Intelligence artificielle : quelles conséquences pour la protection de nos données ?

L’intelligence artificielle est au cœur de nombreux débats en ce qui concerne la confidentialité en ligne, la sécurité et la protection des données des utilisateurs. Avec ses capacités d’analyse décuplées, l’IA est souvent vue comme un outil de protection à fort potentiel. Mais, à l’image des technologies de dématérialisation comme celle du cloud gaming, l’IA est un outil à double tranchant.

La rapidité de calcul et d’analyse de centaines de milliers de données en quelques instants ferait ainsi de l’intelligence artificielle une alliée puissante lorsqu’elle est utilisée à bon escient, selon certains experts. Elle pourrait par exemple permettre de découvrir très rapidement de potentielles failles dans les systèmes informatiques des grandes entreprises, ce qui protégerait les utilisateurs finaux de manière plus efficace contre les pirates informatiques ou les personnes malveillantes.

Certaines entreprises de cybersécurité se spécialisent d’ailleurs dans la protection assistée par l’IA. Mais cela est loin d’être un tableau idyllique, car le potentiel de l’IA vient avec un coût pour la protection des données des utilisateurs. La rapidité et l’efficacité de l’intelligence artificielle lui viennent ainsi en partie de l’incroyable masse de données de laquelle elle a appris.

Cela se fait d’ailleurs souvent aux dépens de la confidentialité. Car pour que ces produits, dont la promesse et le bénéfice sont basés sur l’intelligence artificielle, soient efficaces, il est nécessaire de rassembler et d’analyser les actions de millions de personnes ou même leurs profils personnels.

Même si ces données sont anonymisées, elles permettent parfois de retrouver des informations bien trop personnelles. Plusieurs enquêtes d’investigation par des journalistes du monde entier ont ainsi souligné le danger des services de localisation utilisés par certaines applications, en montrant qu’il était possible de suivre les allers et venues de tout un chacun et d’ainsi de deviner leur identité.

Dans le contexte de la pandémie de COVID, ces questions se sont faites encore plus pressantes. L’utilisation de l’IA permet ainsi déjà de générer des statistiques sur le nombre de personnes qui portent un masque dans les espaces publics à Paris ou à Cannes.

Harold Li, expert en cybersécurité et Vice-Président d’ExpressVPN, avertit ainsi les utilisateurs : “À l’ère du numérique, la protection de la vie privée dépend de notre capacité à contrôler la manière dont nos données sont collectées, stockées, modifiées et supprimées. Tant que nous pouvons le faire de manière responsable, il est possible de respecter la vie privée tout en bénéficiant des progrès technologiques. Mais pour l’instant, lorsque que des données sont utilisées par une intelligence artificielle ou pour le machine learning, il n’existe toujours pas de moyen de récupérer ces données ou de revendiquer leur influence sur le produit final qu’elles ont servi à produire. Il n’est pas non plus évident de savoir si nous pouvons apprendre à une machine à “oublier” quelque chose après qu’elle l’ait “appris””.

En plus de ces problèmes liés à la confidentialité, il est aussi important de garder à l’esprit que les pirates informatiques sont souvent très réactifs quand il s’agit de s’approprier une technologie, quel que soit son niveau de complexité. Il est ainsi possible que l’avenir des cyberattaques réside lui aussi dans les IA. Protéger ses données et sa confidentialité devient donc de plus en plus important. Il est néanmoins possible de maintenir sa confidentialité grâce à quelques solutions simples et peu coûteuses, comme l’installation d’un réseau privé virtuel premium en profitant d’une promo VPN. Un contrôle régulier des permissions de ses applications mobiles permet également de mieux comprendre quels acteurs s’intéressent à quelles données, et ainsi de mieux en contrôler le partage. Un partage qui devrait d’ailleurs toujours aller dans le sens de l’utilisateur.

Julie Khoum
Après environ 10 années dans le digital et la French Tech à Paris, je suis devenue rédactrice et journaliste. Je suis passionnée de sport et par les sujets liés à l’avenir du travail, le digital nomadisme et le développement personnel. Convaincue que nous sommes à une grande ère comportant de multiples changements, j’œuvre pour que ces derniers soient documentés.

Registres distribués, l’évolution de la chaîne de blocs

L’Institut de gouvernance numérique dépose un livre blanc

Après plusieurs mois de travail, l’Institut de gouvernance numérique (IGN) dévoile aujourd’hui son livre blanc, Registres distribués, l’évolution de la chaîne de blocs entourés d’acteurs impliqués et concernés par cette innovation de rupture, dont le Scientifique en chef du Québec, M. Rémi Quirion. Les travaux de ce livre blanc ont été menés par un comité directeur composé d’universitaires, d’entrepreneurs, d’avocats et d’administrateurs publics.

