotique et les robots vont alors libérer les médicaments pour soulager le patient.

A cette fin, l’équipe affirme que les nanorobots peuvent être très utiles dans le cas de problèmes mentaux tels que la schizophrénie ou les troubles de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité.

Quoi qu’il en soit, à ce jour, ces méthodes n’ont pas été approuvées pour la phase de test sur les êtres humains, et c’est à ce moment-là que les cafards font leur entrée : l’équipe les utilise pour perfectionner cette technologie.

traduction Virginie Bouetel

Engadget, PLOS ONE

Robotique ingérable : une batterie comestible pourrait permettre de diagnostiquer des maladies depuis l’intérieur de votre corps

The whole thing is supported structurally by PLGA, and encapsulated in gelatin(Credit: Stephanie Strasburg)

Le domaine de la « robotique comestible » pourrait permettre à des machines robotiques d’explorer l’intérieur d’un corps humain et d’établir des diagnostiques. Mais un souci majeur concerne la sécurité de tels équipements, ainsi que la toxicité des matériaux utilisés pour les fabriquer. Parmi ces derniers se trouvent les batteries, qui constituent des éléments essentiels pour ces dispositifs, et contiennent souvent des produits chimiques dangereux, voire mortels pour les êtres humains.

Des chercheurs ont créé une batterie comestible. Cette source d’énergie produit une charge électrique puis est éliminée hors du corps par les voies naturelles. Elle peut tenir dans une pilule/gélule. Lors d’une présentation au National Meeting and Exposition of the American Chemical Society, les chercheurs ont décrit une batterie dérivée de la mélanine, un pigment cutané qui participe à la protection du corps contre les rayons UV.

La mélanine se charge d’ions appelés radicaux libres, et absorbe les métaux tels que le zinc, l’aluminium, et le fer. En gros, cela permet à la mélanine de fonctionner comme une batterie parfaitement adaptée aux besoins en question. La batterie constituée de mélanine joue le rôle d’électrode positive ou négative, à laquelle s’ajoute de l’oxyde de manganèse, du sodium titanium phosphate, du cuivre et du fer, naturellement présents dans le corps humain.

Cette batterie produit jusqu’à 5 milliWatt d’énergie à un dispositif pendant au moins 18 heures, et ce, en utilisant seulement 600 milligrammes de mélanine active dans le rôle d’une cathode. Cela peut paraître infime, et pourtant, c’est suffisant pour faire fonctionner un dispositif comestible capable de libérer des médicaments ou de détecter quelque chose.

Cette sorte de boîte est intégrée dans une gélule en gélatine comestible produite par impression 3D, similaire à celles des compléments alimentaires. Dans l’éventualité où la gélule éclate, la mélanine et les autres composants seront digérés ou métabolisés par le corps, sans effets secondaires.

Traduction Virginie Bouetel

Newatlas, EurekAlert

Enregistrer