Les puces sous-cutanées ouvrent la voie au transhumanisme

Avec les implants à micropuce, l’humanité a fait un pas vers ce que les experts prédisent comme un monde rempli de cyborgs, mais le Japon est en retard sur d’autres pays à cet égard. Les micropuces insérées sous la peau sont actuellement limitées à des tâches telles que l’ouverture des portes et le paiement de petits articles, comme les boissons.

Cependant, Yuichiro Okamoto, professeur de philosophie à l’Université de Tamagawa, qui connaît bien le contexte idéologique de la science et de la technologie, affirme que les implants ne sont que le début du “transhumanisme“, la théorie selon laquelle la science peut permettre aux humains d’évoluer au-delà de leurs limites physiques et mentales actuelles.

“Les humains s’orientent vers la mutation en cyborgs afin d’acquérir des capacités qui dépassent leurs limites normales “, a déclaré M. Okamoto. “Avec des images d’un nouveau mode de vie, de nombreuses personnes dans les industries de haute technologie et des jeunes en Europe et aux États-Unis ont implanté des puces électroniques sous leur peau.”

Le professeur a noté que “certaines personnes pourraient décider de le faire comme un choix de mode de vie”.

Au Japon, la tendance est peut-être plus lente, mais l’intérêt pour les implants semble croître. Takashi Hamamichi, président d’Otafuku Lab Inc, a passé sa main près de la porte d’entrée de son entreprise informatique située dans le quartier Nishi à Osaka, et elle s’est ouverte automatiquement.

“C’est incroyablement pratique de ne pas avoir une clé sur soi,” a déclaré Hamamichi, 39 ans. L’an dernier, il s’est fait implanter une micropuce d’un centimètre de long et d’environ 2 millimètres de diamètre dans le dos de sa main entre le pouce et l’index.

La puce fabriquée aux États-Unis qu’il a achetée en ligne, déverrouille la porte grâce à une communication sans fil avec un dispositif installé à côté de la porte. Trois employés de l’entreprise, dont Hamamichi, se sont fait implanter des micropuces sous la peau. Les 12 autres employés utilisent toujours des cartes pour entrer dans le bureau. La puce implantée de Hamamichi peut également appeler l’URL du site Web de l’entreprise sur son smartphone.

L’année dernière, l’Association Transhumaniste Japonaise, un groupe constitué en société qui vise à promouvoir le transhumanisme au Japon, a utilisé Twitter pour solliciter des volontaires pour des implants gratuits. Plus de 20 000 personnes ont postulé et 20 sont en cours de préparation pour la procédure. Environ 5 000 personnes ont déjà posé leur candidature lors de la dernière campagne de recrutement de l’association basée à Tokyo.

“Beaucoup de gens ne veulent peut-être pas se faire implanter une puce électronique dans leur corps, mais je pense que c’est très pratique “, a déclaré Takumi Asano, responsable de l’association.

Asano s’est fait implanter des puces dans les deux mains en Suède. “J’envisage de créer une société pour développer un système de paiement électronique à l’aide de puces électroniques “, a déclaré Asano.

L’association, qui s’est impliquée dans le développement de prothèses de jambe au moyen d’imprimantes 3D, s’est associée à une clinique de la préfecture d’Osaka pour mener une étude clinique sur la sécurité de ces micropuces implantées par un injecteur dédié.

Selon le Ministère de la santé, du travail et de la protection sociale, l’administration des injections est considérée comme une pratique médicale, ce qui signifie que la procédure ne devrait, en principe, être effectuée que par des médecins ou des infirmières qualifiés.

Cependant, les gens sont autorisés à s’auto-injecter de l’insuline et à d’autres fins, de sorte que l’auto-injection des micropuces ne devrait pas poser de problème, a déclaré le ministère.

Pourtant, des normes différentes pour cette technologie ont limité l’utilisation des puces au Japon. Les puces produites à l’étranger utilisent la norme Near Field Communication (NFC), qui diffère de FeliCa, une technologie de carte à puce sans contact développée par Sony Corp qui est répandue au Japon.

