Les Etats-Unis ont officiellement commencé à utiliser CRISPR sur les humains

En juin 2016, le National Institutes of Health avait donné le feu vert à une équipe de recherche de l’Université de Pennsylvanie (UPenn) pour commencer à utiliser CRISPR sur les humains.

Lundi, un porte-parole de l’UPenn a confirmé à NPR que les chercheurs de l’institution ont officiellement commencé à utiliser CRISPR sur les humains, marquant ainsi une première nationale qui pourrait conduire à une utilisation plus répandue de la technologie dans le futur.

Le porte-parole a déclaré à NPR que l’équipe de l’UPenn avait jusqu’à présent utilisé CRISPR pour traiter deux patients atteints de cancer, l’un avec un myélome multiple et l’autre avec un sarcome. Tous deux avaient fait une rechute après les traitements habituels contre le cancer.

Premier essai clinique américain avec CRISPR sur des humains

Pour l’essai, les chercheurs ont prélevé des cellules du système immunitaire des patients, ont utilisé CRISPR pour modifier les cellules afin de cibler les tumeurs, puis les ont restituées dans le corps des patients.

“Les conclusions de cette étude seront communiquées au moment opportun par le biais d’une présentation lors d’une réunion médicale ou d’une publication évaluée par des pairs”, a déclaré un porte-parole de l’UPenn à NPR.

Il s’agit peut-être du premier essai avec CRISPR chez l’humain aux États-Unis, mais de nombreux autres essais sont déjà en cours pour déterminer si cette technologie peut traiter efficacement une variété de maladies et de troubles.

Comme l’a déclaré Fyodor Urnov, spécialiste de l’édition génétique, à NPR, “2019 est l’année où les roues d’entraînement se détachent et où le monde entier voit ce que CRISPR peut vraiment faire pour le monde dans le sens le plus positif du terme”.

NPR

Chan-Zuckerberg : étude d’un dispositif cérébral implantable

Un groupe de chercheurs financés par Mark Zuckerberg teste des dispositifs cérébraux implantables dans le cadre d’une recherche de 5 milliards de dollars pour mettre fin à la maladie

Mark Zuckerberg a vendu près de 30 millions d’actions de Facebook pour financer un projet de recherche biomédicale ambitieux, baptisé Initiative Chan Zuckerberg, qui vise à guérir toutes les maladies en une génération.

Une initiative moins médiatisée liée au programme de 5 milliards de dollars comprend des travaux sur les interfaces cerveau-machine, des dispositifs qui traduisent essentiellement des pensées en commandes. Le projet récent est un implant cérébral sans fil capable d’enregistrer, de stimuler et d’interrompre les mouvements d’un singe en temps réel.

Dans un article publié dans la revue scientifique Nature, les chercheurs détaillent un dispositif cérébral sans fil implanté chez un primate qui enregistre, stimule et modifie son activité cérébrale en temps réel, en détectant un mouvement normal et en l’arrêtant immédiatement. L’un de ces chercheurs est un chercheur du Chan Zuckerberg Biohub, un groupe de recherche médicale à but non lucratif lié à l’Initiative Chan Zuckerberg.

Les scientifiques qualifient cette interférence de “thérapie”, car elle est conçue pour traiter des maladies telles que l’épilepsie ou la maladie de Parkinson en arrêtant une crise ou tout autre mouvement perturbateur dès le début.

“Notre appareil est capable de surveiller le cerveau pendant qu’il fournit la thérapie, alors vous savez exactement ce qui se passe”, a déclaré à Business Insider Rikky Muller, co-auteur de la nouvelle étude. Professeur d’informatique et d’ingénierie à l’Université de Berkeley, Muller est également un chercheur chez CZ Biohub.

