L’Homme augmenté, réflexions sociologiques pour le militaire

Colin A. (dir.), mars 2016, « L’Homme augmenté, réflexions sociologiques pour le militaire », Études de l’IRSEM n°42. → Télécharger le PDF (77 pages)

Voir aussi → Éthique sur le champ de bataille dans un futur proche

Agnès COLIN est chargée d’étude à l’IRSEM depuis 2010, auprès du domaine Défense et société. Elle est diplômée d’un doctorat en Chimie-Physique de l’université Pierre et Marie Curie-Paris VI, a été ingénieure d’étude à la DGA puis chargée d’étude au Centre des Hautes Etudes de l’armement (CHEar) sur les nouvelles technologies et les enjeux sociétaux. Ses principales thématiques de recherche sont les aspects sociétaux des nouvelles technologies NBIC (Nanotechnologie, Biotechnologie, Science de l’Information et de la Cognition), ainsi que les questionnements éthiques, juridiques et philosophiques des technologies émergentes en vue d’augmenter les performances de l’homme en terrain de combat.

Cette étude collective a été dirigée par une chercheuse de l’IRSEM, notre regrettée collègue Agnès Colin. Agnès nous a malheureusement quittés en septembre 2015. Titulaire d’un doctorat en physique-chimie obtenu en 1984, elle avait été recrutée à la Délégation générale pour l’armement comme ingénieur cadre technico-commercial. Ses fonctions avaient plusieurs fois évolué au sein de la DGA où elle avait notamment occupé les postes de chef de la division Détection sous-marine-Sonar, d’ingénieur en guerre électronique puis de chargée d’études en réflexion stratégique de l’armement au CHEAr. Agnès avait rejoint l’IRSEM, en tant que chercheuse, dès sa création en 2010. Elle avait mené plusieurs projets de publication dont cette étude sur l’homme augmenté qui lui aura donné l’occasion de fédérer autour d’elle une équipe de chercheurs d’horizons divers. Agnès aurait été heureuse que cette étude paraisse, apportant ainsi une nouvelle fois sa contribution à la recherche stratégique en France. Il revient maintenant à l’IRSEM de prolonger les pistes ouvertes par les travaux originaux d’Agnès.

Sommaire :

Introduction : L’Homme augmenté, nouveaux enjeux pour la défense
Les technologies d’amélioration des capacités humaines, le contexte sociologique
L’éthique, place respective du médecin et du scientifique face à des impératifs militaires de commandement et d’opérationnalité
Le dopage sportif, quelles évolutions récentes et quelles conséquences pour les militaires ?
Le contexte sociologique des technologies augmentatrices, perception et acceptation sociale
Un regard de philosophie morale sur l’homme et le militaire augmentés : vers la fin du courage ?
Le cyborg, un regard historique

Introduction (extrait)

L’homme augmenté constitue un vaste champ de recherche sur lequel se cristallisent de nombreux travaux et avancées scientifiques, liés au développement des nouvelles technologies et de la convergence croissante entre les nanotechnologies, les biotechnologies, l’informatique et les sciences cognitives (NBIC). Ces techniques ont un intérêt certain dans le domaine médical pour « réparer » l’homme lors d’applications à finalité thérapeutique mais peuvent aussi conduire à des améliorations hors du champ médical. De tout temps, l’homme a eu le désir de pouvoir un jour dépasser ses limites biologiques en vue de la création d’une espèce plus performante ou de s’élever au-dessus de la condition de simple mortel (post-humain). Ce sujet fascine car les médias et les auteurs de science-fiction entretiennent régulièrement de nombreux mythes et imaginaires sur les attentes (le cyborg). Si le débat sur l’amélioration artificielle des performances humaines, dans le secteur civil et dans le monde académique, émerge aujourd’hui de manière plus flagrante, c’est en grande partie grâce aux progrès scientifiques sur les sciences du vivant et l’ingénierie à des échelles de plus en plus petites. Il est donc logique que ces avancées scientifiques et technologiques aient des répercussions sur l’homme et posent de nouveaux enjeux sociétaux afin de garantir les droits et la santé des individus. Depuis une dizaine d’années, de nombreux scientifiques, philosophes et sociologues se penchent sur la question du “human enhancement” ou de “l’homme augmenté” et discutent des enjeux de l’amélioration artificielle des capacités humaines. Cette problématique concerne aussi le monde militaire. Pour la défense, ces nouvelles techniques ouvrent en effet des perspectives pour le combattant qui peut améliorer ses capacités d’adaptation à l’environnement militaire, d’augmenter ses performances et son efficience dans des contextes d’opérations difficiles (Vincent, 2010). Ces questionnements représentent de nouveaux défis non seulement technologiques mais aussi de nouveaux défis idéologiques et sociétaux, comme le souligne Patrice Binder (Binder, 2012) pour le Conseil Général de l’Armement dans une étude sur les enjeux des neurosciences pour la défense. Du point de vue éthique, l’utilisation des nouvelles technologies à des fins non thérapeutiques pose de nouvelles interrogations sur le respect des valeurs morales et sur la santé du personnel. En France, il n’existe pas de cadre normatif adapté aux questions d’amélioration de l’individu. Cela est dû au fait que dans le monde médical, la problématique de l’éthique des nouvelles technologies n’est actuellement abordée que pour les utilisations thérapeutiques. La refonte de la loi de bioéthique de 2004 définit un cadre d’application pour les applications thérapeutiques. Mais pour l’utilisation de dispositifs à d’autres fins, rien n’est prévu pour l’instant dans la révision des lois de bioéthique. Pour la défense, comme le militaire doit respecter les mêmes lois de bioéthique que le civil, force est de constater qu’il n’existe pas actuellement de cadre législatif particulier ni réglementaire pour traiter ce sujet. Certes, le droit et certains codes de bonnes pratiques des instituts de recherche apportent des éclairages sur ces questions. C’est ainsi que le Service de santé des Armées s’oppose à tout comportement ou à toute action susceptible de nuire à la santé du militaire.