Le livre blanc Registres distribués, l’évolution de la chaîne de blocs vise à éclairer les décideurs publics et la communauté d’affaires sur cette technologie transformatrice. Les registres distribués bouleversent le domaine de l’archivage et de l’échange sécuritaire des informations, des transactions électroniques, des identités numériques, des dossiers patients, etc. Ils amènent des innovations comme les “contrats intelligents” qui permettent d’automatiser des transactions générant des gains de productivité importants pour les organisations et facilitant la vie des consommateurs, membres, clients, citoyens; la technologie est aussi utilisée de plus en plus par des gouvernements et institutions pour la mise en place de mécanismes de votation électronique ou de consultation populaire.

“À l’heure où les vols de données sont un fléau à travers le monde, à la veille de l’arrivée de la connectivité 5G qui décuplera les données en circulation, au moment où s’amorce la révolution de l’intelligence artificielle, la technologie des registres distribués apparaît comme un élément incontournable. Elle devient un nouveau symbole de cette ère numérique qui fait des données une ressource, et de la sécurité des renseignements personnels, une condition de succès”, explique M. Rémi Quirion, Scientifique en chef du Québec et l’un des parrains du projet.

Les registres distribués permettent la décentralisation de la gestion de l’information d’une manière transparente, traçable et inviolable offrant aux États, aux entreprises et aux organisations les plus diverses un moyen d’assurer la sécurité des données et des échanges. “À brève échéance, les registres distribués pourraient devenir l’ossature technologique des transactions numériques à l’échelle mondiale avec un champ d’application illimité”, estime le professeur Kaiwen Zhang du département de génie logiciel de l’École de technologie supérieure.

Le potentiel est tel que l’une des études citées dans le livre blanc, émanant du Forum économique mondial, indique que 10 % du PIB mondial pourrait être stocké dans des registres distribués d’ici 2027.

Ce livre blanc se veut donc un premier pas afin d’aider le Québec à se positionner. Il a ainsi pour objectifs :

• De présenter cette technologie de manière simple;
• D’aider à la compréhension du potentiel transformateur et parfois perturbateur des applications qui en découlent;
• De cerner certains enjeux plus spécifiques au Québec en regard du développement et de l’utilisation des registres distribués;
• De décrire les forces et les faiblesses de l’écosystème québécois en la matière;
• De définir des pistes d’action adaptées à la réalité québécoise pour le développement de cet écosystème.

Le livre blanc recommande notamment au gouvernement du Québec de reconnaître le phénomène des registres distribués comme un enjeu économique et stratégique incontournable et d’agir en conséquence. Le comité directeur recommande ainsi au gouvernement de s’inspirer du modèle mis sur pied avec le Comité d’implantation de la grappe en intelligence artificielle, et de soutenir un groupe réunissant des experts, des entrepreneurs, des universitaires, des investisseurs pour l’aider à déterminer les meilleurs gestes à poser pour soutenir le développement de l’écosystème, développer les connaissances, stimuler l’innovation et lancer des projets pilotes.

Dans cette foulée, l’IGN propose une démarche d’appropriation des registres distribués crédible et concrète, soutenue par des experts, pour faciliter au moyen de cette technologie, la transformation numérique de l’État, de ses institutions et de l’économie. “Pour le Québec, qui est un leader de premier plan dans plusieurs technologies de pointe, qui compte une communauté d’entrepreneurs très dynamique dans les technologies numériques, la maîtrise des registres distribués devient un atout stratégique essentiel pour affirmer notre leadership dans les créneaux de la prochaine vague d’innovations”, soutient M. Jean-François Gauthier, président-directeur général de l’IGN.

Les travaux de ce livre blanc ont été menés par un comité directeur composé d’universitaires, d’entrepreneurs, d’avocats et d’administrateurs publics. L’Autorité des marchés financiers, Québec Blockchain, Catallaxy (une filiale de Raymond Chabot Grant Thornton), Bitfarms, l’Université Laval, l’École de technologie supérieure ainsi que La Capitale ont aussi contribué à l’exercice. Le Scientifique en chef du Québec, Hydro-Québec, le gouvernement du Québec, Finance Montréal et le Hub Saguenay–Lac-Saint-Jean ont rendu possible l’élaboration de ce livre blanc par leurs contributions financières respectives.

Un scientifique veut hacker des humains hybrides pour survivre sur Mars

Voyager sur Mars est trop dangereux pour les humains et le restera à moins que les scientifiques ne sachent comment protéger correctement les astronautes de l’assaut mortel du rayonnement cosmique.

Habituellement, les propositions visant à protéger les astronautes au cours d’un voyage aller-retour d’un an impliquent un meilleur blindage à bord des engins spatiaux. Mais Space.com rapporte que le généticien Chris Mason, de l’Université Weill Cornell, a une idée différente : hacker les humains avec l’ADN des tardigrades qui permet aux petites créatures bizarres de survivre à un rayonnement intense.

