Global Trends : Les tendances mondiales 2040

7e éd. du rapport des tendances mondiales 2040 du National Intelligence Council

Global Trends

Global Trends évalue les principales tendances et incertitudes qui façonneront l’environnement stratégique des États-Unis au cours des deux prochaines décennies.

Cette analyse est présentée avec humilité, sachant que l’avenir se déroulera invariablement d’une manière qui n’aura pas été prévue. Bien que Global Trends soit nécessairement plus spéculatif que la plupart des évaluations du renseignement, ils s’appuient sur les principes fondamentaux de leur métier d’analyste : il envisagent des hypothèses alternatives et la façon dont ils pourraient se tromper ; et ils ne défendent pas de positions ou de préférences politiques. Global Trends reflète le point de vue du National Intelligence Council sur ces tendances futures ; il ne représente pas le point de vue officiel et coordonné de la US Intelligence Community ni la politique américaine.

Ce rapport se compose de trois sections générales.

Tout d’abord, il examine les forces structurelles dans quatre domaines essentiels : la démographie, l’environnement, l’économie et la technologie. La deuxième section examine comment ces forces structurelles interagissent et se croisent avec d’autres facteurs pour affecter les dynamiques émergentes à trois niveaux d’analyse : les individus et la société, les États et le système international. Enfin, la troisième section identifie plusieurs incertitudes clés et les utilise pour créer cinq scénarios futurs pour le monde en 2040. Ces scénarios n’ont pas vocation à être des prédictions mais à élargir l’éventail des possibilités, en explorant diverses combinaisons de la manière dont les forces structurelles, les dynamiques émergentes et les incertitudes clés pourraient se manifester.

LES FORCES STRUCTURELLES : DÉFINITION DES PARAMÈTRES

Les tendances en matière de démographie et de développement humain, d’environnement, d’économie et de technologie jettent les bases et construisent les limites de notre monde futur. Dans certaines régions, ces tendances s’intensifient, comme les changements climatiques, la concentration de la population dans les zones urbaines et l’émergence de nouvelles technologies.

Dans d’autres domaines, les tendances sont plus incertaines : les progrès en matière de développement humain et de croissance économique devraient ralentir, voire s’inverser dans certaines régions, mais un ensemble de facteurs pourrait modifier cette trajectoire. La convergence de ces tendances offrira des possibilités d’innovation, mais certaines communautés et certains États auront du mal à faire face et à s’adapter.

Même les progrès apparents, tels que les technologies nouvelles et avancées, perturberont la vie et les moyens de subsistance de nombreuses personnes, qui se sentiront en insécurité et devront s’adapter.

Les tendances les plus certaines au cours des 20 prochaines années seront des changements démographiques majeurs, la croissance de la population mondiale ralentissant et le monde vieillissant rapidement.

Certaines économies développées et émergentes, notamment en Europe et en Asie de l’Est, vieilliront plus rapidement et seront confrontées à une contraction de leur population, ce qui pèsera sur la croissance économique.

À l’inverse, certains pays en développement d’Amérique latine, d’Asie du Sud, du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord bénéficient d’une population en âge de travailler plus nombreuse, ce qui offre des possibilités de dividende démographique si cela s’accompagne d’améliorations des infrastructures et des compétences.

Le développement humain, notamment la santé, l’éducation et la prospérité des ménages, a connu des améliorations historiques dans toutes les régions au cours des dernières décennies. De nombreux pays auront du mal à tirer parti de ces réussites, voire à les pérenniser.

Les améliorations passées se sont concentrées sur les éléments fondamentaux que sont la santé, l’éducation et la réduction de la pauvreté, mais les prochains niveaux de développement sont plus difficiles et doivent faire face aux vents contraires de la pandémie de COVID-19, d’une croissance économique mondiale potentiellement plus lente, du vieillissement des populations et des effets des conflits et du climat.

Ces facteurs mettront les gouvernements au défi de fournir l’éducation et l’infrastructure nécessaires pour améliorer la productivité de leurs classes moyennes urbaines croissantes dans une économie du XXIe siècle. Alors que certains pays relèvent ces défis et que d’autres n’y parviennent pas, il est presque certain que l’évolution des tendances démographiques mondiales aggravera les disparités en termes d’opportunités économiques au sein des pays et entre eux au cours des deux prochaines décennies, tout en créant davantage de pressions et de conflits liés à la migration.

Dans le domaine de l’environnement, les effets physiques du changement climatique devraient s’intensifier au cours des deux prochaines décennies, en particulier dans les années 2030. Des tempêtes, des sécheresses et des inondations plus extrêmes, la fonte des glaciers et des calottes glaciaires et l’élévation du niveau des mers accompagneront la hausse des températures.

L’impact se fera sentir de manière disproportionnée sur le monde en développement et les régions les plus pauvres et se conjuguera avec la dégradation de l’environnement pour créer de nouvelles vulnérabilités et exacerber les risques existants pour la prospérité économique, l’alimentation, l’eau, la santé et la sécurité énergétique.