Les applications des interfaces cerveau-machine ont une portée considérable : alors que certains chercheurs s’attachent à les utiliser pour aider les personnes souffrant de lésions de la colonne vertébrale ou d’autres maladies qui affectent les mouvements, d’autres cherchent à les voir transformer la façon dont tout le monde interagit avec les ordinateurs portables et les smartphones. Une division de Facebook, anciennement appelée Building 8, ainsi qu’une entreprise fondée par Elon Musk, appelée Neuralink, ont toutes deux déclaré qu’elles travaillaient sur cette dernière.

Muller a déclaré que ses recherches au Biohub étaient isolées des autres travaux sur les interfaces cerveau-ordinateur effectués par Facebook.

Le programme notoirement secret de l’entreprise, Building 8, a récemment subi un remaniement comprenant la suppression de l’étiquette de Building 8 et le transfert de ses projets expérimentaux vers de nouvelles divisions. Plus tôt cette année, Business Insider avait exclusivement indiqué que le directeur du programme avait aidé à créer un dispositif qui transformait les mots en vibrations compréhensibles.

Un appareil cérébral qui change automatiquement le comportement

Dans le document de Muller, elle et une équipe de chercheurs de Berkeley et une start-up spécialisée dans les appareils médicaux, Cortera, ont expliqué comment ils utilisaient un appareil appelé “WAND” (Wireless Artifact-free Neuromodulation device) pour empêcher un singe d’adopter un comportement bien enseigné. Dans ce cas, le comportement impliquait de déplacer un curseur sur une cible sur un écran à l’aide d’un joystick et de la maintenir là pendant une période de temps définie.

Nature Biomedical Engineering / Chan-Zuckerberg Biohub

Placé au-dessus de la tête du singe, le dispositif de neuromodulation WAND est connecté directement à son cerveau. À partir de là, il était capable d’enregistrer, de stimuler et de modifier le comportement du singe en temps réel.

WAND pouvait “sentir” quand le primat allait bouger le joystick et arrêter ce mouvement avec un signal électrique ciblé envoyé à la partie droite de son cerveau, a déclaré Muller. Et comme la machine était sans fil, le singe n’avait pas besoin d’être confiné physiquement ou attaché à quoi que ce soit pour fonctionner.

“Cet appareil change la donne en ce sens que vous pouvez avoir un sujet totalement libre de ses mouvements et qu’il “sait” de manière autonome ou automatique quand et comment interrompre ses mouvements”, a déclaré Muller.

WAND pourrait un jour avoir des applications pour une gamme de maladies qui affectent le mouvement (également appelées motricité), y compris les blessures à la colonne vertébrale et l’épilepsie.

“Actuellement, nous pouvons prendre une fonction motrice spécifique, sentir que cela se produit et l’interrompre”, a déclaré Muller.

Il s’agit d’un bon début par rapport aux appareils actuels, qui nécessitent généralement plusieurs équipements volumineux et qui ne peuvent seulement que détecter les mouvements ou les interrompre à un moment donné. L’appareil de Muller fait les deux à la fois. Pour ce faire, il utilise 128 électrodes, ou conducteurs, placés directement dans le cerveau du primate – environ 31 fois plus d’électrodes que les dispositifs cerveau-ordinateur actuels destinés aux humains, limités à 4 à 8 électrodes.

“Je pense que cet appareil ouvre des possibilités pour de nouveaux types de traitements”, a déclaré Muller.

Muller est également cofondateur et président du conseil d’administration de Cortera, qui a reçu une subvention de la DARPA et du NIH – National Institutes of Health. Ses travaux sur les interfaces cerveau-machine ne sont qu’un élément d’un ensemble plus vaste de projets sous l’égide de CZ Biohub.

Joe DeRisi, coprésident du Biohub et professeur de biophysique à UCSF, a déclaré à Business Insider que cette initiative visait à renforcer les projets de recherche menés par les scientifiques locaux, à construire d’importants dispositifs médicaux qui n’existeraient pas autrement, et “repousser les limites”.

