Archives par mot-clé : astronaute

Nos corps ne sont pas faits pour avoir des bébés sur Mars

Avoir un bébé sur Mars serait carrément impossible à moins que nous ne soyons disposés à retravailler notre ADN. Cette information vient grâce à une nouvelle étude publiée dans l’édition de juin de Futures par des chercheurs de l’Université de technologie de l’information et de gestion (University of Information Technology and Management) à Rzeszów en Pologne.

« Les plus grands défis pour la biologie reproductive humaine sont causés par un environnement spatial spécifique incluant la microgravité au cours du long voyage vers Mars, les rayons cosmiques (les plus importants au cours du voyage mais aussi une forte exposition au rayonnement cosmique précisément sur Mars) et une perte osseuse extrêmement élevée (causée principalement par la microgravité) », déclare l’auteur principal de l’étude, Konrad Szocik, un scientifique cognitif. « Le rayonnement sera un grand défi pour la reproduction humaine, en commençant par une fertilisation efficace. »

Le rayonnement et la diminution de la gravité sur Mars pourraient en effet rendre la reproduction humaine beaucoup plus dangereuse. Sur Terre, l’exposition aux rayonnements peut être gravement préjudiciable aux fœtus et peut avoir un impact sur le développement du cerveau, selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention (CDC)). On pourrait supposer que l’environnement martien pourrait affecter le développement embryonnaire et/ou les cellules reproductrices d’une manière beaucoup plus intense.

« Le rayonnement est connue pour être délétère pour les adultes et en particulier pour les cellules reproductrices, le développement des embryons et des fœtus, et est déjà considérée comme un danger majeur pour la santé des astronautes », écrit l’équipe.

En plus de construire un système de tunnels souterrains complexe pour nous protéger des rayonnements, il ne semble pas y avoir beaucoup d’options pour une colonisation à long terme sur Mars. Et même si cela peut sembler être de la science fiction, les chercheurs suggèrent de changer notre corps pour qu’il soit mieux adapté à Mars.

« La méthode CRISPR rend possible le génie génétique adaptatif », écrit l’équipe. « Nous devrions considérer l’idée de l’amélioration génétique humaine avant et pendant cette mission. Le génie génétique et l’isolation des espaces profonds peuvent entraîner une spéciation de l’Homo Sapiens. Dans un tel scénario, de nouveaux défis éthiques découlent de l’évolution d’un nouveau genre de l’espèce humaine qui possédera une nouvelle nature et, par conséquent, peut-être de nouveaux devoirs et droits moraux par rapport aux personnes vivant sur Terre. »

Les chercheurs notent la nécessité d’études sur l’impact de la gravité réduite sur la production des cellules reproductrices mâles et femelles, ainsi que sur le processus de gestation et d’accouchement. Pour l’instant, la reproduction reste juste une des nombreuses questions que nous devons traiter avant que la colonisation de Mars soit à notre portée.

Inverse

Le Royaume-Uni construit la première installation commerciale mondiale pour la formation de futurs astronautes

Le Royaume-Uni a franchi une nouvelle étape sur la voie de rendre accessible l’espace à tous en annonçant des plans visant à construire la première installation commerciale mondiale pour la formation de futurs astronautes. Le centre fournira aux citoyens toute la formation dont ils auront besoin pour effectuer des vols spatiaux.

À cette fin, le premier centre commercial mondial de formation spatiale, Blue Abyss, débutera en 2019 au Royaume-Uni.

L’installation devrait coûter environ 150 millions de dollars à construire, et elle comprendra plusieurs caractéristiques conçues pour soutenir les excursions des citoyens et des organisations privées dans l’espace. Sa base centrifuge simulera les forces gravitationnelles (Gforces) ressenties dans l’espace, et le centre pourra offrir une formation de vol parabolique pour préparer les gens à l’apesanteur spatiale. Des professionnels de la physiologie seront sur place pour mener des examens physiques et conseiller les futurs astronautes sur les effets de l’espace sur le corps.

