Archives par mot-clé : paume de la main

Amazon lance la biométrie palmaire

Amazon lance la biométrie par empreinte palmaire pour les paiements sans contact, le contrôle d’accès et plus encore, selon un article du blog de la société, sous le nom d’Amazon One.

Début 2020, la société aurait envisagé la biométrie palmaire pour les paiements en magasin, et un brevet déposé fin 2019 décrit l’utilisation des empreintes palmaires et des veines pour l’authentification biométrique.

Dans l’article du blog de Dilip Kumar, vice-président d’Amazon Physical Retail & Technology, Amazon One est décrit comme étant rapide et facile à souscrire, et l’accès à une carte de fidélité est suggéré comme une application de cette technologie. Elle sera d’abord déployée à l’entrée de certains magasins Amazon Go, mais aussi aux caisses ou dans les points de vente traditionnels de la plupart des magasins.

Amazon One

Les scanners ont été déployés dans deux magasins Amazon Go à Seattle, et la société indique que les clients peuvent s’inscrire en moins d’une minute en insérant une carte de crédit et en suivant les instructions pour enregistrer leurs données biométriques palmaires. Une fois inscrit, le client peut accéder au magasin en tenant sa paume au-dessus du scanner pendant environ une seconde.

La société prévoit également de déployer Amazon One chez d’autres détaillants, dans des stades et des bureaux.

Dans une FAQ accompagnant l’article du blog, Amazon indique que le développement du système biométrique palmaire a commencé avec l’expérience client, bien que l’explication du choix de la modalité soit un peu moins claire.

« Nous nous sommes demandé si nous pouvions contribuer à améliorer des expériences comme le paiement à la caisse, la présentation d’une carte de fidélité, l’entrée dans un lieu comme un stade, ou même l’entrée au bureau avec un badge. Nous avons donc créé Amazon One pour offrir un moyen rapide, fiable et sûr de s’identifier ou d’autoriser une transaction. »

La nouvelle vague biométrique

La société affirme que “la reconnaissance de la paume est considérée comme plus privée que certaines alternatives biométriques parce que vous ne pouvez pas déterminer l’identité d’une personne en regardant une image de sa paume”, ce qui contraste probablement avec la reconnaissance faciale. Amazon souligne également que la reconnaissance de la paume nécessite un geste intentionnel, et qu’elle est sans contact.

Les clients peuvent s’inscrire à Amazon One sans compte Amazon et peuvent demander la suppression de leurs données biométriques s’ils décident de ne plus utiliser le système après leur inscription. Amazon indique également que toutes les données biométriques sont cryptées et stockées dans “une zone hautement sécurisée que nous avons personnalisée dans le Cloud où nous créons votre signature palmaire”.

L’entreprise affirme également qu’elle est en pourparlers actifs avec plusieurs acheteurs tiers potentiels.

La nouvelle vague biométrique

Comment savoir si une personne est bien celle qu’elle prétend être ? Avant, c’était simple. Les personnes étaient identifiées par la vue, le nom, la voix ou, le cas échéant, un tiers de confiance pouvait se porter garant pour elles. Nous nous appuyions sur une combinaison d’attributs connus et de reconnaissance pour vérifier l’identité d’une personne. Ce n’est que plus tard que sont apparus des documents comme les passeports, les cartes d’identité et les permis de conduire.

Aujourd’hui, la question est plus difficile : Comment identifier quelqu’un que je ne connais pas, que je ne vois pas et qui n’est pas physiquement présent ? Nous pouvons échanger des informations – sous la forme de mots de passe, de codes PIN, de données mémorisables ou de détails personnels. Mais ces méthodes de vérification ont un prix, notamment la perte de la vie privée, les désagréments, l’insécurité et l’usurpation d’identité.

La première vague de biométrie – physique – a apporté une solution. Il s’agit de faire correspondre des caractéristiques physiques à des attributs connus, qu’il s’agisse d’empreintes digitales, de visages, de voix ou d’une série de facteurs émergents. Mais la nouvelle vague de biométrie – comportementale – offre des possibilités encore plus grandes lorsqu’elle est combinée avec le physique.

Rien qu’en 2023, on prévoit que 37,2 milliards de transactions, d’une valeur de 2 000 milliards de dollars, seront authentifiées par la biométrie. Et la plupart de ces transactions sont à distance – l’individu n’est pas présent. La révolution de la biométrie est clairement en marche. Et ce, parce que cette technologie centrale répond à un défi fondamental des transactions dans le monde numérique en expansion – elle nous permet de confirmer plus précisément que nous sommes bien qui nous prétendons être. C’est un retour à la connaissance et à la reconnaissance, mais cette fois, la science de la familiarité est alimentée par l’IA.