À ce jour, il convient d’être très prudent sur les possibles technologiques et les projections futuristes. Il semble que les progrès les plus importants dans les technosciences se situent dans les technologies de l’information et de la communication, dans la mise au point de complexes interfaces cerveau-machines, dans la robotique comme les prothèses et dans de nouvelles molécules dopantes qui peuvent agir directement sur la physiologie de l’homme. Mais c’est surtout grâce aux avancées notables et conséquentes des recherches dans les neurosciences et les techniques d’exploration du cerveau, que la demande d’amélioration des performances semble être la plus forte et est présente de manière significative dans les débats éthiques du secteur civil, et commence à l’être dans le secteur militaire en France. En complément des articles présentés dans cette étude, ce préambule a pour objet d’introduire cette problématique d’actualité qui ouvre de nouveaux champs de recherche. L’ensemble de ces interrogations concerne le secteur de la défense au sein duquel des dispositifs basés sur l’imagerie cérébrale et le décodage de l’activité cérébrale sont potentiellement appelés à connaître un essor au cours des prochaines années. Ces techniques pourraient ainsi être utilisées pour le recrutement du personnel, lors de la sélection pour certaines prises de risques ou situations demandant des connaissances spécifiques. Elles seraient aussi très utiles dans les expériences sur les interfaces cerveau-machines en vue de l’amélioration des performances des militaires au combat (Colin, 2012). Les travaux de recherche militaire les plus nombreux et les plus avancés dans ce domaine sont menés par la DARPA pour le compte de l’armée américaine (Moreno, 2006) et visent à corréler l’activité de neurones avec des tâches spécifiques (dans le but, entre autres, de détecter le mensonge ou mieux gérer la peur).

Est-ce que l’US Navy planifie d’implanter des micro-puces ?

Des représentants consultent Zoltan Istvan le candidat à la présidence.

  • Le transhumaniste Zoltan Istvan a rencontré des hauts fonctionnaires de l’US Navy
  • Ils ont demandé conseils pour les aider à élaborer des politiques sur les implants de micro-puces
  • M. Istvan croit que tous les enfants devraient avoir des implants afin qu’ils puissent être suivis

La plupart d’entre nous portent un dispositif de repérage chaque jour sous la forme de téléphones mobiles, mais certaines personnes vont plus loin en ayant des puces intégrées dans leur corps.

La plupart d’entre nous portent un dispositif de repérage chaque jour sous la forme de téléphones mobiles, mais certaines personnes vont plus loin en ayant des puces intégrées dans leur corps.

L’US Navy est maintenant si préoccupée quant à cette pratique qu’elle est en train d’élaborer une politique officielle pour l’aider à traiter avec le personnel ayant des puces implantées.

Les fonctionnaires ont consulté le candidat transhumaniste à la présidence américaine Zoltan Istvan, pour discuter des répercussions de la préparation des humains avec des micro-puces pour augmenter leurs capacités (discuter de la fusion des humains et des machines).


Éthique sur le champ de bataille dans un futur proche


La DARPA[1] travaille déjà sur des implants qui peuvent être implantés dans le cerveau des soldats afin de les rendre plus résistants à la guerre.

Mais d’après M. Istvan, l’armée est également préoccupée à propos des technologies non autorisées que leur personnel peut s’implanter.