C’est une idée inhabituelle et spéculative, mais qui pourrait aussi illustrer l’étrange avenir de la biotechnologie et des voyages spatiaux.

Mason a longtemps fait des recherches sur les effets des voyages spatiaux sur le corps humain. Puisque les tardigrades sont capables de survivre aux horreurs infinies de l’espace, leur génome pourrait potentiellement rendre les cellules humaines plus résistantes.

Mais Mason admet que tout piratage de gène humain-tardigrade est encore pour des décennies.

“D’ici 20 ans, j’espère que nous pourrons en être au stade où nous pourrons dire que nous pouvons créer un humain qui pourrait mieux survivre sur Mars.”

Stephen Hawking : “Je suis convaincu que les humains doivent quitter la Terre”

Les geeks de la Silicon Valley transforment leurs enfants en cyborgs

Une neuroscientifique a admis avoir “transformé son enfant en un cyborg” – et dit vouloir contrôler ses émotions en utilisant des puces cérébrales.

Ce n’est qu’un exemple du mouvement transhumaniste en plein essor : utiliser la technologie pour nous transformer en super-humains.

Vivienne Ming est une neuroscientifique et une experte de renommée mondiale en intelligence artificielle. Et elle déclare que le double diagnostic de l’autisme et du diabète de son fils l’a inspirée à “le transformer en un cyborg”.

“Quand il a été diagnostiqué avec un diabète de type 1, j’ai piraté sa pompe à insuline et construit une IA qui a appris à adapter son insuline à ses émotions et activités.”

Une intelligence artificielle détecte le mensonge

Détecter les mensonges

Elle a également déclaré que le diagnostic de l’autisme l’avait incitée à créer un système intelligent pour attraper les menteurs.

Pendant ses études de premier cycle, Ming a travaillé sur un système d’apprentissage automatique (machine learning) qui reconnaît les expressions faciales dans une vidéo – dans le cadre de ce qu’elle appelle un “projet fou de la CIA”.

“Il a exploré chaque image de la vidéo, apprenant les mouvements des muscles du visage qui indiquaient le dégoût ou la colère. Il a même appris à distinguer les faux sourires des vrais, autrement appelés sourires duchenne.”

Puis, lorsque les lunettes intelligentes Google Glass sont sorties, Ming a décidé d’associer les deux technologies. En 2013, elle a lancé son concept SuperGlass capable de reconnaître les expressions d’un visage et d’afficher l’émotion à l’aide de Google Glass.

Ceci a été conçu pour aider une personne autiste à mieux comprendre quand une personne était heureuse, triste, en colère ou quelque chose d’autre.

“Mais plus j’ai expérimenté, plus j’ai réalisé que je ne voulais pas guérir l’autisme de mon fils”, a expliqué Ming. “Je ne voulais pas le perdre, lui et ses différences merveilleuses. SuperGlass est devenu un outil pour faire la différence entre son expérience et nous les neurotypiques (un terme scientifique qui signifie “ton cerveau est ennuyeux”). “Cela n’a pas nivelé le terrain de jeu – cela lui a simplement donné une autre batte pour jouer.”

Pirater le cerveau

Mais Ming pense également que l’avenir de l’humanité réside dans la neuroprothèse – des implants qui se connectent à votre cerveau. Beaucoup de ces implants existent déjà, y compris des implants rétiniens pour les aveugles et des neuroprothèses motrices pour traiter la paralysie. Certains implants sont même utilisés pour la “stimulation cérébrale profonde” afin de traiter des troubles tels que la maladie de Parkinson et la dépression.

Ming a également contribué à la création d’un implant cochléaire basé sur l’IA, conçu pour restaurer l’audition de certaines formes de surdité. L’IA a été formée pour “entendre” et mieux comprendre les sons.

“Nos expériences ont montré que l’algorithme améliorait considérablement la perception de la parole pour les utilisateurs d’implants”, a-t-elle déclaré.

Neuralink veut connecter votre cerveau à Internet

Améliorer la personnalité

Une partie du travail de Ming a également porté sur la modification de nos personnalités. L’un de ses projets est le wearable HUMM qui envoie des signaux électriques pour améliorer les connexions entre les parties du cerveau.

Cette stimulation favorise l’augmentation des performances multitâches, l’attention et la durée de la mémoire de travail. Lors d’une expérience récente, les adultes ont augmenté de 20% la durée d’une séquence de lumières et de sons dont ils pouvaient se souvenir avec régularité lorsqu’ils portaient l’appareil HUMM, par rapport à une stimulation factice.

Dans une autre expérience récente, une stimulation similaire a amélioré la mémoire chez les personnes âgées en déclin cognitif. Ming a déclaré que de véritables dispositifs d’amélioration des performances seraient bientôt disponibles – et qu’ils seraient comme des égaliseurs musicaux.

