MK-Ultra : Les cobayes de la CIA

Aux Etats-Unis, dans les années 50, 60 et 70, des dizaines de milliers de personnes, recrutées parmi les indigents, les déshérités, dans les prisons, les hôpitaux, les casernes et les orphelinats, ont servi de cobayes non volontaires pour un programme top secret de la CIA. Le but des scientifiques : effacer la mémoire, faire avouer un ennemi, fabriquer une machine humaine prête à tuer contre son gré. Avec un cynisme froid et une volonté sans limite, dans une ambiance de guerre froide, les Américains ont ainsi tenté de trouver “l’arme parfaite” qui leur permettrait d’asservir des individus ou des populations entières.

Fabrication d’espions programmables à distance : dans les documents de la CIA, on retrouve toutes ces expérimentations qui visent à créer des super-espions. Ça consiste à créer une nouvelle personnalité sur un cobaye et de lui donner une mission comme tuer quelqu’un, voler des documents ou infiltrer des réseaux. Et quand la mission est terminée, on le reprogramme et le sujet ne se souvient plus de rien.

A l’aide d’images d’archives, de témoignages de survivants, de documents secrets déclassifié et d’interviews de militaires et d’agents retraités, ce document montre comment la CIA a mis en place une politique de la terreur, en se servant du LSD, des électrochocs, des lobotomies et de l’hypnose.

Ce documentaire démontre l’implication forte des services américains pour infiltrer, financer et recruter des chimistes qui étaient pour la plupart de brillants éléments de la société civile. Il montre enfin comment les hommes de la CIA et de l’armée ont pu agir sans aucune considération pour la vie d’autrui.

Pour en savoir plus : CIA Secret Experiments A National Geographic Documentary
Mind Control: America’s Secret War A History Channel Video Documentary
Mind Control Summary The Secrets of Mind Control Based on Three Books by Top Mind Control Researchers
Mind Control Cover-up The Secrets of Mind Control

*Opération Paperclip : Exfiltration de criminels de guerre nazis détenteurs de connaissances exploitables

MK Ultra
The New York Times : PROJECT MKULTRA THE CIA’S PROGRAM OF RESEARCH IN BEHAVIORAL MODIFICATION autres liens : ici ou ici
Wired : April 13, 1953: CIA OKs MK-ULTRA Mind-Control Tests
The New York Times : Sidney Gottlieb, 80, Dies; Took LSD to C.I.A.
Project Mkultra: One of the Most Shocking CIA Programs of All Time

Voir aussi : MK Ultra : le programme de contrôle mental de la CIA au Canada
CIA Projet MK-Ultra / Les techniques de contrôle mental de la CIA
France 3 : Un village empoisonné par la CIA ? – Pont-Saint-Esprit 1951
National Geographic : Les expériences secrètes de la CIA

MK Ultra : le programme de contrôle mental de la CIA au Canada

Les expériences de manipulation mentale sur des sujets humains à l’Institut Allan Memorial de Montréal ont été étudiées par The Fifth Estate. À partir de la fin des années 1980, la CIA et le gouvernement canadien se sont engagés dans des poursuites judiciaires liées à ces programmes et ont conclu des accords de compensation avec de nombreuses victimes.

MK Ultra était un programme secret, aujourd’hui déclassifié, qui visait à connaître les moyens efficaces de contrôler les esprits des individus et des collectifs tels que les forces militaires, les communautés et les nations. Le directeur de la CIA (Central Intelligence Agency) a approuvé MK Ultra en 1953. Il s’est développé dans le contexte de la guerre froide. Le gouvernement américain avait fait en sorte que son programme de guerre psychologique soit au moins équivalent à celui de l’armée russe (Smithsonian, 2017).

L’utilisation de drogues naturelles et de drogues synthétiques telles que l’acide lysergique (LSD) a été l’aspect le plus controversé du projet MK Ultra. Certaines de ces expérimentations étaient des expériences illégales. Elles étaient criminelles car elles n’obtenaient pas le consentement éclairé de tous les participants tels que les prisonniers.

La manipulation psychologique ne requiert pas seulement l’utilisation de drogues pour modifier et contrôler la psyché des individus et des populations. Par exemple, l’activation de haut-parleurs de rue qui avertissent les résidents de la possibilité de l’arrivée d’armes nucléaires peut être utilisée dans le cadre d’une expérimentation d’opération psychologique (Psy-Op). De tels actes peuvent vouloir surveiller le niveau de peur des personnes concernées.

Sur l’obscur programme de contrôle mental “MK Ultra”, le gouvernement américain a reconnu officiellement qu’il s’agissait d’un projet actif de 1953 à 1973.

Pour aller plus loin :
MK Ultra
The New York Times : PROJECT MKULTRA THE CIA’S PROGRAM OF RESEARCH IN BEHAVIORAL MODIFICATION autres liens : ici ou ici
Wired : April 13, 1953: CIA OKs MK-ULTRA Mind-Control Tests
The New York Times : Sidney Gottlieb, 80, Dies; Took LSD to C.I.A.
Project Mkultra: One of the Most Shocking CIA Programs of All Time

Lavage de cerveau : Les expériences secrètes de la CIA au Canada

Les patients d’un hôpital psychiatrique de Montréal ont été soumis à des traitements de choc intensifs, au LSD et à des comas provoqués par des médicaments dans les années 1950 et 1960. Ces expériences brutales ont été financées par le gouvernement canadien et la CIA.

The Fifth Estate a commencé à enquêter sur cette histoire en 1980 et a suivi les victimes qui ont réussi à poursuivre la CIA. Les documents récemment mis au jour révèlent comment Ottawa a gardé des dossiers secrets, a égaré des documents vitaux – et a forcé les victimes à garder les accords d’indemnisation confidentiels.

La chambre du sommeil : Expériences financées par la CIA sur des patients de l’hôpital de Montréal

Un film intitulé The Sleep Room a mis en lumière les expériences de lavage de cerveau, y compris les électrochocs et la thérapie du sommeil, menées sur des patients psychiatriques par le Dr Ewen Cameron à l’Institut Allan Memorial de Montréal dans les années 1950 et 1960.

Rencontrez le nouveau géant militaire américain : Amazon

L’accord controversé du Pentagone sur le cloud computing JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure), d’une valeur de 10 milliards de dollars, est l’un des contrats de défense les plus lucratifs jamais conclus. Amazon est en pole position pour gagner – et son entrée dans l’armée a été longue à venir.

En juillet, alors que le président Donald Trump était dans le Bureau ovale avec le premier ministre néerlandais, il a pris quelques instants pour répondre aux questions des journalistes. Ses commentaires, d’une manière typique, couvraient des sujets disparates – de la création d’emplois à l’escouade des femmes du Congrès qu’il attaque régulièrement en passant par les sanctions contre la Turquie. Puis un journaliste lui a posé des questions sur un obscur contrat du Pentagone appelé JEDI et lui a demandé s’il avait l’intention d’intervenir.

“Lequel est-ce ?” Demanda Trump. “Amazon ?”

Le journaliste faisait référence à un contrat lucratif et bientôt attribué pour fournir des services de cloud computing au ministère de la Défense. Il vaut jusqu’à 10 milliards de dollars, et Amazon a longtemps été considéré comme le chef de file. Mais l’accord a fait l’objet d’un examen minutieux de la part de ses rivaux qui ont déclaré que le processus d’appel d’offres était biaisé en faveur du géant du commerce électronique.

“C’est un très gros contrat”, a déclaré Trump. “L’un des plus gros jamais vu concernant le cloud et beaucoup d’autres choses. Et nous recevons beaucoup de plaintes de la part de nombreuses autres entreprises, et de grandes entreprises. Certaines des plus grandes entreprises du monde s’en plaignent.”

“Microsoft, Oracle et IBM”, a-t-il poursuivi, “étaient tous hérissés”.

“Alors on va y jeter un coup d’œil. Nous allons y jeter un coup d’œil très attentif.”

Peu de temps après, le Pentagone a fait une annonce : le contrat a été suspendu jusqu’à ce que le processus d’appel d’offres ait fait l’objet d’un examen approfondi.

Beaucoup l’ont vu comme un autre coup de poing de Trump chez son ennemi juré Jeff Bezos, le PDG d’Amazon et propriétaire du Washington Post. Depuis son arrivée à la Maison-Blanche, Trump s’en prend régulièrement à Bezos sur Twitter, lui reprochant une couverture médiatique négative, critiquant les affaires fiscales d’Amazon, et même l’impact de l’entreprise sur le service postal américain.

Après tout, jusqu’à il y a quelques mois à peine, la plupart des Américains n’avaient jamais entendu parler de JEDI et s’en souciaient encore moins. Comparativement aux efforts de construction de gros avions de chasse ou de missiles hypersoniques – le genre de projets militaires dont nous avons l’habitude d’entendre parler -, le programme Joint Enterprise Defense Infrastructure semblait carrément ennuyeux. Ses dispositions les plus intéressantes comprennent les centres de données hors site, les systèmes informatiques et les applications Web.

C’est peut-être tout aussi banal qu’Amazon soit en lice pour un tel contrat. Après tout, c’est le premier fournisseur mondial de cloud computing ; sa division Amazon Web Services (AWS) a généré plus de 25 milliards de dollars de revenus en 2018.

Mais la diatribe de Trump ne concernait pas seulement une guerre contractuelle entre une poignée d’entreprises technologiques. Il mettait en lumière la nature changeante d’Amazon et son rôle dans la sécurité nationale et la politique. L’entreprise a passé la dernière décennie à travailler avec soin vers le cœur de Washington, et aujourd’hui – non content d’être le plus grand détaillant en ligne du monde – elle est sur le point de devenir l’un des plus grands entrepreneurs de la défense des États-Unis.

Qui a besoin de la démocratie quand on a des données ?

Retour sur le JEDI

Le Sheraton Hotel à Pentagon City, un quartier adjacent du ministère de la Défense, est loin de l’esprit de la Silicon Valley et de sa culture de startup. En mars 2018, la salle de bal de 1 000 places de cet hôtel des années 1970 regorgeait de fournisseurs intéressés à faire une offre sur le JEDI. Alors que les participants étaient assis dans des fauteuils de style Louis XIV, un défilé de responsables du Pentagone en uniforme a parlé de la stratégie d’approvisionnement.

Pour les soumissionnaires habituels du Beltway, ce spectacle était familier jusqu’à ce que Chris Lynch monte sur scène. Lynch, décrit par une publication de la défense comme le “gourou du numérique du Pentagone vêtu d’un sweat à capuche”, portait des lunettes de soleil à monture rouge sur le front et un t-shirt Star Wars portant l’emblème “Cloud City”.