« La Navy s’efforce de créer des politiques autour de soldats ou marins qui commencent leur service militaire avec des puces non autorisées intégrées en eux.

C’est tout à fait sensé étant donné que la technologie est devenue si petite, que les implants peuvent maintenant faire un large éventail de choses – traquer, effectuer des paiements, surveiller la circulation sanguine et la santé corporelle – et être totalement cachée dans les êtres humains.

Vous pouvez imaginer à quel point ce serait délicat si quelqu’un avait une puce implantée non autorisée sur une base nucléaire – des politiques doivent être créées et rapidement. »

La rencontre s’est tenue entre M. Istvan et des responsables du Chief of Naval Operations Strategic Studies Group (opérations navales des études stratégiques), qui recherche de nouveaux concepts de guerre.

Une lettre du Vice-Amiral James Wisecup, directeur du groupe, dit à M. Istvan : « Vos commentaires ont élargi notre compréhension du transhumanisme et de la fusion des hommes et des machines.

Vos perspectives personnelles furent intéressantes et opportunes alors que nous commençons notre processus de recherche. Vous avez eu un impact direct sur nos points de vue pour les futurs concepts. »

Istvan croit que la technologie pourrait être utilisée pour donner aux humains l’immortalité en augmentant nos corps avec la technologie.

Traduction Thomas Jousse

Lire la suite sur DailyMail

[1] DARPA projette de concevoir le modem cortical ; Des implants cérébraux conçus pour fondre et ne laisser aucune trace ; Un implant cérébral montre le potentiel de l’interface-neuronale (IND) pour le cerveau ; Un implant cérébral se connectera avec 1 million de neurones ; Un algorithme informatique créé pour encoder les souvenirs humains.

Utiliser l’optogénétique pour lutter contre la douleur chronique

Des chercheurs utilisent l’optogénétique pour soulager la douleur en éteignant des neurones avec de la lumière.

crédit McGill

Le potentiel de la lumière comme solution très précise et non invasive aux analgésiques est plus apparent grâce aux travaux menés par des chercheurs de l’Institut et hôpital neurologiques de Montréal de l’Université McGill et du Centre universitaire de santé McGill.

Des chercheurs ont élevé des souris ayant une sensibilité à  la lumière dans les neurones du système sensoriel périphérique, connus pour être responsables de la transmission de la douleur. Les souris ont été modifiées génétiquement pour que des neurones spécifiques, les nocicepteurs Nav 1.8+, expriment des protéines appelées opsines qui réagissent à la lumière, une technologie connue sous le nom d’optogénétique.

Lorsque les neurones sensoriels sont exposés à une lumière jaune-orange, ces opsines déplacent des ions positifs à travers la membrane, ce qui diminue l’activité bioélectrique des cellules. Concrètement, cela “éteint” les neurones et atténue la sensibilité de la souris au toucher et à la chaleur.

« Les opsines activée par la lumière jaune que nous avons ajoutées à ces neurones ont d’abord été isolées à partir d’archéobactéries», explique le professeur Philippe Séguéla, chercheur à l’Institut et hôpital neurologiques de Montréal et auteur principal de l’article. « Lorsque nous les transférons aux neurones Nav1.8+, nous pouvons contrôler leurs réponses simplement en éclairant leurs fibres situées dans la peau avec une lumière jaune-orange inoffensive. »

L’optogénétique est un champ de recherche en expansion rapide qui mène à diverses applications. Dans le cas présent, l’activité de neurones de signalisation de la douleur a été diminuée dans une partie circonscrite du corps de la souris, ici les pattes arrière, et la durée de l’effet peut aisément être contrôlée en jouant sur le temps d’illumination. La précision de cette technique met en évidence les avantages potentiels d’une utilisation chez les humains.

La luminothérapie basée sur l’optogénétique aurait l’avantage de procurer une analgésie (soulagement de la douleur) aux patients qui pourraient contrôler «à volonté» leur douleur en dirigeant la lumière sur la partie sensible de leur corps.

De nos jours, les opiacés constituent le traitement le plus courant de la douleur chronique. Or, ils sont souvent utilisés de façon systémique et non localisée à la région précise du corps affectée par la douleur. La durée des effets des opiacés peut être estimée, mais sans la précision que pourrait procurer un traitement à la lumière.

De nouvelles avancées en neurosciences sont nécessaires pour que cette méthode de soulagement de la douleur soit appliquée aux humains. Le Pr Séguéla estime qu’il serait possible de rendre des neurones humains photosensibles notamment en utilisant un vecteur viral inoffensif conçu pour leur transmettre temporairement les opsines.