C’est pourquoi la majorité des puces fabriquées à l’étranger ne peuvent pas être utilisées pour franchir les portes des gares ou pour les paiements électroniques au Japon. Hamamichi s’attend à ce que la situation change radicalement dans cinq ans.

“Je pense que les micropuces sous-cutanées peuvent être utilisées à des fins très diverses et qu’il sera courant de les utiliser pour les paiements électroniques “, a-t-il déclaré.

Mais Okamoto a déclaré qu’une caractéristique philosophique au Japon pourrait entraver les progrès futurs de la technologie.

“Les micropuces seront probablement un jour insérées dans le cerveau humain afin d’accroître leurs capacités “, a-t-il déclaré. “Cependant, une telle démarche pourrait ne pas être acceptée au Japon parce que les valeurs confucéennes stipulent que vous ne devez pas nuire au corps donné par vos parents.”

Les implants de micropuces sont très répandus en Suède

La Suède est considérée comme la nation la plus dotée de puce électronique au monde.

Biohax International, une société suédoise qui développe les puces, a déclaré qu’elle a implanté des micropuces dans les mains de plus de 4 000 personnes. L’entreprise organise également des événements pour les implantations des micropuces.

Dans un établissement de Stockholm qui soutient les start-ups en décembre, Hannes Sjoblad, 42 ans, a tenu son smartphone au-dessus de sa main et la micropuce intégrée a émis une lueur blanche sur sa peau.

Il a ajouté que la micropuce pouvait verrouiller et déverrouiller les portes tout en achetant des boissons au bureau. Plus de 100 travailleurs de l’établissement ont des micropuces sous la peau, a-t-il déclaré.

Sjoblad a reçu son premier implant il y a quatre ans avant que lui et deux amis ne créent une start-up pour développer des micropuces. Ils prévoient de vendre de nouvelles puces équipées d’un thermomètre et d’un accéléromètre qui mesure la quantité d’activité et d’autres conditions physiques.

Sjoblad lui-même a récemment remplacé sa puce sous-cutanée par un prototype de la nouvelle puce. “Je veux faire une mise à jour. L’humain est un bon début, mais vous pouvez vous améliorer, a-t-il déclaré.

The Asahi Shimbun

L’UE se rapproche de l’obligation d’apposer des données biométriques sur les CNI

La présidence du Conseil de l’UE et le Parlement européen sont parvenus à un accord informel sur l’introduction de cartes d’identité nationales biométriques obligatoires comprenant une photo et deux empreintes digitales.

Le règlement applique de nouvelles normes aux cartes d’identité des citoyens de l’UE et aux documents de séjour des citoyens de l’UE et des membres de leur famille qui ne font pas partie de l’UE, et il sera transmis aux ambassadeurs de l’UE pour confirmation au nom du Conseil. Les membres de l’UE cesseront de délivrer les anciennes cartes d’identité deux ans après l’adoption du règlement. Les anciennes cartes deviendront caduques après 10 ans, si elles ne sont pas déjà périmées, bien que des exceptions soient prévues pour les citoyens âgés.

Les cartes d’identité devront être produites dans un format carte de crédit uniforme (ID-1), avec une zone de lecture via une machine, conforme aux normes de sécurité fixées par l’OACI (Organisation de l’aviation civile internationale), une puce sans contact et le code pays de l’État membre ayant délivré la carte. Lorsque l’exigence d’une carte d’identité biométrique a été proposée, la Commission européenne a estimé que 80 millions d’Européens avaient des cartes d’identité sans données biométriques qui n’étaient pas lisibles par une machine.

“Il ne sera possible de garantir la sécurité dans l’ensemble de l’UE qu’en assurant la sécurité dans chaque État membre”, a déclaré la ministre roumaine de l’Intérieur, Carmen Daniela Dan. “Les nouvelles règles relatives aux normes de sécurité pour les documents d’identité nous permettront de détecter plus facilement la fraude documentaire et l’usurpation d’identité; il sera ainsi plus difficile aux terroristes et aux criminels d’agir, tandis que la libre circulation des voyageurs authentiques sera facilitée”.

Les ambassadeurs auprès de l’UE ont également confirmé un accord antérieur visant la modification du code des visas, ce qui constitue un pas de plus vers la mise en œuvre de nouvelles règles exigeant l’enregistrement biométrique des détenteurs de visas de long séjour et des résidents permanents.