Il était arrivé au Pentagone trois ans plus tôt pour rafraîchir la bureaucratie militaire moribonde. Entrepreneur en série travaillant dans les domaines de l’ingénierie et du marketing à Seattle, il a rapidement gagné l’hostilité des entrepreneurs fédéraux méfiants à l’égard de ce que le Pentagone avait l’intention de faire. Certains ont pris sa tenue décontractée comme un ricanement délibéré à la communauté boutonnée de Beltway.

“Il y a une place pour cela et ce n’est pas dans le Pentagone”, déclare John Weiler, directeur exécutif du Conseil consultatif sur l’acquisition des technologies de l’information (IT Acquisition Advisory Council), une association industrielle qui compte parmi ses membres des sociétés souhaitant soumissionner pour JEDI. “Je suis désolé de porter un sweat à capuche et toutes ces choses stupides. [Il porte] un genre d’uniforme pour déclarer en quelque sorte qu’il est un geek, mais en réalité, il ne l’est pas.”

Même ceux qui n’ont pas été offensés pensaient que Lynch avait clairement indiqué où se situaient ses préférences – et ce n’était pas avec les entrepreneurs fédéraux traditionnels.

“Et si nous devions tirer parti de toutes ces solutions incroyables qui ont été développées et conduites par des personnes qui n’ont rien à voir avec le gouvernement fédéral ?” A-t-il demandé lors de son discours devant la salle bondée. “Et si nous devions débloquer ces capacités pour accomplir la mission de défense nationale ? Et si nous tirions parti des marketplaces à longue traîne qui se sont développés dans les industries du cloud commercial ? C’est ce que JEDI est.”

Le Pentagone avait certainement décidé de prendre des mesures non conventionnelles avec ce contrat. Tout cela a été confié à un seul contractant, selon un calendrier accéléré, qui permettrait d’attribuer le contrat d’ici quelques mois. De nombreux membres du public ont déduit que l’accord était signé pour Amazon.

M. Weiler affirme que le contrat comporte de “grands défauts” et que l’approche du Pentagone finira par faire perdre de la rentabilité potentielle. Au lieu d’avoir plusieurs entreprises en concurrence pour réduire les coûts, il n’y aura qu’un cloud unique provenant d’un seul fournisseur.

Cette approche unique n’a pas fonctionné pour la CIA, – qui a annoncé son intention de faire appel à plusieurs fournisseurs plus tôt cette année, – et elle ne fonctionnera pas pour le ministère de la Défense, a-t-il déclaré. Et il ajoute que cet accord signifie que toutes les applications existantes devront migrer vers le cloud, que cela soit approprié ou non. “Certaines choses n’ont rien à y faire”, dit-il. “Certaines choses n’étaient pas conçues pour en tirer profit.”

En août 2018, Oracle a déposé une réclamation auprès du Government Accountability Office, affirmant que le contrat était “conçu autour d’un service cloud particulier”. (IBM a emboîté le pas peu de temps après.) Le même mois, la publication Defence One révélait que RosettiStarr, une firme d’enquêteur de Washington, préparait un dossier avec des reporters affirmant que Sally Donnelly, haut responsable du Pentagone et ancien consultant externe d’Amazon, avait tenté de favoriser la société de commerce électronique. RosettiStarr a refusé d’identifier le client qui a payé pour son travail.

Le logiciel de reconnaissance faciale en cloud de l’entreprise, qui permet de détecter l’âge, le sexe et certaines émotions ainsi que d’identifier les visages, est déjà utilisé par certains services de police, et en 2018 Amazon a acheté Ring, qui fait des sonnettes intelligentes qui capturent des vidéos.

Le FBI teste la biométrie faciale Amazon

Le drame a continué. En décembre 2018, Oracle, qui n’a pas été retenu pour l’étape finale de l’appel d’offres, a déposé de nouveaux documents alléguant un conflit d’intérêts. Deap Ubhi, qui travaillait avec Lynch au bureau des services numériques de défense du Pentagone, avait négocié un emploi avec Amazon alors qu’il travaillait pour JEDI, selon Oracle.

Des questions ont également été soulevées au sujet d’une visite de James Mattis, alors secrétaire à la Défense, sur la côte Ouest en 2017, qui comprenait une visite dans la Silicon Valley et une visite au siège d’Amazon à Seattle. En chemin, Mattis s’est déclaré “un grand admirateur de ce qu’ils font là-bas”, et il a ensuite été photographié marchant côte à côte avec Bezos.

(L’admiration de Mattis pour l’innovation n’a pas toujours été égalée par son discernement; jusqu’en 2017, il siégeait au conseil d’administration de Theranos, la firme de diagnostic du sang présentée comme une fraude).

Amazon et le Pentagone ont nié toute allégation de comportement abusif et ont reçu en juillet le soutien d’un juge fédéral, qui avait estimé que la société n’avait pas influencé indûment le contrat. C’était avant que le président Trump n’intervienne.

“Dès le premier jour, nous avons concouru pour JEDI en raison de l’ampleur et de la profondeur de nos services et sur le niveau de sécurité et de performance opérationnelle correspondant”, a déclaré un porte-parole d’AWS à MIT Technology Review.

Quel que soit le résultat de la révision de JEDI, il est clair que la dépendance du Pentagone à l’égard de la Silicon Valley augmente.

L’une des raisons pourrait être liée aux priorités du ministère de la Défense lui-même. Autrefois, elle a ouvert la voie à la science informatique – bon nombre des technologies qui ont rendu possible le cloud computing, y compris l’Internet lui-même, provenaient de la recherche commanditée par l’armée. Aujourd’hui, cependant, l’argent que les grandes entreprises de technologie apportent à la technologie de l’information est inférieur à ce que le Pentagone dépense pour la recherche informatique. DARPA, qui a financé la création de l’Arpanet (le précurseur de l’Internet) à partir des années 1960, est toujours impliqué dans le science informatique, mais quand il s’agit de cloud computing, il ne construit pas sa propre version.

Jonathan Smith, un responsable de programme DARPA, a déclaré que le travail de l’agence sur le cloud se concentre aujourd’hui sur le développement de prototypes sécurisés et open-source pouvant être adoptés par quiconque, qu’il s’agisse de gouvernements, d’un milieu universitaire ou de sociétés commerciales, comme Amazon.

Une force se réveille

Il s’agit d’un revirement rapide par rapport à il y a un peu plus d’une décennie, lorsque Amazon avait obtenu une assignation à comparaître devant le gouvernement pour obtenir les dossiers de quelque 24 000 livres dans le cadre d’une affaire de fraude. “Les rumeurs, fondées ou non, d’une enquête criminelle fédérale orwellienne sur les habitudes de lecture des clients d’Amazon pourraient effrayer d’innombrables clients potentiels en les dissuadant d’annuler des achats de livres en ligne”, a écrit le juge dans son jugement de 2007 en faveur d’Amazon. Ceux qui connaissaient bien la culture organisationnelle à l’époque disent qu’elle était généralement hostile à l’idée de travailler avec le gouvernement. Contrairement à Larry Ellison, qui s’est ouvertement vanté que la CIA était le client de lancement d’Oracle, Bezos faisait partie d’une deuxième vague de magnats de la technologie qui se méfiaient des liens avec les autorités fédérales.

Pourtant, l’entreprise faisait déjà ses premiers pas dans les services de cloud computing, ce qui en ferait un partenaire gouvernemental évident. En 2003, deux employés, Benjamin Black et Chris Pinkham, ont rédigé un article décrivant un système de serveur virtuel normalisé pour fournir puissance de calcul, stockage de données et infrastructure sur demande. Si Amazon trouvait ce système utile, ont-ils suggéré, d’autres entreprises le feraient aussi. Un jour, ceux qui ne voulaient pas exploiter leurs propres serveurs n’auraient plus à le faire : ils pourraient simplement les louer.

Le duo a présenté l’idée à Bezos, qui leur a dit de la suivre. Lancé publiquement en mars 2006, bien avant des services concurrents comme Microsoft Azure et Google Cloud, AWS domine désormais le marché. Les services cloud ont fourni à Amazon 13 % de son activité globale en 2018 et une part disproportionnée de ses bénéfices. AWS compte des millions de clients, dont Netflix, Airbnb et GE.

Le fait de fournir une infrastructure à d’autres entreprises a ouvert la porte aux organismes gouvernementaux. En 2013, AWS a remporté une victoire surprise en devenant le fournisseur de cloud computing de la CIA. Cet accord, d’une valeur de 600 millions de dollars, a fait d’Amazon un important entrepreneur en matière de sécurité nationale du jour au lendemain.

Depuis, les choses se sont accélérées. Amazon a investi massivement dans de nouveaux centres de données en Virginie du Nord, et en février 2019, après un concours très médiatisé, la société a annoncé qu’elle avait choisi Crystal City, en Virginie – une banlieue de Washington, DC, à moins d’un mile du Pentagone – comme site pour son deuxième siège social. (New York a également été choisie comme ville gagnante, mais Amazon a par la suite abandonné ses projets à la suite de l’opposition du public aux allégements fiscaux que la ville avait accordés à la société).

Tout cela s’est déroulé sans grande friction, alors que d’autres géants de la technologie ont eu des relations chaotiques avec l’appareil de la sécurité nationale. En 2015, Apple a publiquement défié le FBI lorsqu’on lui a demandé d’entrer par effraction dans un téléphone appartenant à l’un des auteurs d’une fusillade de masse à San Bernardino, en Californie (le FBI a retiré sa demande après avoir versé près de 1 million de dollars à des hackers pour pouvoir y accéder). Et Google s’est retiré de l’appel d’offres pour JEDI l’année dernière après qu’un employé se soit révolté à propos de son travail sur un contrat d’intelligence artificielle du Pentagone, Project Maven.

Le Pentagone cache des informations des travaux de Google sur les drones militaires

Amazon n’a pas connu le même type de réaction de la part du personnel – peut-être parce qu’il est notoire pour une approche dure des négociations de travail. Et même lorsque ses employés sont devenus agités, ce n’était pas à cause des liens d’Amazon avec la CIA ou le Pentagone, mais parce qu’elle vendait des services Web à Palantir, la société d’analyse de données qui collabore avec Immigration and Customs Enforcement. Les employés d’Amazon ont écrit une lettre ouverte à Bezos pour protester contre la “politique immorale des États-Unis”, mais cela n’a guère eu d’effet.

Microsoft et Amazon sous le feu de la technologie de reconnaissance faciale

Et ce serait une surprise si cela se produisait. Il est difficile d’imaginer qu’après plus de cinq années consacrées à fournir la base informatique à la CIA, alors qu’elle menait des frappes de drones dans le monde entier, Amazon hésiterait soudainement à travailler à la lutte contre la fraude en matière d’immigration.