Business Insider

Premier essai clinique américain avec CRISPR sur des humains

Le premier essai clinique américain avec CRISPR sur des humains ciblera le cancer

CRISPR est à l’heure actuelle l’outil d’édition génétique le plus efficace que connaisse l’humanité et la technologie ne se limite plus à l’édition de plantes ou d’animaux en laboratoire. En novembre 2016, des scientifiques chinois ont testé CRISPR sur un humain, et maintenant, un essai clinique humain de CRISPR est sur le point de débuter aux États-Unis.

En juin 2016, un comité consultatif du National Institutes of Health (NIH) a donné aux médecins de l’University of Pennsylvania Health System (Penn Medicine), dirigé par Edward Stadtmauer, l’agrément initial nécessaire pour débuter les essais cliniques de CRISPR sur les humains. Selon une annonce dans un dossier de tests cliniques en cours, l’équipe est maintenant quasiment prête à débuter l’essai.

Pour ce tout premier test du genre aux États-Unis, Stadtmauer et son équipe prévoient d’utiliser CRISPR pour modifier des cellules T humaines, qui jouent un rôle essentiel dans le système immunitaire, afin de cibler des tumeurs. Pas moins de 18 patients souffrant de trois types de cancer – myélome multiple, sarcome, et mélanome – pourraient s’engager dans cette étude.

Pour leur essai clinique humain de CRISPR, les médecins prévoient de prélever des cellules sanguines des patients et d’éditer les cellules hors du corps, une approche appelée thérapie génétique ex vivo. Le but est de transformer les cellules T en de meilleurs combattants contre le cancer avant de les réintroduire dans le flux sanguin du patient.

Rapport du NAS sur l’édition du génome humain

En utilisant CRISPR, les médecins ôteront deux gènes spécifiques des cellules T. L’un est une sorte de molécule « point de contrôle» (PD-1) que les cellules cancéreuses exploitent pour arrêter l’activité du système immunitaire. L’autre est un récepteur que les cellules T utilisent pour détecter les dangers, tels que les germes ou les tissus malades. Ils vont remplacer ce récepteur avec un autre transformé par ingénierie afin que les cellules T ciblent les tumeurs.

Le Parker Institute for Cancer Immunotherapy, un organisme de bienfaisance créé par Sean Parker, le fondateur de Napster, participe au financement de l’essai qui devrait débuter en janvier 2018 et se terminer en janvier 2033 si l’on en croit le dépôt du dossier d’essai clinique. Quoi qu’il en soit, un porte-parole de Penn Medicine a déclaré au MIT Technology Review qu’une date de début n’a pas été confirmée : « Nous sommes à la dernière étape avant de lancer l’essai, mais nous ne pouvons pas fournir de date précise ».

Les premiers résultats de l’édition génétique appliquée à des embryons humains viables ont été publiés

Pourtant , après au moins deux ans de planification, le premier essai clinique humain de CRISPR semble presque prêt à démarrer, et une fois lancé, le pays rejoindra officiellement la Chine sur la liste très courte de ceux qui ont testé CRISPR sur des humains. On s’attend à ce que l’Europe s’y mette aussi prochainement, mais avec un essai clinique de CRISPR utilisant une approche ex vivo prévue pour commencer plus tard en 2018 avec l’aimable autorisation de l’entreprise de biotechnologie CRISPR Therapeutics.

Les résultats de ces essais cliniques sur des humains sont susceptibles d’avoir un impact considérable sur l’avenir de l’édition génétique. En fin de compte, pendant que CRISPR fait des miracles dans l’agriculture et d’autres domaines, prouver sa capacité à guérir des maladies humaines est sans doute un objectif bien plus conséquent, et l’atteindre pourrait changer à jamais nos soins de santé.

traduction Virginie Bouetel

MIT Technology Review, Clinical Trials, The Scientist, ASH, Wired

Elon Musk lance une entreprise pour fusionner votre cerveau avec un ordinateur

Au cas où vous l’auriez manqué, Elon Musk est assez préoccupé par le sort de l’humanité, compte tenu des progrès extrêmes réalisés dans l’intelligence artificielle. Fondamentalement, il craint que l’IA ne nous dépasse un jour. Lorsque cela se produira, il prétend que les humains deviendront probablement des citoyens de deuxième classe (voire des esclaves, ou pire).

