L’appréhension juridique contemporaine du corps humain

Colloque international France-Chine, organisé par le laboratoire de Droit de la Santé et de Droit Médical de l’Université de Paris 8 – Paris Lumières (EA 1581), ainsi que SHI JIAYOU, Directeur adjoint du Collège international de l’Université de Renmin.

Les progrès technoscientifiques de ces dernières années ont transformé considérablement l’appréhension du corps de la personne qui n’est plus uniquement appréhendé comme un support physique mais aussi et surtout comme un moyen de manipuler et transformer l’individu.

La génétique, les neurosciences, l’épigénétique, les nanotechnologies, l’imagerie médicale, l’image 3D, le numérique, Big Data, l’environnement sont autant de domaines d’innovations, susceptibles de transformer l’appréhension du corps de l’homme dans toute sa singularité, sa spécificité et son humanité. Cette évolution est d’autant plus significative en raison du décloisonnement des disciplines rapprochant les sciences. De nouvelles interactions se mettent en place. La science juridique doit, plus que jamais, réfléchir, adapter et innover en parallèle des changements sans cesse croissants et rapides des domaines scientifiques, technologiques et médicaux.

Si les mutations s’opèrent, autant en France qu’en Chine, la prise en compte de ces changements n’est pas nécessairement identique compte-tenu des appréhensions socio-économiques, culturelles, éthiques, philosophiques différentes. Le colloque portant sur « le devenir juridique du corps humain » donnera l’opportunité d’échanger et de réfléchir sur l’appréhension et l’évolution de la notion du corps humain en pleine évolution en France qu’en Chine. Cette réflexion est d’autant plus fondamentale et nécessaire qu’il en va de l’humanité, de la primauté et de la dignité de la personne dont le corps est partie intégrante.

Table ronde n°1 – L’appréhension juridique du corps humain à travers les principes fondamentaux protecteurs (primauté, dignité, indisponibilité, non patrimonialité, respect).

Table ronde n°2 – L’appréhension juridique contemporaine du corps humain manipulé (AMP, DPI, politique de natalité, avortement, soins, recherche, dons d’organes).

Table ronde n°3 – L’appréhension juridique contemporaine du corps humain transformé (homme cyborg, impact environnemental, génétique, neurosciences, organes impression 3D).

Table ronde n°4 – Vers une appréhension juridique spécifique du corps humain ? (autodétermination,  propriété,  commercialité,  patrimoine  commun  de l’humanité).

Les personnes trisomiques risquent l’extinction face à la science, la peur et l’ignorance, titre The Telegraph

La société ne fait pas assez pour montrer aux femmes portant un bébé ayant le syndrome de Down (trisomie 21) que la vie à l’intérieur d’elles est précieuse, intelligente et capable de grande chose.

Un nouveau test augmente les chances de détection du syndrome de Down, qui conduira inévitablement à une augmentation des avortements.

Un tableau est suspendu dans le Metropolitan Museum of Art, à New-York appelé « l’Adoration de l’enfant Jésus. Créé au 16ème siècle par un artiste flamand, ce qui distingue cette présentation sublime de la Nativité est le détail des personnages debout autour de la crèche. Deux d’entre eux, un ange et un berger, semblent avoir le syndrome de Down. (Note admin : l’information avait été publiée dans la revue scientifique American Journal of Medical Genetics, en décembre 2002.)

Cela suggère que ça existe depuis très longtemps, et il contribue à éclairer le début de l’approche moderne du handicap. Normalement, l’art religieux était conforme aux normes classiques de la beauté. Par voie de conséquence, l’artiste a considéré des personnes angéliques ayant le syndrome de Down. Comme, en effet, ils sont.

The Adoration of the Christ Child, by a follower of Jan Joest of Kalkar (circa 1515) Credit: The Jack and Belle Linsky Collection, 1982

Malheureusement, la société passe par des hauts et des bas de compassion envers les personnes handicapées – et nous risquons d’entrer dans une ère plus sombre. Le Comité National de Dépistage a approuvé un test sanguin simple pour le syndrome de Down qui, à bien des égards, est une excellente nouvelle. Il devrait réduire le besoin de procédures de tests invasifs, qui déclenchent environ 350 cas de fausse couche chaque année.