L’Empire contre-attaque

Alors pourquoi Amazon s’est-elle lancée dans la sécurité nationale ? Beaucoup pensent qu’il s’agit d’argent sale. Stephen E. Arnold, spécialiste des logiciels de renseignement et d’application de la loi, a utilisé une série de vidéos en ligne pour retracer l’évolution d’Amazon depuis 2007, alors qu’elle n’avait “en fait aucune présence” dans le gouvernement IT, jusqu’à aujourd’hui, où elle semble destinée à dominer. “Amazon veut neutraliser puis déplacer les fournisseurs traditionnels du Département de la Défense et devenir l’IBM du 21ème siècle pour le gouvernement américain”, dit-il.

Trey Hodgkins est d’accord. “Le gagnant du contrat [JEDI] va contrôler une partie importante des clouds dans l’ensemble du gouvernement fédéral”, a déclaré Hodgkins, qui était jusqu’à récemment vice-président principal de l’Alliance de la technologie de l’information pour le secteur public, une association d’entrepreneurs en IT. L’alliance s’est dissoute en 2018 après avoir soulevé des préoccupations au sujet du JEDI, après quoi Amazon, l’un de ses membres, a quitté et formé sa propre association. Les agences civiles, dit-il, se tournent vers le Pentagone et disent : “Vous savez quoi ? Si c’est assez bon et assez substantiel pour eux – à l’échelle – alors ça va probablement aller pour nous.”

“Et si nous tirions parti de toutes ces solutions incroyables qui ont été développées et conduites par des personnes qui n’ont rien à voir avec le gouvernement fédéral ?”

Mais Arnold croit qu’Amazon est en train de s’engager davantage dans le commerce mondial du maintien de l’ordre public et de la sécurité. Le logiciel de reconnaissance faciale en cloud de l’entreprise, Rekognition, qui permet de détecter l’âge, le sexe et certaines émotions ainsi que d’identifier les visages, est déjà utilisé par certains services de police, et en 2018 Amazon a acheté Ring, qui fait des sonnettes intelligentes qui capturent la vidéo.

Le FBI teste la biométrie faciale Amazon

Ring pourrait sembler être un bon investissement en tant que consommateur, mais selon Arnold, la société crée une technologie qui peut exploiter son trésor de données relatives aux consommateurs, aux finances et au maintien de l’ordre. “Amazon souhaite devenir le fournisseur privilégié du gouvernement fédéral, des États, des comtés et des collectivités locales lorsque des solutions en matière de police et de renseignement sont nécessaires”, a-t-il déclaré. Cet été, Vice News a révélé que Ring aidait à fournir une vidéo aux services de police locaux.

Mais ce n’est que le début. Arnold prédit qu’Amazon ira au-delà des marchés américains du renseignement et du maintien de l’ordre et se tournera vers le monde. Cela, prédit-il, vaut des dizaines de milliards de dollars.

Le résultat net n’est pas la seule préoccupation, cependant : il y a aussi l’influence. Un ancien responsable du renseignement avec qui j’ai parlé m’a dit que les contrats du gouvernement et l’achat du Washington Post ne sont pas deux mesures distinctes pour Bezos, mais font partie d’une poussée plus large dans la capitale. Loin d’une conspiration, dit-il, c’est ce que les capitaines d’industrie ont toujours fait. “Il n’y a rien de tordu là-dedans”, a dit l’ancien fonctionnaire. “Bezos ne fait que défendre ses intérêts.”

Et peut-être que l’objectif ultime n’est pas seulement d’augmenter le nombre de contrats gouvernementaux, mais aussi d’influencer les réglementations qui pourraient affecter Amazon. Aujourd’hui, certaines de ses plus grandes menaces ne sont pas des concurrents, mais des législateurs et des politiciens qui défendent les mesures antitrust contre les géants de la technologie. (Ou, peut-être, un président soutenant qu’il devrait payer plus d’impôts.) Et Bezos comprend clairement qu’opérer à Washington nécessite d’avoir accès à qui que ce soit à la Maison-Blanche et d’exercer une influence sur lui ; en 2015, il a engagé Jay Carney, l’ancien attaché de presse du président Obama, comme cadre supérieur, et plus tôt cette année AWS a engagé Jeff Miller, un collecteur de fonds, pour faire pression en son nom.

Amazon a déclaré au MIT Technology Review que l’accent mis sur la sécurité nationale s’inscrit dans le cadre d’un mouvement plus large vers le secteur public.

“Nous sommes convaincus que les milieux de la défense, du renseignement et de la sécurité nationale méritent d’avoir accès à la meilleure technologie au monde”, a déclaré un porte-parole. “Et nous nous engageons à soutenir leurs missions essentielles de protection de nos citoyens et de défense de notre pays.”

Tout le monde n’est pas d’accord. Steve Aftergood, qui dirige le Project on Government Secrecy à la Federation of American Scientists, suit les dépenses en matière de renseignement et les questions de protection de la vie privée depuis des décennies. Je lui ai demandé s’il s’inquiétait de l’expansion rapide d’Amazon dans le domaine de la sécurité nationale. “Nous semblons courir vers une nouvelle configuration du gouvernement et de l’industrie sans avoir bien réfléchi à toutes les implications. Et certaines de ces implications ne sont peut-être pas entièrement prévisibles”, a-t-il écrit dans un courriel. “Mais chaque fois que vous établissez une nouvelle concentration de pouvoir et d’influence, vous devez également créer une structure compensatoire qui aura l’autorité et la capacité d’exercer une surveillance efficace. Jusqu’à présent, cette structure de surveillance ne semble pas recevoir l’attention qu’elle mérite.”

Si les observateurs et les critiques ont raison, le contrat JEDI du Pentagone n’est qu’un tremplin pour qu’Amazon qui finira par prendre le contrôle de l’ensemble du cloud gouvernemental, servant de centre de stockage de données pour tout, des casiers judiciaires aux audits fiscaux. Si cela concerne certains de l’extérieur qui regardent, c’est comme à l’habitude pour ceux qui se trouvent à l’intérieur du Beltway, où le gouvernement a toujours été le client le plus important et le plus lucratif.

“Bezos est malin d’arriver au début”, dit l’ancien responsable du renseignement. “Il a vu qu’il y avait de l’or dans ces collines”.

MIT Technology Review, Nextgov

Sharon Weinberger est chef du bureau de Washington pour Yahoo News et l’auteur de The Imagineers of War: The Untold Story of DARPA, the Pentagon Agency That Changed the World. Imagineers of War est une histoire fascinante et révolutionnaire dans laquelle la science, la technologie et la politique se rencontrent.

Chine, nouveau centre mondial de l’espionnage de masse

Pendant longtemps, les Chinois se sont intéressés de près à l’industrie, aux infrastructures, aux évolutions scientifiques, aux brevets, au monde universitaire et au milieu dirigeant français. De nos jours, le Guoanbu (agence de sécurité et de renseignement civil de la République Populaire de Chine) a clairement accru ses prérogatives politiques et géopolitiques. Le service a la particularité de traiter ses sous-traitants régulièrement depuis des pays tiers et non sur le territoire national comme le font d’autres grandes puissances. L’état des lieux qui suit nous permettra de mieux rebondir sur le modèle de cybersurveillance sophistiqué chinois dans notre prochain numéro. Place aux récentes affaires d’espionnage de la Chine à l’étranger.

Contre-espionnage : soupçons ou flagrants délits d’espions chinois de ces derniers mois

En France, deux anciens agents de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) ont été mis en examen et écroués en décembre 2017. Ils sont soupçonnés d’avoir transmis des informations sensibles sur les méthodes de travail du service de renseignement extérieur français au Parti communiste chinois (PCC). Si l’Élysée est toujours en alerte face aux espionnages chinois et encore récemment russe, les gouvernements successifs communiquent peu sur la surveillance de masse de la NSA ou alors avec des pincettes stériles.

Fin 2017, le parlementaire travailliste australien Sam Dastyaria a dû démissionner après avoir exprimé à un homme d’affaires chinois qu’il était dans la ligne de mire des services de renseignement de son pays. Il y a deux ans déjà, les services de renseignement d’Australie avaient alerté en vain des membres dirigeants du Parti libéral et Parti travailliste à propos de dons de deux milliardaires liés à Pékin. Une investigation a finalement été initiée en juin 2017 à l’initiative du Premier ministre Malcolm Turnbull. La loi réglementant l’espionnage et les dons venant de l’étranger devient de plus en plus rigide en Australie pour lutter contre les risques de vols d’informations.

Les États-Unis sont naturellement à l’affût de toute ingérence chinoise et n’hésitent pas à le faire savoir en médiatisant les espions de l’empire du Milieu pris la main dans le sac. Dès 2012, le FBI aurait découvert dans le bagage de Jerry Chun Shing Lee, un citoyen naturalisé américain et ex-agent de la CIA, des carnets avec des indications sur des employés et informateurs de ce service de renseignement civil américain. Six ans plus tard, en janvier 2018, le concerné est officiellement arrêté pour espionnage au profit de la Chine. En mai dernier, un autre ancien agent de la CIA s’est fait pincer en train de rassembler des informations secrètes afin de les transmettre au PCC. Un mois plus tard, Kevin Mallory, également ex-employé de la CIA et de la DIA (service de renseignement militaire), a été reconnu coupable d’espionnage par un jury fédéral de l’État de Virginie pour avoir transmis des documents confidentiels au gouvernement chinois. Mallory avait été contacté sur le réseau social professionnel LinkedIn pour se rendre plusieurs fois à Shanghai par la suite.

Ron Rockwell Hansen, encore un ex-officier de l’agence américaine de renseignement militaire, avait été arrêté un peu avant pour des accusations d’espionnage au service des mêmes Asiatiques. Pékin a nié en bloc. Il y a peu, Ji Chaoqun, un jeune Chinois de 27 ans arrivé aux USA avec un visa d’étudiant, a été accusé d’être un sous-traitant du gouvernement chinois. Arrêté le 26 septembre 2018 à Chicago, il aurait essayé de débaucher des scientifiques et ingénieurs américains après avoir réussi à intégrer l’armée de réserve US. Il est précisément soupçonné de collecte de données biographiques de huit citoyens, dont certains liés à la Défense étasunienne, au profit de Pékin. Un des officiers traitants de Ji Chaoqun a reconnu son activité d’espion lors de sa détention.