Selon un rapport récent de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, un Canadien sur dix âgé de 12 à 44 ans, soit environ 1,5 million au total, a été ou est aux prises avec la douleur chronique – une douleur qui dure des mois ou des années et qui accompagne entre autres le diabète, l’arthrite, le cancer et le zona.  La douleur chronique réduit la capacité d’une personne à effectuer des tâches quotidiennes et peut causer d’autres problèmes de santé comme les troubles du sommeil et la dépression.

« La douleur chronique est un problème de plus en plus important sur le plan clinique, que nous soulageons principalement avec des opiacés depuis de nombreuses années. Son traitement reste difficile à cause du phénomène de tolérance, qui entraîne l’augmentation des doses et, par conséquent, l’apparition de graves effets secondaires.  Dans le futur, la luminothérapie pourrait être une façon très efficace de soulager la douleur chronique et d’éviter les inconvénients des analgésiques courants », précise le Pr Séguéla.

Ces travaux, publiés dans la revue eNeuro, ont reçu le soutien des Canadian Institutes of Health Research, du Natural Sciences and Engineering Research Council, du Quebec Pain Research Network, et de la Fondation Louise et Alan Edwards.

L’Institut et hôpital neurologiques de Montréal – le Neuro – est une destination de renommée mondiale en recherche sur le cerveau et en soins neurologiques de pointe. Depuis sa fondation en 1934 par le célèbre neurochirurgien Wilder Penfield, le Neuro est devenu le chef de file du domaine au Canada et un des plus grands centres spécialisés au monde. L’interaction étroite entre la recherche, les soins et la formation de spécialistes d’exception renforce le rayonnement du Neuro dans l’étude et le traitement des troubles du système nerveux. L’Institut neurologique de Montréal est un institut de recherche et d’enseignement de l’Université McGill reconnu mondialement. L’Hôpital neurologique de Montréal, un des cinq hôpitaux d’enseignement du Centre universitaire de santé McGill, apporte aux patients des soins de qualité exceptionnelle.

source : McGill University

Éthique sur le champ de bataille dans un futur proche

Le récent rapport de l’armée américaine “Visualizing the Tactical Ground Battlefield in the Year 2050” décrit un certain nombre de scénarios de guerre qui soulèvent des dilemmes éthiques épineux. Parmi les nombreux développements tactiques envisagés par les auteurs, un groupe d’experts réunis par le laboratoire de recherche de l’armée américaine, trois se distinguent à la fois plausibles et plein de défis moraux : les humains augmentés, des armes à énergie dirigée, et des robots tueurs autonomes. Les deux premières technologies affectent directement l’homme, et donc présentent deux défis militaires et médicaux éthiques. Le troisième développement, des robots remplaceraient les humains, et pose donc des questions difficiles sur la mise en œuvre du droit de la guerre, sans aucun sens de la justice.

Humains augmentés. Médicaments, interfaces cerveau-machine, prothèses neurales, et le génie génétique sont toutes les technologies qui peuvent être utilisées dans les prochaines décennies pour renforcer la capacité des soldats au combat, les garder en alerte, les aider à survivre plus longtemps avec moins de nourriture, soulager la douleur, aiguiser et renforcer leurs capacités cognitives et physiques. Tous soulèvent des difficultés éthiques et bioéthiques graves.

Médicaments et prothèses sont des interventions médicales. Leur but est de sauver des vies, soulager la souffrance, ou améliorer la qualité de vie. Lorsqu’il est utilisé pour la mise en valeur, cependant, ils ne sont plus thérapeutiques. Les soldats désignés pour l’amélioration ne seraient pas malades. Les commandants s’efforceraient d’améliorer les capacités de combat d’un soldat tout en réduisant les risques pour leur vie et leur intégrité physique. Cela soulève plusieurs questions connexes.

D’abord, les sciences médicales devraient-elles servir les fins de la guerre ? Ce n’est pas une nouvelle question – elle a surgi la première fois quand l’armée américaine a recruté des médecins pour développer les armes chimiques et biologiques pendant la deuxième guerre mondiale. Et bien qu’il puisse y avoir de bonnes raisons militaires d’avoir les médecins à aider à la fabrication de bombes, la communauté médicale a fermement rejeté ce rôle. Les médecins sont des guérisseurs, pas des guerriers; augmenter des soldats pour tuer sape l’intégrité de la médecine.

Une autre difficulté éthique parle sur les effets transformateurs d’améliorations. De nombreux agents pharmaceutiques soulèvent des préoccupations légitimes au sujet des changements de personnalité. Par exemple, si les soldats utilisent des drogues pour maximiser la prouesse cognitive en réduisant l’anxiété et éliminer les craintes, les visions de puissance et la grandeur peuvent en résulter. Certains médicaments, pourraient bloquer les souvenirs d’événements du champ de bataille. Sans mémoire, il n’y a pas de remords, et sans remords, il n’y a pas de contrainte.