Homo digitalis : le transhumanisme

L’Homo sapiens est-il en passe de franchir une nouvelle étape dans son évolution ? C’est en tout cas la vision des adeptes du transhumanisme, qui en appellent aux progrès de la science et rêvent de prothèses et d’implants pour décupler les performances et la longévité humaines.

Les présentateurs de “Xenius” rencontrent des militants du transhumanisme à Berlin. Que pensent-ils de l’utopie d’un homme nouveau ? Sommes-nous à l’aube de la première évolution artificielle de l’humanité ?

Homo digitalis : La réalité virtuelle

La réalité virtuelle et la réalité augmentée promettent de réaliser nos rêves les plus fous ! Au Centre de recherche scientifique sur les technologies et les usages de la réalité virtuelle (Cerv), créé par l’École nationale d’ingénieurs de Brest, les présentateurs de “Xenius” partent à la rencontre de ces nouveaux mondes. Grâce à l’utilisation ludique du numérique, nous pouvons être virtuellement surpuissants, capables aussi bien de voler que de combattre des extraterrestres, mais également de soigner nos phobies ou d’apprendre plus rapidement.

Homo digitalis : Vers une nouvelle espèce d’humains ?

Les technologies numériques et l’accélération de l’innovation ouvrent-ils la voie à une nouvelle humanité ? Aurons-nous un jour des amis et amants virtuels ? Préférerons-nous faire l’amour avec des robots qu’avec des êtres de chair et d’os ? Nos bébés pourront-ils se passer de contact charnel ? Pourrons-nous pirater notre propre corps ? Dernier volet d’un projet constitué de la websérie du même nom et d’une étude interactive menée par l’institut scientifique allemand Fraunhofer, ce documentaire poursuit l’exploration des possibles de notre humanité connectée.

Homo digitalis : Le cerveau augmenté

Notre corps, et en particulier notre cerveau, pourraient un jour être équipés techniquement pour augmenter leurs performances et rester à la hauteur des machines de plus en plus intelligentes. Avec une puce implantée dans le cerveau, on pourra augmenter considérablement nos capacités intellectuelles. Une évolution qui pourrait bien rendre floues les frontières entre l’humain et la machine. Dans cet épisode d’Homo Digitalis, Helen Fares va tester ce dont son cerveau est capable.

Premier exemple de médecine électronique biorésorbable

Un implant biodégradable fournit une stimulation électrique qui accélère la régénération nerveuse

Des chercheurs de la Northwestern University et de la Washington University School of Medicine de St. Louis ont mis au point le premier exemple de médecine électronique biorésorbable : un dispositif sans fil implantable et biodégradable qui accélère la régénération nerveuse et améliore la guérison d’un nerf endommagé.

Les scientifiques ont mis au point un dispositif qui délivre des impulsions électriques régulières aux nerfs périphériques endommagés chez les rats après un processus de réparation chirurgicale, accélérant la repousse des nerfs dans les jambes et améliorant la récupération de la force et du contrôle musculaires. Le dispositif sans fil fonctionne pendant environ deux semaines avant de s’absorber naturellement dans le corps.

Les scientifiques pensent que de telles technologies transitoires pourraient un jour compléter ou remplacer les traitements pharmaceutiques destinés à diverses affections médicales chez l’homme.

Avantages et risques de la biotechnologie

Ce type de technologie, que les chercheurs appellent un «médicament électronique biorésorbable», fournit une thérapie et un traitement sur une période de temps cliniquement pertinente et directement sur l’emplacement où cela est nécessaire, réduisant ainsi les effets secondaires ou les risques associés aux implants permanents classiques.

« Ces systèmes d’ingénierie offrent une fonction thérapeutique active dans un format dosé programmable, puis disparaissent naturellement dans le corps, sans laisser de trace », a déclaré John A. Rogers, pionnier des technologies bio-intégrées et auteur principal de l’étude. « Cette approche thérapeutique permet de réfléchir à des options qui vont au-delà des médicaments et de la chimie. »

La recherche a été publiée le 8 octobre dans la revue Nature Medicine.