Blue Abyss abritera également le plus grand bassin au monde de 50 mètres de profondeur. Le bassin sera personnalisable pour répondre à une variété d’utilisation, offrant aux plongeurs, aux explorateurs maritimes et aux entreprises la possibilité de former ou tester des équipements qui pourraient être utilisés dans l’exploration spatiale ou ici sur Terre.

Blue Abyss fait partie d’une tentative plus large du Royaume-Uni de devenir un leader de l’industrie dans les vols spatiaux commerciaux : d’ici 2030, le pays espère augmenter sa part de l’économie spatiale mondiale de 6,5% à 10%.

En plus d’annoncer ce nouveau centre de formation, le Royaume-Uni a récemment introduit le projet de loi sur l’industrie spatialethe Space Industry Bill – qui comprend des plans pour construire des installations de lancement de fusées, de navettes spatiales et de satellites. Ce projet de loi pourrait aider l’humanité à se préparer à l’ère du vol spatial en établissant un précédent pour la législation et la réglementation. D’autres pays pourraient l’utiliser comme cadre juridique pour fonder leur propre législation axée sur l’espace, ce qui constitue l’un des obstacles dont nous aurons besoin pour franchir véritablement l’ère de l’exploration spatiale commerciale.

traduction Thomas Jousse

Engadget, U.K Parliament , Blue Abyss

C’est officiel. Les humains vont sur Mars

Le 21 mars, le président Trump a émis un mandat S.442 pour la NASA: amener les gens sur Mars d’ici 2033. Une semaine plus tard, la NASA a répondu avec son plan en cinq phases, le plus détaillé à ce jour pour atteindre la planète rouge.

Credit: NASA

Nous sommes actuellement en phase 0, effectuant des tests à la Station spatiale internationale (ISS) et en développant des partenariats avec des entreprises spatiales privées.

La phase I s’étendra de 2018 à 2025 et comprendra le lancement et l’essai de six fusées SLS (Space Launch System). Ces fusées fourniront les composants de la passerelle Deep Space Gateway (DSG), une nouvelle station spatiale à construire près de la Lune pour desservir les astronautes en route vers Mars.

La phase II lancera le vaisseau Deep Space Transport (DST) vers la station lunaire en 2027 et, en 2028 ou 2029, les astronautes habiteront ce vaisseau pendant plus de 400 jours.

En 2030, la phase III verra le DST réapprovisionné avec les fournitures et l’équipage de Mars via la fusée SLS.

La phase IV, bien sûr, sera le voyage lui-même en 2033.

Credit: NASA

La réalisation de la mission dans son budget sera un défi pour la NASA. Ce budget représente actuellement environ 0,5% du budget total des États-Unis (19,3 milliards de dollars américains en 2016). À titre de comparaison, c’était plus de quatre pour cent lors des missions Apollo Moon.

La mission vers Mars comprend des obstacles au-delà du budget : garder les astronautes en bonne santé et raisonnablement heureux pendant le voyage. Sans escales entre la Terre et Mars, les astronautes devront transporter tout ce dont ils ont besoin, y compris l’air, la nourriture et l’eau, pour une durée aller-retour de deux ou trois ans.

La santé mentale est susceptible d’être préoccupante pour les astronautes, car ils seront essentiellement enfermés dans le vaisseau spatial pendant plusieurs années, sans possibilité de retour d’urgence une fois qu’ils quittent l’espace cislunaire (entre la Terre et la Lune). L’expérience d’isolement HI-SEAS (Hawaii Space Exploration Analog and Simulation) de la NASA a montré des résultats prometteurs, mais il est probable que le voyage ne sera pas possible pour tout le monde.

La NASA est aussi en concurrence avec Boeing et SpaceX qui espèrent y arriver en premier, avec SpaceX qui envisage d’envoyer les gens sur Mars en 2022.