Les gouvernements, les sociétés et le secteur privé vont probablement développer les mesures d’adaptation et de résilience pour gérer les menaces existantes, mais il est peu probable que ces mesures soient réparties uniformément, laissant certaines populations à la traîne. Les débats se multiplieront sur la manière et la rapidité avec laquelle il convient d’atteindre le niveau zéro d’émissions de gaz à effet de serre.

Au cours des deux prochaines décennies, plusieurs tendances économiques mondiales, notamment l’augmentation de la dette nationale, un environnement commercial plus complexe et fragmenté, une réorientation des échanges et de nouvelles perturbations de l’emploi, sont susceptibles de façonner les conditions au sein et entre les États. De nombreux gouvernements risquent de voir leur marge de manœuvre réduite alors qu’ils doivent faire face à une dette plus lourde, à des règles commerciales diverses et à un éventail plus large de puissants acteurs étatiques et privés exerçant une influence.

Les grandes sociétés dotées de plates-formes – qui offrent des marchés en ligne à un grand nombre d’acheteurs et de vendeurs – pourraient favoriser la poursuite de la mondialisation des échanges et aider les petites entreprises à se développer et à accéder aux marchés internationaux. Ces entreprises puissantes sont susceptibles d’essayer d’exercer une influence dans les arènes politiques et sociales, ce qui pourraient amener les gouvernements à imposer de nouvelles restrictions.

Les économies asiatiques semblent prêtes à poursuivre des décennies de croissance au moins jusqu’en 2030, bien que cela puisse être plus lent. Il est peu probable qu’elles atteignent le produit intérieur brut (PIB) par habitant ou l’influence économique des économies avancées actuelles, notamment les États-Unis et l’Europe. La croissance de la productivité reste une variable clé ; une augmentation du taux de croissance pourrait atténuer de nombreux problèmes économiques, de développement humain et autres défis.

La technologie offrira la possibilité d’atténuer les problèmes, comme le changement climatique et les maladies, et de créer de nouveaux défis, comme la délocalisation des emplois. Les technologies sont inventées, utilisées, diffusées, puis abandonnées à une vitesse toujours plus grande dans le monde entier, et de nouveaux centres d’innovation apparaissent.

Au cours des deux prochaines décennies, le rythme et la portée des développements technologiques devraient s’accélérer encore, transformant toute une série d’expériences et de capacités humaines tout en créant de nouvelles tensions et perturbations au sein et entre les sociétés, les industries et les États. Des rivaux étatiques et non étatiques se disputeront le leadership et la domination dans le domaine de la science et de la technologie, avec des risques et des implications en cascade pour la sécurité économique, militaire et sociétale.

LA TECHNOLOGIE

Principaux points à retenir

Au cours des deux prochaines décennies, le rythme et l’impact des évolutions technologiques devraient s’accélérer, transformant et améliorant les expériences et les capacités humaines. Ces évolutions offriront la possibilité de relever des défis tels que le vieillissement, le changement climatique et la faible croissance de la productivité. De nouvelles tensions et perturbations vont se créer au sein et entre les sociétés, les industries les États.

Les prochaines décennies verront s’intensifier la concurrence mondiale pour les éléments essentiels de la suprématie technologique, tels que le talent, la connaissance et les marchés, ce qui pourrait donner naissance à de nouveaux leaders ou hégémonies technologiques.

La course à la domination technologique est inextricablement liée à l’évolution de la géopolitique et à la rivalité plus large entre les États-Unis et la Chine. Mais l’avantage technologique sera renforcé par les entreprises qui ont une vision à long terme, des ressources et une portée mondiale.

Les technologies et les applications dérivées seront disponibles pour une adoption rapide. Ce qui permettra aux pays en développement de tirer parti des dernières avancées fondamentales, de développer des applications mondiales dans des domaines de niche et de contribuer aux chaînes d’approvisionnement mondiales.

DYNAMIQUES ÉMERGENTES

Ces forces structurelles, ainsi que d’autres facteurs, se croiseront et interagiront au niveau des sociétés, des États et du système international, créant des opportunités et des défis pour les communautés, les institutions, les entreprises et les gouvernements.

Ces interactions sont également susceptibles de produire une contestation plus importante à tous les niveaux que celle observée depuis la fin de la guerre froide, reflétant des idéologies différentes ainsi que des points de vue contrastés sur la manière la plus efficace d’organiser la société et de relever les nouveaux défis.

Au sein des sociétés, on observe une fragmentation et une contestation croissantes des questions économiques, culturelles et politiques. Des décennies de gains constants en termes de prospérité et d’autres aspects du développement humain ont amélioré les conditions de vie dans toutes les régions et suscité l’espoir d’un avenir meilleur. Alors que ces tendances se stabilisent et se combinent à des changements sociaux et technologiques rapides, de larges pans de la population mondiale se méfient des institutions et des gouvernements qu’ils considèrent comme peu désireux ou incapables de répondre à leurs besoins.