Espionnage politique et surveillance électronique

D’après le gouvernement US, le PCC cherche à approcher des Américains proches des instances politiques pour dérober des secrets commerciaux. En Europe, les services secrets chinois sont soupçonnés de créer de faux profils sur le réseau social professionnel LinkedIn ; des milliers de profils frauduleux auraient été identifiés. Des chercheurs, des administrations et des politiciens seraient contactés et une rémunération leur serait proposée en échange de rapports et de conférences effectués en Chine. Des cas précis ont notamment été détectés en Allemagne et en Grande-Bretagne. Sur une enquête de neuf mois, l’Office fédéral de protection de la constitution (BfV), le renseignement intérieur allemand, a conclu que plus de 10 000 citoyens outre-Rhin (surtout fonctionnaires, diplomates et hommes politiques), ont été contactés par de faux profils de chasseurs de têtes, consultants ou think tank, durant les neuf premiers mois de 2017 (sans suite dans 95 % des cas). Selon le BfV, cette tentative d’infiltration des services chinois au cœur de l’administration germanique serait destinée à collecter des données (contacts, habitudes, centres d’intérêt…) pour obtenir des informations sensibles des individus ciblés. Le PCC dément évidemment toutes ces allégations. En Suisse, le Service de renseignement de la Confédération (SRC) confirme que des tentatives de ce style ont lieu dans plusieurs pays européens sur des parlementaires, des employés de l’administration, des militaires, des employés de banque, des académiciens, des salariés de centres de recherche…

Donald Trump et son conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, ont également dénoncé les tentatives d’intrusions chinoises dans les élections. Alors qu’il fustige toute collusion présumée avec la Russie, Trump n’a aucun scrupule à accuser l’ennemi asiatique d’ingérence dans les élections US dans ses tweets. Il incrime notamment Pékin d’avoir piraté la messagerie de la pauvre et déchue Hillary Clinton lors de la campagne présidentielle de 2016.

Direction l’Amérique latine. Le magazine Diplomat a publié les images satellites d’un radar ultramoderne supposément exploité par la Chine et situé près de la ville cubaine de Bejucal, à 20 km au sud de La Havane. Destiné à intercepter les moyens de radiocommunication, à détecter des missiles balistiques ou encore à espionner des satellites, les soupçons vont bon train. Les militaires américains se demandent qui a financé l’installation de ce radar de ses deux grands ennemis eurasiatiques russe et chinois. En 2016 déjà, le sénateur républicain de la Floride, Marco Rubio avait dénoncé la présence de Pékin et de ses appareils d’écoute à Bejucal (Cuba). Autre circonstance aggravante, cet abri de radar localisé à Cuba ressemblerait de très près aux photos d’un site militaire chinois présent sur l’une des îles en mer de Chine méridionale, selon le quotidien Philippine Daily Inquirer. À l’heure où la Chine devient un élément incontournable de la zone géoéconomique latino-américaine, les Yankees s’inquiètent de cette prépondérance qui affaiblit leurs positions dans leur pré-carré traditionnel (Radio Sputnik, 30/08/18).

L’Afrique n’est pas en reste, car il s’avère que les Chinois ont espionné le siège social de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba (Éthiopie) durant 5 ans, de 2012 à janvier 2017. L’immeuble en question, qui avait été offert par le PCC à l’UA il y a six ans de cela, était notamment truffé de micros (sous les bureaux et dans les murs). Depuis cette affaire, l’institution lésée s’est passée des Chinois pour la configuration de ses nouveaux serveurs et ne passe plus par Ethio Telecom, l’opérateur public de télécommunication d’Éthiopie. En effet, ce dernier collabore activement avec des compagnies localisées dans l’empire du Milieu, comme ZTE Corporation, Huawei Technologies et la Chinese International Telecommunication Construction Corporation. La très généreuse Chine communiste a régulièrement offert les services de ses ingénieurs à de nombreux pays d’Afrique subsaharienne pour construire des palais présidentiels, primatures et autres parlements. Comme pays concernés, relevons le Burundi, le Cameroun, la Mauritanie, le Togo, Djibouti, le Soudan, le Mozambique ou encore le Gabon. Les Chinois sont bien organisés. Ils emploient leurs compatriotes pour la main d’œuvre, octroient des prêts financiers à taux zéro via leurs institutions financières et font construire par des entreprises publiques chinoises en Afrique.

Espionnage industriel dans la technologie de pointe

Ces précarités africaines ont donné les moyens à Huawei de dominer le secteur téléphonique sur le continent, avec ses réseaux 3G/4G, des fibres télécoms et des téléphones portables, dont il possède 15 % du marché. Dans le domaine de l’intelligence artificielle, CloudWalk Technology, acteur chinois majeur du secteur, s’est lié contractuellement avec le gouvernement du Zimbabwe pour mettre en place une reconnaissance faciale des individus aux aéroports et aux frontières. Un système qui sera élargi à grande échelle. Des programmes pilotes vont être lancés dans l’objectif de faire de ce pays une « Silicon Valley africaine » avec des technologies chinoises. Fausse bonne idée. L’année dernière déjà, le chinois Hikvision avait obtenu un marché pour la commercialisation de caméras de surveillance au Zimbabwe.

En Belgique, la Sûreté de l’État (service de renseignement civil) a expulsé en 2018 un Chinois travaillant depuis plusieurs années à l’Institut de microélectronique et composants (IMEC) de Louvain. Il serait un collaborateur de l’État chinois chargé de récolter des connaissances scientifiques et technologiques, ce qu’il a démenti. Dehors quand même. Un autre ressortissant du pays asiatique de 37 ans a été arrêté à Bruxelles en avril dernier pour soupçon d’espionnage industriel. On l’accuse d’avoir soudoyé un ingénieur de l’américain General Electric afin de soutirer des informations sur un nouvel alliage entrant dans la fabrication de turbines de réacteurs d’avion. Les USA ont demandé son extradition. Lors de l’interpellation, l’intéressé était accompagné d’un de ses compatriotes qui détenait 6 000 $ et 6 000 € euros en liquide. Ce dernier, qui n’a pu indiquer la provenance des fonds, a été relâché, mais inculpé pour blanchiment d’argent.

Ishiang Shih, un chercheur de l’Université McGill à Montréal (Canada), a été soupçonné cette année d’être un acteur d’un vol de technologie américaine sensible au profit de la Chine. Il aurait utilisé son laboratoire de recherche pour analyser un échantillon de circuits électroniques MMIC (circuit intégré monolithique hyperfréquence), particulièrement utilisés dans les équipements radars de l’armée US. Une belle histoire de famille, car son frère, Yi-Chi Shih, a également été épinglé par le FBI la semaine d’avant, soupçonné de vouloir obtenir cette fameuse technologie, dont une partie aurait déjà été envoyée, illégalement bien sûr, en Chine.

Christopher Wray, directeur du FBI, juge à ce propos que la menace la plus importante dans le domaine de l’espionnage économique provient de l’empire du Milieu. Selon lui, aucun secteur n’est épargné, « des graines de maïs de l’Iowa aux éoliennes du Massachusetts » (Radio Japon international, le 20/07/18). Le spécialiste chinois de l’éolien Sinovel a été condamné par la justice US en janvier 2018 pour hold-up de propriété intellectuelle à l’Américain AMSC. Client majeur de ce dernier, la compagnie chinoise leur a spolié la technologie de pointe pour produire ses propres turbines améliorées. Le dédommagement totalise 800 M $ à payer pour Sinovel. Un cas similaire de vol de brevet avait déjà eu lieu en octobre 2011, lorsque la société énergétique Westinghouse Solar avait porté plainte contre le chinois Zep Solar. Plus subtilement, la Chine tenterait d’accéder à la technologie et à la propriété intellectuelle américaines par l’entremise d’académiciens et de coentreprises (joint-ventures).

Les géants chinois du secteur de la vidéosurveillance, Hikvision (18 000 employés, coté à plus de 20 Mds $ en Bourse et implanté dans 17 pays) et Dahua Technology (22 bureaux à l’international et des ventes dans plus de 180 pays) sont respectivement numéro 1 et 2 mondiaux dans ces équipements. Hikvision a pour principal actionnaire la société publique, China Electronics Technology Group Corporation (fondée en 2002 par le gouvernement). Les USA sont également assez inquiets des failles, accidentelles ou intentionnelles, de ce genre d’équipements. Hikvision a donc été rayée de la liste des fournisseurs agréés pour équiper les organismes gouvernementaux US. Les caméras de la firme étaient par exemple utilisées par la police de Memphis (Tennessee) ou plus dangereux encore dans une base militaire du Missouri.

En s’appuyant sur 17 sources proches du renseignement et des entreprises, Bloomberg Businessweek a annoncé le 4 octobre 2018 que des espions chinois auraient infiltré la chaîne logistique de Supermicro (entreprise de matériel informatique). Des puces installées par une unité de l’Armée populaire de libération seraient donc présentes dans du matériel utilisé par une trentaine d’entreprises et des agences fédérales américaines. Les concernés nient ou ne préfèrent pas commenter pour le moment.

Facebook [cf. notre dossier sur l’entreprise] a admis avoir partagé les données de ses utilisateurs avec les Chinois Huawei (qui a démenti) Lenovo, OPPO ou encore TCL. Les accords de Facebook passés avec les sociétés chinoises permettaient à ces dernières d’obtenir des éléments détaillés sur les utilisateurs de leurs appareils, comme des informations sur leurs proches, leurs études, leur parcours professionnel, leur situation de famille, leurs centres d’intérêt… Des clauses similaires avaient été passées avec le Canadien de la téléphonie BlackBerry à l’époque.

Les États-Unis, de même que l’Union européenne, ont particulièrement en ligne de mire les géants de la téléphonie Huawei et ZTE, deux des plus grandes firmes chinoises du secteur des télécoms. Et c’est compréhensible : Huawei (troisième plus gros vendeur de smartphones au monde, présent dans 170 pays) traîne une réputation d’espion industriel et de pompeurs de données des pays et consommateurs auxquels il vend ses routeurs (Diplomatie les grands dossiers n° 44, avril-mai 2018, p.31). Le fondateur et patron de Huawei, Ren Zhengfei, est d’ailleurs un ancien ingénieur et officier de l’Armée populaire de libération. Un C.V. qui, en soi, fait frissonner tout républicain américain qui se respecte.

Les directeurs du FBI, de la CIA et de la NSA ont alarmé le Sénat des dangers de l’utilisation des produits du constructeur Huawei, à cause de risques d’espionnage peu détectables du PCC. Le Pentagone a proscrit les appareils de ZTE et Huawei dans la totalité des bases américaines présentes à l’international. Les USA soupçonnent la société chinoise Huawei de travailler en sous-main pour les autorités politiques de son pays pour espionner et récolter les datas de ses utilisateurs via ses smartphones. Le Congrès US a fait pression sur les opérateurs cellulaires pour interdire tout produit commercialisé par cette firme sur le territoire outre-Atlantique. Tout partenariat avec des firmes comme Huawei ou China Mobile entraînerait une impossibilité d’accès à des marchés publics. La CIA, la NSA et le FBI soutiennent que Huawei a par le passé partagé des informations sensibles avec Pékin. Et n’oublions pas le crime de lèse-majesté : Huawei et ZTE auraient travaillé avec l’Iran sous embargo (pays constamment sous sanction depuis l’avènement de la République islamique chiite en 1979).