Interfaces cerveau-ordinateur : des fonds militaires pour contrôler les sentiments

Cependant, plutôt que de se connecter à un haut-parleur, le dispositif collecterait simplement un lien vers une puce dans votre cerveau pour stimuler votre attention ou freiner votre créativité.

“Ajoutez de la mémoire et vous êtes prêt pour un examen. Appuyez sur une date prédéfinie pour stimuler les émotions et la concentration tout en atténuant les facultés cognitives”.

Ces aptitudes pourraient devenir un cadeau de la part de parents hyper-compétitifs, ou être achetées dans les centres commerciaux de la Silicon Valley pour améliorer les performances.

La Silicon Valley entreprend même une quête de l’immortalité – avec des injections de cellules et des implants cérébraux. Peut-être qu’ils sont tous devenus fous, cependant : Les geeks de la Silicon Valley paient 1 000 £ par mois rien que pour dormir dans un lit superposé. Et un milliardaire de la Silicon Valley a même payé 10 000 $ pour être tué et voir son cerveau conservé numériquement.

Quartz, The Sun

Des scientifiques veulent choquer le cerveau des prisonniers pour combattre l’agressivité

Rapport: il est facile de pirater toute une génération d’armes militaires

Le Government Accountability Office (GAO) a annoncé que le Pentagone avait été pris au dépourvu. Il s’avère que les systèmes d’armes d’une génération entière, y compris ceux en cours de développement, sont vraiment faciles à pirater.

Il n’y a pratiquement aucune excuse pour que l’armée soit aussi laxiste en matière de sécurité numérique, car son armement – ainsi que la nature même de la guerre – est de plus en plus numérique.

Il s’avère que plusieurs des tests effectués au cours des années étaient incomplets, ce qui a conduit les responsables à ne pas prendre en compte les vulnérabilités apparues.

Le rapport, qui a omis de nombreux détails cruciaux sur les systèmes les plus vulnérables, a indiqué que de petites équipes de hackers informatiques au chapeau blanc (“white hat” un hacker éthique) étaient en mesure de se connecter à divers systèmes d’armes en moins d’une heure.

Les hackers, selon le rapport, ont été en mesure de prendre le contrôle des principaux systèmes d’armes et d’opérer en grande partie sans être détectés, en partie à cause de problèmes fondamentaux tels qu’une mauvaise gestion des mots de passe et des communications non chiffrées.

L’armée américaine a le budget le plus élevé au monde, cependant, la cybersécurité de l’armée échoue régulièrement à ces tests depuis 2012, selon le rapport. Face à tout cela, il semble que l’armée ait laissé ses armes et ses systèmes numériques les plus avancés au grand jour.

U.S. Government Accountability Office, Phys.org

Yuval Noah Harari : 21 leçons pour le 21ème siècle

Yuval Noah Harari, après Sapiens et Homo Deus, a publié une autre lecture captivante et passionnante. Cette fois-ci sur les défis auxquels l’humanité est confrontée au 21ème siècle. Entre autres, il traite de l’automatisation des soins de santé, de la façon dont les algorithmes affecteront la vie des patients et le travail des médecins.

Comment les ordinateurs et les robots changent-ils le sens d’être humain ? Comment traitons-nous avec l’épidémie de fake news ? Les nations et les religions sont-elles toujours d’actualité ? Que devrions-nous enseigner à nos enfants ?

Les 21 leçons pour le 21e siècle de Yuval Noah Harari sont une enquête exploratoire et visionnaire sur les problèmes les plus urgents d’aujourd’hui alors que nous nous dirigeons vers le territoire inconnu de l’avenir. Alors que la technologie progresse plus rapidement que notre compréhension du piratage informatique qui devient une tactique de guerre et que le monde se sent plus polarisé que jamais, Harari relève le défi de naviguer dans la vie face à un changement constant et désorienté et soulève les questions importantes que nous devons nous poser pour survivre.

Dans vingt et un chapitres accessibles, à la fois provocants et profonds, Harari s’appuie sur les idées explorées dans ses précédents ouvrages pour cerner les problèmes politiques, technologiques, sociaux et existentielles et pour donner des conseils sur la manière de se préparer pour un avenir très différent du monde dans lequel nous vivons maintenant.

Comment pouvons-nous conserver une liberté de choix lorsque le Big Data nous surveille ? À quoi ressemblera la future main-d’œuvre et comment devrions-nous nous y préparer ? Comment devrions-nous faire face à la menace du terrorisme ? Pourquoi la démocratie libérale est-elle en crise ?

La capacité unique de Harari à comprendre d’où nous venons et où nous allons a capturé l’imagination de millions de lecteurs. Il nous invite ici à examiner les valeurs, la signification et l’engagement personnel dans un monde bruyant et incertain. Lorsque nous sommes inondés d’informations non pertinentes, la clarté est synonyme de pouvoir. Présenter des défis contemporains complexes de manière claire et accessible, 21 Leçons pour le 21e siècle est une lecture essentielle.