The stages to get to Mars. Credit: NASA

Voici quelques titres, articles et sections remarquables du document de 146 pages:

Assurer les capacités de base pour l’exploration – appelle à plusieurs missions : un lancement sans équipage de SLS et Orion en 2018, suivie d’une mission avec équipage sur la Lune en 2021, et d’autres voyages vers la Lune et Mars après cette date.

Voyage vers Mars – demande à la NASA une feuille de route pour envoyer les gens vers Mars d’ici 2033; Dirige également l’agence spatiale sur la poursuite de la mission de redirection d’astéroïdes (un plan pour capturer un astéroïde, le remorquer en orbite autour de la Terre et faire découvrir aux astronautes la roche spatiale).

Le vol spatial humain et les objectifs d’exploration et les buts – affirme que c’est la mission de la NASA de développer une présence humaine permanente au-delà de l’orbite terrestre basse (OTB: Low Earth orbit ou LEO).

Aéronautique – demande à la NASA d’être un chef de file dans le domaine de l’aviation et de la recherche sur les avions hypersoniques; Demande également à l’agence spatiale d’examiner la recherche sur les avions supersoniques pour ouvrir de nouveaux marchés mondiaux et permettre de nouvelles capacités de transport.

Mars 2020 rover – Le Congrès soutient le plan de la NASA d’utiliser un rover de taille d’une voiture pour aider à déterminer si la vie existait autrefois sur cette planète.

Europa – approuve le plan de la NASA visant à envoyer un satellite en orbite vers la lune de Jupiter, la lune couverte de glace, qui peut avoir un océan sous-marin chaud (et éventuellement accueillir une vie extraterrestre).

Déclaration du Congrès en matière de politique et d’objectif – modifie les lois antérieures pour faire de la mission de la NASA la recherche de l’origine, de l’évolution, de la distribution et de l’avenir de la vie dans l’univers.

Stratégie d’exploration de planète extra-solaire – demande à la NASA d’expliquer comment elle utilisera le télescope spatial James Webb et d’autres instruments pour chasser les exoplanètes.

Objets proches de la terre – demande à la NASA d’accélérer son programme pour trouver des astéroïdes tueurs dans l’espace.

Systèmes de puissance radio-isotopiques – implore la NASA de fournir un rapport sur la façon dont il envisage de fabriquer du plutonium-238 – un combustible nucléaire extrêmement rare pour les robots de l’espace lointain – et détaille ses plans d’exploration nucléaires.

Business Insider, ScienceAlert, NASA , HEO Committee

 

Le fondateur d’Amazon veut livrer des fournitures sur la Lune

Jeff Bezos, founder of Blue Origin, inspects New Shepard’s West Texas launch facility before the rocket’s maiden voyage.
Credit: Blue Origin

Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, veut créer un service «Amazon-like» pour fournir du matériel et des fournitures aux astronautes sur la Lune. Bezos veut combiner son autre entreprise, Blue Origin (« origine bleue »), fabricant aéronautique et d’organisation de vols spatiaux, avec les principes de livraison d’Amazon pour offrir un service unique.

Concurrencé par SpaceX, la société d’Elon Musk, Bezos pense que leur atterrisseur lunaire “Blue Moon” pourra commencer à fournir des fournitures sur la Lune d’ici 2020. Blue Moon devrait porter jusqu’à 453,5 kg de cargaison par voyage. En raison de cette capacité, l’émetteur serait capable de transporter des rovers1 et des équipements scientifiques.

Bezos a exprimé sa passion pour l’augmentation des voyages vers la Lune, mais aussi sur la possibilité de l’établissement d’une base lunaire permanente.

