Paiement biométrique : un projet pilote pour tester la reconnaissance des veines de la paume de la main sans avoir à présenter de CB

La Commission des services financiers (Financial Services Commission – FSC) de la Corée du Sud prévoit de lancer un projet pilote, d’ici le premier semestre de 2017, qui permettra aux consommateurs d’effectuer des paiements en points de vente en utilisant la technologie d’identification des veines de la paume de la main, sans avoir recours à une carte de paiement physique.

La FSC a l’intention de présenter un projet pilote en partenariat avec les entreprises émettrices de cartes de crédit d’ici le premier semestre de cette année” a déclaré l’organisation à NFC World. “L’objectif, est de tester un système d’authentification biométrique utilisant la technologie d’identification du réseau veineux”.

La technologie de reconnaissance des veines compare l’épaisseur, la visibilité et les modèles de veines enregistrés par les utilisateurs pour vérifier leur identité, à l’aide de scanners à veines.

Selon un document d’orientation issu du FSC, le service sera nommé BioPay et permettra aux consommateurs de payer sans avoir besoin d’avoir leur carte physique à portée de main. “Les détails n’ont pas encore été arrêtés” ajoute la FSC.

La Bank of Korea oeuvre également à l’implémentation du programme Coinless Society Project qui consistera en une variété de projets pilotes dans le but d’établir une solide infrastructure de paiements numériques dans le pays.

traduction Benjamin B.

NFC World, Pulse News

La BCE appelle au déploiement des paiements mobiles (P2P) à travers l’Europe d’ici fin 2017

La BCE (Banque centrale européenne) a révélé que les consommateurs devront être à même d’effectuer des paiements mobiles peer-to-peer (P2P) à travers l’Europe, en utilisant uniquement le numéro de téléphone mobile du bénéficiaire qui servira de chemin d’accès pour leur IBAN, d’ici fin 2017.

L’Eurosystème, qui regroupe la BCE et des banques centrales nationales (BCN) des États membres de l’Union européenne ayant adopté l’euro, « prévoit la mise en place d’un service normalisé de consultation permettant d’effectuer des paiements mobiles (de particulier à particulier) par l’intermédiaire du numéro de téléphone du bénéficiaire, qui servirait de chemin d’accès vers l’IBAN » a déclaré Yves Mersch, membre du directoire de la BCE, lors d’un discours introductif à la Conférence du Comité national des paiements.

“Ce service devrait être lancé d’ici fin 2017, et ne devrait pas se limiter aux IBAN nationaux.”

Au même moment, l’Eurosystème encourage les prestataires de services de paiement à mettre des solutions de paiement instantané en euros à la disposition des utilisateurs finaux à l’échelle européenne à partir de novembre 2017.

traduction Benjamin B.

NFC World, Eurostystème

DARPA prévoit des choses énormes en biotechnologie

En avril 2014, la DARPA a créé le Biological Technologies Office (BTO) (Bureau des technologies biologiques) avec pour mission de « mettre à profit le pouvoir des systèmes biologiques » pour aider à concevoir la technologie de défense. Bien que l’agence fût déjà impliquée dans la recherche à l’intersection de la biologie et de l’ingénierie, avec la création de la BTO, la recherche biologique de la DARPA s’est trouvé une nouvelle place dédiée.

Avec un budget d’environ 296 millions de dollars l’année dernière, les chercheurs du BTO ont travaillé dans des domaines tels que l’amélioration de la mémoire, la symbiose homme-machine et la façon d’accélérer la détection et la réponse aux maladies. Dans un récent entretien avec Scientific American, le chef du BTO Justin Sanchez a déclaré qu’il espère bientôt voir les fruits du travail du bureau et a partagé des détails sur ce à quoi nous pouvons nous attendre pour 2017.

Un projet, Living Foundries, vise à développer des microbes programmables. Essentiellement, l’objectif est de pouvoir programmer des microbes dans des bactéries et des levures pour produire des composés nécessaires afin de développer des médicaments. « Ce programme part sur la production de 1 000 nouvelles molécules tout au long de la durée du programme [qui va encore durer trois ans], et les équipes sont sur la bonne voie », a déclaré Sanchez. “Je crois qu’ils ont déjà produit près de 100 nouveaux composés en utilisant ces nouvelles méthodes.”

Encore d’autres projets sont en route pour 2017, y compris ceux qui sont axés sur ce que Sanchez appelle « Outpacing Infectious Disease [dépasser les maladies infectieuses] », pionnier de nouveaux travaux dans les approches de l’ADN et l’ARN à la vaccination. “L’idée est que vous pouvez dire aux cellules qui produisent des anticorps quel est le bon code pour produire des anticorps efficaces contre un pathogène”, a expliqué Sanchez. C’est quelque chose que DARPA espère pouvoir faire d’importantes annonces cette année.

Ensuite, il y a la prothèse bionique Luke, au nom évidemment inspiré de « Star Wars ». Récemment, la DARPA a livré les deux premiers Luke disponibles dans le commerce au centre médical militaire national de Walter Reed. Ce projet pose les bases pour le développement d’une « grande variété de dispositifs qui peuvent être contrôlés par l’activité neuronale », explique Sanchez. Plus précisément, le BTO envisage une assistance cognitive.

En parlant du cerveau, le BTO a également consacré sous Sanchez des ressources importantes pour soutenir l’initiative BRAIN du président Obama. « La neurotechnologie est un domaine très important dans notre bureau. Nous avons fait de grandes avancées au niveau médical, en montrant que des interfaces neuronales directes peuvent restaurer le mouvement, la sensation et la santé dans les cas de troubles neuropsychiatriques », explique-t-il. Dans ce travail est inclus un programme de « biochronicité » qui cherche à comprendre le rôle du temps dans les fonctions biologiques.

Interrogé pour savoir s’il est préoccupé par le nouveau président élu et le Congrès à majorité républicaine, Sanchez est resté neutre en disant : « Nous ne nous occupons pas en général de ce genre de choses. Ce que j’aimerais toujours souligner, c’est que notre mission au DARPA reste la même quel que soit le climat politique … Je pense que cette mission transcende le vaste paysage politique qui existe. »

Sanchez a conclu l’interview en soulignant que de grandes choses vont venir du BTO, et bientôt : « Je pense que nous sommes maintenant à notre rythme de croisière, et je pense que le genre de choses et les développements que nous verrons en 2017, vont vraiment nous couper le souffle ».

traduction Thomas Jousse

Scientific American, DARPA, Futurism