2019 sera l’année où nous allons stimuler le cerveau

Vous ne pouvez pas dormir ? La neurostimulation sera la réponse à vos problèmes

La dépression, l’anxiété et les troubles du sommeil peuvent tous être traités en stimulant les neurones du cerveau.

Ces dernières années, nous avons assisté au lancement de produits de sociétés telles que Thync, Foc.us et Neurovalens, qui utilisent la neurotechnologie pour soulager le stress et l’anxiété, pour aider à la perte de poids, pour améliorer le sommeil et stimuler l’apprentissage. En 2019, la neurostimulation sera généralisée.

La neurostimulation consiste à utiliser des courants faibles pour stimuler les neurones dans le cerveau, soit directement, soit via des nerfs situés à l’extérieur du cerveau. La start-up Thync de Khosla Ventures a créé un modèle portable (un petit dispositif en plastique placé près de la tempe droite) qui cible les voies neuronales spécifiques impliquées dans un certain nombre de processus pathologiques importants, y compris les maladies inflammatoires. La société a obtenu des résultats pilotes probants dans le cadre d’un essai sur le psoriasis et poursuit des études cliniques qui, si elles aboutissent, permettront de traiter des dizaines de millions de patients souffrant de troubles inflammatoires et d’affections cutanées.

DARPA veut accélérer l’acquisition de compétences au-delà des niveaux normaux

La technologie Foc.us, basée au Royaume-Uni, visait initialement à améliorer les performances des joueurs, mais a depuis lors prétendu qu’il améliorait l’apprentissage. Il utilise la stimulation transcrânienne à courant continu (tDCS) pour «pousser» un courant, de haut en bas, à travers le crâne. Son approche s’appuie sur des études menées en 2010 par Darpa, l’agence de recherche de l’armée américaine, qui a testé le tDCS sur des soldats au Nouveau-Mexique.

Comment télécharger des connaissances à votre cerveau

La recherche a consisté à appliquer des électrodes sur le cuir chevelu des volontaires, puis à les stimuler pendant qu’ils jouaient à un jeu vidéo de simulation de bataille conçu pour apprendre aux soldats à réagir correctement dans des conditions stressantes. Un groupe a été exposé à un courant de deux milliampères pendant qu’il joue, l’autre à 0,1. Les volontaires recevant la plus grande quantité ont montré une amélioration deux fois plus importante que ceux qui ne l’ont pas fait.

Neurovalens a créé Modius, un casque et une application pour la perte de poids qui stimulent le nerf vestibulaire, situé directement derrière l’oreille. L’appareil s’inspire des recherches effectuées par la Nasa dans les années 1970, mais n’a été pleinement comprise qu’en 2002, lorsque des chercheurs de l’Université de Californie UC Davis et l’Université du Missouri ont montré que la stimulation du système neurovestibulaire avait un impact définissable sur l’appétit et la régulation de la masse corporelle. Neurovalens teste cet appareil depuis l’automne 2017 et, à ce jour, 3 000 utilisateurs ont perdu en moyenne environ 4 kg sur une période d’environ deux mois.

Les premiers projets pilotes d’un certain nombre de marques ont également éliminé les problèmes de sécurité. En 2019, de plus en plus de sociétés émergentes utiliseront la technologie de neurostimulation pour s’attaquer aux problèmes auxquels l’industrie pharmaceutique a eu du mal à trouver des solutions. Ceux-ci comprennent le sommeil, l’anxiété et la dépression, qui ont tous des racines neurologiques évidentes et peuvent donc être affectés par l’utilisation de la bonne stimulation au bon moment pendant le temps voulu.

Ajoutez à cela le fait que les prix des appareils chutent rapidement, 2019 sera l’année où nous stimulerons le cerveau pour obtenir des résultats qui nous ont jusqu’ici échappés.

