Ray Kurzweil prédit trois technologies qui vont définir notre avenir

Au cours des dernières décennies, la révolution numérique a changé presque tous les aspects de notre vie. Le rythme du progrès informatique a été accéléré, et aujourd’hui, les ordinateurs et les réseaux sont presque dans chaque entreprise et foyer du monde.

Beaucoup d’observateurs ont remarqué cette accélération avec l’avènement des micropuces modernes, mais comme Ray Kurzweil l’a écrit dans son livre The Singularity is Near, nous pouvons trouver un certain nombre de tendances étrangement semblables dans d’autres domaines.

Selon la loi du retour accéléré formulé par Kurzweil, le progrès technologique avance à un rythme exponentiel, spécialement dans le domaine des technologies de l’information. Cela signifie que les outils d’aujourd’hui, nous aiderons à construire de meilleurs outils demain, alimentant cette accélération.

Mais nos cerveaux ont tendance à anticiper le futur de manière linéaire au lieu de façon exponentielle. Ainsi, les années à venir vont nous fournir des technologies plus puissantes plus tôt que nous le pensons. Alors que le rythme ne cesse de s’accélérer, quels surprenants et puissants changements sont déjà en boutique ? Cet article explorera trois domaines technologiques qui s’apprêtent le plus à changer notre monde au cours de ce siècle, selon Kurzweil.

La Génétique, les Nanotechnologies et la Robotique – GNR

De toutes les technologies surfant sur la vague du progrès technologique, Kurzweil identifie la génétique, les nanotechnologies et la robotique comme les trois révolutions qui se chevauchent et qui définiront nos vies dans les décennies à venir.

De quelles manières, ces technologies sont révolutionnaires ?

  • La révolution génétique nous permettra de reprogrammer notre propre biologie
  • La révolution des nanotechnologies nous permettra de manipuler la matière à l’échelle moléculaire et atomique
  • La révolution robotique va nous permettre de créer une intelligence non-biologique plus élevée que l’homme

Tandis que la génétique, les nanotechnologies et la robotique culmineront à différents moments au cours des décennies, nous les expérimentons déjà dans une certaine mesure. Chacune est puissante à sa manière, mais leur convergence le sera encore plus. Kurzweil a déjà écrit sur ce sujet dans The Singularity is Near il y a plus d’une décennie.

Regardons ce qu’il se passe dans chacun de ces domaines aujourd’hui, et ce, à quoi nous pouvons nous attendre à l’avenir.

La révolution génétique : « L’intersection de l’information et de la biologie »

« En comprenant les informations du processus sous-jacent de la vie, nous commençons à comprendre comment reprogrammer notre biologie pour achever l’élimination virtuelle de la maladie, l’expansion spectaculaire du potentiel humain, et l’extension radicale de la vie » – Ray Kurzweil, The Singularity is Near.

Nous sommes en train de « reprogrammer » notre environnement depuis presque aussi longtemps que l’humain a marché sur la planète. Nous avons accumulé suffisamment de connaissances sur le fonctionnement de notre corps pour que nous puissions commencer à traiter la maladie et le vieillissement à leurs racines cellulaires et génétiques.

La biotechnologie aujourd’hui

Nous avons anticipé la puissance de l’ingénierie génétique depuis longtemps. En 1975, la Conférence d’Asilomar débâtait sur l’éthique de l’ingénierie génétique, et depuis, nous avons vu des progrès remarquables à la fois en laboratoire et dans la pratique – les cultures génétiquement modifiées, par exemple, sont déjà largement répandues (bien que controversées).

Depuis que le projet du génome humain (Human Genome Project) fut achevé en 2003, d’énormes progrès ont été effectués dans la lecture, l’écriture et le découpage (piratage) de notre propre ADN.

Maintenant, nous allons reprogrammer le code de la vie depuis les bactéries aux chiens et bientôt, peut-être, chez les humains. Le « comment », « quand » et « pourquoi » de l’ingénierie génétique sont toujours débattus, mais le rythme s’accélère.