Améliorer la biométrie physique

La biométrie physique continue de se diversifier, rendant les solutions existantes (par exemple les empreintes digitales, le visage et la voix) plus sûres et intelligentes, et explorant de nouvelles références physiologiques (par exemple la paume et l’œil) pour vérifier l’identité d’un individu. Voici quelques-uns des développements qui se mettent en place :

– Scanners d’empreintes digitales sans contact – Ces lecteurs acquièrent des images d’empreintes digitales en utilisant une technologie d’imagerie 3D avancée sans qu’il soit nécessaire de toucher l’appareil. Cela permet de surmonter les difficultés associées aux scanners à capteurs, comme les doigts secs et humides, les images fantômes laissées sur le scanner et les problèmes d’hygiène.

– Empreintes digitales sur les cartes de débit et de crédit – Ces cartes associent des capteurs d’empreintes digitales intégrés à la technologie des puces pour une double authentification afin de rendre les transactions plus sûres. L’empreinte digitale est cryptée sur la carte, ce qui permet d’éviter les honeypots d’informations sensibles et de renforcer la sécurité des données.

– Empreintes palmaires et veines de la paume – Tout simplement, la paume est plus grande que le doigt, ce qui permet de saisir des caractéristiques plus distinctives. Avec l’amélioration de la technologie de numérisation sans contact, les empreintes palmaires pourraient se généraliser. Le balayage des veines de la paume – où la lumière infrarouge est utilisée pour scanner des structures veineuses uniques et complexes – pourrait représenter une nouvelle évolution dans ce domaine. En tant que biométrie interne, elle est plus difficile à falsifier.

Reconnaître les comportements

Dans le monde réel, nous ne nous fions pas uniquement à l’apparence physique pour identifier un individu. De même, dans le monde numérique, nous devons aller au-delà de la biométrie physique et prendre en compte les technologies avancées comme l’IA et l’apprentissage automatique (machine learning) qui reconnaissent les traits de comportement.

Prenons un exemple hypothétique : votre voisin, Lyn, frappe à votre porte pour vous emprunter votre tondeuse à gazon. Vous vous sentez en confiance pour la lui prêter car, tout d’abord, vous reconnaissez Lyn (physiologie). Deuxièmement, il n’est pas surprenant que vous voyiez votre voisin à votre porte d’entrée (contexte). Troisièmement, Lyn a déjà emprunté la tondeuse (histoire) et, par conséquent, vous estimez (intelligence) que le risque de lui prêter la tondeuse est très faible. Tous ces facteurs se combinent pour créer un niveau élevé de confiance dans cette interaction particulière.

De la même manière, l’IA et le machine learning sont capables d’apprendre à reconnaître les comportements pertinents pour la tâche à accomplir et de prendre des décisions en une fraction de seconde. Dans le commerce mobile, l’analyse comportementale peut évaluer la biométrie passive de la manière dont un individu interagit avec son téléphone : comment il tape, glisse et navigue sur les sites web et les applications. À partir de ces points de données individuels, il est possible de créer un profil d’utilisateur que les fraudeurs peuvent difficilement usurper. Les solutions d’IA et de machine learning sont également efficaces parce qu’elles permettent d’apprendre. Plus elles disposent d’échantillons, plus l’identification sera intelligente. Elles peuvent également constituer une présence dynamique. Connue sous le nom de vérification continue, la biométrie comportementale multiple peut être combinée en arrière-plan pour vérifier constamment l’individu, sans que cette couche de sécurité supplémentaire ne cause la moindre perturbation.

Il est essentiel que ces techniques d’authentification ne requièrent pas de nombreuses informations personnelles. Vous n’avez pas besoin de connaître la date ou le lieu de naissance de Lyn, son casier judiciaire, son solde bancaire ou son nom de jeune fille pour lui prêter une tondeuse à gazon. Vous devez juste en savoir assez pour reconnaître Lyn et être sûr qu’on peut lui faire confiance dans cette situation.

La biométrie au-delà des transactions

Ce ne sont pas seulement les transactions des consommateurs qui sont transformées. La sécurité des patients et le respect de la vie privée sont depuis longtemps des questions importantes dans le domaine des soins de santé. Et avec l’augmentation de la demande de services sans contact et virtuels, la biométrie a un rôle énorme à jouer, en garantissant à chacun un accès sûr à l’aide vitale dont il a besoin. L’authentification vocale, par exemple, peut être utilisée comme un moyen beaucoup plus sûr et pratique de se connecter à des portails de télémédecine, permettant aux médecins d’accéder rapidement et en toute sécurité aux dossiers médicaux des patients.

Cela fait partie d’un besoin plus large de meilleure identification dans l’industrie. En 2007, il a été révélé qu’en une seule année, des milliers de patients au Royaume-Uni ont reçu un mauvais traitement en raison d’erreurs d’identification. Pour lutter contre ce phénomène, les prestataires de soins de santé et les hôpitaux déploient de plus en plus souvent des scanners de veines palmaires pour les patients et prennent les empreintes digitales des nouveau-nés et de leurs mères.