Ces sentences sur les sociétés chinoises sont également à analyser sous l’angle de la guerre économique. Washington cible ces technologies pour freiner le développement très subventionné du mobile chinois (Diplomatie les grands dossiers n° 45, juin-juillet 2018, p.34). En effet, ZTE serait apparemment en bonne voie de commercialiser le premier smartphone compatible avec la technologie 5G d’ici fin 2018 ou début 2019, devançant ainsi les leaders Samsung et surtout Apple. Les États-Unis ont interdit aux sociétés américaines de vendre des composants et des logiciels à l’équipementier télécom chinois pour entraver ses avancées technologiques. La mise en place de la 5G ne doit pas se faire en collaboration avec des Chinois selon le Congrès US, car les entreprises sont jugées trop proches du pouvoir communiste. Mais cette volonté d’interdire aux fournisseurs américains de vendre des composants électroniques à ZTE pourrait être contreproductive à moyen terme pour leurs intérêts, car elle pourrait accélérer l’émancipation de la Chine vis-à-vis des marques nord-américaines, et ainsi priver les sociétés US spécialisées dans la haute technologie du marché de consommateurs le plus important au monde.

À ce propos, le déploiement de l’Internet mobile ultrarapide 5G se généralisera partout dans le monde d’ici 2025. Les pays les plus avancés sont la Chine et la Corée du Sud qui vont lancer leurs téléphones 5G fin 2018, avec une couverture du réseau prévue pour l’année prochaine. Le monde des télécoms asiatiques (Samsung, Huawei, Wiko, Nokia, Sony, etc.) a devancé les autres nations dans l’intégration du nouveau réseau sur ces terminaux. La dernière étude d’Ericsson précise que près d’un milliard d’abonnements à la 5 G sont prévus à l’horizon 2023 dans le monde. La plupart d’entre eux (676 millions) seront basés en Asie-Pacifique alors qu’environ un quart des abonnements mobiles (170 millions) seront basés en Amérique du Nord. Les États-Unis suivront la couverture 5G d’ici 2020, de même que certaines grandes villes des pays de l’UE. Selon l’Agence européenne pour la cybersécurité (ENISA), ces nouveaux réseaux mobiles poseront également des risques encore plus élevés que la 4G (déjà vulnérable) en termes de sécurité informatique.

Alors que les sociétés Huawei et ZTE avaient des projets conséquents en Australie, elles se sont également vues empêchées de fournir leurs équipements sur le territoire et ont été mises sur la touche pour mettre en place le réseau 5G australien. Un risque pour la sécurité nationale a été mis en avant, sans nommer directement les entreprises en question, pour clore définitivement toute ambition. Les services de renseignement australiens avaient déjà annoncé détenir des éléments crédibles sur les liens entre Huawei et le troisième Département de l’APL, autrement dit la branche cyberespionnage de l’armée chinoise, selon le professeur Clive Hamilton (auteur du livre Silent Invasion : China’s Influence in Australia, en français « Invasion silencieuse : L’influence de la Chine en Australie »). Cette année également, le Royaume-Uni et le Canada s’inquiètent grandement de la possibilité d’espionnage difficilement détectable de Huawei, qui se retrouve décidément dans tous les viseurs occidentaux.

Et pendant ce temps-là dans la France de la Maçonnerie, les services de renseignement et l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI) se tirent les cheveux. Le Groupe PSA a concrétisé un accord conclu fin 2017 avec Huawei pour équiper des véhicules haut de gamme autour d’une plateforme CVMP (Connected Vehicle Modular Platform). C’est notamment le modèle DS7 Crossback qui est concerné, celui-là même faisant partie des véhicules des membres du gouvernement français. Le groupe PSA assure que les échanges seront cryptés et rappelle que Huawei n’a pas accès aux clés de chiffrement. Mais un tel système dans une voiture connectée pourrait être détourné pour épier des conversations dans le véhicule, pour géolocaliser en temps réel des personnalités politiques ou autres, etc. Le contrat donne l’opportunité au groupe automobile français de s’implanter sur marché chinois, cependant la naïveté de nos « élites » politiques fait tellement de peine que nous serons obligés de traiter le sujet de la colonisation numérique de l’Hexagone dans une étude ultérieure.

En tout cas, voici le lourd bilan de l’espionnage international chinois qui couvre une douzaine de mois à peine.

À suivre.

Franck Pengam – Extrait de Géopolitique Profonde n°7

Microsoft Cloud peut héberger des données classifiées du Pentagone

Microsoft a annoncé mardi que le département de la Défense peut héberger des données classifiées secrètes dans son cloud.

L’annonce signifie que le Département de la Défense, les services militaires, les agences de renseignement et leurs partenaires de l’industrie travaillant dans des enclaves secrètes peuvent héberger des données classifiées dans le cloud Azure Government Secret de Microsoft, où ils auront accès à de nouvelles technologies comme l’apprentissage automatique.

« Il s’agit d’un cloud hyper-évolutif avec les mêmes innovations et la même sécurité que vous pouvez espérer, avec des innovations dans des domaines tels que l’intelligence artificielle, les data, l’apprentissage automatique et bien sûr la sécurité », a déclaré Tom Keane, responsable Global Infrastructure chez Microsoft Azure.

Le gouvernement des États-Unis désigne les informations classifiées secrètes comme des données qui causeraient des « dommages sérieux » à la sécurité nationale si elles étaient accessibles au public et exige une habilitation de sécurité du niveau secret pour la visualisation.

Le Département de la défense des États-Unis développe un système d’authentification multifactorielle

Les données secrètes sont traditionnellement distribuées par l’intermédiaire d’un système de réseaux informatiques gérés par la Défense et les services de l’État, appelé Secret Internet Protocol Router Network ou SIPRNet. Le cloud Azure Government Secret de Microsoft peut désormais héberger des données SIPRNet, a déclaré Keane.

« SIPR est la plate-forme avec laquelle les États-Unis et les partenaires de la coalition vont à la guerre », a déclaré Keane. « Ce dont SIPR est un exemple, c’est une enclave secrète, c’est juste très, très large. Si vous pensez au FBI, au ministère de la Justice et au département de la Sécurité intérieure, toutes ces organisations ont des réseaux de niveau secret », a déclaré Keane. « Donc, ce que nous annonçons avec Azure Secret, c’est la capacité de tous ces réseaux secrets à se connecter. »

Keane a décrit le Secret Cloud de Microsoft comme une infrastructure physiquement isolée située dans une installation sécurisée fonctionnant sous personnel autorisé.

Microsoft est l’une des nombreuses entreprises, dont IBM et Amazon Web Services, qui renforcent la sécurité de leurs plates-formes cloud pour attirer les entreprises du département de la Défense, qui dépensent près de 50 milliards de dollars chaque année en technologies de l’information.

L’année dernière, Microsoft est devenu le premier fournisseur de cloud à accueillir les données non classifiées les plus sensibles de l’armée. Le cloud est même en train de gagner du terrain dans la communauté du renseignement. La NSA-National Security Agency gère son propre cloud privé et la CIA exploite un cloud hébergé par Amazon.

Nextgov, Microsoft Azure

CRISPR Cas9 la grande menace ?

Les « ciseaux à découper l’ADN » suscitent de grands espoirs de traitement de maladies incurables. Mais c’est un outil à ne pas mettre entre toutes les mains. Pourquoi cette nouvelle technologie pourrait-elle nous menacer ?

https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13944-28.01.2017-ITEMA_21211778-1.mp3?_=1

La modification du génome est une arme de destruction massive selon James Clapper, directeur du renseignement US
.

https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16799-27.01.2017-ITEMA_21211092-0.mp3?_=2

France inter : La manipulation du génome, arme de destruction massive ?

Lettre des conseillers scientifiques de Barack Obama sur CRISPR Cas9

France Inter

José Delgado et ses dispositifs de contrôle de l’esprit par la stimulation électrique du cerveau

https://fr.wikipedia.org/wiki/Implant_cérébral

Le mois dernier, nous avons publié un article sur des fonds militaires pour contrôler les sentiments (interfaces cerveau-ordinateur). Dans cet article, le MIT a cité José Delgado (célèbre pour ses recherches sur le contrôle de l’esprit par la stimulation électrique du cerveau) accusé de mettre au point des dispositifs de contrôle de l’esprit « totalitaire » :

Dans les années 1970, un neuroscientifique de l’Université de Yale, José Delgado, a montré qu’il pourrait amener les gens à ressentir des émotions, comme la relaxation ou l’anxiété, à l’aide d’implants, appelés « stimoceivers » (contrôle de l’esprit par la stimulation électrique du cerveau, utilisé pour stimuler les émotions et contrôler le comportement, susciter des réactions physiques spécifiques). Mais Delgado, également financé par l’armée, a quitté les États-Unis après les audiences du Congrès dans lequel il a été accusé de mettre au point des dispositifs de contrôle de l’esprit « totalitaire ». Selon les scientifiques, financés par la DARPA, l’Agence a été inquiète de la façon dont le programme de Subnets (sous-réseaux) pourrait être perçu, et elle a nommé un comité d’éthique chargé pour superviser la recherche.

Les recherches sur les interfaces cerveau-ordinateur ne sont pas sans connotation de mauvais augures. Sur le site que le MIT a cité en référence (http://www.wireheading.com/delgado/brainchips.pdf), nous avons trouvé d’autres archives sur José Delgado que nous avons traduit.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Implant_cérébral

Contrôle de l’esprit : José Delgado contrôle un taureau furieux par la stimulation électrique du cerveau

« L’individu peut penser que la réalité la plus importante est sa propre existence, mais c’est seulement son point de vue personnel. Ceci manque de perspective historique. L’homme n’a pas le droit de développer son propre esprit (sa propre façon de penser). Ce genre d’orientation libérale a un grand attrait. Nous devons contrôler électroniquement le cerveau. Un jour, les armées et les généraux seront contrôlés par la stimulation électrique du cerveau. »
Dr José Delgado,
Directeur de neuropsychiatrie
Faculté de médecine de l’Université Yale, transcription des séances du Congrès américain,
N ° 26, Vol. 118 24 février 1974

Dr José Delgado a entamé son enquête sur la douleur et le plaisir de la stimulation électrique en Espagne durant les années 1930. Il devient ensuite directeur de neuropsychiatrie à Yale University Medical School, où il a affiné la conception de son « stimulateur transdermique » commandée à distance. Le Dr Delgado a découvert que toute une gamme d’émotions et de comportements peuvent être électriquement orchestrés chez les humains et les animaux. L’individu n’a pas la capacité de résister à un tel contrôle si stimulé.

