Préférence système, une BD de Ugo Bienvenu

Préférence système, une BD de Ugo Bienvenu
Denoël Graphic

En 2055, le data de l’humanité est devenu si volumineux qu’il faut commencer à supprimer des données. Toute archive frappée d’un visa d’élimination par le corps des « Prophètes », chargé de ces choix drastiques, doit être détruite. Yves, archiviste humaniste du Bureau des Essentiels, ne peut s’y résoudre. Pour les sauver de l’oubli, il sauvegarde clandestinement certaines données condamnées, plus poétiques que politiques, et les rapporte chez lui pour les stocker dans la mémoire de Mikki, son robot domestique. Une infraction grave aux règles de sa profession. Une forme de résistance au transhumanisme dominant.

Les progrès de l’intelligence artificielle ayant par ailleurs permis de confier la charge de la gestation pour autrui aux machines, Mikki porte l’enfant d’Yves et Emy, son épouse. Cependant, au Bureau des Essentiels, les fuites de données sont décelées, une vaste enquête est lancée parmi le personnel. Se sentant soupçonné, Yves décide de s’enfuir avec Emy, Mikki et l’enfant à naître pour rejoindre une bastide oubliée de tous, sur un causse désert.

En route, traqué par les autorités, il perd le contrôle de son véhicule. Seul Mikki parvient à s’extraire de l’habitacle avec sa précieuse cargaison. Le choc déclenche l’accouchement. Une petite fille naît à quelques pas de la voiture en feu dans laquelle se consument les corps de ses parents biologiques.

Une fuite éperdue dans la nature revenue à l’état sauvage conduit le bot et son fardeau de chair jusqu’à la vieille bastide. Caché du monde, au milieu de nulle part, Mikki entreprend au fil des saisons de transmettre à celle qu’il a baptisée Isi tous les fragments de savoir entreposés dans ses mémoires. Parviendra-t-il à faire de sa pupille l’Ève future avant que les autorités toutes-puissantes n’arrivent à les localiser et que le dénouement inévitable ne survienne ?

“Chaque homme dans sa vie assiste à la fin d’un monde.”

Ugo Bienvenu commence sa formation artistique à l’école Estienne en DMA illustration, avant d’intégrer la section cinéma d’animation à Gobelins l’école de l’image dans laquelle il co-réalise son premier court-métrage en équipe, “Jelly Sunday”, pour le festival international du film d’animation d’Annecy, ainsi que “Jean-luc”. En 2010, durant son séjour à la Californian Institute of the Arts (Los angeles), il s’oriente vers l’animation expérimentale et réalise son premier court-métrage “Je t’aime” ainsi que le clip “Fragments” pour le musicien Chris Adams du label zotrecords. De retour en France, il intègre Miyu Productions en tant que réalisateur. Il réalise le clip du titre “Voyage chromatique” pour Renart, du label Dawn Records, avec Kevin Manach entamant par la même une étroite collaboration. Étudiant-chercheur dans le programme Image Temps Réel de l’École des Arts Décoratifs (Paris), il réalise en parallèle le court métrage d’ouverture du Festival International de Mexico city “Une île” puis le clip “Singing” pour Agoria du label in finé. Ses recherches oscillent entre réalisme domestique et dérives surréalistes inquiétantes.

Utérus artificiel : l’avenir de la procréation humaine ?

Des experts prédisent quand l’intelligence artificielle dépassera la performance humaine

Le transport routier sera informatisé bien avant la chirurgie, disent des chercheurs en informatique.

L’intelligence artificielle change le monde et le fait à une vitesse vertigineuse. La promesse est que les machines intelligentes seront en mesure de faire chaque tâche mieux et à moindre coût que les humains. À tort ou à raison, une industrie après l’autre tombe sous son charme, même si peu en ont considérablement profité jusqu’à présent.

Et cela soulève une question intéressante : quand l’intelligence artificielle dépassera-t-elle les performances humaines ? Plus précisément, quand est-ce qu’une machine fera-t-elle votre travail mieux que vous ?

Aujourd’hui, nous avons un début de réponse grâce au travail de Katja Grace de la Future of Humanity Institute de l’Université d’Oxford et à quelques confrères. Pour le savoir, ces personnes ont demandé aux experts. Ils ont interrogé les principaux chercheurs mondiaux en intelligence artificielle en leur demandant à quel moment ils pensent que les machines intelligentes dépasseront les humains dans un large éventail de tâches. Et la plupart des réponses sont assez surprenantes.