Enfin, nous devons considérer les droits des soldats désignés pour l’amélioration. Les soldats n’ont pas le droit de refuser des traitements médicaux standards qui les maintiennent en forme pour le devoir. Mais les soldats doivent-ils être d’accord sur l’amélioration ? (…) En conséquence, l’amélioration devrait exiger le consentement éclairé ainsi que la surveillance médicale nécessaire pour surveiller la sécurité. Et parce que les effets à long terme de l’augmentation médical demeurent inconnus, les autorités militaires doivent faire tous les efforts pour utiliser des alternatives non médicales (telles que l’armure de corps, transport blindé, et l’amélioration de l’armement) pour améliorer les performances de la troupe.

Le respect de ces conditions, cependant, sera problématique. Pour une chose, le consentement éclairé est souvent difficile à atteindre dans une hiérarchie militaire où “les ordres sont les ordres.” D’autre part, les effets médicaux de certaines améliorations ne seront pas nécessairement connus. Les soldats peuvent ne pas avoir suffisamment d’informations pour prendre des décisions éclairées qui nécessitent une éthique médicale.

Armes à énergie dirigée. Le rapport de l’armée prédit qu’une variété d’armes à énergie dirigée sera utilisé en 2050. Il ne fouille pas profondément dans les détails, mais cette catégorie pourrait inclure les lasers aveuglants, rayonnement électromagnétique, et la stimulation magnétique, toutes les technologies à portée de main. Aucun est conçus pour être mortelle. Les lasers aveuglants émettent des impulsions d’énergie dirigée de façon permanente ou temporaire et neutralisent des combattants. Le droit international interdit maintenant les lasers aveuglants en permanence, mais le laser “dazzlers” provoque seulement une cécité temporaire et permettrait aux troupes le désarmement et l’arrestation d’assaillants. Une autre arme à énergie dirigée de l’armée américaine est Active Denial System, ou ADS, qui émet un faisceau d’onde électromagnétique d’une fréquence de 95 gigahertz qui pénètre la peau pour créer une sensation de brûlure intense, sans endommager les tissus. (note : une impulsion de 2 secondes porterait la peau jusqu’à une température d’environ 55 °C, causant une intense sensation de brûlure très douloureuse. Il faudrait une exposition au faisceau de 250 secondes pour brûler la peau). Les deux lasers aveuglants et des armes de type ADS pourraient être particulièrement utile dans des conditions de champ de bataille où les armées sont confrontées à des populations mixtes de civils et des guérilleros ou des terroristes qui ne portent pas d’uniformes. En utilisant la technologie, les soldats pourraient neutraliser les combattants et les non-combattants, puis arrêter et de détenir l’ancien tout en libérant ce dernier indemne.

Stimulation magnétique transcrânienne (TMS) pourrait également être utile pour cibler les foules indifférenciées, il dirigerait un champ magnétique intense pour manipuler l’activité du cerveau. Actuellement à l’étude comme traitement pour la dépression, TMS pourrait, par exemple, être en mesure de modifier l’humeur d’une personne et de transformer l’hostilité et la haine en confiance et à la coopération. Les dispositifs existants sont de petite taille et nécessitent un opérateur pour passer une bobine directement sur la tête d’une personne, mais les applications futures pourraient permettre un fonctionnement de longue distance. Ainsi une force militaire pourrait sans douleur et de manière non-létale modifier l’état d’esprit et le comportement d’un ennemi et l’emporter dans une bataille.

À première vue, ces technologies suscitent révulsion. Mais quel est exactement le problème? Tout d’abord, en violation de son rôle traditionnel, la science médicale développe des armes qui infligent la douleur. Il peut être une douleur transitoire, mais implique néanmoins la souffrance. Deuxièmement, les armes médicalisées minent le corps humain d’une manière particulièrement insidieuse. La plupart des armes tuent ou blessent en infligeant un traumatisme contondant ou perte de sang, mais les lasers aveuglants, l’Active Denial System, et la stimulation transmagnétique (TMS) manipulent les systèmes physiologiques spécifiques plutôt que de traumatiser tout simplement le corps humain. Ces armes font craindre des blessures qui défient les soins médicaux et sont des technologies qui pourraient éventuellement modifier les humains au-delàs de toute reconnaissance. Les caractéristiques particulières de certaines armes modernes ont conduit le Comité international de la Croix-Rouge à recommander une interdiction sur les armes spécifiquement conçues pour tuer ou blesser pour provoquer une maladie ou un état physiologique anormal spécifique, comme étant aveuglé ou brûlé. Il y a de bonnes raisons de faire preuve de prudence extrême à mesure que nous avançons avec des armes qui envahissent le corps directement.