Yuval Noah Harari est docteur en Histoire, diplômé de l’Université d’Oxford. Aujourd’hui, il enseigne dans le département d’Histoire de l’université hébraïque de Jérusalem et a remporté le « prix Polonsky pour la Créativité et l’Originalité » en 2009 et en 2012. Ses ouvrages “Sapiens” et “Homo Deus” sont devenus des phénomènes internationaux : traduits dans près de 40 langues et présents sur toutes les listes de bestsellers à travers le monde.

Russ Foxx Transhumaniste a plus de 100 modifications corporelles

Russ Foxx, de Vancouver, a subi plus de 100 modifications appliquées à son corps. L’artiste a un tatouage aux ultraviolets, des cornes de silicone et des porte-clés sous sa peau. Il se dit transhumaniste et déclare qu’il est « en mouvement avec la technologie ».

Un artiste de modification corporelle et transhumaniste autoproclamé a présenté quelques-unes des modifications bizarres auxquelles il a soumis son corps au cours des 30 dernières années.

Russ Foxx, de Vancouver, en Colombie-Britannique, a subi plus de 100 modifications sur son corps, de porte-clés électriques dans sa main jusqu’aux cornes de silicone implantées dans sa tête.

L’artiste de modifications à plein temps âgé de 36 ans a effectué des dizaines de milliers de procédures – dont beaucoup sur lui-même – y compris une langue de serpent fourchue, des tatouages ultraviolets et des oreilles pointues. D’autres travaux non conventionnels incluent des scarifications à un scarabée de silicium 3D implanté.

Russ a été fasciné par le monde de la manipulation esthétique extrême après avoir percé ses oreilles à l’âge de cinq ans et, à 18 ans, le propriétaire de salon avait plus de 50 piercings sur son visage.

body-modification Russ Foxx
Credit: Storytrender

Russ a déclaré : « S’il y a quelque chose que je possède vraiment, c’est mon corps. Je vois les modifications comme de l’art et mon corps est la toile. Je me définis comme un transhumaniste – j’évolue avec la technologie et le temps. Je suis toujours à jour ; toujours en train de mettre à jour. Depuis que je suis adulte, je me retrouve à graviter vers des modifications plus fonctionnelles qui améliorent mes capacités naturelles – comme déverrouiller ma porte d’entrée avec un appareil que j’ai implanté chirurgicalement dans ma main. Bien que parfois je subisse des modifications uniquement pour des raisons esthétiques. Je ne force personne à aimer les modifications et j’encourage les gens à poser des questions s’ils sont intrigués. »

Un implant lumineux pour ressembler à un cyborg

Russ est très fier de la qualité de son travail, n’utilisant que des matériaux sûrs et de haute qualité pour lui et ses clients et conseil fortement de ne pas choisir une option bon marché. « Vous n’avez qu’un seul corps, et votre santé est de la plus haute importance. »

Daily Mail

Aventures chez les transhumanistes

Cyborgs, techno-utopistes, hackers et tous ceux qui veulent résoudre le modeste problème de la mort

isbn 9782373090376

Le transhumanisme peut sembler aussi bien porteur d’un immense espoir que terrifiant. Voire totalement absurde… Son but étant d'”améliorer” la condition humaine – le corps et l’esprit – jusqu’au stade où maladie, vieillesse et mort appartiendront au passé, le futur que prônent ses adeptes relève pour l’instant de la science-fiction. Mais ils sont de plus en plus nombreux, notamment parmi les dirigeants de la Silicon Valley, à croire que l’homme vaincra la mort et à plancher sur la question. Fasciné par ce mouvement en plein essor, le journaliste et essayiste irlandais Mark O’Connell est parti à leur rencontre.

Au fil de son enquête au long cours, il a fait la connaissance des figures majeures du mouvement et a exploré les lieux où ils élaborent leurs projets : laboratoires ultramodernes, espaces de stockage cryonique, caves dédiées au biohacking… On y croise des tenants du téléchargement de l’esprit, des immortalistes, des programmeurs informatiques redessinant le monde dans leur coin ou encore des développeurs de robots de guerre. Aventures chez les transhumanistes dévoile les facettes glaçantes de cette galaxie en pleine expansion.

