L’adaptation de la technocratie et du transhumanisme

Big Tech → technocratie → transhumanisme

Si la société doit être transformée en Technocratie, alors les humains qui y vivent doivent être modifiés en Transhumains. En d’autres termes, la société parfaitement efficace et utopique envisagée par les technocrates serait rapidement souillée si elle était habitée par des humains faibles d’esprit et imparfaits dans leur forme actuelle. C’est exactement la raison pour laquelle nous voyons de nombreux technocrates qui s’identifient également comme des transhumains. Parmi les noms connus qui viennent à l’esprit figurent Elon Musk (Tesla), Jeff Bezos (Amazon), Ray Kurzweil (Google) et Peter Thiel (PayPal).

Pour saisir cette image plus large, il est nécessaire de répondre à trois questions :

Qu’est-ce que la technocratie ?
Qu’est-ce que le transhumanisme ?
Comment le scientisme est-il le ciment qui les unit ?

Qu’est-ce que la technocratie ?

En 1937, le magazine The Technocrat écrivait :

La technocratie est la science de l’ingénierie sociale, le fonctionnement scientifique de l’ensemble du mécanisme social pour produire et distribuer des biens et des services à l’ensemble de la population.

Le magazine explique ensuite que la technocratie rejette le capitalisme, la libre entreprise et les politiciens élus et qu’elle cherche à créer un système économique basé sur les ressources, dans lequel les scientifiques, les ingénieurs et les techniciens seraient les seuls à planifier et à contrôler la société.

Aujourd’hui, de nombreux technocrates n’ont aucune idée des objectifs plus profonds de la technocratie, mais utilisent néanmoins leur expertise pour diriger des portions de la société sans aucun égard pour les processus politiques traditionnels de l’Amérique. Le “gouvernement par les experts” est une règle, mais ce n’est qu’une partie subalterne de l’objectif global qui consiste à remplacer notre système économique actuel par le développement durable, alias la technocratie, l’économie verte, le New Deal vert, etc.

Qu’est-ce que le transhumanisme ?

Un champion moderne du transhumanisme, le Dr Max More, a écrit,

Le transhumanisme est un mouvement vaguement défini qui s’est développé progressivement au cours des deux dernières décennies. “Le transhumanisme est une classe de philosophies de vie qui cherchent à poursuivre et à accélérer l’évolution de la vie intelligente au-delà de sa forme actuellement humaine et de ses limites humaines, au moyen de la science et de la technologie, guidées par des principes et des valeurs favorables à la vie.” (Max More, 1990).

Les transhumanistes cherchent à appliquer des technologies avancées à la condition humaine afin de prendre en charge le processus d’évolution et de créer littéralement des Humains 2.0. Le Saint Graal du transhumanisme est d’atteindre l’immortalité, mais dans le processus, ils ont l’intention d’éliminer les caractéristiques les plus négatives des Humains 1.0 : leur nature guerrière et leur tendance à être argumentatifs, incohérents, peu fiables, etc. Il s’agit d’un nettoyage génétique à grande échelle.

Le scientisme est le ciment qui les unit.

Le scientisme est une proposition religieuse qui a été présentée pour la première fois par le philosophe français Henri De Saint-Simon (1760-1825). Il a écrit ,

“Un scientiste, mes chers amis, est un homme qui prévoit ; c’est parce que la science fournit les moyens de prévoir qu’elle est utile, et que les scientistes sont supérieurs à tous les autres hommes.”

Alors que la vraie science explore le monde naturel en utilisant la méthode scientifique éprouvée de l’expérimentation et de la validation répétées, le scientisme de Saint-Simon est une vision du monde spéculative et métaphysique sur la nature et la réalité de l’univers et la relation de l’homme avec celui-ci.

Saint-Simon proposait que le leadership religieux de son époque soit littéralement remplacé par un sacerdoce de scientistes et d’ingénieurs, qui interpréteraient l’oracle de la science afin de faire des déclarations à la société sur les actions humaines nécessaires pour mener l’humanité à l’Utopie. Ainsi, la science serait élevée au rang de divinité immuable, adorée par ses adeptes, qui sont dirigés par ses prêtres.

La technocratie et le transhumanisme sont tous deux basés sur le scientisme.

Tous deux croient que la science, l’ingénierie et la technologie de pointe sont les instruments exclusifs du progrès. Tous deux sont adeptes de la promesse d’avantages qui sont toujours à portée de main, mais qui ne se concrétisent jamais. Tous deux sont experts dans la manipulation des gouvernements pour qu’ils fournissent les ressources des contribuables afin de financer leurs projets respectifs. Tous deux croient qu’ils détournent les processus d’évolution pour créer un avenir conçu par les technologues.