Mais que font la plupart des femmes lorsque les tests sont positifs pour leur bébé ? Elles avortent dans environ 90 % des cas. En 2014, 693 avortements ont été pratiqués pour cette raison – un bond de 34 % depuis 2011. La montée est imputée à un accès accru à des analyses de sang par l’intermédiaire de cliniques privées. Les militants américains mettent en garde contre le risque “d’extinction”. Au Danemark, le responsable d’une association de sages-femmes a carrément déclaré à un journal : “Quand vous pouvez découvrir presque tous les fœtus trisomiques, nous approchons une situation dans laquelle la quasi-totalité d’entre eux seront avortés.”

C’est le droit de la femme de faire le choix d’avorter et les raisons pour lesquelles elle est prise sont tout à fait compréhensibles. Nous serions tous effrayés à la pensée d’être laissés à nous-mêmes pour s’occuper d’un enfant handicapé. Mais ces craintes sont façonnées par une culture populaire qui, malgré sa sophistication apparente, reste remarquablement ignorante des réalités du syndrome de Down.

Mythe #1: Le Syndrome de Down est une maladie embarrassante. Ce n’est pas le cas. Elle est due à un chromosome supplémentaire étant présent dans les cellules du bébé – il n’est pas “hérité”, il n’est pas “attrapé” comme un rhume et il n’est pas dû à des “erreurs” faites par les parents. Il n’y a rien de honteux à ce sujet et les gens n’en souffrent pas. Ils vivent avec.

Mythe #2: Les enfants du syndrome de Down meurent jeunes. Il est vrai qu’ils peuvent être sensibles aux problèmes tels que des malformations cardiaques ou la surdité. Mais les énormes progrès dans les soins font que la plupart vivent jusqu’à 60 ans et mènent une vie très active.

Mythe #3: Les enfants trisomiques restent enfant pour toujours. Ce n’est pas le cas. Ils deviennent des adultes comme vous et moi, avec les mêmes émotions, inquiétudes et joies. La chose importante à retenir est que chaque cas est unique et chaque individu à un niveau différent de développement personnel. Certains choisissent de se marier. Certains gardent un emploi. Les fans du US show American Horror Story savent qu’ils peuvent être aussi des stars de la télé. L’actrice Jamie Brewer n’a pas seulement impressionné les critiques de la série, mais a parcouru le tapis rouge à la Fashion Week de New-York.

“La qualité de vie ne se définit pas uniquement par la douleur que les gens endurent – mais à comment nous répondons à cette douleur en tant qu’individu et en tant que communauté”.

Hélas, la société favorise une éthique différente. Nous semblons de plus en plus obsédés de rendre la vie aussi parfaite que possible – comme si nous pouvions contrôler son début, le milieu et la fin. Les progrès en génétique détiennent la possibilité de créer des bébés sur mesure avec aucuns défauts de naissance (malformations congénitales).

L’euthanasie donne la possibilité de terminer les choses très tôt quand l’existence devient trop lourde à porter. Et implicitement dans tout cela, est le point de vue que la vie n’est pas réellement utile, sauf si elle est en bonne santé, sans douleur et contribuant au produit national brut. Les malades et les plus âgés sont un fardeau. La chose la plus utile qu’ils puissent faire est d’aller loin.

Excusez le cliché, mais il est difficile de ne pas voir tout ce qui se passe et de penser aux années 1930 – quand le monde occidental est devenu accro à l’idée qu’il pourrait créer une population plus propre et plus heureuse avec l’application d’une cruauté médicale. Il s’agissait de barbarie déguisée en raison.

Le véritable test moral d’une société n’est pas combien c’est beau, sobre ou bien organisé – mais la façon dont elle traite ses plus vulnérables, même ses plus difficiles citoyens. Et le vrai signe de grâce chez un homme est sa capacité à regarder quelque chose qui est censé être laid, ou simplement différent de lui et de voir la beauté. Tout comme un artiste flamand a réussi à le faire, il y a 500 ans.