Les manifestations, comme ici en Algérie, se sont multipliées dans le monde entier au cours de la dernière décennie, reflétant le mécontentement de la population sur toute une série de sujets tels que les inégalités, la répression politique, la corruption et le changement climatique. Credit: Amine M’Siouri / Pexels

Les gens se tournent vers des groupes familiers et partageant les mêmes idées pour assurer leur communauté et leur sécurité, notamment les identités ethniques, religieuses et culturelles, ainsi que les groupements autour d’intérêts et de causes, comme l’environnementalisme. La combinaison d’allégeances identitaires nouvelles et diverses et d’un environnement d’information plus cloisonné met en évidence et aggrave les lignes de fracture au sein des États, sape le nationalisme civique et accroît la volatilité.

Au niveau de l’État, les relations entre les sociétés et leurs gouvernements dans toutes les régions risquent de connaître des tensions persistantes en raison d’un décalage croissant entre les besoins et les attentes des populations et ce que les gouvernements peuvent et veulent offrir. Dans chaque région, les populations disposent de plus en plus d’outils, de capacités et d’incitations pour faire pression en faveur de leurs objectifs sociaux et politiques préférés et pour exiger davantage de leurs gouvernements afin de trouver des solutions.

Alors que les populations sont de plus en plus autonomes et exigent davantage, les gouvernements sont soumis à une pression accrue en raison de nouveaux défis et de ressources plus limitées. Ce fossé grandissant laisse présager une plus grande volatilité politique, une dégradation de la démocratie et un élargissement du rôle des autres prestataires de services de gouvernance. Avec le temps, cette dynamique pourrait ouvrir la porte à des changements plus importants dans la façon dont les gens gouvernent.

Dans le système international, il est probable qu’aucun État ne sera en mesure de dominer toutes les régions ou tous les domaines, et qu’un plus grand nombre d’acteurs se feront concurrence pour façonner le système international et atteindre des objectifs plus précis.

L’accélération de l’évolution de la puissance militaire, de la démographie, de la croissance économique, des conditions environnementales et de la technologie, ainsi que le durcissement des divisions sur les modèles de gouvernance, sont susceptibles de renforcer la concurrence entre la Chine et une coalition occidentale dirigée par les États-Unis.

Des puissances rivales vont se bousculer pour façonner les normes, les règles et les institutions mondiales, tandis que des puissances régionales et des acteurs non étatiques pourraient exercer une plus grande influence et prendre des initiatives sur des questions laissées en suspens par les grandes puissances. Ces interactions très variées sont susceptibles de produire un environnement géopolitique plus enclin aux conflits et plus volatil, de miner le multilatéralisme mondial et d’élargir l’inadéquation entre les défis transnationaux et les arrangements institutionnels pour les relever.

SCÉNARIOS ALTERNATIFS POUR 2040

Les réponses de l’homme à ces moteurs essentiels et à ces dynamiques émergentes détermineront la manière dont le monde évoluera au cours des deux prochaines décennies.

Parmi les nombreuses incertitudes qui planent sur l’avenir, le rapport a exploré trois questions clés concernant les conditions régnant dans des régions et des pays spécifiques et les choix politiques des populations et des dirigeants qui façonneront l’environnement mondial.

À partir de ces questions, le rapport a élaboré cinq scénarios pour des mondes alternatifs en 2040.

– Quelle est le degré de difficulté des défis mondiaux à venir ?
– Comment les États et les acteurs non étatiques s’engagent-ils dans le monde, y compris l’orientation et le type d’engagement ?
– Enfin, quelles sont les priorités des États pour l’avenir ?

Dans la Renaissance des démocraties, le monde est au cœur d’une résurgence de démocraties ouvertes menées par les États-Unis et leurs alliés. Les progrès technologiques rapides favorisés par les partenariats public-privé aux États-Unis et dans d’autres sociétés démocratiques transforment l’économie mondiale, augmentent les revenus et améliorent la qualité de vie de millions de personnes dans le monde. La marée montante de la croissance économique et des réalisations technologiques permet de répondre aux défis mondiaux, d’atténuer les divisions sociétales et de renouveler la confiance du public dans les institutions démocratiques. En revanche, des années de contrôles et de surveillance sociétales croissantes en Chine et en Russie ont étouffé l’innovation, alors que des scientifiques et des entrepreneurs de premier plan ont cherché asile aux États-Unis et en Europe.

Dans Un monde à la dérive, le système international est sans direction, chaotique et instable car les règles et les institutions internationales sont largement ignorées par les grandes puissances comme la Chine, les acteurs régionaux et les acteurs non étatiques. Les pays de l’OCDE sont en proie à une croissance économique plus lente, à des divisions sociétales croissantes et à une paralysie politique. La Chine profite des difficultés de l’Occident pour étendre son influence internationale, en particulier en Asie, mais Pékin n’a ni la volonté ni la puissance militaire nécessaires pour assumer le leadership mondial, laissant de nombreux défis mondiaux, tels que le changement climatique et l’instabilité dans les pays en développement, largement sans réponse.

Dans le cadre de la coexistence compétitive, les États-Unis et la Chine ont donné la priorité à la croissance économique et ont rétabli une relation commerciale solide, mais cette interdépendance économique existe parallèlement à la concurrence pour l’influence politique, les modèles de gouvernance, la domination technologique et l’avantage stratégique. Le risque de guerre majeure est faible, et la coopération internationale et l’innovation technologique rendent les problèmes mondiaux gérables à court terme pour les économies avancées, mais les défis climatiques à plus long terme demeurent.

