Apple et Google lancent une app pour traquer le coronavirus

L’application vous avertira si vous avez côtoyé quelqu’un qui a été testé positif.

Apple et Google s’associent officiellement pour développer une application de suivi du coronavirus conçue pour vous dire si vous avez récemment été exposé à une personne dont le test COVID-19 s’est révélé positif.

L’idée est de tirer parti de la vaste portée commerciale des deux méga-entreprises pour suivre la propagation du coronavirus. L’application est centrée sur l’idée de “traçage de contacts”, qui consiste essentiellement à garder un œil sur qui est porteur du virus et à qui le virus aurait pu être transmis.

La technologie Bluetooth permet aux appareils de mesurer la proximité d’autres appareils. Comme le coronavirus peut être transmis en étant proche de ceux qui en sont atteints, les applications utilisant cette technologie pourraient indiquer si une personne a été en contact étroit avec quelqu’un qui s’est précédemment auto-enregistré comme ayant été testé positif au COVID-19.

Selon le communiqué de presse, les deux entreprises prévoient de lancer des interfaces de programmation d’applications (API) en mai qui permettront à l’application de fonctionner sur les plateformes et appareils mobiles Apple iOS et Google Android.

Les applications des autorités de santé publique utiliseront le logiciel pour commencer à collecter des données – et potentiellement informer les utilisateurs s’ils sont en danger.

Selon un communiqué, une véritable plateforme de recherche de contacts basée sur le Bluetooth sera mise en service dans les prochains mois.

Afin de préserver l’anonymat de ceux qui utilisent l’application, Google et Apple affirment que les informations envoyées seront traitées de manière à protéger la vie privée.

“La liste des personnes avec lesquelles vous avez été en contact ne quitte jamais votre téléphone”, selon la documentation officielle. L’application nécessitera également un “consentement explicite de l’utilisateur”.

The Verge

Les futures versions de Siri sur Apple pourraient interpréter vos émotions

Le futur Siri pourrait lire les émotions humaines à travers la voix, la reconnaissance faciale

Apple cherche à rendre Siri plus sensible aux émotions de l’utilisateur. L’entreprise de technologie est en train de développer un moyen pour l’assistant personnel d’interpréter les émotions humaines à travers l’analyse faciale, écrit Apple.

Les versions futures de Siri pourraient ne plus reposer uniquement sur la reconnaissance vocale, mais selon la nouvelle demande de brevet, elles seront associées à la vidéo FaceTime pour analyser son interaction avec l’utilisateur, réduire le nombre de requêtes mal interprétées et donner lieu à des actions personnalisées.

“Les agents logiciels intelligents peuvent effectuer des actions au nom d’un utilisateur”, déclare Apple dans sa demande de brevet. “Les actions peuvent être effectuées en réponse à une entrée de l’utilisateur en langage naturel, telle qu’une phrase prononcée par l’utilisateur. Dans certaines circonstances, une action prise par un agent logiciel intelligent peut ne pas correspondre à l’action prévue par l’utilisateur.”

“Par exemple, l’image du visage dans l’entrée vidéo peut être analysée pour déterminer si des muscles ou des groupes musculaires particuliers sont activés en identifiant des formes ou des mouvements”, lit-on.

La Chine teste l’analyse des émotions

La nouvelle version améliorée de Siri interpréterait l’état émotionnel d’un utilisateur comme étant satisfait ou contrarié par la façon dont il a rempli ou mal interprété la demande vocale. Pour lire les émotions humaines, la technologie analyserait les entrées audio et les images, ce qui signifie un accès complet au microphone et à la caméra.

Il classifierait ensuite les expressions faciales en fonction du Système de codage des actions faciales (FACS Facial Action Coding System), la norme de l’industrie pour la taxonomie faciale, et attribuerait des notes aux interprétations des expressions faciales.

Qu’il s’agisse d’exploiter l’utilisation des identifiants numériques pour les permis de conduire mobiles (mDL mobile driver’s licenses), de promouvoir l’authentification sans mot de passe ou le wearable intelligent Apple Ring avec authentification biométrique, Apple a étudié un certain nombre d’innovations et de projets. L’entreprise n’a pas fait de commentaires sur les innovations qui parviendront jusqu’à la production.

The Big Nine d’Amy Webb prédit l’impact de l’IA et des géants de la Tech

ISBN-10: 1541773756

Les neuf plus grandes entreprises – Amazon, Google, Facebook, Tencent, Baidu, Alibaba, Microsoft, IBM et Apple – sont les nouveaux dieux de l’intelligence artificielle et sont en train de transformer notre avenir pour en tirer un profit financier immédiat.