Les innovations majeures en biotechnologies au cours de la dernière décennie incluent :

  • Les cellules souches pluripotentes induites
  • l’édition du génome humain
  • L’impression biologique en 3D
  • Le génome à 1000$
  • Les tissus conçus en laboratoire
  • Le stockage de l’ADN
  • La croissance des citoyens biohackeurs

Beaucoup de défis ont encore besoin d’être surmontés avant que ces nouvelles technologies soient largement utilisées sur des humains, mais les possibilités sont incroyables. Et nous pouvons seulement supposer que la vitesse du progrès va continuer à accélérer. Le résultat est-il surprenant ? Kurzweil suppose que la plupart des maladies seront guérissables et que le processus de vieillissement sera ralenti ou peut-être même inversé dans les prochaines décennies.

La révolution des nanotechnologies : « L’intersection de l’information et du monde physique »

« La nanotechnologie nous a donné les outils… pour s’amuser avec la boîte de jouet ultime des atomes et molécules de la nature. Tout est créé depuis là… Les possibilités de créer de nouvelles choses apparaissent infinies ». Prix Nobel Horst Störmer, The Singularity is Near

Beaucoup de personnes datent la naissance de la nanotechnologie conceptuelle au discours de Richard Feynman en 1959, « il y a plein de place en bas », où Feynman décrit les « implications profondes de machines d’ingénierie au niveau des atomes ». Mais ce fut seulement lorsque le microscope à effet tunnel fut inventé en 1981, que l’industrie de la nanotechnologie débuta sérieusement.

Kurzweil argumente que, quel que soit le succès avec lequel nous réglons avec précision notre biologie basée sur l’ADN, il n’y aura pas de comparaison possible avec ce que nous serons en mesure de concevoir en manipulant la matière au niveau moléculaire et atomique.

Les nanotechnologies nous permettront de remodeler et reconstruire « molécule par molécule, nos corps et nos cerveaux ainsi que le monde dans lequel nous vivons » dit Kurzweil.

Les nanotechnologies aujourd’hui

Alors que nous pouvons déjà voir les preuves d’une « révolution génétique » dans les actualités et dans notre vie quotidienne, pour la plupart des gens, les nanotechnologies pourraient encore être perçues comme de la science-fiction. Cependant, il est probable que vous utilisez quotidiennement des produits qui ont bénéficié de la recherche nanotechnologique. Cela inclut les protections solaires, les vêtements, la peinture, les voitures, et bien plus. Et bien sûr, la révolution numérique a continué grâce à de nouvelles méthodes nous permettant de fabriquer des puces avec des caractéristiques nanométriques.

En plus d’avoir déjà des applications pratiques, il y a beaucoup de recherches et de tests conduits dans les nanotechnologies révolutionnaires, comme :

  • Les lentilles de contact intelligentes
  • De minuscules piles imprimées en 3D
  • Les nanoparticules tueuses de cancer
  • L’informatique basée sur l’ADN

Bien que nous continuions à améliorer la manipulation de la matière à l’échelle du nanomètre, nous sommes encore loin des nanorobots (nanobots) et des nano-assembleurs qui pourraient construire et réparer atome par atome.

Cela dit, comme Feynman le souligne, les principes de la physique ne contrarient pas un tel futur. Et nous avons seulement besoin de regarder notre propre biologie pour voir un modèle fonctionnant déjà sur un modèle complexe de la nano-machine de la vie.

La révolution robotique : « Construire l’intelligence artificielle forte »

« C’est difficile de penser à un problème quelconque qu’une super intelligence ne pourrait pas résoudre ou au moins nous aider à le résoudre. La maladie, la pauvreté, la destruction environnementale, les souffrances inutiles de toute sorte : ce sont des questions qu’une super intelligence équipée de nanotechnologies avancées, serait capable d’éliminer ». Ray Kurzweil, The Singularity is Near

Le nom de cette révolution pourrait être un peu déroutant. Kurzweil dit que la robotique est incluse dans l’intelligence artificielle – mais c’est l’intelligence elle-même qui compte le plus. Bien que reconnaissant les risques, il argumente que la révolution de l’IA est la transformation la plus profonde que la civilisation humaine expérimentera dans toute l’histoire.

C’est parce que cette révolution est caractérisée par la capacité à reproduire l’intelligence humaine : l’ « attribut le plus important et puissant de notre civilisation ».

Nous sommes déjà bien avancés dans l’ère de « l’IA faible », qui est une machine programmée pour faire une ou quelques tâches spécifiques, mais c’est juste un aperçu de ce qui est à venir.