Stimulation magnétique transcrânienne propose surtout des raisons impérieuses de préoccupation. Réalisé au cerveau, il perturbe les processus cognitifs et modifie temporairement les caractéristiques humaines essentielles. Est-ce là où la technologie militaire devrait aller? En plus de médicaliser la guerre, les interventions neurologiques augmentent le risque de déshumanisation et les infractions de « liberté cognitive » – le droit de penser par soi-même, libre de contraintes externes ou contrôle de l’esprit. Étroitement liée au droit à la vie privée, la liberté cognitive devrait interdire aux autres d’envahir l’esprit-espace personnel, perturber ses processus ou de révéler son contenu.

Si le droit de l’ennemi à la liberté cognitive est inviolable ou soumis aux diktats la nécessité militaire reste une question ouverte. Forts de notre compréhension que les privations de liberté physique (telles que l’incarcération) nécessitent une procédure régulière, on peut dire de façon convaincante que les privations de liberté cognitive, si autorisée à tous, nécessitent une barre beaucoup plus élevée. Mener une guerre ne permet pas chaque usage de la force. Ceci est un axiome fondamental du droit international humanitaire. Bien que non létales, les armes qui modifient les états d’esprit peuvent aller au-delà du pâle. À tout le moins, ils exigent des autorités militaires et politiques de suivre de près leur utilisation et les effets encore non connus.

Robots tueurs autonomes. Le rapport de l’armée américaine affirme que «les robots déployés seraient capables de fonctionner dans une variété de modes de « contrôle » de l’autonomie totale à la gestion active par les humains.” Considérons le mode «autonomie totale». Tourné en vrac sur le champ de bataille, des robots tueurs (ces armées avec des armes létales) pourraient agir individuellement ou collectivement. Programmés avec une mission, ils seraient capables de dégrader ou de désactiver les forces ennemies en utilisant des tactiques cohérentes avec le droit des conflits armés et le droit international humanitaire.

D’une façon minimum, les robots tueurs doivent comprendre et appliquer la loi pendant qu’ils accomplissent leur mission. Est-il possible de les programmer simplement pour le faire ainsi ? Le droit des conflits armés a une composante éthique très saillante.

Depuis le 19ème siècle, les juristes internationaux ont compris qu’aucune loi ne peut couvrir toutes les situations possibles. Cela laisse deux logiques par défaut pour la prise de décision : la nécessité militaire ou une norme de conduite plus élevée. Si un officier manque d’orientation claire se rabattre sur l’accomplissement de sa mission, ou se reporter aux principes moraux ? La réponse est aussi claire aujourd’hui qu’elle l’était en 1899, lorsque les délégués à la Convention de La Haye sur le droit et les coutumes de la guerre ont déclaré :

Les Hautes Parties contractantes pensent qu’il est juste de déclarer que dans les cas non inclus dans les règlements adoptés par ceux-ci, les populations et les belligérants restent sous la sauvegarde et sous l’empire des principes du droit international, tels qu’ils résultent des usages établis entre nations civilisées, des lois de l’humanité et les exigences de la conscience publique.

Donc, la programmation d’un robot tueur à se comporter avec justice est beaucoup plus difficile que de télécharger le corpus du droit international. Il faut inculquer un sens de la justice. Est-ce possible ? Une solution peut être d’établir des principes de base et certains éléments de supervision, mais il ne sera pas facile à mettre en application ni l’un ni l’autre. Par exemple, la règle de la proportionnalité exige qu’un dirigeant de champ pèse l’avantage militaire d’attaquer une cible militaire contre le mal qui arrivera aux civils ennemis en conséquence. C’est une décision extrêmement ardue parce que les éléments de l’équation-avantage militaire et blesser les civils – sont sans commune mesure. Décès et blessure mesure des pertes civiles, mais quelles mesures avantagent le militaire? La vie des compatriotes enregistrés, les ressources ennemies dégradées, crédibilité de la dissuasion restaurée, ou une combinaison de ces facteurs ? Les commandants humains ont assez de mal avec ce genre de décision. Les robots tueurs peuvent-ils gérer les choses un peu mieux ?