Les niveaux de sécurité élevés et le nombre de points de contrôle exigés dans le secteur des voyages placent également celui-ci au centre de l’application de la biométrie. La reconnaissance faciale et la biométrie des empreintes digitales par téléphone prennent tout leur sens, compte tenu de la nécessité d’une distanciation sociale et d’une hygiène primordiale.

Alors que les employés commencent à retourner sur leur lieu de travail partout dans le monde, les solutions biométriques deviendront un pilier de la vie professionnelle – pour entrer dans le bâtiment, se connecter aux appareils et accéder aux documents. La vérification continue fonctionnera en arrière-plan pour améliorer l’expérience des employés, la sécurité et éviter les connexions répétées.

Une chose est claire : nous allons voir l’importance et la dépendance de la biométrie jouer un rôle exponentiel dans la façon dont nous effectuons nos transactions et interagissons à l’avenir. La crise actuelle a entraîné une augmentation des cyber-attaques et l’importance d’une authentification forte est devenue évidente.

Une biométrie efficace se fond dans une expérience plus large de services centrés sur le consommateur. L’avènement des solutions biométriques a entraîné le passage de méthodes de vérification basées sur la connaissance à celles qui font appel à la reconnaissance intelligente – en remplaçant le mot de passe par la personne. Mais l’adoption continue de cette technologie dépend de la confiance des utilisateurs dans sa sécurité. Comme notre identité devient de plus en plus numérique, ceux d’entre nous qui conçoivent la technologie doivent s’assurer que leur confiance en celle-ci progresse également. Cela signifie qu’il faut recourir à la sécurité par la conception, une approche qui place la protection des données d’identité au cœur de la biométrie. Connaissance, reconnaissance et sécurité.

À propos de l’auteur

Ajay Bhalla est président des solutions de cybernétique et de renseignement pour Mastercard. Il dirige l’équipe qui développe des produits ou des solutions qui améliorent la sûreté, la sécurité et l’expérience des consommateurs, des commerçants, des partenaires et des gouvernements du monde entier. Ajay est membre du comité de direction de l’entreprise.

Biometric Update

Votre visage pourrait devenir votre titre de transport dans la station de métro du futur

Cubic travaille à la mise au point d’un système de billetterie pour le métro qui utilise la reconnaissance faciale et le balayage des veines de la main

Cubic Transportation Systems, la société américaine à l’origine de la carte de transport londonienne Oyster, travaille présentement à la mise au point d’un nouveau système de billetterie ayant recours à des technologies de reconnaissance faciale, de balayage des veines palmaires et de suivi d’objets pour réduire les files d’attente.

Selon un rapport publié dans Wired, le système de billetterie biométrique de Cubic permettrait de réduire la congestion à l’entrée des stations en supprimant les portillons d’accès.

Cubic’s Gateless Gateline Technology
Credit: Maynard Design

Leur prototype de système d’entrée rapide sans portillon “FasTrack” utilise une technologie de suivi d’objets qui surveille les usagers à leur passage.

« L’achalandage du transport en commun est appelé à croître », affirme Dave Roat, directeur de la stratégie chez Cubic. « Comment gérer cette croissance en favorisant la circulation des passagers dans les stations? »

L’usager peut présenter son billet à une machine de validation de nouvelle génération, qui accepte les cartes Oyster et les cartes sans contact, mais celle-ci fonctionne également par d’autres modes de paiement – Bluetooth LTE, balayage des veines palmaires et reconnaissance faciale.

À l’aide d’un capteur infrarouge, le scanner de veines palmaires capte le profil des vaisseaux sanguins dans la main de l’utilisateur.

Cubic’s Gateless Gateline Technology Credit: Maynard Design
Cubic’s Gateless Gateline Technology
Credit: Maynard Design

Selon Cubic, l’usager pourra enregistrer son empreinte de paume et l’associer à son compte de paiement, ce qui permettra au scanner de reconnaître sa paume et de débiter son compte.

En ce qui concerne le système de reconnaissance faciale, les utilisateurs devront d’abord enregistrer leur visage comme leur titre de transport. Les caméras et les capteurs infrarouges à la porte pourront ainsi détecter l’usager lors de son passage, et débiter son compte de paiement. L’utilisation de capteurs infrarouges permettra d’éviter que le système ne soit dupé par une image 2D.

Le système de suivi des objets s’activera au moment où une personne validera son billet et suivra son déplacement dans le couloir, permettant une plus grande affluence que la ligne simple du portillon d’accès.