Au cours de notre vie, l’intelligence artificielle commencera, de par sa conception, à se comporter de manière imprévisible, à penser et à agir d’une manière qui défie la logique humaine. Les neuf grandes sociétés peuvent, par inadvertance, construire et activer de vastes réseaux de systèmes intelligents qui ne partagent pas nos motivations, nos désirs ou nos espoirs pour l’avenir de l’humanité.

Nous sommes en 2023. Google, Microsoft et d’autres sociétés influentes en intelligence artificielle se joignent à une coalition internationale d’entreprises et de gouvernements démocratiques pour pour faire de l’intelligence artificielle un bien public.

En utilisant la stratégie d’IA de la Chine comme motivation, les enseignants qui préparent les gens à un avenir automatisé sont mieux payés, et le financement fédéral alloué aux projets d’intelligence artificielle prend tellement d’ampleur qu’il est de moins en moins utile aux Google du monde entier d’être obsédés par les avancées de l’intelligence artificielle afin de répondre aux demandes des actionnaires.

“Nous cessons de supposer que la G-MAFIA (Google, Apple, Facebook, IBM et Amazon) peut servir ses maîtres de Washington DC et de Wall Street de la même manière et que les marchés libres et notre esprit d’entreprise produiront les meilleurs résultats possibles pour l’intelligence artificielle et l’humanité “, écrit Amy Webb.

Dans cet avenir, les gouvernements démocratiquement élus du monde entier commencent à se concentrer sur une intelligence artificielle pour le bien de tous. En raison de l’intensification de la coopération internationale, des pressions économiques sont exercées sur les gouvernements qui utilisent l’intelligence artificielle à des fins de surveillance et la mise en place de gouvernements autoritaires, les forçant finalement à adopter la transparence et l’ouverture dans les systèmes d’intelligence artificielle.

Tous ces scénarios sont envisagés dans The Big Nine, un livre publié par Webb, futuriste et directrice du Future Today Institute de la Stern School of Business de l’Université de New York. Elle a passé des années à conseiller des entreprises de technologie et les gouvernements dans le but de répondre à la plus grande question de tous : Que se passera-t-il ensuite ?

Dans The Big Nine, Webb cherche à répondre à cette question pour les 50 prochaines années. Elle voit le monde à travers l’influence des neuf grands géants : Google, IBM, Microsoft, Amazon, Facebook et Apple aux États-Unis et Alibaba, Baidu et Tencent en Chine.

Dans son rapport annuel sur les tendances technologiques, il y a un an, Webb affirmait que ces neuf entreprises exercent le plus grand contrôle sur le cloud computing, la recherche, les données et les cadres populaires utilisés par les développeurs et qu’elles façonneront donc l’avenir de l’intelligence artificielle.

Grâce à des entreprises comme Baidu, Alibaba et Tencent, la Chine est déjà sur le point devenir l’hégémonie incontesté de l’intelligence artificielle dans le monde, un développement dont elle n’est pas certaine qu’il soit bon pour l’avenir de l’humanité.

Compte tenu des larges pouvoirs que ces entreprises ont acquis auprès de milliards d’utilisateurs dans le monde et de nombreux gouvernements nationaux, certains des scénarios qu’elle imagine ne semblent pas si farfelus que ça.

Google, Apple, Facebook : les nouveaux maitres du monde

Le livre est un résumé de ce qui pourrait se jouer entre les plus grandes entreprises technologiques de la planète, une approche qui brosse un tableau clair mais qui ne facilite pas la tâche de voir comment chaque entreprise pourrait redéfinir l’avenir du travail, du gouvernement et des soins de santé.

Si vous êtes plongé dans l’histoire de l’intelligence artificielle et que vous avez des conversations sur la direction que pourraient prendre les projets et les produits de machine learning, la première partie peut répéter des informations que vous connaissez déjà sur les défis auxquels la communauté de l’intelligence artificielle est actuellement confrontée et les principales étapes qui nous ont menés à ce jour.

Au lieu de prédire l’avenir, Webb présente des scénarios optimistes, pragmatiques et catastrophiques – tous extrapolés à partir des faits actuels. Aussi impraticable que soit l’idée d’un système d’exploitation Apple-Amazon commun appelé Applezon, considérer des scénarios potentiels est un exercice fantastiquement sain, car quiconque vous dit qu’il sait comment l’intelligence artificielle va se révéler est un menteur.