Même s’ils le pouvaient, il y aurait encore des sensibilités politiques à considérer. Par exemple, qui compte comme un civil ? Après la guerre de Gaza de 2008 à 2009 entre Israël et les forces palestiniennes, chaque côté a reconnu que près de 1.200 Palestiniens ont perdu leurs vies. Mais Israël a affirmé que 75 pour cent étaient des combattants alors que les Palestiniens ont affirmé que 75 pour cent étaient des civils. (…) Les “lois de l’humanité” reposent avec les humains, pas des robots. Tout comme nous pouvons arrêter et juger les soldats qui violent la loi et la morale, il doit être possible d’arrêter et de juger les autorités de surveillance (les superviseurs) des droits de robots qui font de même. Pleine autonomie pour les robots est loin d’être idéale. La responsabilité de la conduite de la guerre doit par la suite incomber aux êtres humains.

Ce que la technologie ne peut résoudre. Augmentation de l’homme, armes à énergie dirigée, et robots tueurs sont tous en cours d’élaboration dans le but de sauver des vies des combattants et non combattants. Comment vont-ils réussir à cet objectif dépendra de la façon dont les opérateurs civils et militaires naviguent plusieurs détroits.

Premièrement, les dirigeants doivent se méfier de la pente glissante. L’augmentation de soldats peut conduire à l’amélioration des policiers ou de l’amélioration des criminels. De même, les opérateurs peuvent utiliser des armes à énergie dirigée à la torture plutôt que de neutraliser leurs cibles. Ou bien la technologie pourrait finir par saper les libertés civiles.

Deuxièmement, les opérateurs et les concepteurs d’armes doivent être conscients des écueils de la multiplication de la force. Cela est particulièrement vrai dans la guerre asymétrique. Les armes conçues pour atténuer les blessures et la perte de la vie peuvent aussi intensifier le mal. Comment un état armé de soldats augmentée, armes à énergie dirigée, et robots tueurs va lutter contre les insurgés ? Emploierait-il son arsenal pour frapper, neutraliser, soumettre, et arrêter des guérilleros, ou tuerait-il simplement des militants handicapés ?

Comme nous cherchons des réponses à ces questions, nous devons nous méfier de placer trop d’importance dans la technologie. Le conflit armé contemporain démontre amplement comment les guérilleros, les insurgés, et les terroristes ont trouvé de nouveau moyen de surmonter les technologies de pointe grâce à des tactiques relativement à faible contenu technologique comme les attentats-suicides, des engins explosifs improvisés, boucliers humains, la prise d’otages, et de la propagande. Il y a peu de doute que ces tactiques fassent profit parce que de nombreuses armées de l’Etat cherchent à embrasser les « lois de l’humanité et les exigences de la conscience publique », et, en tant que démocraties, choisissent souvent de se battre avec une main attachée derrière le dos. Les technologies émergentes qui accompagneront la guerre du futur aiguisent ce dilemme, d’autant plus que la guerre asymétrique s’intensifie et certains se demandent inévitablement si des robots tueurs manquaient un sens de la justice ce ne serait pas une si mauvaise chose après tout.


Michael L. Gross est professeur à l’Université de Haïfa en Israël, où il est également à la tête de l’École des sciences politiques. Il est l’auteur de la bioéthique et les conflits armés (2006), dilemmes moraux de la guerre moderne (2010), et L’éthique de l’Insurrection (2015).

Source : Bulletin of the Atomic Scientists 17/12/2015

Implant cérébral : un implant optifluidique contrôlable à distance, permet de contrôler les cellules du cerveau en injectant des médicaments et de la lumière

Une étude a montré que des scientifiques peuvent déterminer le chemin emprunté par une souris en pressant sur un bouton. Des chercheurs de l’École de médecine, St. Louis, et des Universités de l’Illinois et de Washington, ont créé un implant de tissu de dernière génération qui permet aux neuroscientifiques d’injecter des médicaments et de la lumière dans les neurones d’une souris. Cet appareil révolutionnaire est décrit dans la revue Cell. Son développement a été partiellement financé par le NIH (National Institutes of Health).

« Cette découverte offre des possibilités infinies pour les scientifiques afin de comprendre le fonctionnement du cerveau » selon Michael R. Bruchas, professeur agrégé d’anesthésiologie et de neurobiologie à la faculté de médecine de l’Université de Washington et auteur principal de l’étude.

Le laboratoire de Bruchas étudie les circuits qui contrôlent une variété de troubles y compris le stress, la dépression, l’addiction et la douleur. Les scientifiques doivent choisir entre l’injection de drogues (médicaments) à travers de tubes métalliques ou de la lumière par des fibres optiques.

Les deux options nécessitent une intervention chirurgicale qui peut endommager les parties du cerveau et introduire des conditions expérimentales qui entravent les mouvements naturels des animaux.