Dans des silos séparés, le monde est fragmenté en plusieurs blocs économiques et de sécurité de taille et de force variables, centrés sur les États-Unis, la Chine, l’Union européenne (UE), la Russie et quelques puissances régionales ; ces blocs sont axés sur l’autosuffisance, la résilience et la défense. Les informations circulent dans des enclaves cyber-souveraines distinctes, les chaînes d’approvisionnement sont réorientées et le commerce international est perturbé. Les pays en développement vulnérables sont pris entre deux feux, certains étant sur le point de devenir des États en faillite. Les problèmes mondiaux, notamment le changement climatique, sont traités de façon sporadique, voire pas du tout.

Dans le cadre d’une tragédie et d’une mobilisation, une coalition mondiale, dirigée par l’UE et la Chine et travaillant avec des organisations non gouvernementales et des institutions multilatérales revitalisées, met en œuvre des changements de grande ampleur destinés à lutter contre le changement climatique, l’épuisement des ressources et la pauvreté à la suite d’une catastrophe alimentaire mondiale causée par les événements climatiques et la dégradation de l’environnement. Les pays les plus riches s’efforcent d’aider les pays les plus pauvres à gérer la crise, puis à passer à des économies à faible émission de carbone par le biais de vastes programmes d’aide et de transferts de technologies énergétiques avancées, en reconnaissant la rapidité avec laquelle ces défis mondiaux s’étendent au-delà des frontières.

⇒ Télécharger au format PDF Global Trends 2040 A More Contested World

La Chine est en train de bâtir une base de données génétiques sur chaque homme du pays

Surveillance génomique

La police chinoise recueille des échantillons de sang auprès des quelque 700 millions d’hommes et garçons du pays – dans le but exprès de constituer une base de données génétiques nationale de leur ADN.

Le gouvernement chinois collecterait ces codes génétiques depuis 2017, selon de nouvelles recherches. La police se rend chez les gens et même dans les écoles pour faire des prises de sang et compiler des informations génétiques.

Une fois que ce travail sera terminé, l’État sera en mesure de traquer les hommes ou les jeunes garçons de la famille en se basant sur leurs gènes, selon le New York Times, ce qui renforcera considérablement les pouvoirs de surveillance déjà omniprésents de la Chine et en fera un panoptique génétique de type Gattaca.

Plus alarmant encore, une société américaine, Thermo Fisher, aide la Chine dans cette tâche – la société pharmaceutique a vendu à la Chine les kits de tests ADN sur mesure que la police utilise pour collecter des échantillons après avoir négocié activement le contrat, rapporte le NYT. Après que le gouvernement américain ait critiqué la décision de Thermo Fisher, la société a poursuivi ses activités.

Les responsables politiques en Chine invoquent la loi et l’ordre pour justifier la croissance de leur base de données génétiques, en faisant valoir que l’effort de surveillance aidera les enquêtes criminelles. Mais les défenseurs des droits de l’homme – et même certains fonctionnaires en Chine – s’inquiètent des conséquences sur la vie privée en forçant tout le monde à donner son code génétique.

« La capacité des autorités à découvrir qui est le plus intimement lié à qui, étant donné le contexte de la répression exercée sur des familles entières en raison de l’activisme d’une personne, va avoir un effet effrayant sur la société dans son ensemble », a déclaré Maya Wang, chercheuse de Human Rights Watch, au NYT.

Une fois que la Chine aura atteint les 70 millions d’échantillons, soit dix pour cent de la population masculine du pays, elle sera théoriquement en mesure de relier toute personne du pays à ses proches sur la base de son ADN.

Les scientifiques s’insurgent contre la collecte d’ADN de la Chine

Selon Nature News, des scientifiques et des militants font maintenant pression contre ce plan qui, selon eux, permettrait à la Chine de violer les droits de l’homme et de persécuter sa population.

“Vous pouvez penser à des pratiques abusives si vous êtes créatif”, a déclaré Itsik Pe’er, biologiste en informatique de l’université de Columbia, à Nature News. “La police fait ce qu’elle veut.”

Le ministère chinois de la sécurité publique n’a fait aucun commentaire sur la manière dont la base de données génétiques va être utilisée – ou si l’on peut craindre des abus dépassant le cadre des enquêtes criminelles.

Mais même si les données génétiques sont utilisées exactement comme on le prétend, cela expose les populations, en particulier les groupes minoritaires, au risque de violence étatique. Au lieu de traquer des criminels, les experts avertissent que cela renforcera la capacité de la Chine à surveiller sa population et à écraser la dissidence.

“Cette collecte n’a rien à voir avec le crime”, a déclaré Maya Wang, chercheuse à Human Rights Watch basée à Hong Kong, à Nature News, “elle porte sur l’oppression”.