L’intelligence artificielle existe depuis les années 1950, mais les machines intelligentes rendues possibles par les progrès de l’informatique au cours de la dernière décennie sont relativement nouvaux. En tenant compte de l’ensemble des faits dont nous disposons aujourd’hui et en considérant les possibilités, les gens peuvent se préparer aux résultats potentiels et prendre en compte l’impact de la domination de ces entreprises.

Contrairement aux travaux axés sur les progrès techniques ou les rêves de science-fiction de Black Mirror, le regard de Webb sur 10 ou 20 ans de notre avenir combine ses connaissances du Future Today Institute Research et de son expérience de conseillère auprès des entreprises et de l’armée en matière de technologie et d’IA.

Ce parcours interdisciplinaire lui permet de prendre en compte des facteurs tels que la politique internationale, les sciences du comportement et la théorie des jeux pour explorer le potentiel positif et négatif des systèmes intelligents laissés pour compte par la société.

Webb passe la troisième partie du livre à explorer des solutions potentielles, telles que l’intégration de l’éthique dans la formation des praticiens de l’intelligence artificielle et la révision de l’Office of Technology Assessment pour conseiller les membres du Congrès dont les initiatives politiques auront un impact sur l’intelligence artificielle.

Néanmoins, on s’attendait à en savoir plus sur ce que l’avenir réserve à chacune de ces grandes entreprises. Si vous remarquez que Baidu, Tencent et Alibaba sont passés par ici, c’est parce que le livre n’essaie guère d’imaginer comment ils s’intègrent dans l’ensemble de ces scénarios et se concentre plutôt sur les efforts du gouvernement chinois pour construire une nouvelle Route de la soie vers l’Europe et proliférer des dispositifs qui collectent des données et contrôlent les gens.

Dans l’ensemble, The Big Nine est une vision accessible et constructive de ce qui pourrait suivre.

Il n’est pas nécessaire d’être un ingénieur en machine learning capable de former et de déployer des systèmes d’intelligence artificielle pour comprendre pourquoi les sujets abordés dans ce livre sont importants et pourquoi il s’agit d’une conversation qui appartient à tout le monde, et pas seulement aux personnes travaillant dans ce domaine.

Ces entreprises touchent déjà la vie d’un grand pourcentage de la population mondiale et, comme le dit Webb, elles façonnent la structure des systèmes et des cadres qui toucheront la vie de chacun.

Au début du livre, Webb affirme : “Les Big Nine ne sont pas les méchants dans cette histoire. En fait, ils représentent notre meilleur espoir pour l’avenir.” Compte tenu de certains événements de “techlash” survenus au cours de l’année écoulée, je peux comprendre pourquoi certaines personnes peuvent être en désaccord avec cette déclaration, mais force est de constater que les mesures prises à l’heure actuelle par les grandes entreprises d’IA façonneront notre avenir, pour le meilleur ou pour le pire.

Apple acquiert des brevets pour l’authentification biométrique continue

La propriété intellectuelle qui appartenait auparavant à la société Lighthouse, une société spécialisée dans les caméras de sécurité pour la maison, a été réaffectée à Apple par le U.S. Patent and Trademark Office après que le géant de la technologie ait acheté huit brevets qui, selon BGR Media, pourraient être utilisés pour une authentification passive et constante des utilisateurs basée sur l’IA et la reconnaissance faciale.

AppleInsider identifie les brevets pour un “système de sécurité basé sur la vision par ordinateur utilisant une caméra de profondeur” (US Patent No. 9,396,400), une “méthode et un système d’authentification visuelle” (US Patent No. 9,965,612 ), ainsi que d’autres brevets délivrés ou en instance concernant le traitement des environnements à faible luminosité (US Patent No. 10,009,554 ), une interface vocale avec un système de surveillance basé sur la vision et un système de notification des incidents. Le premier de ces brevets fait référence à l’exécution répétée d’étapes pour une sécurité continue.

Lighthouse a proposé un appareil photo au prix de 300 $ assorti de fonctionnalités supplémentaires d’intelligence artificielle sur abonnement, jusqu’à ce que l’entreprise ferme ses portes fin 2018. Apple a récupéré les brevets à peu près au même moment, mais on ne s’attend pas à ce qu’Apple se lance sur le marché des caméras de sécurité domestiques pour lesquelles Ring, Nest, Arlo, Wyze et d’autres entreprises se battent.