Par Tim Stanley pour The Telegraph

voir aussi : Jean-Marie Le Méné : Les premières victimes du transhumanisme

Nature : La vérité sur la recherche de tissus fœtaux

L’utilisation de tissus de fœtus avortés a suscité la controverse aux États-Unis cet été, mais de nombreux scientifiques disent que c’est essentiel pour les études sur le VIH, le développement et plus.

Chaque mois, Lishan Su reçoit un petit tube à essai d’une société en Californie. Dedans, un morceau de foie d’un fœtus humains avortés entre 14 et 19 semaines de grossesse.

Su et son personnel de l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, vont broyer soigneusement le foie, centrifuger puis extraire et purifier le foie – et les cellules souches hématopoïétiques.

Ils injectent des cellules dans le foie de souris nouveau-nées, et permettent à ces souris de gagner en maturité.

Les animaux qui en résultent sont les seules souris “humanisé” avec à la fois le fonctionnement du foie humain et les cellules immunitaires, pour Su, ils sont très précieux pour son travail sur l’hépatite B et C, ce qui lui permet de sonder la manière dont les virus échappent au système immunitaire humain et provoquent les maladies chroniques du foie.

“L’utilisation de tissu fœtal n’est pas un choix facile, mais jusqu’à présent il n’y a pas de meilleurs choix», dit Su, « de nombreux chercheurs biomédicaux dépendront de la recherche de tissus fœtaux pour vraiment sauver des vies humaines », […]

A l’aide des données de l’année 2014 du National Institute of Health (NIH), 18 chercheurs ont été identifiés, dirigeant des projets de recherche utilisant des fœtus avortés. Sur les 18 contactés, seuls deux chercheurs ont accepté de répondre aux questions de Nature. Ils invoquent leur bon droit, puisque la loi leur permet d’obtenir et d’utiliser les tissus fœtaux.

En 2014, le NIH a financé 164 projets utilisant des tissus de fœtus avortés, pour un montant de 76 millions de dollars. Le NIH finance en outre la recherche sur les cellules souches embryonnaires à hauteur de 150 millions de dollars (27,9 billions de dollars sont dépensés pour la recherche dans son ensemble). Au Royaume-Uni, les cinq projets de 2015 utilisant des tissus fœtaux sont financés à hauteur de 1,9 million de dollars.

vous pouvez télécharger l’article en PDF ou lire l’intégralité de l’article sur Nature

 

Nouvelle vidéo-choc : comment le Planning Familial/USA prélève le cerveau d’un fœtus avorté, dont le cœur bat encore

Une 7e vidéo diffusée le 19 août par « The Center for medical progress » décrit comment le Planning Familial prélève le cerveau d’un fœtus avorté, dont le cœur bat encore.

Le scandale des vidéos dévoilant les dessous du Planning familial (Planned Parenthood) s’amplifie aux États-Unis.

L’association « The Center for medical progress » a mis en ligne le 19 août sa 7e vidéo décrivant les techniques utilisées pour extraire des tissus et des organes de fœtus avortés. Dans cette dernière vidéo, Holly O’Donnel, une ancienne technicienne de StemExpress, une start-up spécialisée dans les biotechnologies, raconte la manière avec laquelle une de ses collègues a prélevé le cerveau intact d’un fœtus avorté, dont le cœur battait encore, dans une importante clinique du Planning familial, à San Jose (Californie).

Attention les images peuvent choquer.

« Je veux te montrer quelque chose de plutôt cool, lui a-t-elle dit. Puis elle tape sur le cœur avec un instrument, et il commence à battre », raconte Holly O’Donnel. « Je m’assois et je regarde ce fœtus. Son cœur bat et je ne sais quoi penser », précisant qu’elle ne savait pas si l’enfant était vivant ou mort.

La jeune femme, qui a quitté StemExpress après cet événement, affirme que cet enfant était le plus développé qu’elle n’ait vu jamais vu. « Il avait un visage. Son nez était prononcé. Il avait des paupières, et sa bouche était aussi prononcée ».

lire la suite

voir aussi : Le Figaro – États-Unis : le planning familial accusé de trafic d’organes de foetus