Le Royaume-Uni prévoit de donner à tous les enfants un séquençage complet du génome à la naissance

“Nous donnerons à chaque enfant le meilleur départ possible dans la vie en veillant à ce qu’il reçoive les meilleurs soins médicaux possibles dès son entrée dans le monde.”

Le Royaume-Uni pourrait commencer à offrir le séquençage complet du génome à chaque enfant né dans le pays, selon un responsable.

Le secrétaire d’État à la Santé, Matt Hancock, voit dans la généralisation future du séquençage génétique un moyen d’offrir des soins “prédictifs et personnalisés” aux enfants atteints de maladies rares et d’autres maladies génétiques, selon The Telegraph.

Bien que les tests puissent théoriquement améliorer le traitement médical, ils soulèvent aussi une foule de questions sur la confidentialité médicale, le consentement et l’avenir de la race humaine.

À l’heure actuelle, le Royaume-Uni a l’intention d’offrir un séquençage complet du génome à chaque enfant atteint de cancer d’ici à la fin de 2019, selon The Telegraph, aux côtés d’adultes atteints d’un type de cancer ou d’autres maladies peu communes. Hancock espère toutefois aller encore plus loin dans cette initiative.

L’avenir de la médecine

Il affirme que le fait d’offrir des tests génétiques à chaque enfant né au Royaume-Uni entraînerait une “révolution génomique”, selon The Telegraph.

“Nous donnerons à chaque enfant le meilleur départ possible dans la vie en veillant à ce qu’il reçoive les meilleurs soins médicaux possibles dès son arrivée au monde “, a déclaré M. Hancock. “Les soins de santé prédictifs, préventifs et personnalisés – c’est l’avenir du NHS – et le séquençage du génome entier et la génomique vont jouer un rôle énorme à cet égard.”

Mais cela signifierait aussi que toute la séquence génétique des enfants sera cartographiée bien avant qu’ils puissent comprendre ce que cela signifie ou qu’ils n’acceptent de la faire faire. Au fur et à mesure que la science génomique se développe, les dilemmes au sujet de la protection de la vie privée et de ce qu’il advient des données après leur collecte sont encore loin d’être résolus.

Gattaca : Un nouveau test pour bébé à la carte promet des enfants en bonne santé

Le test ADN prétend permettre aux futurs parents d’éliminer les embryons de FIV présentant un risque élevé de maladie ou une faible intelligence.

Le test, baptisé “23andMe, mais sur des embryons”, est proposé par une jeune entreprise du New Jersey appelée Genomic Prediction. Elle affirme pouvoir utiliser des mesures d’ADN pour prédire quels embryons issus d’une FIV sont les moins susceptibles d’être atteints par l’une des 11 maladies les plus courantes. La société publiera des études de cas sur ses premiers clients dans les prochaines semaines. Elle déclare également qu’elle peut prédire quels embryons feront partie des groupes les plus ou les moins intelligents de la population.

Les parents peuvent utiliser les résultats du test pour essayer de choisir les embryons les plus sains. Les catégories comprennent des estimations du risque de diabète, de crises cardiaques et de cinq types de cancer.

Le test vient tout droit du film de science-fiction Gattaca, un film qui a inspiré le PDG de la startup, Laurent Tellier. Il soulève toutes sortes de questions sur l’eugénisme et la parentalité, et a été vivement critiqué par certains chercheurs en génétique.

Expérience américaine : la croisade eugénique

“C’est irresponsable de suggérer que la science en est au point où nous pourrions prédire de manière fiable quel embryon choisir pour minimiser le risque de maladie. La science n’est tout simplement pas encore au point”, déclare Graham Coop, généticien à l’Université de Californie.

La société a réuni plusieurs millions de dollars de capital-risque auprès d’investisseurs, notamment People Fund, Arab Angel, Passport Capital et Sam Altman, président du conseil d’administration de Y Combinator et PDG de OpenAI.

Dans une clause de non-responsabilité, la société déclare qu’elle ne peut rien garantir au sujet de l’enfant ainsi créé et que l’évaluation “n’est PAS un test de diagnostic”.

Genomic Prediction a fourni une carte de 12 cliniques de fertilité qui, selon elle, commanderont son test, dont cinq aux États-Unis et d’autres en Finlande, au Nigeria, au Pérou, au Mexique, en Thaïlande et à Taiwan.

Nous sommes à l’aube de choisir des embryons selon la taille, le QI et plus encore

MIT Technology Review a été en mesure de localiser de façon indépendante deux cliniques de FIV où des clients ont récemment demandé les prédictions sur les embryons. Michael Alper, fondateur de Boston IVF, l’une des plus grandes cliniques de fertilité au monde, dit que son centre a été approché par un couple il y a quelques semaines, mais il a décidé que la demande devait être évaluée par le comité d’éthique du centre avant qu’il accepte de le faire.

C’est nouveau mais rien ne prouve que les tests fonctionneront comme annoncé.

MIT Technology Review

Hacking Darwin : génie génétique et avenir de l’humanité

Les futures armes biologiques pourraient tuer des personnes ayant un ADN spécifique

Dans le futur, nous devrons peut-être faire face à des armes biologiques qui ciblent des groupes spécifiques de personnes.