Les futurs iPhones devraient comporter des mises à niveau de Face ID, ainsi que d’une caméra 3D de détection de profondeur orientée vers l’arrière, ce qui ouvre la voie à différents cas d’utilisation potentiels pour les brevets.

BGR Media, The Verge, Fortune

Pour une intelligence artificielle européenne

Depuis que l’on parle d’intelligence artificielle, l’Europe n’a jamais été aussi critiquée, ridiculisée et condamnée. De nombreux leaders d’opinion donne parfois l’impression d’être que de simples lanceurs d’alertes plutôt d’acteurs qui essaient de bousculer l’ordre établit. L’Europe est devenu une colonie numérique à force de rester attentiste, en simple observateur et dans le débat permanent, mettant en péril toutes actions permettant de faire face aux GAFA et aux BATX.

Ne nous voilons pas la face, l’Europe a perdu la première bataille de l’intelligence artificielle, nous avons un retard important sur les Etats-Unis et la Chine, mais la situation est-elle vraiment irréversible ?

Retrouver notre indépendance par l’autosuffisance

L’Europe doit gagner son indépendance numérique par l’autosuffisance au détriment d’une certaine conception de la mondialisation qui n’est partagée que par elle seule. La fusion entre Alstom et Siemens est un bon exemple, refusée par la Commission Européenne parce que jugée néfaste pour la concurrence, elle déroule le tapis rouge au géant chinois CRRC à la porte du marché Européen. Mener cette politique à l’échelle de l’intelligence artificielle reviendrait à nous condamné à l’asservissement par les GAFA et les BATX sous l’œil de Pékin.

La taxe GAFA n’est qu’une fausse solution à très faible impact au regard d’entreprises plus puissantes que certains états. La loi RGPD ne bouleverse que très peu le fonctionnement des géants numériques et ne fait qu’affaiblir notre capacité à développer des IA Européennes performantes. Arrêtons cette folie auto-castratrice qui conduit l’Europe à sa perte.

Dans sa tribune du 10 février 2019 dans le Journal Du Dimanche, André Loesekrug-Pietri, porte parole de la Joint European Disruptive Initiative (J.E.D.I.), félicite Angela Merkel d’avoir supprimé son compte Facebook, signe selon lui, d’un mouvement d’indépendance vis-à-vis des GAFA. Par la même, il incite Emmanuel Macron à prendre le pas et à boycotter ces entreprises américaines omniprésentes dans nos vies. La réflexion est louable mais la solution est à mon sens très (trop) radicale. Gandhi a, entre autre action, commencé par tisser ses propres étoffes avant de boycotter les importations britanniques pour obtenir l’indépendance de l’Inde.

Aujourd’hui, l’Europe ne compte aucune solution viable face aux GAFA : c’est une réalité. Il faut valoriser et renforcer nos acteurs, comme par exemple Qwant pour nos recherches en ligne. Disons stop à l’European Tech Bashing ! L’Europe doit réussir à créer des « Airbus du numérique » par une mutation politique et une nouvelle approche économique.

Procéder à la plus grande mutation politique de notre histoire

L’IA Européenne ne peut exister qu’à travers la mixité paritaire entre politiciens, chercheurs, ingénieurs et entrepreneurs au sein même de la Commission Européenne. L’une des problématiques majeures est l’incompréhension des enjeux de la technologie de la classe politique actuellement au pouvoir.

Donald Trump a lancé le 11 février son “American AI Initiative“, un décret présidentiel exigeant au gouvernement fédéral de consacrer plus d’investissements dans l’intelligence artificielle. Cette initiative révèle à mon sens d’une situation de panique du pouvoir, en effet, très peu de détails opérationnels ont été annoncées sur la stratégie globale, le libre-échange numérique, la réglementation de la collecte des données, etc. Encore un super effet d’annonce pour essayer d’intimider la Chine dans le cadre de la guerre commerciale en cours, mais aux Etats-Unis, les véritables puissances de l’intelligence artificielle, sont des acteurs privés surpuissants rendant l’incapacité politique marginale.

Ce modèle présente toutefois des risques, donner le plein pouvoir à la poignée de ceux que l’on appelle les aristocrates de l’intelligence artificielle, provoquerait à mon sens, une régression sociale sans précédent.