Le Dr Delgado avait grande foi dans sa technologie. Dans une célèbre expérience menée en Espagne, le Dr Delgado a confronté un taureau de 1 000 livres (1963). Comme l’animal à cornes se précipita vers lui agressivement, le Dr Delgado a utilisé un signal radio pour activer une électrode implantée profondément dans le cerveau du taureau. Le taureau a été stoppé aux pieds de Delgado.

Dans Journey Into Madness, The True Story of Secret CIA Mind Control and Medical Abuse (Bantam Books, 1989), Gordon Thomas, l’ancien producteur de la BBC, le correspondant à l’étranger et le journaliste d’investigation, raconte comment “Le Dr Gottlieb et les comportementalistes de l’ORD [Bureau de recherche et développement -Office of Research and Development, CIA, Central Intelligence Agency] ont partagé le point de vue de [Dr] José Delgado que le jour viendra où la technique pourrait être parfaite pour faire réagir, non seulement des animaux, mais aussi des êtres humains, aux signaux transmis électriquement »… « Comme le Dr Delgado [Université de Yale], le neurochirurgien (Le Dr Heath de l’université de Tulane) a conclu que l’ESB [electronic stimulation of the brain – stimulation électronique du cerveau] pouvait contrôler la mémoire, les impulsions, les sentiments et pourrait susciter des hallucinations ainsi que la peur et le plaisir. Il pourrait littéralement manipuler la volonté humaine – à volonté. »

mp3 José Delgado (1975) ↓

https://www.wireheading.com/delgado/jose.mp3?_=3

Contrôle physique de l’esprit : Vers une société psycho-civilisée

Physical Control of the Mind: Toward a Psychocivilized Society

Livre de José M. R. Delgado, M.D. (Harper & Row, NY, 1969)

Le plaisir humain évoqué par l’ESB

(Electrical Stimulation of the Brain – Stimulation électrique du cerveau)

Sur la base de nombreuses études sur la chirurgie cérébrale, Penfield a affirmé qu’en ce qui concerne la colère, la joie, le plaisir et l’excitation sexuelle dans le cerveau humain que « dans la limite des expériences qui ont été menées, ni décharge épileptique localisée, ni la stimulation électrique n’ont été capable d’éveiller de telles émotions. On est tenté de croire qu’il n’y a aucun mécanisme cortical spécifique lié à ces émotions. » Cette déclaration est toujours valable pour le cortex cérébral, mais des études sur des sujets humains, avec des électrodes implantées dans le cerveau, ont démontré que la stimulation électrique du cerveau profond peut induire des manifestations agréables, comme en témoignent les rapports verbaux spontanés des patients, leur expression faciale et leur comportement général et leur désir de renouveler l’expérience. Sur un groupe de 23 patients atteints de schizophrénie, la stimulation électrique de la région septale, située en profondeur dans les lobes frontaux, a provoqué un renforcement de la vigilance, parfois accompagnée d’une augmentation de la production verbale, d’euphorie ou de plaisir. Dans une étude plus systématique sur un autre groupe de patients, une preuve supplémentaire a été présentée des effets enrichissants et gratifiants de la stimulation septale. Un homme souffrant de narcolepsie a été équipé avec un petit stimulateur et un compteur intégré qui enregistre le nombre de fois qu’il stimulait volontairement chacun des points de contacts situé dans son cerveau, pendant une période de 7 semaines. Le score le plus élevé a été enregistré à partir d’un point dans la région septale, et le patient déclara que lorsqu’il appuyait sur ce bouton en particulier, il se sentait « bien » comme s’il se préparait à un orgasme, sans y aboutir, et se sentait souvent impatient et anxieux. Sa narcolepsie a été grandement soulagée en appuyant sur ce bouton « septal. » Un autre patient, atteint d’épilepsie psychomotrice a également apprécié l’auto-stimulation septale, qui encore une fois, eu le taux le plus élevé de pression du bouton et induisait souvent des pensées sexuelles. La stimulation de la région septale par injection directe d’acétylcholine a induit des variations électriques locales sur deux patients épileptiques et un changement d’humeur, de la dysphorie, au contentement et à l’euphorie, accompagnée le plus souvent avec une motivation sexuelle et certaines « sensations orgasmiques. »

Plus de connaissances ont été acquises lors de l’étude d’un groupe de 65 patients souffrant de schizophrénie ou de la maladie de Parkinson, sur lesquels un total de 643 contacts ont été implantés, principalement dans la partie antérieure du cerveau. Les résultats de l’ESB ont été regroupés comme suit :
– 360 points étaient « Positifs I », et avec une stimulation « les patients se sentaient relaxés, à l’aise, avaient un sentiment de bien-être et/ou une légère somnolence. »
– 31 points étaient « Positifs II », et « les patients étaient changés totalement… de bonne humeur, se sentaient bien. Ils étaient détendus, à l’aise et s’appréciaient, en souriant souvent. Il y avait une légère euphorie, mais le comportement était adéquat. » Parfois, ils voulaient plus de stimulations.
– 8 autres points, étaient « Positif III, » quand « l’euphorie était au-delà des limites du normal. Les patients riaient à gorge déployée, s’appréciaient et aimaient réellement la stimulation et en voulaient plus. »
– 38 points donnaient des résultats ambivalents. Les patients exprimaient parfois le plaisir ou de déplaisir après la stimulation de la même région.
– 3 autres points, les réponses furent qualifiées d’ « orgasme » parce que les patients exprimaient initialement le plaisir et soudainement étaient entièrement satisfaits et ne voulaient plus de stimulation pendant une période de temps variable.
– Enfin, à partir d’environ 200 points, l’ESB a produit des réactions désagréables comprenant l’anxiété, la tristesse, la dépression, la peur et des débordements émotionnels.

Une des images prises dans la présente étude, a été très démonstrative, montrant un patient avec une expression de tristesse et légèrement déprimée, se mit a sourire lors d’une brève stimulation appliquée à la partie rostrale du cerveau, puis retournant rapidement à son état dépressif, pour sourire à nouveau dès que la stimulation reprenait. Puis une stimulation de 10 secondes a modifié de manière durable son comportement et l’expression de son visage dans une ambiance agréable et heureuse. Certains malades mentaux ont reçu un stimulateur portable afin qu’ils traitent leur état dépressif par auto-stimulation, avec un succès clinique apparent.

Ces résultats impliquent d’agir avec précaution lors des interventions chirurgicales sur le cerveau, afin de ne pas induire une euphorie ou une dépression excessives lorsque des zones cérébrales ayant des propriétés de renforcement ou de réduction de ces sentiments sont touchées. L’instabilité émotionnelle, caractérisée par des bouffées de larmes ou de rire sans raisons apparentes a déjà été observée à la suite d’interventions neurochirurgicales. Ces importants problèmes de comportement auraient pu être évités en préservant les zones impliquées dans la régulation des émotions.

Dans une de nos expériences, des sensations de plaisir ont été observées chez trois patients atteints d’épilepsie psychomotrice. Le premier cas a été V.P. une femme de 36 ans avec une longue histoire de crises d’épilepsie qui ne pouvait être contrôlée par la prise de médicaments. Les électrodes ont été implantées dans son lobe temporal droit et lors de la stimulation réalisée dans la partie supérieure à environ 3 millimètres sous la surface, elle a signalé une sensation agréable de picotement dans la partie gauche de son corps « depuis mon visage jusqu’en bas de mes jambes. » Elle se mit à rire et à faire des commentaires amusants, déclarant qu’elle aimait « beaucoup » cette sensation. La répétition de cette stimulation rendait la patiente plus communicative et séduisante. Elle finit par exprimer ouvertement son désir d’épouser le thérapeute. La stimulation des autres points cérébraux ne modifia pas son humeur, ce qui prouve la spécificité de l’effet induit. Au cours des entretiens de contrôle réalisés avant et après l’ESB, son comportement était tout à fait normal, sans familiarité ou convivialité excessives.

Le deuxième patient était J.M., une femme de 30 ans attrayante, coopérative et intelligente, qui souffrait depuis onze ans de crise de psychomotricité et de grand mal qui résistaient aux traitements médicaux. Les électrodes ont été implantées dans son lobe temporal droit, et la stimulation de l’un des points de l’amygdale induit une agréable sensation de plaisir et de relaxation et a augmenté considérablement son discours, qui a pris un caractère plus intime. Cette patiente à exprimer ouvertement son affection pour le thérapeute (qu’elle ne connaissait pas auparavant), embrassa ses mains et a exprimé son immense gratitude pour ce que l’on lui faisait. Une augmentation similaire de l’expression verbale et émotionnelle a été répétée quand le même point a été stimulé un autre jour, mais ceci ne se manifesta pas lorsque l’on explorait d’autres zones du cerveau. Lors des tests de contrôles, la patiente était plutôt réservée et posée.

Le troisième cas était A.F., un garçon de 11 ans souffrant d’épilepsie psychomotrice sévère. Six jours après l’implantation d’électrodes dans les deux lobes temporaux latéraux, sa quatrième entrevue enregistrée sur bande magnétique, a été réalisée alors que l’activité électrique de son cerveau a été enregistrée en continue et des stimulations de 5 secondes ont été appliquées dans un ordre préétabli à des intervalles d’environ quatre minutes. L’intervieweur a maintenu un air amical tout au long, généralement sans initier la conversation. Après six autres excitations(stimulations), le point LP situé sur la surface du lobe temporal gauche est stimulé pour la première fois, et il y avait une déclaration immédiate du plaisir. Le patient avait gardé le silence pendant l’intervalle des cinq minutes précédentes, mais immédiatement après la stimulation, il s’exclama : « Hey ! Vous pouvez me garder plus longtemps quand vous me donnez ça ; j’aime ça ». Il a continué à insister sur le fait que les tests en cours lui faisaient se sentir bien. Des déclarations similaires avec une expression emphatique de « se sentir bien » suivirent 8 des 16 stimulations de ce même point au cours de cet entretien de 90 minutes. Plusieurs de ces manifestations étaient accompagnées d’une déclaration d’affection pour l’intervieweur de sexe masculin, et lors de la dernière, il s’était étiré voluptueusement. Aucune de ces manifestations n’apparut au cours des vingt-deux minutes pendant lesquelles d’autres points furent stimulés. L’analyse statistique de la différence entre la fréquence des expressions de plaisir avant et après l’apparition des stimulations a prouvé que les résultats étaient très significatifs (p < 0,001).