Stimuler la plasticité synaptique pour accélérer l’apprentissage

Un dispositif cérébral augmente la vitesse d’apprentissage de 40%

Wired

Compte à rebours pour les prédictions de la Singularité

Peter Diamandis a demandé aux gens les plus intelligents qu’il connaît leurs prédictions technologiques pour les 20 prochaines années (2018-2038). Quelles sont les avancées que nous pouvons espérer sur notre compte à rebours à la Singularité ?

2018 : Suprématie quantique atteinte : La première démonstration d’un calcul quantique qui ne peut être simulé avec des supercalculateurs classiques est annoncée.

2020 : Les opérations de voitures volantes décollent dans une douzaine de villes dans le monde. Le réseau 5G libère des vitesses de connexion de 10 à 100 gigabits pour les téléphones portables dans le monde entier.

2022 : Les robots sont monnaie courante dans la plupart des foyers à revenu moyen, capables de lire de manière fiable les lèvres et de reconnaître les gestes du visage, de la bouche et de la main. Tous les jouets sont “intelligents” avec un apprentissage automatique intégré.

2024 : Les premières missions humaines privées ont été lancées pour la surface de Mars. Les premiers accords «un cent par kilowatt-heure» pour l’énergie solaire et éolienne sont signés.

2026 : La possession de voiture est morte et les voitures autonomes dominent nos routes. 100 000 personnes se rendent chaque jour à bord de VTOL (aéronef à décollage et atterrissage verticaux) dans chacune des villes suivantes : Los Angeles, Tokyo, Sao Paulo et Londres.

2028 : Le solaire et le vent représentent près de 100% de la production d’électricité nouvelle. Les véhicules électriques autonomes représentent la moitié des kilomètres parcourus dans les grands centres urbains.

2030 : L’IA réussit le test de Turing, ce qui signifie qu’elle peut égaler (et dépasser) l’intelligence humaine dans tous les domaines. L’humanité a atteint la «vitesse d’évasion de la longévité» pour les plus riches.

2032 : Nanorobots médicaux démontrés chez l’homme sont capables d’étendre le système immunitaire. Les robots Avatar deviennent populaires, permettant à chacun de «téléporter» sa conscience dans des endroits éloignés du monde entier.

2034 : Des sociétés comme Kernel ont établi des liens significatifs et fiables entre le cortex humain et le Cloud. Les robots agissent comme domestiques, majordomes, infirmières et nounous, et deviennent des compagnons à part entière. Ils soutiennent l’autonomie des personnes âgées à la maison.

2036 : Les traitements de longévité sont couramment disponibles et couverts par des polices d’assurance-vie, prolongeant la durée de vie moyenne de l’homme de 30 à 40 ans.

2038 : La vie quotidienne est maintenant méconnaissable – incroyablement bonne et l’hyper VR et l’intelligence artificielle augmentent toutes les parties du monde et tous les aspects de la vie humaine quotidienne.

PepsiCo a pré-commandé des semi-remorques Tesla

Tesla vient de recevoir sa plus grande pré-commande électrique d’une grande marque mondiale

PepsiCo a pré-commandé 100 semi-remorques Tesla, ce qui en fait le plus grand nombre de camions achetés par une entreprise depuis que Tesla a lancé les véhicules électriques (VE). Chaque pré-commande nécessite un dépôt de 20 000 $, ce qui signifie que l’entreprise a probablement payé près de 2 millions de dollars.

Tesla a finalement dévoilé son semi-remorque électrique le mois dernier, après plusieurs retards, et il est en position privilégiée pour changer radicalement l’industrie du camionnage telle que nous la connaissons. Plusieurs entreprises ont passé une semi pré-commande pour le camion électrique, mais le récent achat de PepsiCo s’établit comme le plus important jusqu’à présent.

Tel que rapporté par Reuters, le fabricant de soda a pré-commandé 100 semi-remorques Tesla dans un effort pour réduire les émissions de gaz de 20% – ainsi que les coûts globaux de carburant – d’ici 2030. PepsiCo se joint à Walmart, Sysco Corp, J. B. Hunt Transport Services Inc. et à de nombreuses autres entreprises qui souhaitent modifier leur parc de camions en VE. À ce jour, environ 267 semi-remorques ont été pré-commandés.