En ce moment, des rapports ont fait surface qui affirment qu’il soutient une entreprise d’interface cerveau-ordinateur qui a été fondée pour permettre aux humains de suivre les progrès réalisés dans les machines. L’interface est destinée à fonctionner en augmentant ce qui nous rend humain : notre cerveau.

La découverte vient du Wall Street Journal. Selon eux, l’entreprise Neuralink est encore dans les premiers stades de développement. À cette fin, elle n’a actuellement aucune présence publique. Ce que nous savons, c’est que son but ultime est de créer un dispositif (ou peut-être une série de dispositifs) qui peut être implanté dans le cerveau humain. Ceux-ci serviront à une multitude d’objectifs – la finalité étant d’aider les humains à fusionner avec nos logiciels et à suivre le rythme des intelligences artificielles, de sorte que nous ne soyons pas à la traîne.

Au départ, ces améliorations aideront probablement de manière assez réduite, par exemple en nous aidant à améliorer notre mémoire en créant des dispositifs de stockage amovibles supplémentaires. Ce n’est pas la première fois que nous entendons parler de Musk travaillant sur un tel dispositif. Auparavant, il a mentionné un appareil appelé « neural lace » [lacet neuronal ]. Il a expliqué comment il imaginait que cela fonctionnerait à la Code Conference 2016, que vous pouvez voir ci-dessous :

Sans surprise, Musk n’est pas le seul à s’inquiéter de l’IA. Dans une vidéo publiée par Big Think, Michael Vassar, responsable scientifique principal de MetaMed Research, a déclaré que l’IA nous tuera (littéralement) vraisemblablement : « Si une intelligence artificielle générale supérieure à celle humaine est inventée sans la moindre précaution, il est plus que certain que l’espèce humaine s’éteindra peu de temps après ». Pour faire court, il avertit qu’une IA non contrôlée pourrait éradiquer l’humanité dans le futur.

De même, Stephen Hawking a déclaré que l’IA est l’une des plus grandes menaces pour l’humanité : « Le développement de l’intelligence artificielle pourrait se traduire par la fin de la race humaine. Elle s’envolerait seule et se reconceptualiserait à un rythme toujours croissant. Les humains, qui sont limités par une lente évolution biologique, ne pourraient pas concurrencer et seraient remplacés. »

À cette fin, Musk n’est pas la seule personne qui travaille à faire en sorte que l’humanité puisse suivre l’IA. Le fondateur de Braintree, Bryan Johnson, a investi 100 millions de dollars pour faire une neuroprothèse afin de débloquer le pouvoir du cerveau humain et, finalement, rendre notre code neuronal programmable.

Johnson décrit le but de son travail, affirmant qu’il s’agit de co-évolution :

Notre connexion avec nos nouvelles créations d’intelligence est limitée par des écrans, des claviers, des interfaces gestuelles et des commandes vocales – des modalités d’entrée/sortie contraintes. Nous avons très peu d’accès à notre propre cerveau, limitant notre capacité à co-évoluer avec des machines à base de silicium de manière forte.

Il travaille à changer cela et à assurer une interface transparente avec nos technologies (et notre IA).

Johnson est très clair que son entreprise, Kernel, commencera en faisant des recherches sur le cerveau et en déterminant exactement comment celui-ci fonctionne. Cette recherche, déclare Johnson, est la première étape pour aider les humains à obtenir une égalité permanente avec les machines.