Mark O’Connell est un journaliste et essayiste irlandais dont les travaux sur le transhumanisme ont été publiés dans Slate, le New Yorker et le New York Times Magazine. Livre paru en mars 2017 et déjà traduit dans 10 pays (Chine, République Tchèque, Pays-Bas, Allemagne, Italie, Japon, Corée du Sud, Pologne, Russie, Turquie).

https://iatranshumanisme.com/transhumanisme/politique-transhumanisme-james-hughes/le-transhumanisme-democratique-2-0/

« Une plongée unique au cœur du milieu transhumaniste, qui permet de mieux saisir cette foi dans la technologie (parfois) sinistre et (toujours) excessivement arrogante qui irradie de la Silicon Valley. » —The Guardian

« Les lecteurs apprécieront le sens de l’humour et l’écriture nerveuse de O’Connell, partageant ses nombreuses interrogations sur les conséquences éthiques et les dilemmes moraux qu’implique le transhumanisme. » — Booklist

« Le transhumanisme – défini comme “un mouvement prônant ni plus ni moins que l’émancipation totale vis­à­vis de notre condition biologique” – est passé au crible dans cette enquête très fouillée et provocante à souhait. » — Publishers Weekly

« O’Connell présente aux lecteurs une galerie de personnages burlesques voire délirants, parmi lesquels Max More, un philosophe “extropien” diplômé d’Oxford, qui aspire à repousser toujours plus loin les limites du vivant ; ou encore Zoltan Istvan, le candidat transhumaniste à la présidentielle américaine en 2016, qui mena sa campagne en sillonnant les routes à bord d’un bus en forme de cercueil… » — New Statesman

https://iatranshumanisme.com/transhumanisme/les-organismes-transhumanistes/transhumanistes-extropiens/principes-transhumanistes-dextropie/

Extraits

Plus j’approfondissais le sujet, plus je découvrais que le transhumanisme, malgré son apparente radicalité et bizarrerie, exerçait une influence patente sur la culture de la Silicon Valley – et donc, plus largement, sur l’imaginaire des nouvelles technologies. Elle se manifestait par exemple chez de nombreux entrepreneurs tech adhérant à l’idéal d’une extension conséquente de la durée de vie : c’est notamment le cas du cofondateur de PayPal et investisseur précoce de Facebook Peter Thiel, à l’origine de divers projets allant dans ce sens ; ou de Google, qui a ouvert une filiale spécialisée dans les biotechnologies, Calico, laquelle vise à résoudre le problème de la vieillesse.

On perçoit également cette influence dans les avertissements de plus en plus pressants de personnalités comme Elon Musk, Bill Gates ou Stephen Hawking, qui s’inquiètent de voir un jour notre espèce annihilée par une superintelligence artificielle. Sans oublier l’embauche par Google de Ray Kurzweil, le grand gourou de la « singularité technologique », au poste de directeur de l’ingénierie. Je vois aussi l’empreinte du transhumanisme dans des déclarations telles que celle-ci, signée Eric Schmidt, ex-PDG de Google : « Vous disposerez d’un implant qui vous donnera automatiquement une réponse dès que vous vous poserez une question. » Ces hommes – il s’agissait d’hommes pour l’essentiel – parlaient d’un avenir dans lequel les humains ne feraient plus qu’un avec les machines. Quelles que soient leurs divergences, ils évoquaient tous un futur post-humain, dans lequel le techno-capitalisme survivrait à ses propres inventeurs, trouvant de nouvelles formes pour se perpétuer et tenir ses promesses.

[…]

Une partie de la communauté scientifique se montre de plus en plus inquiète à l’idée qu’une intelligence supérieure balaye l’humanité de la surface de la terre. En découvrant que cette vision de notre avenir technologique était partagée par d’autres personnes que moi, ma nature fataliste y a trouvé matière à entretenir son angoisse.

Les journaux s’empressent souvent de relayer ce genre de prophéties sinistres, généralement illustrées par une image apocalyptique tirée de la franchise Terminator – un robot tueur au crâne de titane dévisageant le lecteur de ses yeux rouges et cruels.

Après avoir qualifié l’IA de « plus grand menace existentielle qui pèse sur l’humanité », Elon Musk a ainsi souligné que nous risquions d’« ouvrir la boîte de Pandore » en la laissant se développer de manière exponentielle. (« J’espère que nous ne serons pas l’amorce de cette superintelligence numérique », a-t-il tweeté en août 2014.) Pour sa part, Peter Thiel a déclaré que « les gens passent trop de temps à se soucier du changement climatique et pas assez à se préoccuper de l’IA ». Quant à Stephen Hawking, il a publié une tribune dans The Independent, qui se présentait clairement sous forme d’avertissement : si l’aboutissement d’un tel projet représenterait sans doute « le plus grand événement de toute l’histoire de l’humanité », celui-ci pourrait « tout aussi bien être le dernier, à moins que nous trouvions dès à présent un moyen de réduire les risques au maximum ». Même Bill Gates a publiquement exprimé ses craintes à ce sujet, ajoutant « ne pas comprendre pourquoi certaines personnes ne s’en inquiètent pas ».