L’expression ouverte de plaisir dans cet entretien et le comportement de passivité généralement exprimé peuvent être liés, plus ou moins intuitivement aux aspirations féminines. Il est donc remarquable que dans le prochain entretien, réalisé de manière similaire, le patient exprima une confusion au sujet de sa propre identité sexuelle suite à la stimulation du point LP. Il a soudainement commencé à exposer son désir de se marier, mais quand on lui demande, « à qui ? » il n’a pas répondu immédiatement. Après la stimulation d’un autre point et d’un silence d’une minute, vingt secondes, le patient déclare de manière confuse, « Je pensais – il y a – je disais cela pour vous. Comment épeler «oui» – oui. Je voulais dire toi. Non ! ‘Vous’ pas toi. C’est ça. Vous ». Le sujet a été ensuite complètement abandonné. Le moniteur qui écoutait depuis la salle voisine a interprété cela comme une volonté, un vœu à peine voilé d’épouser l’interviewer, et il a été décidé de stimuler le même point à nouveau après que l’examen prévu serait terminé. Pendant les quarante minutes qui suivent, sept autres points furent stimulés, et le patient parla de plusieurs sujets sans aucun rapport. Puis le point LP fut stimulé encore une fois et le patient a commencé à faire référence à la barbe de l’interviewer et continua en mentionnant des poils pubiens et du fait qu’il avait été l’objet de jeux sexuels dans le passé. Il a exprimé ensuite des doutes sur son identité sexuelle, en disant : « Je pensais et me demandais “si j’étais un garçon ou une fille – lequel je voudrais être. » Suite à une autre stimulation, il fit remarquer avec un plaisir évident : « c’est l’effet que vous me faites maintenant… » et puis il dit : « je voudrais être une fille. »


Extraits du livre intitulé « Physical Control of the Mind » (cliquez sur les titres ci-dessous)

Contrôle physique de l’esprit : Vers une société psycho-civilisée

Physical Control of the Mind: Toward a Psychocivilized Society

Livre de José M. R. Delgado, M.D. (Harper & Row, NY, 1969)
Directeur de neuropsychiatrie à Yale University Medical School

Communication radio bidirectionnelle avec le cerveau (pages 89-96)

«… il est déjà possible d’équiper les animaux ou les êtres humains avec des minuscules instruments appelés « stimoceivers » (stimorécepteur, contraction de stimulation et récepteur) pour la transmission radio et la réception des messages électriques du cerveau chez les sujets complètement débridés. La microminiaturisation des composants électroniques de l’appareil permet un contrôle de tous les paramètres d’excitation pour la stimulation de la radio de trois endroits différents dans le cerveau et aussi l’enregistrement télémétrique des trois canaux de l’activité électrique intracérébrale.

Il est raisonnable de supposer que dans un proche avenir, le stimoceiver peut fournir le lien essentiel de l’homme vers l’ordinateur puis à nouveau vers l’homme, avec une rétroaction réciproque entre les neurones et les instruments qui représente une nouvelle orientation pour le contrôle médical des fonctions neurophysiologiques. Par exemple, il est concevable que l’activité électrique anormale localisée qui annonce l’imminence d’une crise épileptique peut être captée par des électrodes implantées, télémétrée vers une salle des instruments distante, enregistrée sur bande et analysée par un ordinateur capable de reconnaître les schémas électriques anormaux. L’identification de la perturbation électrique spécifique pourrait déclencher l’émission de signaux radio pour activer le stimoceiver du patient et appliquer une stimulation électrique à une zone d’inhibition déterminée du cerveau, bloquant ainsi le début de l’épisode convulsif.

L’un des facteurs limitants dans ces études était l’existence de fils allant du cerveau au stimoceiver en dehors du cuir chevelu. Les fils représentaient une possible porte d’entrée pour les infections et pouvaient constituer un obstacle aux soins de la chevelure malgré leur petite taille. Il serait évidemment beaucoup plus souhaitable d’employer des instruments minuscules qui pourraient être implantés complètement sous la peau. Pour cela, nous avons développé dans notre laboratoire, un petit stimulateur à trois canaux qui peut être implanté sous la peau et qui a pour but final d’être implanté dans le cerveau (Figure 6). L’instrument est à l’état solide, n’a pas de batteries et peut fonctionner indéfiniment. L’énergie électrique nécessaire, le contrôle à distance des paramètres de la stimulation et le choix des canaux sont fournis par couplage transdermique, à l’aide d’une petite bobine qui est activée par modulation de fréquence de signaux radio.

La technologie pour la communication non sensorielle entre les cerveaux et les ordinateurs via la peau intacte est déjà à portée de main, et ses conséquences sont difficiles à prévoir. Dans le passé, les progrès de la civilisation ont énormément amplifié la puissance de nos sens, de nos muscles et de nos compétences. Maintenant, nous ajoutons une nouvelle dimension : l’interface directe entre les cerveaux et les machines. Même si c’est vrai, cette affirmation est peut-être trop spectaculaire et elle exige des éclaircissements prudents. Nos connaissances actuelles concernant le codage de l’information, les mécanismes de la perception et les bases neuronales du comportement sont si élémentaires qu’il est hautement improbable que les mises en corrélation électriques des pensées ou des émotions puissent être captées, transmises et appliquées électriquement à la structure appropriée d’un autre sujet pour être reconnues et pour déclencher des pensées ou des émotions apparentées. Toutefois, il est déjà possible d’induire une grande variété de réponses, depuis des effets moteurs jusqu’à des réactions émotionnelles et des manifestations intellectuelles, par stimulation électrique directe du cerveau. En outre, plusieurs chercheurs ont appris à identifier les schémas de l’activité électrique (dont un ordinateur pourrait également reconnaître) localisés dans des zones spécifiques du cerveau et liés aux phénomènes déterminés tels que la perception des odeurs ou de la perception visuelle des bords des objets et des mouvements. Nous avançons rapidement dans la reconnaissance des formes des corrélats électriques du comportement et dans la méthodologie pour une communication radio bidirectionnelle entre le cerveau et les ordinateurs.

Des craintes ont été exprimées que cette nouvelle technologie apporte avec elle la menace d’un éventuel contrôle à distance des activités cérébrales de l’homme par d’autres hommes, des contrôles non désirés et contraire à l’éthique, mais comme on le verra plus tard, ce danger est tout à fait improbable et l’emporte (est contrebalancé) sur les avantages cliniques et scientifiques escomptés (qui en sont attendus). La microminiaturisation et les connaissances électroniques ont tellement progressé que les limites semblent plutôt biologiques que technologiques. Notre plus grand besoin consiste en des informations plus expérimentales sur les mécanismes neuronaux associés aux processus mentaux et comportementaux, et la recherche chez les sujets sans restriction promet de révéler une nouvelle compréhension des esprits normaux et des traitements plus efficace des cerveaux perturbés.

Both sides of a three-channel transdermal stimulator. This instrument has no batteries, is activated by radio, and can be used for life, so that the brain can be stimulated indefinitely.


Jose Delgado was born in Ronda Spain in 1915, a founding member of the ACNP and lifelong Fellow. He died at age 96, 3 months before our organization celebrated its fiftieth anniversary.

Jose intended to emulate his father, an ophthalmologist, but fell under the spell of Santiago Ramon y Cahal often considered the ‘Father of Neuroscience’, Nobel Laureate in 1906.

Jose enrolled in Madrid Medical School in 1933 to study both medicine and physiology. In 1936, the Spanish civil war erupted, his mentor Juan Negri fled the country and Jose joined the Republican side as a medical corpsman. After the fascist victory he spent 5 months in a concentration camp before obtaining his MD and Doctorate of Science, both cum laude.

From 1942 to 1950, he began research in neurophysiology on selective brain ablation and electrical stimulation in animals, published 14 articles and won several prizes. In his 2005 OHP interview, at age 90, he tells how he went to Africa to buy primates for research, bonded with a gorilla and, unable to operate on his ‘new friend’, donated the animal to a zoo.

In 1950, Delgado won a scholarship to the Yale University in the Department of Physiology under the direction of John Fulton whose pioneer work on pre-frontal lobotomy in chimpanzees encouraged the Portuguese psychiatrist Egas Moniz to perform the operation in schizophrenic patients, for which he received the Noble Prize in 1949.

Delgado flourished at Yale; rising to Professor of both Physiology and Psychiatry, he eventually succeeded Fulton as Director of Research. Described as ‘a technological wizard’, he invented the ‘stimoceiver’; implanted electrodes that established two-way communications with the brain in mobile animals allowing Jose to stimulate different regions, producing changes in affect and behavior. Encouraged by these results, and Moniz example, Delgado extended his research to patients with chronic refractory epilepsy and schizophrenia.

This ground breaking research was published in 1952 anticipating similar work by Bob Heath at the Tulane University. 1952 was a watershed year in neuroscience, when chlorpromazine was being given to patients with schizophrenia, spawning the neuropsychopharmacology revolution.

Delgado positioned himself between growing disapproval of mutilating brain surgery and his own belief that electrical stimulation of specific brain areas was scientifically superior to oral administration of drugs whose effects were mitigated by liver metabolism, the blood–brain barrier, and uncertain distribution.

Events proved Jose wrong; the effects of electrical stimulation were imprecise, poorly replicated and yielded no useful therapeutic outcomes. Conversely, neuropsychopharmacology thrived. Drugs were developed for every type of psychiatric disorder, deinstitutionalization occurred, and, in 1970, the Nobel Prize went to Julius Axelrod and colleagues for the catecholamine hypothesis of depression.

Nevertheless, in two decades (1950–1970) Delgado authored 134 scientific publications on electrical stimulation in cats, monkeys and patients, both psychotic and non-psychotic. In 1963, he performed an experiment that attracted worldwide attention, including a front page article in the New York Times. After implanting his stimoceiver in the caudate nucleus of a fighting bull, Jose stood facing the bull waving a red cape before stopping the animal in its tracks by activating the electrodes.

Soon after this, Delgado was invited to contribute a volume to a series on ‘World Perspectives’. Its editorial board comprised 12 of the world’s most distinguished leaders in ethics, sociology, economics, spirituality, and science, including three Nobel Laureates. The series editor was a renowned philosopher whose life was devoted to inviting leading scientists and thinkers to speculate on the societal and philosophical implications of their narrow fields; to ‘extrapolate an idea in relation to life’.

Jose chose a provocative title for his volume, ‘Physical Control of the Mind: Towards a Psychocivilized Society’. The text and tone were equally challenging. Although Jose’s discussion of his scientific findings was modest and objective, the philosophical speculations were grandiose and went beyond the data. None the less his intent was benevolent; to encourage the development of ‘a future psychocivilized human being; a less cruel, happier, and better man’. In essence, he was proposing that science might accomplish what two millennia of religion failed to do!