Bien sûr, de telles technologies feront beaucoup plus que permettre aux humains d’interagir avec les machines. Les neuroprothèses pourraient également réparer nos capacités cognitives – ce qui nous permettra de lutter contre les maladies neurologiques telles que la maladie d’Alzheimer, la SLA (sclérose latérale amyotrophique ou maladie de Charcot), la maladie de Parkinson et d’autres conditions qui détruisent notre cerveau…

De tels progrès pourraient nous permettre de fusionner avec des machines, oui, mais ils peuvent aussi nous permettre de programmer littéralement notre code neuronal, ce qui nous permettrait de nous transformer d’une manière que nous ne pouvons même pas imaginer. Bref, nous pourrions nous programmer pour devenir les personnes que nous voulons être. Comme le déclare Johnson, « notre biologie et notre génétique sont de plus en plus programmables; Notre code neuronal est le suivant en ligne. »

Cela ressemble à de la science-fiction, mais c’est basé sur un travail scientifique remarquable. En résumé, les dispositifs en cours de développement fonctionnent en reproduisant la façon dont nos cellules du cerveau communiquent. La technologie envisagée repose sur une recherche académique de 15 ans qui a été financée par le NIH et la DARPA. Alors préparez-vous. La superintelligence humaine n’est qu’une question de temps.

traduction Thomas Jousse

Futurism

Transhumanisme en marche : des biologistes annoncent avoir créé des chimères porc-homme

Des embryons contenant moins de 0,001% d’humains – et le reste de porc – ont été fabriqués et analysés par des scientifiques.

C’est la première preuve que des chimères peuvent être fabriquées en combinant du matériel provenant d’êtres humains et d’animaux.

Cependant, le rapport scientifique de la revue Cell montre que le processus est difficile et que l’objectif de la croissance d’organes humains chez les animaux est lointain.

Il a été décrit comme une “publication excitante” par d’autres chercheurs.

Pour créer une chimère, des cellules souches humaines – le type qui peut se développer dans n’importe quel tissu – sont injectées dans un embryon de porc.

BBC, Jean-Yves Nau, journaliste et docteur en médecine

Bioéthique : mi-hommes, mi-bêtes : voici bientôt venu le temps des chimères américaines

chimère humaine-animale
Splice ou Nouvelle Espèce au Québec est un film de science-fiction franco-canado-américain écrit et réalisé par Vincenzo Natali, sorti en 2010.

reblog via blog de Jean-Yves Nau, journaliste et docteur en médecine

Extrait :

… venue des Etats-Unis, un papier du New-York Times et une dépêche de l’Agence France Presse :

« Le gouvernement américain pourrait bientôt débloquer des fonds pour financer la recherche associant des cellules souches humaines à des embryons animaux, une perspective qui soulève une multitude de questions éthiques et scientifiques.

Ils ouvrent d’immenses perspectives médicales, depuis le traitement de maladies dégénératives jusqu’à la création d’organes destinés à des greffes… mais suscitent aussi des questions si profondes que les Instituts nationaux américains de santé (NIH), qui dépendent du ministère américain de la Santé, avaient placé il y a un an un moratoire sur ce type de travaux. Après avoir consulté chercheurs, biologistes et spécialistes du bien-être des animaux, le NIH se propose de lever ce moratoire, ouvrant la porte au financement public de ce type de recherches. »

C’est là une annonce d’une portée éthique considérable : seraient alors autorisées les expériences « où des cellules humaines pourraient apporter soit une contribution substantielle soit une modification fonctionnelle substantielle au cerveau de l’animal » (communiqué des NIH). Et, dans un souci bien compris d’apparence démocratique, ces mêmes NIH ont ouvert une période de 30 jours pour que spécialistes et grand public soumettent leurs commentaires en ligne.  Après cette période, l’organisme décidera ou pas de lever le moratoire… lire la suite

Enregistrer

Une note d’avertissement pour les amateurs de CRISPR

Quelques mises en garde sur la révolution CRISPR sont sorties de l’American Society of Hematology la semaine dernière à Washington.