Suis-je moi-même inquiet ? Oui et non. Malgré le fait qu’elles entrent en résonance avec ma tendance innée au pessimisme, je ne suis pas vraiment convaincu par ces augures apocalyptiques, en grande partie parce qu’elles me semblent être le pendant des prophéties les plus optimistes sur l’IA – où l’on assisterait à une grande redistribution des rôles, où les humains seraient propulsés au plus haut sommet de la connaissance et la puissance, où ils vivraient pour l’éternité dans la lumière resplendissante de la Singularité. Au fil de ma réflexion, j’ai pourtant vite compris que mon scepticisme était davantage lié à mon tempérament qu’à des arguments logiques. Le fait est que j’ignore à peu près tout des raisons scientifiques (probablement excellentes) qui motivent une telle frayeur. Et même si je n’y crois pas, je reste néanmoins fasciné par cette idée morbide : nous pourrions être sur le point de créer une machine capable de rayer notre espèce de la carte.

[…]

Nate Soares leva une main en direction de son crâne rasé de frais, qui lui conférait de faux airs de moine, et se tapota le front à coups secs afin d’accompagner le geste à la parole : « Encore aujourd’hui, pour faire fonctionner un être humain, il faut obligatoirement passer par cette masse de viande et de neurones. »

Nous discutions des avantages qui pourraient découler de l’avènement d’une superintelligence artificielle. Pour Nate, le principal d’entre eux serait la capacité de faire fonctionner un être humain – à commencer par lui-même – sur un autre support que celui qu’il pointait du doigt.

C’était un homme trapu et calme, aux larges épaules, âgé d’environ 25 ans. Autre détail : il portait un T-shirt orné de l’inscription « Nate le Grand ». Tandis qu’il se rasseyait sur sa chaise de bureau et croisait les jambes, je remarquais aussitôt 1) qu’il avait retiré ses chaussures ; 2) que ses chaussettes étaient dépareillées – l’une bleue unie, l’autre blanche avec des motifs.

La pièce était totalement vide à l’exception des chaises sur lesquelles nous étions assis, d’un tableau blanc et d’un bureau, où étaient posés un ordinateur portable ouvert et une édition papier du livre Superintelligence de Nick Bostrom. Nous nous trouvions dans le bureau de Nate au Machine Intelligence Research Institute (MIRI) de Berkeley. L’aspect dépouillé de la pièce tenait sans doute au fait qu’il venait tout juste de décrocher un nouveau travail ici, celui de directeur exécutif. Il avait quitté l’an passé son poste lucratif d’ingénieur logiciel chez Google, avant de gravir rapidement les échelons au sein du MIRI. Son prédécesseur était Eliezer Yudkowsky – le théoricien de l’IA cité par Bostrom dans son livre –, qui avait fondé l’institut en 2000.

Je savais que Nate nourrissait des projets ambitieux pour le MIRI après avoir lu ses nombreux articles publiés sur le site Less Wrong, où il évoquait l’objectif qu’il s’était depuis longtemps assigné : sauver le monde d’une destruction certaine. Dans l’un de ces textes, il revenait sur son éducation catholique stricte, sa rupture avec la foi à l’adolescence et le déploiement subséquent de son énergie dans « l’optimisation de l’avenir » – bien entendu grâce aux lumières de la raison. Ses arguments rhétoriques me semblaient être une version hypertrophiée du verbiage de la Silicon Valley, où chaque nouveau réseau social ou start-up centrée sur l’économie du partage avait la ferme intention de « changer le monde ».

[…]

D’une manière ou d’une autre, les robots représentent notre avenir. C’est en tout cas ce que m’ont assuré les transhumanistes auxquels j’ai parlé. Qu’il s’agisse de Randal Koene, Natasha Vita-More ou Nate Soares, ils en sont tous persuadés à des degrés divers et variés. Soit que nous devenions nous-mêmes des robots et que nos esprits soient téléchargés dans des machines plus performantes que nos corps de primates. Soit que nous vivions au milieu de machines toujours plus évoluées, au point de leur céder chaque jour des pans toujours plus grands de notre travail et de notre autonomie. Soit qu’ils finissent par nous rendre obsolètes et par remplacer complètement notre espèce.

Tandis que je prenais mon petit-déjeuner en regardant mon fils jouer avec le petit robot que je lui avais rapporté de San Francisco, l’objet vacillant sur la table tel Frankenstein en direction du saladier à fruits, je me demandais quel rôle les véritables robots joueraient dans son avenir. Parmi toutes les carrières professionnelles que je lui avais imaginées, combien existeraient encore dans vingt ans ? Et combien auraient été rattrapées par l’automatisation totale, le rêve ultime du techno-capitalisme entrepreneurial ? Un jour, il m’intercepta dans le couloir après avoir regardé deux ou trois épisodes d’un dessin-animé pour enfants.

« Je-suis-une-machine-qui-marche », dit-il, alors qu’il mimait la démarche saccadée des robots tout en décrivant des cercles autour de mes jambes. Cela semblait une chose étrange à dire. Il est vrai, cependant, que la majeure partie de ses propos relevaient de cette catégorie : l’étrangeté.