Unfortunately, this rhetoric and hyperbole clashed with a changing scientific, political, and social Zeitgeist, engulfing Delgado in controversy that would end his career in America. Without distinguishing between science and philosophy, Jose’s research and ideas were attacked and denigrated on two fronts.

In 1972, Congress held hearings in response to efforts to end funding for this type of brain surgery. Testimony was given by a libertarian psychiatrist, a scientologist at the time, who disparaged drugs, ECT, and biological psychiatry. This included a collage of selective, out of context, quotations from Delgado and other neuropsychiatrists.

Coincidentally, public and political outrage surfaced over covert CIA ‘mind control’ experiments, designed to combat communism, initiated in the McCarthy era and extending into the mid 1960s (MK-ULTRA).

These twin forces manifested a plethora of websites fed by conspiracy theorists and alleged victims of psychosurgery that disseminated innuendo and largely unsubstantiated accusations for four decades. Delgado’s name and book figure prominently along with other well-known psychiatrists from among 43 universities and colleges alleged to have been involved.

Mired in controversy, Delgado accepted an offer to become Chair of Physiological Science at a new medical school in Madrid and moved there in 1974.

For the next quarter century, Jose continued to publish his research and philosophical ideas, achieving a lifetime total of over 500 articles and six books. His final book, in 1989, was titled ‘Happiness’ and went through 14 editions.

In the last years of his life, Jose and his wife returned to America and lived in San Diego where he died unheralded. Unjustly treated and harshly judged by segments of the public and his profession, Jose Delgado’s ground breaking research, benevolent philosophy, and memory deserve better recognition. His career trajectory may provide budding scientists with a cautionary note about the pitfalls of mingling science with philosophy.

Neuropsychopharmacology (2012) 37, 2883–2884; doi:10.1038/npp.2012.160 (PDF)


Un article du New York Times en 1970, et un autre du Scientific American en 2005, décrivent les travaux de Delgado et de certains autres chercheurs. Ces articles sont disponibles sur les sites officiels du New York Times et du Scientific American:

sources : http://www.wireheading.com/delgado/ ; http://www.wireheading.com/delgado/excerpt.html ; http://www.wireheading.com/jose-delgado.html

Enregistrer

La modification du génome est une arme de destruction massive

C’est selon James Clapper, directeur du renseignement US, qui, dans le rapport d’évaluation mondial annuel de menace, de la communauté américaine du renseignement, a ajouté la modification génique dans la liste des menaces posées par les « armes de destruction massive et la prolifération ».


UK : Feu vert pour la modification génétique d’embryons humains


La modification génique se réfère à plusieurs nouvelles façons de modifier l’ADN à l’intérieur de cellules vivantes. La méthode la plus populaire, CRISPR, est en train de révolutionner la recherche scientifique, menant à de nouveaux animaux et cultures et est susceptible d’alimenter une nouvelle génération de traitement génique pour des maladies graves (voir “Everything You Need to Know About CRISPR’s Monster Year“).

C’est la facilité d’utilisation relative de la modification génétique qui inquiète la communauté du renseignement américain, selon l’évaluation. « Compte tenu de la distribution à grande échelle, à faible coût et le rythme accéléré du développement de cette technologie à double usage, son utilisation abusive délibérée ou involontaire pourrait conduire à des implications de grande envergure économique et de sécurité nationale » indique le rapport.

Le choix par le chef espion américain pour appeler la modification génétique comme une arme potentielle de destruction massive ou ADM, a surpris certains experts. C’était la seule biotechnologie apparaissant dans une feuille de comptage de six menaces plus classiques, comme la détonation nucléaire présumée de la Corée du Nord le 6 janvier, les armes chimiques non déclarées de la Syrie et de nouveaux missiles de croisière russes qui pourraient être contraires à un traité international.

James Clapper, directeur du renseignement national, États-Unis supervise les agences d’espionnages avec un budget de plus de $ 50 milliards.

Le rapport est une version non classifiée des « idées collectives » de la Central Intelligence Agency CIA, la National Security Agency NSA et une demi-douzaine d’autres espions américains et des opérations de collecte d’informations.

Bien que le rapport ne mentionne pas CRISPR par le nom, Clapper avait clairement le plus récent et le plus polyvalent des systèmes d’édition de gène à l’esprit. Le faible coût de la technique CRISPR et la facilité d’utilisation, — les ingrédients de base peuvent être achetés en ligne pour $60 — semblent avoir effrayé les agences de renseignements.

« La recherche dans l’édition du génome réalisée par les pays avec différentes normes réglementaires ou éthiques différentes que celles des pays occidentaux augmentent probablement le risque de la création d’agents ou de produits biologiques potentiellement dangereux », indique le rapport.

Le souci est que la biotechnologie est une technologie de « double usage » — ce qui signifie que les développements scientifiques normaux pourraient aussi être exploités comme des armes. Le rapport a noté que les nouvelles découvertes « se déplacent facilement dans l’économie mondialisée, à l’instar du personnel ayant l’expertise scientifique de concevoir et de les utiliser. »

Clapper n’étale pas tout le scénario d’armes biologiques particulières, mais les scientifiques ont déjà spéculé sur CRISPR qui pourrait servir à fabriquer des “moustiques tueurs”, fléaux qui effacent les cultures de base, ou même un virus qui cisaille l’ADN du peuple.

« Plus que tout autre domaine, la biotechnologie, a un grand potentiel pour l’homme bon, mais aussi a la possibilité d’être mal utilisé, » dit Daniel Gerstein, analyste principale des politiques au RAND et un ancien sous-secrétaire au ministère de la défense intérieure. “Nous sommes préoccupés par les personnes qui développent une sorte d’agent pathogène avec des capacités robustes, mais nous sommes également préoccupés par le risque de mauvaise utilisation. Nous pourrions avoir un accident qui se produit avec la modification génétique qui est catastrophique, étant donné que le génome est l’essence même de la vie. »

Piers Millet, un expert sur les armes biologiques au Woodrow Wilson Center à Washington, D.C., dit à Clapper que la modification génétique sur la liste des armes de destruction massive a été “une surprise”, fait depuis l’arme biologique — une forme très virulente de l’anthrax — exige toujours la maîtrise d’un « vaste ensemble de technologies ».

Le développement d’armes biologiques est interdit par le Biological and Toxin Weapons Convention sur les armes, un traité pendant la guerre froide qui proscrit les programmes de guerre biologique. Les États-Unis, la Chine, la Russie et 172 autres pays l’ont signé. Millet dit que les experts qui se sont réunis à Varsovie en septembre dernier pour discuter du traité ont estimé qu’une menace de groupes terroristes était encore éloignée, étant donné la complexité de produire une arme biologique. Millet dit que le groupe a conclu que “dans un avenir prévisible, de telles applications sont uniquement à la portée des membres”.

L’évaluation du renseignement a attiré une attention particulière à la possibilité d’utiliser CRISPR pour modifier l’ADN des embryons humains pour produire des mutations génétiques dans la prochaine génération de gens — par exemple, pour supprimer le risque de maladie. Il a noté que la rapide avancée dans l’édition de génome en 2015 contraint les “groupes de biologistes américains et européens de prestige à la question d’éditions non réglementées de la lignée germinale humaine (cellules qui sont pertinentes pour la reproduction), qui pourrait créer des changements génétiques héréditaires.”

Jusqu’ici, le débat sur l’évolution des gènes de la prochaine génération a été la plupart du temps une question d’éthique, et le rapport n’a pas dit comment une telle évolution serait considérée comme une arme de destruction massive, bien qu’il soit possible d’imaginer un virus conçu pour tuer ou blesser des gens en altérant leurs génomes.

Un bébé mutant qui cause bien des tracas dans la série de films de Larry COHEN- créateur de la série LES ENVAHISSEURS (THE INVADERS), amenant un questionnement difficile sur la notion d’humanité.

Source : MIT Technology Review

National Geographic : Les expériences secrètes de la CIA

Maj 04/09/16 : Nouveau rapport!! → voir le PDF de The New York Times : PROJECT MKULTRA THE CIA’S PROGRAM OF RESEARCH IN BEHAVIORAL MODIFICATION (on ligne) : autres liens : ici (on ligne), ou ici


Ce documentaire du National Geographic de 2006, se penche sur les expériences secrètes de la CIA menées pendant la guerre froide. Il se concentre principalement sur le contrôle de l’esprit et les techniques de lavage de cerveau qui s’y rattachent : hypnose, thérapie par électrochocs, par les drogues, contrôle biologique et chimique du comportement humain.

Mais aussi sur la mort mystérieuse par défenestration du docteur Frank Olson, le 28 novembre 1953. Un chimiste affecté à Fort Detrick, chargé d’étudier les applications militaires des drogues. En 1975, face aux enquêteurs de la Commission Rockefeller, l’US Army avait admis avoir fait absorber au chercheur du LSD à son insu, ce qui aurait provoqué une crise de délire pendant laquelle il se serait défenestré. Le Pentagone avait offert 750 000 dollars d’indemnisation à sa famille. Mais, en 1994, une expertise médico-légale pratiquée après exhumation du corps avait invalidé la version officielle et conclue à un probable homicide.

La CIA n’avait rien à envier à son homologue soviétique sur le plan de l’horreur…

De nouveaux documents attestent que le docteur Olson dirigea diverses expériences de guerre chimique, notamment… à Pont-Saint-Esprit.


Documents déclassifiés relatifs à l’affaire Olson (PDF)

Pour en savoir plus : CIA Secret Experiments A National Geographic Documentary
Mind Control: America’s Secret War A History Channel Video Documentary
Mind Control Summary The Secrets of Mind Control Based on Three Books by Top Mind Control Researchers
Mind Control Cover-up The Secrets of Mind Control

*Opération Paperclip : Exfiltration de criminels de guerre nazis détenteurs de connaissances exploitables

Voir aussi : France 5 : CIA Projet MK-Ultra / Les techniques de contrôle mental de la CIA, ABC News 1979 (vosf) / France 3 : Un village empoisonné par la CIA ? – Pont-Saint-Esprit 1951

Pour aller plus loin :
Wired : April 13, 1953: CIA OKs MK-ULTRA Mind-Control Tests (https://www.wired.com/2010/04/0413mk-ultra-authorized/)
CIA : https://www.cia.gov/library/readingroom/search/site/mk%20ultra
The New York Times : Sidney Gottlieb, 80, Dies; Took LSD to C.I.A. (https://www.nytimes.com/1999/03/10/us/sidney-gottlieb-80-dies-took-lsd-to-cia.html?pagewanted=all&src=pm)
Project Mkultra: One of the Most Shocking CIA Programs of All Time