Bien que le dispositif n’ait pas été testé chez l’homme, les résultats de cette étude sont prometteurs comme une future option thérapeutique pour les patients souffrant de lésions nerveuses. Pour les cas nécessitant une intervention chirurgicale, la pratique habituelle consiste à administrer une stimulation électrique pendant l’opération afin de faciliter le rétablissement. Mais jusqu’à présent, les médecins n’avaient pas les moyens de fournir en permanence cette stimulation supplémentaire à différents moments du processus de récupération et de guérison.

Washington University in St. Louis, Northwestern University, National Academy of Engineering

Les entreprises britanniques implantent des micropuces à leurs employés

Le défi de la puce

La société de technologie britannique BioTeq s’est taillée une place inhabituelle : implanter des micropuces dans les mains des travailleurs d’autres entreprises.

Selon un récent article paru dans le Guardian, BioTeq est l’une des nombreuses entreprises embauchées par des entreprises du Royaume-Uni pour implanter des micropuces RFID chez leurs employés. Les employés peuvent ensuite utiliser les puces pour accéder aux bâtiments de l’entreprise et stocker des informations.

Mettez la puce en moi

Le fondateur de BioTeq, Steven Northam, a déclaré au Guardian que la majeure partie du travail de la société était destinée aux personnes qui souhaitaient utiliser les puces pour accéder à leur maison et à leur voiture. Cependant, il a également implanté des puces RFID dans les mains des travailleurs des secteurs financier et technique, bien que la procédure soit volontaire. La société a également expédié des puces dans d’autres pays, notamment en Espagne, en France, en Allemagne, au Japon et en Chine.

Une autre entreprise, Biohax of Sweden, pourrait bientôt fournir des services similaires au Royaume-Uni.

Les micropuces passent sous la peau des Suédois technophiles

Droits du travail

Au Royaume-Uni, les groupes de défense des droits des travailleurs protestent contre la tendance à l’implantation de micropuces sur les travailleurs, ce qui, selon eux, donnera aux employeurs de nouveaux outils pour surveiller les employés.

La micropuce donnerait aux employeurs encore plus de pouvoir et de contrôle sur leurs salariés“, a déclaré Frances O’Grady, secrétaire générale du Trades Union Congress, dans un entretien avec le Guardian. “Il y a des risques évidents en jeu, et les employeurs ne doivent pas les écarter, ni faire pression sur le personnel pour qu’il soit pucé.”

Guardian, Telegraph, The Independent

Rappel : « Ces dispositifs n’ont pas été testés ou certifiés par un organisme de réglementation pour l’implantation ou l’utilisation sur ou dans le corps humain ».

En 2015, un député demandait au gouvernement d’interdire purement et simplement la pose de puces NFC sous la peau au travers d’une question écrite parue au Journal officiel, faisant suite à une  « implant party » qui a eu lieu le 13 juin 2015, dans le cadre du festival Futur en Seine 2015, sur le plateau média de la Gaîté lyrique.

Implants, puces et transhumains

Société Générale expérimente la carte bancaire biométrique

Identité Augmentée

La Société Générale expérimente la première carte de paiement biométrique, en collaboration avec IDEMIA, utilisant le module de capteur d’empreintes digitales T-Shape de Fingerprint Cards.

La banque envisage de supprimer le plafond des paiements sans contact, actuellement fixé à 30 € en France, sur la base de l’authentification client renforcée et fournie par un capteur d’empreinte digitale, selon le communiqué. Goode Intelligence a noté dans un rapport récent que la possibilité d’utiliser des cartes sans contact pour des transactions de plus grande valeur est l’un des facteurs potentiels qui, selon elle, entraînera l’utilisation de la biométrie pour les paiements de 2,6 milliards de personnes d’ici 2023.

Le module T-Shape, qui fait partie de la série FPC1300 (capteurs tactiles ultra-minces optimisés pour une intégration dans les cartes à puce), indique que sa consommation énergétique est extrêmement basse et que ses performances biométriques sont supérieures, grâce à des terminaux de paiement sans contact standard.