Une IA forte sera aussi versatile qu’un humain pour résoudre un problème. Et selon Kurzweil, même les IA qui pourront fonctionner au niveau de l’intelligence humaine seront déjà en train de le dépasser à cause de plusieurs aspects uniques aux machines :

  • Les machines peuvent regrouper les ressources d’une manière inaccessibles aux humains
  • Les machines ont une mémoire précise
  • Les machines peuvent systématiquement (s’) exécuter aux niveaux maximums, et combiner des compétences de pointe.

L’intelligence artificielle aujourd’hui

La plupart d’entre nous utilisent une certaine forme d’intelligence artificielle faible sur une base régulière – comme Siri et Google Now, et de plus en plus Watson. D’autres formes d’IA faible incluent des programmes comme :

  • Des logiciels de reconnaissance vocale et d’image
  • Des logiciels de reconnaissance de forme pour des armes autonomes
  • Des programmes utilisés pour détecter les fraudes dans des transactions financières
  • L’IA de Google basée sur des méthodes d’apprentissage statistique pour classer les liens

Le prochain pas vers une IA forte sera une machine apprenant seule, sans être programmée ou alimentée en informations par les humains. C’est ce qu’on appelle le « deep learning », un nouveau mode d’apprentissage puissant pour les machines, qui connaît actuellement une forte augmentation dans la recherche et les applications.

Pourquoi est-ce important ?

Kurzweil appelle la génétique, la nanotechnologie et la robotique des révolutions qui se chevauchent parce que nous allons continuer à en faire l’expérience en même temps que chacune de ces technologies arrivent à maturité.

Ces technologies sont susceptibles de converger avec les autres et impacterons nos vies d’une manière difficile à prédire, et Kurzweil avertit que chacune de ces technologies aura le pouvoir de faire beaucoup de bien, ou de mal – comme c’est le cas pour toutes les grandes technologies. La manière dont nous serons capables de maîtriser leur puissance pour améliorer nos vies dépendra des conversations que nous aurons et des mesures que nous prendrons.

« Les GNR fourniront le moyen de surmonter les problèmes séculaires comme la maladie et la pauvreté, mais ils permettront également des idéologies destructrices » écrit Kurzweil.

« On n’a pas d’autre choix que de renforcer nos défenses alors que nous appliquons ces nouvelles technologies pour faire avancer nos valeurs humaines, en dépit d’une absence de consensus sur ce que ces valeurs doivent être ».

Plus nous anticiperons et débâterons de ces trois puissantes révolutions technologiques, mieux nous pourrons orienter leur développement vers l’obtention des résultats qui feront plus de bien que de mal.

Traduction Benjamin Prissé

Pour en savoir plus : The Law of Accelerating Returns et The Singularity Is Near.

Singularity HUB Sveta McShane and Jason Dorrier

Master/Mind : l’avenir du Brain Hacking

Le cerveau humain est l’objet le plus complexe de l’univers. Notre compréhension de son fonctionnement interne a été entourée de mystère… Jusqu’à maintenant. Les nouvelles technologies commencent à débloquer le vrai potentiel du cerveau, mais à quel prix pour notre humanité ?

« Voulons-nous créer des éléments humanoïdes, voulons-nous améliorer l’être humain ? Ou voulons-nous seulement la technologie pour améliorer notre niveau de vie ? »

http://francescopaciocco.com/#/mastermind/

La Tribune LAB Débat : Quelle place pour l’homme dans la transition digitale ?

Discours d’ouverture :
– Christophe Beaux, président dir. général de la Monnaie de Paris

Intervenants :
– Laurent Alexandre, fondateur de DNA Vision, auteur de La Mort de la mort : comment la techno-médecine va bouleverser l’humanité
– Thierry Breton, PDG d’Atos, co-chef de file du projet « Économie des Données » du plan pour l’industrie du futur

Modérateur :
– Philippe Mabille,  directeur de la rédaction, La Tribune

 

Humanisme, transhumanisme, posthumanisme

Gilbert Hottois montre dans cet article à quel point les idées transhumanistes sont contestées et débattues.