Pour répondre à ces questions, Jae-Woong Jeong, Ph.D., un bio-ingénieur de l’Université de l’Illinois, a travaillé avec Jordan G. McCall, Ph.D., un doctorant dans le laboratoire de Bruchas, de construire un implant optifluidique contrôlable à distance. L’appareil est conçu avec des matériaux souples d’une dimension d’1/10 d’un cheveu humain et peut fournir simultanément des médicaments et de la lumière.

« Nous avons utilisé des techniques de nano-fabrication pour créer un implant qui nous permet de pénétrer profondeur dans le cerveau cerveau avec un minimum de dégats », a déclaré John A. Rogers, Ph.D., professeur de science des matériaux et de l’ingénierie à l’Université de l’Illinois. «

Des appareils ultra-miniaturisés de ce genre ont un énorme potentiel pour la science et la médecine. »

Avec une épaisseur de 80 micromètres et une largeur de 500 micromètres, l’implant optofluidique est plus mince que les tubes métalliques, ou les canules que les scientifiques utilisent généralement pour injecter de la drogue. Lorsque les scientifiques ont comparé l’implant avec une canule typique, ils ont constaté que l’implant endommageait beaucoup moins le tissu cérébral.

Les scientifiques ont testé le potentiel de distribution de médicaments de l’appareil, chirurgicalement placer dans le cerveau de la souris. Dans certaines expériences, ils ont montré qu’ils pouvaient cartographier précisément les circuits à l’aide de l’implant pour injecter des virus qui marquent les cellules avec des colorants génétiques. Dans d’autres tests, ils ont fait marcher une souris en injectant un médicament qui imite la morphine dans l’aire segmentale ventrale (ATV) une région qui contrôle la motivation et l’addiction.

Les chercheurs ont également testé le potentiel de distribution combiné de lumière et de médicament. Ils ont fait en sorte que les souris, qui ont des neurones sensibles à la lumière dans leur zone ATV, restent sur un coté de la cage en commandant l’implant (à distance) et déclencher des pulsions laser sur les cellules. Les souris ont perdu leurs préférences lorsque les scientifiques ont utilisé l’appareil pour injecter simultanément un médicament qui bloque la communication neuronale. Dans toutes les expériences, les souris se trouvaient à environ 90 centimètres de l’antenne de commande.

« C’est le genre d’outil de développement révolutionnaire dont les neuroscientifiques ont besoin pour cartographier l’activité des circuits cérébraux » selon James Gnadt, Ph.D., directeur de programme à l’institut national des troubles neurologiques du NIH et des maladies NINDS. Cet appareil est dans la ligne droite avec les objectifs de l’initiative de cerveau BRAIN du NIH.

Les chercheurs ont fabriqué l’implant en utilisant les techniques de fabrication des puces informatiques semi-conducteurs. Cet implant peut au maximum transporter 4 médicaments et dispose de 4 diodes électroluminescentes inorganiques microscopique.

Ils ont installé un matériau expansible (extensible?) dans la partie inférieure des réservoirs de médicaments pour contrôler la livraison.

«Nous avons essayé au moins 30 prototypes différents avant que cela fonctionne,” a déclaré le Dr McCall.

« Ce fut vraiment un effort interdisciplinaire », a déclaré le Dr Jeong, qui est maintenant professeur adjoint de génie électrique, informatique et de l’ingénierie de l’énergie à l’Université du Colorado. « Nous avons essayé de concevoir l’implant pour répondre à certains grands besoins non satisfaits des neurosciences. »

Dans l’étude, les scientifiques fournissent des instructions détaillées pour la fabrication de l’implant.

« Un outil est bon seulement lorsqu’il est utilisé ». a déclaré le Dr Bruchas, « Nous croyons dans une approche participative « crowdsourcing » de neuroscience, c’est un excellent moyen de comprendre les circuits du cerveau normal et sain. »

Ce travail a été financé par des subventions du NIH (NS081707, DA037152, DA038752, MH101956), US Department of Energy (DE-FG02-07ER46471, DE-FG02-07ER46453), Department of Defense National Security Science and Engineering Faculty Fellowship.

Pour plus d’informations, visitez le site: http://www.ninds.nih.gov/

Le NINDS est le premier bailleur de fonds de la nation de la recherche sur le cerveau et le système nerveux. La mission du NINDS est de rechercher la connaissance fondamentale sur le cerveau et le système nerveux, et à utiliser ces connaissances pour réduire le fardeau de la maladie neurologique.

Reference : Jeong et al. “Wireless Optofluidic Systems for Programmable In Vivo Pharmacology and Optogenetics,” Cell, July 16, 2015. DOI: 10.1016/j.cell.2015.06.058

Source  de l’article en anglais : NIH – National Institutes of Health
Institut national des troubles neurologiques et des maladies