Il ne faut pas sous-estimer l’importance de l’implication politique dans cette guerre de l’intelligence artificielle, l’un des plus grand avantages des BATX est sa participation au projet politique du pouvoir en place. Eh oui ! Jack Ma, co-fondateur d’Alibaba a bien sa carte Membre du parti Communiste Chinois et est un proche du pouvoir.

L’implication d’une nouvelle classe politique pluridisciplinaire autour d’une stratégie « IA First » favorisera nettement le développement d’une nouvelle force technologique européenne.

Multiplier les investissements et gagner la bataille des talents

La Chine va investir 150 milliards d’ici 2030 et parmi les GAFA, Amazon investit 18 milliards par an. L’Europe doit se montrer en capacité d’apporter des investissements conséquents pour financer sa recherche et son développement. Malheureusement, rien qu’en France nos investissements liés à la recherche sont trop faible, la politique budgétaire d’une super puissance économique privée et bien différente de celle d’un pays. Nous devons trouver de nouveaux financements, en réinventant en partie l’utilisation des impôts qui représentent 95 % des recettes de l’état. Alors que nous sommes en plein Grand Débat, à aucun moment nous parlons des enjeux technologiques qui auront, dans les prochaines décennies, des conséquences économiques et sociales dévastatrices ! Plus que vouloir des suppressions massives d’impôts, réfléchissons plutôt à des dépenses publiques plus pertinentes à travers des fonds dédiés à la recherche et aux développements des technologies NBIC à la hauteur de nos concurrents. En effet, dans 10 ans ce sera trop tard et l’effet Gilets Jaunes sera multiplié par 1000.

Sur le plan stratégique, entre 2012 et 2017, Google a cumulé 12 acquisitions, Apple s’est offert 7 start-ups et Facebook en a racheté 5 pendant qu’IBM élargit l’offre de Watson grâce à 3 start-ups spécialisées. La guerre de l’intelligence artificielle se joue aussi sur le terrain des acquisitions : les leaders industriels Européens doivent attaquer le marché de manière plus agressive, pas seulement sur son territoire, mais aussi à l’étranger et notamment au Moyen-Orient. Israël, la Start-Up Nation, est un vivier de talents et de R&D important exploité quasi exclusivement par les Etats-Unis.

Le nombre d’annonces d’emplois liées à l’intelligence artificielle a bondi de 149 % aux Etats-Unis en 2018. La guerre de l’intelligence artificielle est aussi une guerre de talents et d’attractivité. Cédric Villani, député en charge de la mission sur l’intelligence artificielle, explique que la fuite des talents français vers l’étranger est le phénomène le plus préoccupant. Pour faire face à cette fuite des cerveaux, le rapport sur l’intelligence artificielle préconise ainsi de revaloriser les carrières des chercheurs, notamment en doublant le salaire en début de carrière.

Toutefois, la fuite des experts français en IA ne s’explique pas seulement par les salaires attractifs, mais également par les conditions de travail meilleures que celles proposées par les acteurs français en matière de démarches administratives, de recrutement, d’achat de matériel, etc.

Créer une IA des lumières pour faire face à l’obscurantisme

Bien plus qu’une problématique économique et politique, le vieux continent, par son histoire riche, a le devoir d’éclairer le monde d’une IA des lumières.

En 2016, l’intelligence artificielle de Microsoft est devenu raciste au contact des internautes. En 2018 l’intelligence artificielle de Google confond messages de haine et messages d’amour rendant l’algorithme générateur de Fake News et de sentiment haineux sur les réseaux sociaux. La reconnaissance faciale fait preuve de sexisme, de racisme et d’homophobie. Nous pouvons bien évidemment penser que ce sont de simples dysfonctionnements du système, mais il n’en est rien. C’est un usage irréfléchi d’un algorithme qui reste extrêmement influençable à son environnement et qui n’a aucune notion de la morale. Or, n’est-il pas de notre devoir, nous Européen, de construire une IA basée sur la notion de morale avant tout ?

Nous parlons énormément de l’intelligence artificielle et de l’emploi sous le prisme du remplacement mais peu sous celui du rapport Homme-Machine. Une IA d’Amazon permet de manager les salariés pour les amener à des performances extrêmes. Avec cette technologie, nous observons une nouvelle forme relationnelle avec la machine, un management proche de l’esclavage.