La Société Générale a également ouvert un compte biométrique en ligne (avec reconnaissance faciale biométrique et selfie dynamique). Cette nouvelle annonce est la première pour IDEMIA depuis que Yann Delabrière a été nommé en remplacement de Didier Lamouche en tant que PDG.

Les cartes à puce sans contact constituent l’un des trois segments du marché. Les cartes à empreinte digitale ont été identifiées comme zones cibles depuis son apparition au Mobile World Congress de 2018 à Shanghai. Les capteurs de la série FPC1300 et la solution F.CODE d’IDEMIA ont été utilisés lors du premier essai de carte de paiement biométrique au Japon, qui a été lancé plus tôt cette année.

Société Générale, Biometricupdate

Comment les tatouages électroniques vont changer le monde

Des tatouages électroniques ornés de lumières clignotantes et de circuits sophistiqués, c’est l’essence de la science fiction cyberpunk. Ils surveillent nos signes vitaux et ils nous fournissent des conseils de santé personnalisés en temps réel. Ils connectent notre biologie au Web et mettent l’Internet des objets à portée de main. Ils vont améliorer nos cinq sens, et peut-être même nous en donner de nouveaux.

Ce type d’augmentation humaine est décrit dans Circuits, le premier épisode de Glimpse, une nouvelle série de science-fiction originale de Futurism Studios et de DUST. Regardez le premier épisode ci-dessous.

Grâce aux récents développements dans le domaine des matériaux avancés et de l’ingénierie biomédicale, l’électronique portable est à la portée de tous. Nous avons déjà des matériaux biocompatibles qui permettent à l’électronique de fusionner de manière transparente avec le corps. Nous avons déjà développé des e-tatouages capables de contrôler un smartphone.

Maintenant, il s’agit simplement d’affiner et d’améliorer ces technologies.

En avril, Michael McAlpine, professeur de génie mécanique à l’Université du Minnesota, a publié une étude dans la revue Advanced Materials dans laquelle il a démontré une manière d’imprimer l’électronique directement sur la peau. L’appareil – bon marché, accessible et compact – offre déjà des applications révolutionnaires pour l’armée et la médecine. À l’avenir, cela pourrait complètement changer la façon dont nous interagissons avec le monde qui nous entoure.

Futurisme s’est récemment entretenu avec Alpine au sujet de ses recherches et de l’avenir de l’électronique imprimable et des e-tatouages.


Futurisme : je veux commencer par parler de la technologie d’impression 3D au centre de cette étude. Qu’est-ce qui est si spécial ?

Michael McAlpine : Dans l’ensemble, notre groupe de recherche développe des imprimantes capables d’imprimer au-delà des plastiques durs utilisés par la plupart des imprimantes 3D. Le plastique dur a une valeur limitée. Peu de gens achètent ces imprimantes, car personne chez eux n’a vraiment besoin d’imprimer des objets en plastique dur. Nous étendons donc les capacités de l’impression 3D au-delà du plastique dur et à ce que nous appelons des «matériaux fonctionnels». Cela signifie imprimer des supports pratiques – matériaux électroniques, polymères mous et même des matériaux biologiques comme les cellules – sur une seule et même plate-forme.

Nous intégrons également l’analyse et la vision par ordinateur dans l’impression 3D. La numérisation 3D nous permet de scanner la surface imprimée, comme un organe ou un nerf. Cela nous permet d’imprimer des dispositifs biomédicaux anatomiquement spécifiques. La vision par ordinateur nous permet d’imprimer sur des surfaces en mouvement, comme une main. Dans cette étude, nous avons imprimé un appareil électronique directement sur la peau. Cela n’a jamais été fait auparavant. L’imprimante compense à la fois la topologie de la main et le mouvement de la main. Vous disposez donc de la multifonctionnalité, vous avez un suivi, vous avez des surfaces complexes et vous avez une correspondance de dispositif anatomiquement précise. C’est ce qui le rend unique.

F: L’étude mentionne spécifiquement les applications militaires de cette technologie. Parlez-nous en plus.