C’est ce qu’indique un nouveau rapport du Centre for the Study of Existential Risk de l’Université de Cambridge publié par The Telegraph. Les chercheurs de Cambridge affirment que les gouvernements du monde n’ont pas réussi à préparer des armes futuristes basées sur des technologies avancées comme l’intelligence artificielle et la manipulation génétique – ou même un pathogène tueur conçu pour tuer uniquement des personnes d’une race particulière.

Le rapport appelle spécifiquement à la création de groupes indépendants pour évaluer les risques de diverses technologies futures et de faire le tri parmi les protocoles déjà en place pour protéger les personnes, selon The Telegraph.

“La technologie devient de plus en plus sophistiquée à des prix de plus en plus bas, démocratisant la capacité de nuire plus rapidement et de façon plus meurtrière”, écrivent les auteurs du rapport. “Dans un cas particulièrement grave, une arme biologique pourrait être construite pour cibler un groupe ethnique spécifique en fonction de son profil génomique.”

Le rapport avertit également que l’intelligence artificielle pourrait devenir “extrêmement dommageable et potentiellement irréversible”. Des entreprises comme Google DeepMind ont mis au point des programmes d’intelligence artificielle qui montrent déjà des signes d’intuition humaine.

En fin de compte, concluent les chercheurs, nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre que ces armes deviennent réalité, nous devons faire quelque chose pour y remédier.

The Telegraph, University of Cambridge

Pour en savoir plus sur les armes biologiques : National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine. 2018. Biodefense in the Age of Synthetic Biology. Washington, DC: The National Academies Press. https://doi.org/10.17226/24890.

L’ère du sexe pour la reproduction touche à sa fin

Henry T. Greely est directeur du Center for Law and Biosciences de l’Université de Stanford, ainsi que de son programme sur les neurosciences et la société. Manifestement, le type en sait quelque chose sur la technologie et sur son rôle dans la vie des gens – et il prédit maintenant que les progrès technologiques feront un jour du sexe à des fins de reproduction une chose du passé.

“Ma prédiction la plus forte est que dans l’avenir, les gens auront toujours des rapports sexuels – mais plus rarement dans le but de faire des bébés”, a déclaré Greely, qui a publié un livre intitulé “The End of Sex and the Future of Human Reproduction”, à la BBC. “Dans 20 à 40 ans, la plupart des gens dans le monde qui auront une bonne couverture médicale choisiront de concevoir en laboratoire.”

Sommes-nous à vingt années des bébés personnalisés ?

Au cours des quatre décennies qui ont suivi la naissance du premier “bébé éprouvette”, plus de 8 millions de personnes sont nées par fécondation in vitro.

Aujourd’hui, les parents qui produisent certains de ces enfants choisissent de soumettre leurs embryons fécondés à un diagnostic génétique préimplantatoire (DPI) avant leur transfert dans l’utérus. Il s’agit de prélever des cellules sur les embryons pour voir si un enfant hériterait de gènes problématiques de ses parents.

Le DPI permet aux parents de n’utiliser que des embryons sans problème pour la FIV et, selon Greely, une fois qu’ils seront plus abordables et disponibles, de nombreux parents choisiront le DPI plutôt que de recourir au mode traditionnel de la reproduction.

“Comme la plupart des sujets, il y aura d’abord une certaine quantité de réactions viscérales négatives”, a-t-il dit à la BBC, avant d’ajouter que l’acceptation par le public interviendrait dès que les parents se rendront compte que les enfants nés avec le DPI ne naissent pas avec “deux têtes et une queue”.

BBC

L’avenir du sexe : comment se transforme l’intimité

Les Nations Unies demandent un registre des projets d’édition du génome humain

Un comité consultatif n’a pas réussi à demander l’interdiction de cette technologie

L’Organisation mondiale de la santé (OMS), une agence des Nations Unies, tente de déterminer comment les scientifiques pourraient modifier de façon responsable les génomes humains dans leurs laboratoires – afin d’empêcher le prochain He Jiankui de réaliser des expériences génétiques non publiées sur des sujets humains.

Plus précisément, l’OMS a annoncé mardi qu’un comité consultatif ne recommandait pas d’interdire la recherche sur l’édition génétique humaine, mais affirmait que les chercheurs devraient s’inscrire auprès du gouvernement avant de commencer une expérience.

Bon nombre des recommandations de l’organisme reflètent la façon dont la recherche clinique est actuellement gérée aux États-Unis, où les scientifiques sont tenus d’obtenir l’approbation préalable des organismes de réglementation et de publier les mises à jour de leurs études dans une base de données accessible au public.

“La correction du génome s’accompagne de promesses incroyables pour la santé, mais elle pose aussi certains risques, sur le plan éthique comme médical”, a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS.

The Scientist souligne que l’OMS est parvenue à des conclusions différentes de celles de nombreux scientifiques qui ont demandé l’arrêt temporaire des recherches sur la modification génétique humaine afin que les leaders dans ce domaine puissent trouver le moyen le plus responsable et le plus éthique d’aller de l’avant. Mais cela ne veut pas dire que l’OMS souhaite que les scientifiques fassent abstraction de la prudence.