Il est de notoriété publique que la Chine utilise l’intelligence artificielle à des fins autoritaires et liberticides. Depuis mai 2018, un système de crédit social a pour objectif de noter la réputation des citoyens. Si les « bons citoyens » sont encouragés à partager leurs notes sur leurs réseaux sociaux pour obtenir plus facilement un emploi ou un emprunt, le système se retourne contre ceux dont l’attitude ne correspond pas aux attentes du gouvernement. Plusieurs millions d’utilisateurs des transports ferroviaires ou aériens sont interdits de voyage suite à un mauvais comportement en ligne et les restrictions menacent aussi l’accès au logement ou à la scolarisation des enfants.

La nécessité d’une IA Européenne, vous l’aurez compris, n’est pas uniquement politique ou économique, c’est avant tout une alternative pour l’avenir de notre civilisation. Il est temps de développer un écosystème favorable au développement de l’intelligence artificielle par une mutation politique et des efforts économiques importants. L’Europe a perdu un bataille mais peu encore gagner la guerre de l’intelligence artificielle.

Google, Apple, Facebook : les nouveaux maitres du monde

Ils s’appellent Bill Gates, Mark Zuckerberg, Sergey Brin ou encore Larry Page : ces Américains, dont certains n’ont pas encore 40 ans, comptent parmi les hommes les plus riches et les plus puissants de la planète. Leurs points communs ? Ils ont créé le monde d’aujourd’hui grâce à une révolution technologique sans précédent : Internet et les réseaux sociaux. Anciens ados visionnaires devenus les dirigeants des plus grandes entreprises du secteur – Google, Facebook, Apple, Microsoft –, ils possèdent aujourd’hui un pouvoir d’un genre nouveau. Celui de contrôler les communications de toute la planète et de stocker les informations privées de tout un chacun. Un pouvoir très convoité, qui a pu les entraîner parfois dans des liaisons dangereuses avec les services secrets ou les gouvernements, notamment américains.

Ce documentaire raconte l’épopée de ces hommes souvent en marge de leurs contemporains mais qui ont réussi à changer le monde à grands coups de projets dignes de la science-fiction et qui, aujourd’hui, sont devenus plus forts que les États. Jusqu’où va le pouvoir des géants du numérique ?


Les sous-hommes connectés

“J’ai fait un rêve : nous étions tous connectés. Tout le temps. Partout. Avec tout et tout le monde. Rêve ou cauchemar ? Je ne sais pas, mais quand je me suis réveillé, mon lit m’a souhaité une bonne journée.”

ISBN : 978-2-37733-118-5

Résumé

Les objets connectés nous facilitent la vie, la simplifient. Mais ces objets qui vont nous apporter tant, que vont-ils nous prendre ? Quel est le prix à payer en échange de leur aide ?

Le désir d’écrire cet essai est parti d’un constat de George Orwell : dès qu’une solution simplifie la vie, les hommes l’utilisent. Tous, tout le temps. Et nous trouvons cela normal, alors que presque tout ce que nous admirons chez l’être humain est lié à l’effort, au prix de l’effort. Quels humains allons-nous devenir si la notion d’effort disparait de nos vies ?

Du matin au soir, de la chambre au bureau, pour les enfants ou les vieillards, il y a toujours un objet pour vous éviter un effort. Du frigo au stylo, des chaussures au casque, ces objets décident pour vous, à votre place. Qu’allez-vous décider alors ? Votre vie vous appartiendra-t-elle ou à une entreprise dont vous ne savez rien ?

Tour à tour vulgarisateur, drôle, ironique, acide, cet essai vous propose un voyage unique, entre rires et larmes, dans la civilisation du moindre-effort où les plantes s’arrosent toutes seules, les chiens commandent leur nourriture et les frigos font les courses. Un monde réel où votre brosse à dent vous dénonce à l’assurance, votre assiette vous engueule et votre verre devient baveur après la troisième bière.

Lire un extrait

Le nouvel iPhone, une machine à calculer mais pas seulement

La “grand-messe” célébrant les 10 ans du lancement du 1er iPhone a donc eu lieu. De manière symbolique, elle a pris place dans le tout nouvel amphithéâtre baptisé du nom du co-fondateur emblématique d’Apple, Steve Jobs, situé au sein du nouveau siège gigantesque de la marque à la pomme, dont la structure en rond avait déjà été parodiée au cinéma, bien avant son inauguration, dans le film vigoureusement anti-technologique, The Circle.