Le point le plus litigieux implique le danger des effets hors cible, qui se produisent lorsque CRISPR ne modifie pas la cible visée, mais une région différente du génome total. En théorie, cela pourrait provoquer des effets néfastes, y compris le cancer (si, par exemple, CRISPR désactive un gène suppresseur de tumeur).

De nombreux chercheurs, y compris ceux qui prévoient des essais cliniques, utilisent « dans les méthodes in silico » — des algorithmes basés sur la biologie computationnelle pour prédire quelles régions du génome sont assez similaires à la région ciblée. Malheureusement, « l’algorithme manque un bon nombre d’entre eux, » a déclaré le Dr J. Keith Joung du Massachusetts General Hospital. « Ils ne sont pas vraiment très bons pour prédire où il y aura des effets hors cible, » dit Joung, qui est co-fondateurs de Editas Medecine et a des intérêts financiers dans d’autres entreprises biotechnologiques.

Une autre raison de s’inquiéter : les génomes de deux individus sont identiques. Donc même si la plupart des patients n’ont aucun ADN qui pourrait emmener CRISPR loin de sa cible, certains patients sont très susceptibles d’avoir ces séquences, grâce à des mutations aléatoires.

Les amateurs de CRISPR ont-ils leur tête dans le sable sur la sécurité de la modification génétique ?

Tandis que les 150 experts de l’industrie, du milieu universitaire, les National Institutes of Health et la Food and Drug Administration ont été optimistes sur la possibilité d’utiliser l’édition de génome pour traiter et guérir la drépanocytose, la leucémie, le VIH/SIDA et d’autres troubles sanguins, une préoccupation émergente que certains enthousiastes CRISPR-ers ne tiennent pas compte des preuves croissantes que CRISPR seraient susceptibles de modifier par inadvertance des régions du génome autres que celles prévues.

« Dans les premiers jours de ce domaine, les algorithmes ont été générés pour prédire les effets hors cible et [faits] disponibles sur le web, » a déclaré Joung. D’autres recherches ont montré, cependant, que ces algorithmes, y compris celui du MIT et un autre appelé E-CRISP , « ont manqué un bon nombre » d’effets hors cible. « Ces outils sont utilisés dans beaucoup de documents, mais ils ne sont vraiment pas très bons pour prédire où il y aura des effets hors cible, » dit-il. « Nous pensons que nous pouvons obtenir des effets hors cible à moins de 1 %, mais nous devons faire mieux, » surtout si la modification du génome doit être utilisée sans danger pour traiter les patients.

Les effets hors cible se produisent à cause de la façon dont CRISPR fonctionne. Il comporte deux parties. RNA makes a beeline for the site in a genome specified by the RNA’s string of nucleotides, and an enzyme cuts the genome there. Trouble is, more than one site in a genome can have the same string of nucleotides. Scientists might address CRISPR to the genome version of 123 Main Street, aiming for 123 Main on chromosome 9, only to find CRISPR has instead gone to 123 Main on chromosome 14.

À titre d’exemple, Joung a montré, que CRISPR est censé modifier un gène appelé VEGFA (qui stimule la production des vaisseaux sanguins, y compris ceux utilisés par des tumeurs cancéreuses) sur le chromosome 6. Mais, les études montrent, que CRISPR peut également frapper des gènes sur pratiquement chacun des 22 autres chromosomes humains. Il en va de même pour les CRISPRs qui visent d’autres gènes. Bien que chaque CRISPR à zéro à une dizaine de sites hors-cible « connu »  (où « connu » des moyens prévus par ces algorithmes basés sur le web), Joung dit, qu’il peut y avoir jusqu’à 150 « nouveaux » sites hors-cible, les chercheurs n’avaient aucune idée que ces erreurs étaient possibles.

