Vers une société sans espèces, à l’image de la Suède

Selon le rapport du comité Action publique 2022, la 16e proposition préconise une société « zéro cash » pour simplifier les paiements tout en luttant mieux contre la fraude fiscale”.

Les réformes préconisées :

– supprimer les espèces, les chèques et les timbres pour les paiements fiscaux et sociaux d’ici deux ans. Afin d’accompagner en particulier les publics les plus fragiles, des solutions intermédiaires pourraient être envisagées (par exemple utilisation d’une carte sans contact) ;
– rendre obligatoire l’acceptation des paiements dématérialisés (carte bancaire, téléphone, virement) pour tous les achats, sans montant minimum, et développer une application par laquelle les consommateurs pourraient aisément signaler des difficultés ;
– réduire progressivement la circulation d’espèces vers une extinction complète. On pourrait commencer à court terme par mettre fin à la circulation des pièces de 1 et 2 centimes, comme cela a été fait en Irlande, en Finlande et en Belgique par exemple.

Vers une économie sans argent liquide

L’Inde numérise tout, de l’argent à l’identification du citoyen

Expérience de Bitcoin avec une puce NFC : une clé privée implantée

L’intelligence artificielle au sein de Pôle emploi

Lors du premier appel à projets du « Fonds pour la transformation de l’action publique » et pour mener à bien la transformation de l’État engagée dans le programme « Action Publique 2022 », le Gouvernement a mis en place un fonds dédié de 700 millions d’euros sur cinq ans, dont 200 millions d’euros dès 2018, destiné à mieux armer les administrations publiques pour mener à bien leurs projets de transformation.

Parmi les lauréats, celui de Pôle emploi “installer l’intelligence artificielle au sein de Pôle emploi comme levier d’accélération au retour à l’emploi durable” a reçu un enveloppe de 20 millions d’euros. Le projet « Intelligence emploi » a vocation à installer durablement l’intelligence artificielle au sein de Pôle emploi comme levier de l’accélération de l’accès et du retour à l’emploi durable. Les processus internes et l’offre de service de l’opérateur seront ainsi considérablement optimisés, au bénéfice d’un accompagnement plus personnalisé des demandeurs d’emploi et des entreprises.

Les bénéfices apportés par ce projet sont de plusieurs ordres : le fait d’automatiser des tâches simples permettra aux conseillers de Pôle emploi de consacrer plus de temps à l’accompagnement. Par ailleurs, une meilleure exploitation des données permettra de renforcer le diagnostic de la situation du demandeur d’emploi comme des besoins de recrutement de l’entreprise, pour personnaliser encore plus le service qui leur est apporté et accélérer le retour à l’emploi.

Cette modernisation des outils induira donc une évolution positive des métiers, une réduction des coûts de fonctionnement, et contribuera, grâce aux retours vers l’emploi des bénéficiaires, à l’équilibre des comptes de l’assurance chômage.

rapport du comité Action publique 2022