Le produit révélé aujourd’hui (celui appelé “X”, les deux autres modèles n’étant à peu de choses près que des mises à jour du précédent) était fermement attendu par les fans du monde entier. Cet iPhone anniversaire n’avait pas le droit de décevoir. De fuites plus ou moins orchestrées, en photos et vidéos volées sur les chaînes de montage asiatiques en passant par les nombreux rendus visuels d’artistes, ce modèle avait tenu en haleine la communauté des aficionados de technologie tout l’été. Il fut question un temps d’un lecteur d’empreinte intégré sous l’écran, puis d’un lecteur sur le bouton placé sur la tranche, puis d’un lecteur au dos de l’appareil, puis de la disparition pure et simple de ce lecteur au profit d’un unique système de reconnaissance 3D du visage… Nous savons maintenant ce qu’il en est, le nouveau système baptisé Face ID a bien vocation à remplacer totalement la lecture d’empreinte (et tous les autres téléphones s’y mettront certainement eux aussi, petit à petit). Il fut question également de son prix. Dépasserait-il la barre symbolique des mille dollars ou au contraire resterait-il en dessous du prix excessif de son plus fameux concurrent, le Samsung Galaxy Note 8 sorti récemment? Nous savons désormais qu’il faut débourser pour s’offrir ce bijou au minimum 1159 euros. Ce n’est pas rien.

Parmi la flopée des analyses techniques et commerciales à paraître sur le nouveau “flagship” (selon le terme aujourd’hui consacré) de la marque californienne, il est peut-être cependant possible d’envisager, quelques instants, une autre manière de présenter l’objet, d’aller un peu plus en profondeur. C’est ce que je vais tenter ici brièvement.

Dans un article publié il y a quelques jours, le magazine Usbek et Rica (bien connu des geeks et autres curieux de tous poils), entamait cette approche quelque peu philosophique en affirmant audacieusement : il y aura forcément un peu de Blaise Pascal dans le prochain iPhone!

En résumé, l’auteur de l’article nous invitait à réfléchir à ce qu’est un iPhone (et un smartphone en général), à ce qui constitue en quelque sorte son essence. Et l’idée défendue dans l’article était de dire : un téléphone dit intelligent comme l’iPhone est au fond un lointain descendant de la machine à calculer inventée par le philosophe Blaise Pascal, que l’on peut voir ci-dessous.

Une pascaline, signée par Pascal en 1652, visible au musée des arts et métiers du Conservatoire national des arts et métiers à Paris. CC BY-SA 3.0 fr

Saisissons-nous de cet article pour faire un petit exercice de philosophie pratique (puisqu’on cite Pascal). La thèse de la machine à calculer est intéressante et apparemment convaincante, il y a effectivement du calcul dans ce type d’appareils. Mais on peut aller plus loin.

D’abord, premier point à noter, il existe déjà une thèse philosophique concernant les téléphones portables. On la doit au philosophe italien Maurizio Ferraris dans son livre Où es-tu? Ontologie du téléphone mobile (Albin Michel, 2006).

Contrairement à l’article vu précédemment, Ferraris propose de penser plutôt le téléphone portable non comme une machine à calculer mais plutôt comme une machine à écrire. Pourquoi cette thèse? En réalité selon Ferraris, ce qui compte dans les téléphones portables, c’est que tout ce qui s’y passe est noté quelque part, le programme est écrit, les messages, musiques et vidéo sont stockés sous forme de lignes de code et d’impulsions électriques, etc. Cela nous ramène donc selon lui plutôt à l’écrit qu’au calcul, le portable ne serait pas le lointain descendant de la Pascaline, mais plutôt le lointain descendant des tablettes d’écriture sumériennes.

Crédit : cflou.com

Pour appuyer sa thèse, Ferraris propose une preuve décisive. Regardez bien, dit-il, les téléphones portables ont tous un clavier, et si ce clavier sert bien à appeler des numéros, il est aussi doté de lettres en dessous qui permettent d’écrire, des textos par exemple. C’est donc bien en définitive une machine à écrire. Comme on peut le voir sur ce clavier.

La thèse de Ferraris paraît judicieuse. Pourtant, si l’on est très attentif, elle est fausse. Et ce qui l’a invalidée c’est précisément l’arrivée de l’iPhone de Steve Jobs et des téléphones qui l’ont suivi (l’iPhone étant apparu précisément un an après la publication en France du livre de Ferraris). En effet, la thèse du philosophe italien ne fonctionne que pour les téléphones antérieurs à l’iPhone, sur lesquels on pouvait utiliser le clavier alphanumérique aussi bien pour numéroter que pour écrire des textos.