“Le comité convient qu’il est irresponsable pour le moment de procéder à des applications cliniques de la modification de la lignée germinale humaine”, a déclaré la coprésidente du comité, Margaret Hamburg, au New York Times.

Ces recommandations peuvent toutefois changer. Au cours des deux prochaines années, le groupe d’experts continuera d’étudier la question de l’édition génétique humaine, en consultant d’autres experts et dirigeants avant de mettre au point un ensemble définitif de normes internationales.

The Scientist, New York Times

Hacking Darwin : génie génétique et avenir de l’humanité

Après 3,8 milliards d’années, l’humanité est sur le point de commencer à évoluer selon de nouvelles règles …

Jamie Metzl, expert en géopolitique et futuriste technologique, propose une exploration novatrice des nombreuses façons dont le génie génétique ébranle les fondements de notre vie : le sexe, la guerre, l’amour et la mort.

À l’aube de la révolution génétique, notre ADN devient aussi lisible, inscriptible et piratable que notre technologie de l’information. Mais à mesure que l’humanité commence à réorganiser son propre code génétique, les choix que nous faisons aujourd’hui feront la différence entre la réalisation d’avancées vertigineuses en matière de bien-être humain et la descente dans une course aux armements génétique dangereuse et potentiellement mortelle.

Entrez dans les laboratoires où les scientifiques transforment la science-fiction en réalité. Regardez vers un avenir où nos croyances, notre morale, nos religions et notre politique les plus profondes seront mises à l’épreuve comme jamais auparavant et où l’essence même de ce que signifie être humain est en jeu. Alors que nous pouvons concevoir nos futurs enfants, allonger considérablement notre durée de vie, construire la vie à partir de zéro et recréer le monde végétal et animal, le devrions-nous ?

Passionné, provocateur et très éclairant, Hacking Darwin est le livre à lire absolument sur l’avenir de notre espèce pour les fans d’Homo Deus et de The Gene.

À paraître le 23 avril 2019

Chine : naissance des premiers bébés génétiquement modifiés

Critiques éditoriales

“Le livre de Jamie Metzl, qui traite de la génétique, du destin humain et de l’avenir, constitue une mine d’informations incroyable pour les scientifiques, les futurologues, les technologues, les entrepreneurs et pratiquement tous les lecteurs intrigués et intéressés. Cet écrivain talentueux et réfléchi nous amène au frontières de la biologie et de la technologie, et révèle un monde plein de promesses et de périls. C’est un livre à lire absolument.” – Siddhartha Mukherjee MD, auteur à succès du New York Times de The Emperor of All Maladies and The Gene: An Intimate History.

“À bien des égards, Jamie Metzl prépare Hacking Darwin depuis 20 ans et sa diligence transparaît. Jamie est un écrivain doué et ses explications sur la génétique sont croustillantes, précises et merveilleusement engageantes. Si vous ne devez lire qu’un seul livre sur l’avenir de notre espèce, c’est celui-là.” – Sanjay Gupta MD, auteur à succès, neurochirurgien et correspondant médical en chef primé à un Emmy Award (CNN).

“Que vous soyez déjà dans les eaux vives du transhumanisme ou que vous vous opposiez à la modification d’un atome d’une espèce, vous constaterez que nous sommes en présence d’une révolution : celle des gènes génétiques, surpassant peut-être les révolutions spatiale, atomiques et électroniques dans sa signification. Pour nous préparer à ce qui nous attend, Jamie Metzl nous guide avec brio dans le flot incertain et en perpétuel changement de notre avenir génétique. Au-delà des questions d’efficacité et de sécurité, il explore de manière réfléchie les questions plus critiques de la diversité, de l’égalité et du respect l’un pour l’autre et de notre humanité commune.” – George Church, professeur de génétique à la Harvard Medical School et auteur de Regenesis.

“Hacking Darwin de Jamie Metzl est un guide exceptionnel pour la conversation la plus importante de nos vies – comment nous, les humains, détournons notre processus évolutif et transcendons les limites de notre propre biologie.” – Ray Kurzweil, inventeur et futuriste, auteur de The Singularity is Near et How to Create a Mind.

“Jamie Metzl possède une capacité presque surhumaine à assimiler de nombreuses recherches et à la synthétiser en une prose perturbante et magnifiquement travaillée. Pour reprendre un terme du livre, Hacking Darwin est un masterbatortium intellectuel, à la fois stimulant et satisfaisant.” – Dan Buettner, membre du National Geographic et du New York Times et auteur à succès de Blue Zones Solution et Blue Zones of Happiness.

Les humains génétiquement modifiés arriveront plus tôt que vous ne le pensez. Et nous ne sommes pas prêts.

“Les technologies génétiques offrent des perspectives extraordinaires – et des défis époustouflants – avec le potentiel de changer pratiquement tous les aspects de nos vies. Dans les pages de Hacking Darwin, Jamie Metzl nous emmène dans un voyage critique au travers d’opportunités et d’obstacles pour la plus grande expédition de l’humanité : l’exploration et re-imaginer ce que signifie être humain”. – Eric Garcetti, Maire de Los Angeles.