J’avais beaucoup réfléchi aux robots sans pour autant en avoir jamais vu pour de vrai. Pas en chair et en os, si je suis dire, pas en action. De sorte que je ne savais pas exactement ce à quoi j’étais en train de réfléchir. Jusqu’à ce j’entende parler du DARPA Robotics Challenge, un événement au cours duquel les ingénieurs en robotique les plus réputés de la planète se réunissaient pour faire concourir leurs robots les uns contre les autres, dans une série d’épreuves conçues pour tester leurs performances dans des environnements hostiles ou dans des situations génératrices de stress pour l’homme. Notant que le New York Times décrivait l’évènement comme « le Woodstock des robots », je décidai sur-le-champ qu’il me fallait y assister.

https://iatranshumanisme.com/transhumanisme/politique-transhumanisme-james-hughes/

Le procureur de NYC appelle à renforcer la sécurité des données biométriques et électroniques

Le procureur général de l’État de New York, Eric Schneiderman, demande à l’État de mettre en œuvre ses toutes premières mesures pour protéger les données biométriques collectées par les employeurs et les entreprises contre les cyberattaques, selon un rapport de Times Union.

Schneiderman a présenté un projet de loi qui ajouterait les données biométriques à une actualisation des protections procurées par l’État, suite à un nombre croissant de piratages informatiques de haut niveau des données personnelles confidentielles conservées par les entreprises sur leurs clients.

Intitulée à juste titre « Stop Hacks and Improve Electronic Data Security », la loi s’appliquerait à toutes les entreprises qui obtiennent des informations numériques et biométriques de leurs employés, comme les entreprises qui utilisent des systèmes de chronométrage à base d’empreintes digitales pour enregistrer les heures de travail des employés.

« Il est clair que les lois de New York sur la sécurité des données sont faibles et dépassées », a déclaré Schneiderman, qui avait proposé des lois plus strictes sur les données en 2015, mais qui n’ont pas été approuvées par l’Assemblée législative de l’État. « Il est temps pour Albany d’agir, afin que plus aucun New-yorkais ne soit inutilement victime de faibles mesures de sécurité des données et de pirates informatiques criminels qui sont constamment à l’affût. »

La France a dévoilé ses plans pour une base de données contenant les données biométriques de 60 millions de citoyens

Bien que la législation actuelle impose aux entreprises des exigences en matière de sécurité des données et de déclaration si des données personnelles piratées sont liées à des numéros de sécurité sociale, les entreprises ne sont pas tenues de signaler les infractions impliquant des combinaisons de nom d’utilisateur et de mot de passe ou des données biométriques.

En 2016, le bureau du procureur général a reçu un nombre record de 1 300 notifications d’atteintes à la protection des données, ce qui représente une augmentation de 60% par rapport à 2015.

La loi proposée obligerait les entreprises à mettre en œuvre des mesures de sécurité administratives, techniques et physiques « raisonnables » pour les données sensibles, ainsi qu’à signaler les violations sur d’autres types de données, telles que les données confidentielles sur la santé.

La loi pourrait également offrir une protection juridique aux entreprises qui prouvent à l’État qu’elles ont adopté des mesures de sécurité rigoureuses pour protéger les données sensibles contre les pirates informatiques, tout en exposant les entreprises à faible sécurité à des sanctions potentielles et à des poursuites judiciaires de la part du procureur général. Ces exigences seraient moins strictes pour les petites entreprises de moins de 50 employés.

Zack Hutchins, porte-parole de The Business Council, un groupe de lobbying d’Albany, a exprimé ses inquiétudes face au nombre croissant de cyberattaques perpétrées par des criminels cherchant à voler des données personnelles. Il a déclaré que l’imposition de normes moins rigides aux petites entreprises semble logique, mais il n’est pas sûr de savoir comment une partie de la loi proposée – qui obligerait les entreprises, où qu’elles soient situées, à déclarer toutes les données qu’elles collectent sur les New-yorkais – pourrait être mise en œuvre.

Le projet de loi est parrainé par le sénateur David Carlucci, un démocrate du comté de Rockland, et un membre de l’Assemblée, Brian Kavanagh, un démocrate de Manhattan.

« Le vol d’identité n’est plus une vague préoccupation qui pourrait toucher quelqu’un que nous connaissons ; le scandale d’Equifax en a fait une menace pour chacun d’entre nous », a déclaré Beth Finkel, directrice de l’AARP de l’État de New York.

Poursuivre en justice Equifax à l’aide d’un Chatbot

Plusieurs États à travers le pays envisagent d’adopter la loi de l’Illinois sur la protection de la vie privée en matière de biométrie, étant donné que de plus en plus d’organisations utilisent la technologie biométrique dans diverses applications et que les tribunaux continuent de déterminer les effets potentiellement coûteux des mandats de la loi sur les entreprises.

traduction Thomas Jousse

BiometricUpdate