Les experts avec qui Grace et son équipe ont coopéré étaient des universitaires et des experts de l’industrie qui ont donné des communications à la conférence internationale sur le machine learning en juillet 2015 et la conférence Neural Information Processing Systems en décembre 2015. Ces deux événements étaient très importants pour les experts en intelligence artificielle, il était donc bon de parier que de nombreux experts mondiaux étaient sur cette liste.

Grace Katja et son équipe leur ont demandé à tous – les 1 634 d’entre eux – de compléter un sondage sur à quel moment l’intelligence artificielle deviendra-t-elle meilleure et moins chère que les humains dans un large éventail de tâches. Parmi ces experts, 352 ont répondu. Grave et son équipe ont ensuite calculé leurs réponses médianes.

Les experts prédisent que l’intelligence artificielle dépassera les humains au cours des 10 prochaines années dans des tâches telles que la traduction des langues (d’ici à 2024), la rédaction de manuels scolaires (d’ici à 2026) et la conduite de camions (d’ici 2027).

Cependant, beaucoup d’autres tâches prendront beaucoup plus de temps à maîtriser pour les machines. L’IA ne sera pas plus compétente que les humains pour travailler dans le commerce de détail jusqu’en 2031, capable d’écrire un best-seller jusqu’en 2049, ou capable de travailler en tant que chirurgien jusqu’en 2053.

Les experts sont loin d’être infaillibles. Ils avaient prédit que l’IA serait plus douée que les humains au Go qu’en 2027 (c’était en 2016, rappelez-vous). En fait, la filiale DeepMind de Google a déjà développé une intelligence artificielle capable de battre les meilleurs humains. Cela a pris deux ans au lieu de 12. Il est facile de penser que cela puisse permettre de démentir ces prédictions.

Les experts pensent avec une probabilité de 50 % que l’intelligence artificielle sera meilleure que les humains dans environ 45 ans.

C’est le genre de prédiction qui doit être prise avec des pincettes. L’horizon de prédiction à 40 ans devrait toujours être vu comme un signal d’alarme. Selon certains experts en énergie, une énergie de fusion rentable est à environ 40 ans, mais ça a toujours été le cas. C’était déjà à 40 ans lorsque les chercheurs ont exploré la fusion il y a plus de 50 ans. Mais c’est resté un rêve lointain parce que les défis se sont révélés plus importants que ce qu’on imaginait.

Quarante ans est un nombre important lorsque les humains font des prédictions parce que c’est la durée de la vie active de la plupart des gens. Ainsi, tout changement prédit allant plus loin que cela, signifie que le changement se produira au-delà de la durée de vie active de tous ceux qui travaillent aujourd’hui. En d’autres termes, cela ne peut se produire avec une technologie dont les experts d’aujourd’hui ont une expérience pratique. Cela suggère qu’il s’agit d’un nombre à traiter avec prudence.

Mais taquiner les chiffres montre quelque chose d’intéressant. Cette prédiction sur 45 ans est la figure médiane de tous les experts. Peut-être qu’un sous-ensemble de ce groupe est plus expert que les autres ?

Pour savoir si différents groupes ont fait des prédictions différentes, Grace Katja et ses confrères ont examiné comment les prédictions ont changé avec l’âge des chercheurs, le nombre de leurs rapports (c’est-à-dire leur expertise) et leur région d’origine.

Il s’avère que l’âge et l’expertise ne font aucune différence dans la prédiction, mais c’est le cas avec l’origine. Alors que les chercheurs nord-américains s’attendent à ce que l’IA surpasse tous les humains d’ici 74 ans, les chercheurs d’Asie s’y attendent d’ici seulement 30 ans.

C’est une grande différence qui est difficile à expliquer. Et cela soulève une question intéressante : qu’est-ce que les chercheurs asiatiques savent que les nord-américains ne savent pas (ou vice versa) ?

Ref: arxiv.org/abs/1705.08807 : When Will AI Exceed Human Performance? Evidence from AI Experts

traduction Thomas Jousse

MIT Technology Review