Une des raisons de s’inquiéter des effets hors-cible est que l’édition de génome peut désactiver un gène suppresseur de tumeur ou activer un cancérigène. Il pourrait également permettre à des morceaux de deux chromosomes différents, de se réunir, un phénomène appelé translocation, qui est la cause de la leucémie myéloïde chronique, entre autres problèmes.

Lire la suite sur STAT News

→ voir aussi : Les dangers de l’édition du génome humain pour la reproduction

L’avenir (immédiat) de CRISPR est chinois

Les chercheurs en Chine prévoient d’utiliser la technologie d’édition du génome CRISPR-cas9 chez les patients dès le mois prochain, a rapporté Nature jeudi. Comme leurs homologues américains, le groupe chinois utiliserait CRISPR pour modifier les lymphocytes T (cellules T), du système immunitaire chez les patients atteints d’un cancer. Ils cherchent à désactiver le PD-1.

Lire la suite sur STAT News

Feu vert pour le premier essai humain avec CRISPR

Vous pensez que l’ approbation de cette thérapie expérimentale est une “évidence”, mais sachez que les essais de thérapie génique humaine ont été cahoteux depuis 1999 .

Les premiers essais pourraient commencer dès la fin de l’année.
Un premier essai humain avec CRISPR ?
L’argent derrière le premier test humain CRISPR vient du milliardaire Sean Parker

Lire l’article sur Nature News

L’argent derrière le premier test humain CRISPR vient du milliardaire Sean Parker

Une nouvelle vague de traitements contre le cancer pourrait combiner l’immunothérapie et l’édition génétique.

Le premier test proposé de la technologie d’édition génétique CRISPR pour les êtres humains est financé par le milliardaire Sean Parker, a appris MIT Technology Review.

Le nouveau traitement contre le cancer, initialement divulgué la semaine dernière, est en cours d’examen par un comité consultatif fédéral à Washington, D.C., et pourrait devenir le premier essai clinique impliquant CRISPR, la sulfureuse technologie de modification génétique.

Nous pouvons maintenant rapporter que Parker, un homme de 36 ans dont les ressources nettes sont estimées à $2,4 milliards, finance l’étude.

Parker, plus connu pour son rôle en tant que premier président de Facebook et co-créateur du site de partage de musique Napster, s’est projeté dans la recherche sur le cancer en avril, disant qu’il donnerait $250 millions en financements à six centres, dont un à l’University of Pennsylvania, dans ce qu’il appelle un « projet Manhattan pour guérir le cancer avec le système immunitaire. »

Penn a confirmé que la fondation de charité de Parker financerait l’essai, qui utilisera l’édition génétique pour modifier le système immunitaire des lymphocytes T pour attaquer trois types de cancers : le myélome, le mélanome, et le sarcome.

Le soutien de Parker souligne comment les riches entrepreneurs d’internet pensent pouvoir accélérer la recherche sur le cancer. Parker, un ancien hacker dont le résumé comprend une altercation avec le FBI, dit qu’il pense que les lymphocytes T sont « comme de petits ordinateurs » pouvant être reprogrammés (voir  « 10 découvertes technologiques de 2016 : ingénierie immunitaire »).

Il n’y a pas de pénurie de financement pour la thérapie immunitaire. De nouveaux médicaments sont capables de guérir certains cas de mélanome avancé ; les traitements de lymphocytes T, dont certains lancés par Penn, ont connu un succès spectaculaire contre la leucémie.

Mais la fondation de Parker est peu commune, car elle dit vouloir contrôler les brevets sur la recherche qu’elle finance et amener des traitements sur le marché.

« Et si nous avions un système dans lequel toute la [propriété intellectuelle] pourrait être partagée entre les scientifiques ? » a-t-il dit à Dateline NBC dans un programme diffusé en mai.

Traduction Thomas Jousse

Lire la suite sur MIT Technology Review