“Jamie Metzl a écrit un livre personnel, drôle, sans prétention et finalement très optimiste sur la transformation de la race humaine par la génomique. Dans son enthousiasme pour notre avenir technologique, Metzl raconte l’aventure de la découverte biologique sans perdre de vue les risques. Hacking Darwin est une introduction pleine d’esprit avec une grande variété de thèmes dans la génomique, et est plus profond lorsqu’il s’agit d’imaginer non seulement la science, mais aussi les réactions sociales et géopolitiques qui se produiront dans le monde entier. Metzl écrit sur la vraie science avec le talent d’un écrivain de science-fiction et nous incite à entamer une conversation complexe mais nécessaire sur la manière dont l’humanité va évoluer.”- Robert C. Green, MD, MPH, professeur de médecine (génétique), Brigham and Women’s Hospital, Broad Institute et Harvard Medical School.

“Ce livre extrêmement passionnant et très accessible nous emmène dans un voyage dans le futur, démontrant de manière palpitante comment la capacité de notre espèce à transformer et à améliorer la constitution génétique de notre espèce va exploser au cours de notre vie et au-delà. Même en tant que scientifique travaillant dans le domaine de la longévité humaine et de la génétique, ce livre m’a frappé. Cela devrait être une lecture obligatoire pour les scientifiques, les médecins et tous les autres dont la vie et celle de leurs enfants seront touchées par les technologies génétiques – soit à peu près tout le monde. Notre monde évolue rapidement et Jamie Metzl n’a pas pu mieux orienter les profondes opportunités, les défis et les complexités éthiques de la révolution génétique.” – Nir Barzilai M.D., The Rennert Chair of Aging Research Professor of Medicine and Genetics, Director of The Institute for Aging Research; The Glenn Center for the Biology of Human Aging; NSC of Excellence in the Biology of Aging (NIH). Albert Einstein College of Medicine.

“Hacking Darwin de Jamie Metzl devrait être une lecture obligatoire pour les dirigeants d’entreprises, les scientifiques, les inquiets et les rêveurs – pour tous ceux qui s’intéressent à l’avenir de la science et de l’humanité. Petit à petit, avec intelligence et grâce, il montre comment nous reconstruisons la notion même de ce que signifie être humain et comment nous changerons inévitablement au cours de ce processus.” – Debora Spar, auteure de The Baby Business et professeure de la Baker Foundation à la Harvard Business School.

“Les humains prennent maintenant le contrôle de l’évolution humaine et cela pourrait être la chose la plus importante que nous ayons faite depuis que nous avons appris à fabriquer et à utiliser le feu. Lorsque l’histoire revient sur cette période, elle ne se concentrera pas sur les objets brillants qui retiennent l’attention des médias aujourd’hui, mais plutôt sur les avancées technologiques que Metzl explique dans des termes aussi clairs. Hacking Darwin est une lecture essentielle si vous voulez comprendre ce qui sera perçu comme la chose la plus importante de cette époque. “- Richard A. Clarke, auteur à succès de Warnings et ancien responsable de la sécurité nationale à la Maison Blanche.

Des chercheurs britanniques viennent de terminer le séquençage de 100 000 génomes humains

En 2012, le Premier ministre britannique, David Cameron, avait lancé le projet 100 000 génomes, une initiative visant un objectif ambitieux mais simple : séquencer 100 000 génomes humains.

La semaine dernière, le projet a annoncé qu’il avait atteint cet objectif – et il envisage déjà un objectif encore plus ambitieux.

Votre génome est votre séquence d’ADN unique. Il compte 3 milliards de lettres et réside dans presque toutes les cellules de votre corps. Aujourd’hui, des machines de pointe peuvent écrire toute la liste de lettres – c’est-à-dire, séquencer votre génome – en environ 24 heures à partir d’une prise de sang.

Les personnes derrière le projet 100 000 génomes n’ont pas séquencé un assortiment aléatoire de génomes. Ils ont séquencé les génomes de 85 000 patients du National Health Service – chacun souffrant d’une maladie rare ou apparentée à une personne atteinte de cette maladie – ainsi que les génomes de cellules prélevées directement sur des tumeurs, pour un total de 100 000 génomes.

L’espoir de ce projet de séquençage massif est de découvrir les meilleures façons de traiter et de diagnostiquer les personnes atteintes de cancers et de maladies héréditaires rares – et jusqu’à présent, cela semble être le cas.

Vingt-cinq pour cent des personnes atteintes de maladies rares qui ont participé au projet 100 000 génomes ont reçu un diagnostic pour leur maladie pour la toute première fois. Avant le séquençage de leurs génomes, ces personnes ne savaient pas exactement ce qui était à l’origine de leurs symptômes, et maintenant qu’elles le savent, elles ont plus de chances de recevoir un traitement efficace.

En octobre 2018, le pays a annoncé son nouvel objectif : séquencer 1 million de génomes au cours des cinq prochaines années.

BBC, Genomics England