Résumé

Je ne reviens pas ici sur les objections de ceux qui s’opposent absolument à l’enhancement, pour des raisons théologiques, métaphysiques, irrationnelles ou fausses. Je m’intéresse aux difficultés soulevées par ceux qui adhèrent foncièrement à l’esprit transhumaniste. Il s’agit des problèmes et objections de nature éthique, sociale et politique. Le paradigme évolutionniste du transhumanisme est matérialiste. Ce matérialisme est technoscientifique, il évolue avec les technosciences, leurs instruments et leurs concepts opératoires. Le paradigme évolutionniste est un paradigme “dangereux”: il peut être interprété et appliqué de façon simpliste, brutale, aveugle, insensible et conduire dans un monde posthumain de fait inhumain, barbare. Cependant, par contre, des Rapports américains tels que Converging technologies for improving human performance (2002) et Beyond therapy (2003) sont figés dans leur unilatéralisme respectif et antagoniste, le transhumanisme bien compris c’est l’humanisme progressiste capable d’intégrer les révolutions technoscientifiques théoriquement et pratiquement.

Universidad El Bosque • Revista Colombiana de Bioética. Vol. 8 No 2 • Julio-Diciembre de 2013 – Gilbert Hottois

Téléchargez le PDF

Conscience artificielle

Guillaume Tisserant, Guillaume Maurin,
Ndongo Wade, Anthony Willemot – 2010

Le thème de la conscience artificielle agite les esprits des romanciers et des scientifiques depuis l’apparition des premières machines capables de calculer. C’est un sujet qui relie des compétences à la fois de neurologues, d’informaticiens mais aussi de psychologues, d’anthropologues et même de philosophes. Pour ce mémoire, nous ne nous sommes pas placés en tant qu’informaticiens essayant de modéliser une conscience sur nos machines, mais nous avons essayé d’avoir une vision beaucoup plus large du problème, en partant du point de vue de l’être humain plutôt que de celui de l’ordinateur.

La création d’une conscience artificielle est quelque chose qui pourraient ouvrir énormément de nouvelles portes en informatique, donnant à des ordinateurs des capacités qu’ils ne peuvent pas avoir dans l’état actuel de l’informatique, et qui sont pour l’instant réservé au monde animal, voir à l’être humain. Ce rapport a pour but de montrer comment une conscience artificielle pourrait être crée. Nous commencerons par donner une définition de la conscience puis nous ferons un état de l’art sur les modèles de conscience artificielle. Ensuite nous proposerons le nôtre en expliquant ses avantages par rapport à ceux proposés précédemment. Enfin nous expliquerons ce que pourrait offrir cette conscience artificielle.

Téléchargez la thèse (PDF)

Nick Bostrom: Superintelligence | Talks at Google

La Superintelligence pose les questions suivantes : que se passe-t-il lorsque les machines surpassent les humains en intelligence générale ? Les agents artificiels vont-ils nous sauver ou nous détruire ? Nick Bostrom jette les bases pour comprendre l’avenir de l’humanité et de la vie intelligente.

Le cerveau humain a des capacités qui manquent au cerveau des autres animaux. C’est à ces capacités distinctives que notre espèce doit sa position dominante. Si les cerveaux des machines surpassaient les cerveaux humains dans l’intelligence générale, alors cette nouvelle Superintelligence pourrait devenir extrêmement puissante – peut-être en dehors de notre contrôle.

Comme le destin des gorilles dépend maintenant plus de l’homme que de l’espèce elle-même, le destin de l’humanité dépendrait également des actes de la Superintelligence artificielle.

Mais nous avons un avantage : nous pouvons faire le premier pas. Sera-t-il possible de construire une graine d’Intelligence Artificielle, d’organiser les conditions initiales de manière à permettre la survie d’une explosion d’intelligence ? Comment peut-on obtenir une détonation contrôlée ?

Ce livre profondément ambitieux et original décompose une vaste piste de terrain intellectuel difficile. Après un voyage passionnant qui nous amène aux frontières de la réflexion sur la condition humaine et l’avenir de la vie intelligente, nous ne trouvons dans l’œuvre de Nick Bostrom rien de moins qu’une reconceptualisation de la tâche essentielle de notre époque.

Cette conférence était animée par Boris Debic.

Posthumain : Introduction au transhumanisme (vosf)

Le British Institute of Posthuman Studies étudie trois domaines dominants du transhumanisme : super-longévité, super intelligence et super bien-être, et couvre les idées des penseurs Aubrey de Grey, (immortalité) Ray Kurzweil (singularité) et David Pearce (Le projet abolitionnisteL’impératif hédoniste).

British Institute of Posthuman Studies – BIOPS (L’Institut britannique d’études Posthumaines) – Une tribune essentielle pour la pensée transhumaniste