The Technocrat – Vol. 3 – No. 4 – September 1937

Pas de futur ici, allez sur Mars…

Un lien encore plus important entre la technocratie et le transhumanisme est qu’ils ne voient aucun avenir pour le monde tel qu’il existe aujourd’hui. Les écologistes radicaux comme Greta Thunberg pensent que le monde n’a plus que 12 ans avant qu’une apocalypse climatique ne nous détruise tous. Elon Musk utilise ses milliards pour échapper à la Terre en finançant sa société de fusées SpaceX, avec l’intention ultime de coloniser Mars. Jeff Bezos finance à titre privé sa société Blue Origin dans le même but : coloniser Mars. Ils ont tous deux déclaré que le seul avenir de l’humanité est dans l’espace, en peuplant le cosmos parce que la Terre va se retrouver dans une impasse lorsque ses ressources naturelles seront épuisées.

En bref, la technocratie et le transhumanisme sont tous deux anti-humains. La technocratie, canalisée par les Nations unies sous le nom de développement durable, estime que la Terre ne peut supporter qu’un milliard d’êtres humains environ. En outre, tous les humains sont considérés comme de simples ressources au même titre que les animaux de troupeau tels que le bétail. Le transhumanisme estime que l’humanité 1.0 est pratiquement morte et que le seul espoir pour l’avenir de l’homme est que les scientistes transhumains inventent l’humanité 2.0 et quittent complètement la Terre.

Dans un sens, l’allocation stricte des ressources et de l’énergie par la Technocratie ne marque qu’un modèle de confinement pendant qu’elle construit et teste la technologie du voyage spatial.

Cette pensée n’est pas nouvelle. En 1872, Winwood Reade a écrit The Martyrdom of Man (Le martyre de l’homme), dans lequel il affirme aussi clairement que n’importe quel transhumaniste ou technocrate moderne pourrait le faire :

Les maladies seront extirpées ; les causes de la décadence seront supprimées ; l’immortalité sera inventée. Et alors, la terre étant petite, l’humanité migrera dans l’espace, et traversera les Saharas sans air qui séparent les planètes les unes des autres, et le soleil du soleil. La terre deviendra une Terre Sainte qui sera visitée par des pèlerins venus de tous les coins de l’univers. Enfin, les hommes maîtriseront les forces de la Nature ; ils deviendront eux-mêmes des architectes de systèmes, des constructeurs de mondes.

Ces corps que nous portons maintenant appartiennent aux animaux inférieurs ; notre esprit les a déjà dépassés ; déjà nous les regardons avec mépris. Un temps viendra où la Science les transformera par des moyens que nous ne pouvons pas conjecturer, et que, même si on nous les expliquait, nous ne pourrions pas comprendre maintenant, de même que le sauvage ne peut pas comprendre l’électricité, le magnétisme, la vapeur. (p. 179)

Le mot “radical” n’effleure même pas la surface.

À la lumière de ce qui précède, j’espère que vous réalisez que vous ne pouvez tout simplement pas regarder les technocrates et les transhumanistes et leur coller des étiquettes telles que marxiste, socialiste, communiste ou fasciste. Les transhumanistes et les technocrates représentent un nouveau type de radicalité que le monde n’a jamais vu auparavant.

Cela ne signifie rien lorsque des personnes se réunissent pour discuter de questions philosophiques et de nouvelles façons de faire les choses, si elles n’ont pas les moyens de faire ce qu’elles prétendent. Jeff Bezos n’attend pas que la NASA colonise Mars ; il construit son propre vaisseau spatial avec son propre argent. De même, Elon Musk autofinance sa propre flotte spatiale. Le défunt financier mondial, David Rockefeller, n’a pas attendu que les gouvernements mettent en place un nouvel ordre économique, mais a plutôt utilisé ses propres fonds pour créer la Commission trilatérale et ses propres transformations économiques.

Grâce à l’adoption par les Nations unies de la technocratie en tant que développement durable, les politiques de l’Agenda 21 ont été étendues à tous les coins de la planète, y compris à chaque ville et comté d’Amérique. Dans l’ignorance totale du piège qui leur est tendu, les gens exigent maintenant plus, et non moins. Le réchauffement climatique est utilisé comme un bélier pour briser le système économique actuel, ouvrant la voie à la seule alternative proposée : Le développement durable, alias la technocratie.

Utiliser le mot “radical” pour décrire la technocratie et le transhumanisme serait un euphémisme. Ils sont tous deux en dehors des limites de la réalité objective. Et pire encore, ils entraînent le reste d’entre nous avec eux.

“La technocratie est à la société ce que le transhumanisme est aux personnes qui voudraient faire partie de cette société transformée”, Patrick Wood.

Patrick Wood est un expert éminent et critique du développement durable, de l’économie verte, de l’Agenda 21, de l’Agenda 2030 et de la technocratie historique. Il est l’auteur de Technocracy Rising : The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I et II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.