Mike O’Connell, directeur principal de la chaîne d’approvisionnement Frito-Lay (filiale de PepsiCo), a déclaré à Reuters que PepsiCo a l’intention d’utiliser les nouveaux semi-remorques pour expédier des snacks et des boissons entre leurs installations de fabrication et de distribution, ainsi que directement aux détaillants se trouvant dans un rayon de 800 km, soit l’autonomie exacte du modèle longue distance du semi-remorque Tesla.

Le montant payé par PepsiCo pour les camions n’a pas été divulgué, mais chaque pré-commande nécessite un dépôt de 20 000 $, tandis que le prix complet du modèle long-courrier est de 180 000 $. Les mathématiques de base nous indiquent que PepsiCo a probablement payé environ 2 millions de dollars pour la pré-commande initiale. Lorsque les camions seront livrés après la production en 2019, ils devront débourser environ 18 millions de dollars.

Si la compagnie a choisi d’acheter certains des semi-remorques appartenant à la gamme « founders »- qui commence à 200 000 $ – leur facture sera encore plus élevée.

traduction Thomas Jousse

Reuters, The Verge

Le Royaume-Uni construit la première installation commerciale mondiale pour la formation de futurs astronautes

Le Royaume-Uni a franchi une nouvelle étape sur la voie de rendre accessible l’espace à tous en annonçant des plans visant à construire la première installation commerciale mondiale pour la formation de futurs astronautes. Le centre fournira aux citoyens toute la formation dont ils auront besoin pour effectuer des vols spatiaux.

À cette fin, le premier centre commercial mondial de formation spatiale, Blue Abyss, débutera en 2019 au Royaume-Uni.

L’installation devrait coûter environ 150 millions de dollars à construire, et elle comprendra plusieurs caractéristiques conçues pour soutenir les excursions des citoyens et des organisations privées dans l’espace. Sa base centrifuge simulera les forces gravitationnelles (Gforces) ressenties dans l’espace, et le centre pourra offrir une formation de vol parabolique pour préparer les gens à l’apesanteur spatiale. Des professionnels de la physiologie seront sur place pour mener des examens physiques et conseiller les futurs astronautes sur les effets de l’espace sur le corps.

Blue Abyss abritera également le plus grand bassin au monde de 50 mètres de profondeur. Le bassin sera personnalisable pour répondre à une variété d’utilisation, offrant aux plongeurs, aux explorateurs maritimes et aux entreprises la possibilité de former ou tester des équipements qui pourraient être utilisés dans l’exploration spatiale ou ici sur Terre.

Blue Abyss fait partie d’une tentative plus large du Royaume-Uni de devenir un leader de l’industrie dans les vols spatiaux commerciaux : d’ici 2030, le pays espère augmenter sa part de l’économie spatiale mondiale de 6,5% à 10%.

En plus d’annoncer ce nouveau centre de formation, le Royaume-Uni a récemment introduit le projet de loi sur l’industrie spatialethe Space Industry Bill – qui comprend des plans pour construire des installations de lancement de fusées, de navettes spatiales et de satellites. Ce projet de loi pourrait aider l’humanité à se préparer à l’ère du vol spatial en établissant un précédent pour la législation et la réglementation. D’autres pays pourraient l’utiliser comme cadre juridique pour fonder leur propre législation axée sur l’espace, ce qui constitue l’un des obstacles dont nous aurons besoin pour franchir véritablement l’ère de l’exploration spatiale commerciale.

traduction Thomas Jousse

Engadget, U.K Parliament , Blue Abyss

Un véhicule électrique qui se charge en 9 minutes

Le PDG de Fisker, Henrik Fisker, a dévoilé un prototype de son véhicule électrique (VE) de luxe – l’EMotion – sur Twitter. Des pré-commandes pour le véhicule de 129 000$ ont également été ouvertes, ce qui nécessite un dépôt de 2 000$. La production de la voiture devrait commencer en 2019.