Crédit : .commentcamarche.net

L’iPhone a bien, lui aussi, un clavier de type alphanumérique lorsqu’on l’utilise pour téléphoner, mais les lettres sur ce clavier sont fictives : on ne peut pas écrire avec, elles sont juste là pour faire beau et rappeler les anciens claviers. Les chiffres l’emportent sur les lettres, qui ne sont plus là que pour le décor, invalidant la thèse de Ferraris qui ramenait tout au final à la fonction d’écriture.

En regardant les choses de près on voit donc (cette démonstration n’étant qu’un exemple) que les téléphones portables modernes sont certainement plus des machines à calculer que des machines à écrire, malgré la beauté poétique de la thèse de Ferraris.

Mais sont-ils pour autant des descendants de la machine inventée par le philosophe Pascal, comme le pensait l’auteur de l’article d’Usbek et Rica?

A bien y regarder, ce n’est pas possible non plus. Car cette machine n’est que mécanique, elle ne peut servir qu’à une seule tâche, or un téléphone comme l’iPhone est par nature multitâches. La Pascaline est en fait la descendante des bouliers chinois, ce sont des machines à calculer mécaniques, mais l’iPhone n’est pas le descendant du boulier chinois.

Qu’est-ce qu’il est, quelle est son essence alors? Le plus plausible est de considérer que l’iPhone est bien une machine à calculer, mais une machine d’un genre particulier : la machine à calculer électronique programmable, c’est-à-dire l’ordinateur, inventée pour la première fois à Manchester le 21 Juin 1948. Tous les iPhones, tous les produits principaux fabriqués par Apple (de sa montre portable à ses Macbook), et en général tous les objets électroniques modernes dit intelligents sont de fait des lointains descendants de l’énorme machine de 1948. C’est ce que l’on peut appeler leur nature, leur essence, ce qui fait qu’ils sont des incarnations infiniment variées d’une unique réalité nouvelle apparue dans le monde au milieu du 20ème Siècle, et qui n’a, autant que l’on puisse en juger, jamais existé avant.

Vincent Billard
Philosophe singulier, proche du transhumanisme, qui ne voit pas uniquement dans la technologie moderne un objet d’angoisse et de malheurs possibles. Plus qu’une simple bienveillance à son égard, il revendique même une sorte de fascination réfléchie pour le merveilleux inédit qu’elle incarne à notre époque. Il a publié sur le sujet trois ouvrages : iPhilosophie, réflexion sur la pensée liée à la marque Apple, Geek philosophie, sur les passionnés de technologie et de mondes imaginaires. Éloge de ma fille bionique, philosophie du handicap, humanisme et transhumanisme.

Apple rejoint Amazon, Facebook, Google, IBM et Microsoft dans l’initiative IA

La technologie de l’intelligence artificielle gagne en popularité chaque jour. Toutes les grandes entreprises semblent prendre le train en route, en essayant de trouver de nouvelles et intéressantes façons d’utiliser l’IA. Dans le cadre de ce mouvement, le partenariat sur l’intelligence artificielle au profit des populations et de la société (Partnership on AI) a été créé en septembre 2016. Lors de sa création, Amazon, Facebook, Google, IBM et Microsoft étaient les seuls membres fondateurs. Apple, Twitter, Intel et Baidu n’avaient pas participé à l’initiative. Ce collectif vient d’annoncer officiellement qu’Apple rejoint l’équipe.

Le cofondateur de Siri et CTO (Chief Technology Officer – directeur de la technologie) Tom Gruber représente Apple dans cette excitante collaboration. Compte tenu de la popularité et de la réputation d’Apple, cette union pourrait conduire à de futures avancées en IA.

Vous pouvez trouver l’ensemble du conseil d’administration sur le site Web Partnership on AI.

Ces entreprises reconnaissent la nécessité de travailler ensemble pour améliorer la qualité de la vie des gens et pour répondre aux défis mondiaux importants, tels que le changement climatique, la nourriture, l’inégalité, la santé et l’éducation.

Ce partenariat s’engage à : Ouvrir la recherche et le dialogue sur les implications éthiques, sociales, économiques et juridiques de l’IA. S’assurer que la recherche et la technologie de l’IA sont solides, fiables, dignes de confiance et fonctionnent dans des limites sûres. S’opposer au développement et à l’utilisation des technologies de l’IA qui violeraient les conventions internationales ou les droits de l’homme et promouvoir les garanties et les technologies qui ne nuisent pas.

traduction Thomas Jousse

Partnership on AI, TechCrunch, Bloomberg