Avec le prototype, la lumière du tunnel passe au vert si un usager a payé son passage, et au rouge si ce n’est pas le cas.

L’entreprise sonde actuellement les gens afin de déterminer s’il conviendrait mieux d’utiliser un son, une voix ou une tuile vibrante.

Dans certaines stations du métro de Londres, les usagers doivent présenter leur carte de paiement à un terminal Oyster avant et après le trajet, mais ils n’ont pas à franchir de portillon d’accès.

Si un usager oublie de présenter sa carte à l’entrée ou à la sortie, il se voit facturer le tarif maximum. Le système de Cubic pourrait donc leur rappeler de payer.

Même si le système ne permet pas nécessairement de dissuader les gens à prendre le métro sans payer, il pourrait fournir des informations sur les lieux et les moments où la majorité des gens ne paient pas leur passage afin d’augmenter le nombre d’employés en conséquence.

Cubic espère déployer son système de suivi sans portillon dans une station du Royaume-Uni d’ici un an. La technologie de reconnaissance faciale devra toutefois attendre, celle-ci n’étant pas encore tout à fait au point.

On s’inquiète également des risques pour la sécurité que pose la soumission de données biométriques par le public. Les sociétés de transport devront en effet mettre en place des contrôles stricts de sécurité et de confidentialité avant d’installer tout système de billetterie sans portillon d’accès.

Selon Dave Roat, la mentalité des usagers devrait changer avec la multiplication des systèmes de reconnaissance faciale, mais il croit que les usagers auront toujours plusieurs manières de payer leur accès.

traduction Mathieu Lepage

Wired

Fujitsu développe la technologie d’identification du réseau veineux pour les appareils mobiles

Fujitsu Laboratories Ltd a mis au point ce que l’on appelle la première technologie d’authentification des veines palmaires du monde, qui est suffisamment petite pour être intégrée dans les futures tablettes et autres appareils mobiles de poche, selon un rapport de Japan Today.

Avec la prolifération généralisée des tablettes et autres appareils mobiles compacts, il y a eu un intérêt croissant pour intégrer une unité optique pour l’authentification des veines dans ces appareils mobiles.

Cependant, jusqu’ici les entreprises ont lutté pour fabriquer une unité optique suffisamment petite pour tenir dans les appareils.

Prototype optical unit
(Left, photo: a dotted line surrounds the components; right, a schematic diagram)
Fujitsu

Fujitsu a déclaré qu’il était en mesure de résoudre ce problème en développant un composant d’éclairage compact contenant une seule LED qui éclaire une zone cible rectangulaire avec une intensité uniforme.

Le dispositif d’éclairage utilise un nouveau composé d’éléments optique qui applique le phénomène de diffraction.

Fujitsu a également développé une nouvelle technologie de vérification qui capture le motif complet des veines de la paume, le séparant en tranches lorsque la main passe au-dessus de l’unité optique, qui à seulement 8 mm de large, est en mesure d’être intégrée dans les cadres des petits appareils mobiles.

Grâce à cette méthode, l’authentification des veines de la paume peut être appliquée à une application plus large, comme l’accès à l’information privée, sensible, ou à l’aide de services hautement sécurisés.

How the new technology is used, and how it processes information
Fujitsu

Voir aussi → Paiement biométrique : un projet pilote pour tester la reconnaissance des veines de la paume de la main sans avoir à présenter de CB

Fujitsu, Biometric Update

Paiement biométrique : un projet pilote pour tester la reconnaissance des veines de la paume de la main sans avoir à présenter de CB

La Commission des services financiers (Financial Services Commission – FSC) de la Corée du Sud prévoit de lancer un projet pilote, d’ici le premier semestre de 2017, qui permettra aux consommateurs d’effectuer des paiements en points de vente en utilisant la technologie d’identification des veines de la paume de la main, sans avoir recours à une carte de paiement physique.

La FSC a l’intention de présenter un projet pilote en partenariat avec les entreprises émettrices de cartes de crédit d’ici le premier semestre de cette année” a déclaré l’organisation à NFC World. “L’objectif, est de tester un système d’authentification biométrique utilisant la technologie d’identification du réseau veineux”.

La technologie de reconnaissance des veines compare l’épaisseur, la visibilité et les modèles de veines enregistrés par les utilisateurs pour vérifier leur identité, à l’aide de scanners à veines.

Selon un document d’orientation issu du FSC, le service sera nommé BioPay et permettra aux consommateurs de payer sans avoir besoin d’avoir leur carte physique à portée de main. “Les détails n’ont pas encore été arrêtés” ajoute la FSC.

La Bank of Korea oeuvre également à l’implémentation du programme Coinless Society Project qui consistera en une variété de projets pilotes dans le but d’établir une solide infrastructure de paiements numériques dans le pays.

traduction Benjamin B.

NFC World, Pulse News