La voiture aura, selon les informations, une portée de plus de 643 km (400 miles), une vitesse maximale de 260 km/h (161 m/h), un temps de charge de neuf minutes pour 100 km (62 miles), et utilise l’incroyable matériau qu’est le graphène dans sa batterie, qui a été développée en collaboration avec Nanotech Energy Inc. Fisker a précédemment annoncé que l’autre caractéristique saillante de la voiture est une capacité de conduite totalement autonome. Il a été déclaré dans un communiqué de presse :

“L’EMotion sera équipée d’un matériel qui permettra une conduite entièrement autonome lorsqu’elle sera approuvée et diffusée par un fournisseur partenaire sur le point d’être annoncé. L’intérieur mettra l’accent sur le confort et l’interface utilisateur, tant au niveau des sièges avant que ceux à l’arrière, et tous les sièges auront accès aux écrans et aux fonctions d’infodivertissements.”

traduction Thomas Jousse

Electrek, Top Speed, Business Insider

Thales lance SYNAPS, la nouvelle génération de radios logicielles tactiques haut débit destinée au combat collaboratif

Communiqué de presse

Thales annonce le lancement de SYNAPS, sa nouvelle gamme de radios logicielles tactiques haut débit conçue pour supporter la numérisation du champ de bataille et les systèmes C4I (Command, Control, Computers, Communications and Intelligence). SYNAPS apporte une capacité de combat collaboratif unique grâce aux communications horizontales établies en temps réel avec l’ensemble des acteurs sur le terrain. Développée sur la base du système CONTACT, dont la réalisation constitue le plus important programme de radios logicielles en Europe, SYNAPS est destinée au marché international et à l’ensemble des forces armées : Terre – Air – Mer. Ce programme mené par la DGA équipera dès 2019 les forces armées françaises.

Avec la numérisation du champ de bataille SYNAPS répond, au-delà du commandement hiérarchique, aux nouvelles formes d’engagement telles que le combat collaboratif. Tel le réseau de neurones du corps humain, SYNAPS joue le rôle de système nerveux du système de combat, permettant aux différentes unités en opération de détecter les menaces et de partager entre elles les informations de situation tactique en temps réel et à très haut débit. Cette double capacité hiérarchique et collaborative supporte ainsi les applications C4I et apporte au Commandement une supériorité informationnelle et une accélération significative du tempo de la manœuvre. Le lancement de SYNAPS constitue ainsi  un véritable saut de génération, sans équivalent sur le marché.

Les opérations militaires étant désormais menées en coalition, la technologie radio logicielle SDR SCA de SYNAPS intègre les derniers standards internationaux OTAN et de Coalition et en particulier le standard ESSOR (European Secure Software Defined Radio) : standard haut débit développé par 6 pays européens (Finlande, France, Italie, Espagne, Pologne et Suède) et candidat à la standardisation OTAN. De plus, les radios SYNAPS sont reprogrammables et prêtes à accueillir les nouveaux standards à venir.

Les radios SYNAPS offrent des services utilisateurs tels que phonie de combat, messagerie, vidéo, Chat, Blue Force Tracking de manière simultanée et différenciée en termes de qualité de service : les flux de données les plus critiques sont échangés prioritairement. SYNAPS se distingue aussi par d’excellentes performances en termes de portée opérationnelle et de protection contre le brouillage sur le champ de bataille, tout en optimisant la ressource fréquentielle pour un même débit utile de données. Aucun compromis n’est fait entre le débit des données, leur sécurité et la connectivité. Les radios SYNAPS permettent de s’adapter automatiquement aux reconfigurations des déploiements opérationnels en cours de mission.

SYNAPS supporte des déploiements de taille variable allant de quelques dizaines d’utilisateurs jusqu’au niveau d’une brigade inter-armes. Enfin, la nouvelle gamme de radios logicielles SYNAPS a été conçue pour tous les types d’utilisateurs, toutes les plateformes et les forces armées, ainsi que  pour tous les types de déploiements : interarmes, interarmées et interalliés.

Le combat aéroterrestre à l’horizon 2030