« Il est temps pour l’Amérique de revenir sur la Lune – cette fois-ci pour rester. L’établissement d’une base lunaire habitée en permanence est un objectif difficile et digne. Je sens que beaucoup de gens sont enthousiasmés à ce sujet … Notre expertise en hydrogène liquide et notre expérience avec un atterrissage vertical de précision offrent le chemin le plus rapide vers une mission d’alunissage (atterrissage sur la Lune). Je suis ravi de cela et je suis prêt à investir mon argent avec la NASA pour que cela se produise. »

Engadget, Blue Origin, Washington Post

1Un rover lunaire est un véhicule d’exploration spatiale (rover), conçu pour se déplacer sur la surface de la Lune. Certains rovers ont été conçus pour transporter des membres d’un équipage de vol spatial humain, tels que le LRV du programme Apollo ; D’autres ont été des robots partiellement ou totalement autonomes, tels que les Lunokhods soviétiques et les Yutus chinois. Trois pays ont eu des rovers sur la Lune: l’Union soviétique, les États-Unis, l’Inde et la Chine. Le Japon et l’Inde s’apprêtent à les rejoindre. (ndlr Wikipedia)

Virgin Galactic obtient sa licence pour le tourisme spatial

L’US Federal Aviation Administration’s Office of Commercial Space Transportation (FAAAST) vient d’ émettre une licence d’opérateur pour Virgin Galactic pour exploiter son vaisseau spatial VSS Unity.

La FAA-AST a accordé la licence après un examen approfondi de la conception du système du véhicule, l’analyse de la sécurité, et l’analyse de la trajectoire de vol, ce qui a constitué plusieurs années d’interaction approfondi avec les organismes de réglementation.

Le tourisme spatial est de plus en plus proche. Dès 2017 la compagnie aérienne pourra envoyer des touristes dans la stratosphère. Le court voyage aura cependant un coût de US$250,000.

pour en savoir plus : virgingalactic.com/human-spaceflight/

La perspective d’une gravité artificielle

Travailler pour rendre la vie des astronautes plus simple et moins néfaste pour la santé est un grand objectif pour la NASA. Le vrai problème est en fait de limiter les effets de l’apesanteur sur le corps humain. La Science-Fiction a émis la solution de la gravité artificielle. Cependant, comme le montre cette vidéo, ce n’est pas une prouesse facile.

La gravité artificielle pourrait certainement être une possibilité avec la technologie actuelle. Malheureusement, nous sommes limités par les coûts et la disponibilité des matériaux. Grâce à l’utilisation de la force centrifuge, une station spatiale tournante serait capable de générer une gravité artificielle. Cependant, elle devrait tourner à une vitesse très rapide. Alternativement, elle devrait être assez grande pour ne pas avoir besoin de vitesse. Le compromis se trouve entre être trop grand pour construire ou tourner trop rapidement pour être pratique.

Fabriquer quelque chose d’aussi énorme que les modèles de science-fiction auraient un certain coût. Construire les stations spatiales éponymes du film de 2013 Elysium exigerait 500 000 personnes contribuant chacun à hauteur de $10 millions. D’autant plus, de l’aluminium devrait être extrait des astéroïdes étant donné que le ravitaillement terrestre ne serait pas suffisant.

Traduction Thomas Jousse 

ScienceAlert

The Martian – Seul sur Mars

Le film présente la véritable technologie de la NASA. Il sortira en salle aux États-Unis le 2 octobre 2015Au cours d’une mission spatiale habitée sur Mars, et à la suite d’un violent orage, l’astronaute Mark Watney est laissé pour mort et abandonné sur place par son équipage. Mais Watney a survécu et se retrouve seul sur cette planète hostile. Avec de maigres provisions, il ne doit compter que sur son ingéniosité, son bon sens et son intelligence pour survivre et trouver un moyen d’alerter la Terre qu’il est encore vivant. À des millions de kilomètres de là, la NASA et une équipe de scientifiques internationaux travaillent sans relâche pour ramener “le Martien” sur terre, pendant que, en parallèle, ses coéquipiers tentent secrètement d’organiser une audacieuse voire impossible mission de sauvetage.

Un film réalisé par Ridley Scott
Avec Matt Damon, Jessica Chastain, Kristen Wiig, Jeff Daniels, Michael Peña, Kate Mara, Sean Bean, Sebastian Stan, Aksel Hennie, Donald Glover, Mackenzie Davis et Chiwetel Ejiofor.