MM: L’idée clé que nous avons eue en parlant aux militaires était qu’ils étaient intéressés par ce concept appelé «autonomie», c’est-à-dire les systèmes détachés de la grille, mais qui ont toujours une sorte de fonctionnalité. Dans ce cas particulier, vous pouvez imaginer l’outil d’impression 3D comme un couteau suisse pour sa fonctionnalité. Un soldat peut le transporter dans son sac à dos, le sortir sur le terrain et imprimer tout type d’appareil en utilisant uniquement des matières premières introduites dans l’imprimante.

Il est donc autonome car vous n’avez besoin que de l’imprimante pour créer un appareil. Vous pouvez commencer à penser à imprimer des dispositifs de sauvetage sur le corps, comme un panneau solaire au poignet, ou un capteur de guerre chimique ou biologique sur un bras. L’imprimante que nous utilisons coûte moins de 400 dollars, elle est assez légère et compacte, donc elle peut s’intégrer dans un sac à dos.

DARPA veut sauver la vie des soldats en ralentissant leurs processus biologiques

F: Comment cette technologie sera-t-elle utilisée en médecine ?

MM: Il y a des implications énormes pour la médecine, en particulier pour les intervenants d’urgence. Pour le moment, en cas d’accident, le patient doit attendre sur les lieux de l’accident pour que l’ambulance se présente. Ensuite, l’ambulance doit les emmener jusqu’à l’hôpital. Donc, il peut s’écouler une demi-heure ou plus avant qu’un traitement réel ait lieu. Mais si vous pouviez apporter l’imprimante au patient et imprimer un appareil biomédical directement sur le patient sur le lieu de l’accident, cela changerait la donne.

Nous avons également imprimé des cellules sur la plaie d’une souris. Nous avons collaboré avec le doyen de la faculté de médecine, Jajub Tolar, qui travaille sur une maladie cutanée rare où la couche épidermique se décolle suite à une maladie génétique. Nous avons pu imprimer des cellules régénératives sur la plaie de la souris pendant que la souris bougeait.

F: Passons aux applications civiles. Imaginez un monde dans cinq ou dix ans, où les imprimantes comme celles-là sont plus omniprésentes, plus accessibles. Comment pourraient-elles être utilisées dans la vie quotidienne ?

MM: J’ai récemment donné une conférence lors d’une foire scientifique où des groupes d’enfants et de parents étaient présents. La première question que j’ai posée était : «Combien d’entre vous savent ce qu’est l’impression 3D ?» Et à peu près tout le monde dans la pièce a levé la main. Maintenant, la deuxième question que j’ai posée était : «Combien d’entre vous ont déjà utilisé une imprimante 3D ?» Tous les parents ont baissé les mains, mais les enfants avaient toujours les mains en l’air. Alors j’ai demandé : «Est-ce parce que tu l’utilises dans ta classe ?» Et ils ont tous dit oui. Alors, j’ai demandé : «Combien d’entre vous possèdent une imprimante 3D ?» Et presque tout le monde a baissé les mains.

Bien que ces choses soient abordables et accessibles, personne ne les achète, car personne ne veut imprimer de plastique dur. Cela ne sert à rien. Même les enfants ne se soucient pas vraiment de ça. Ils peuvent imprimer un jouet qui ne fait absolument rien. Puis j’ai demandé: «Et si vous pouviez imprimer des composants électroniques sur votre peau? Et si vous pouviez imprimer votre prochain iphone ou votre prochaine smartwatch directement sur votre poignet? Combien d’entre vous iraient alors acheter une imprimante? »Et alors tous les enfants ont levé leurs mains. C’est le rêve de tous les enfants d’imprimer toutes sortes de lumières clignotantes et d’appareils électroniques sur leur peau. C’est une idée étrange d’avoir des tatouages électroniques sur toute la peau, mais les enfants vont le faire. Et puis les adultes vont le faire aussi.

F: Où ira ce type de technologie à long terme ?

MM: Toutes ces technologies que nous développons mèneront à l’ère post-informatique. En gros, vous passez de la 2D à la 3D [des puces à un circuit intégré], ce qui est essentiellement ce que la biologie est. Donc, la fusion de l’électronique et de la biologie va se produire. Les questions de confidentialité ou d’éthique qui en découlent ne seront pas très différentes de celles que nous avons avec l’électronique actuelle.

F: Quel est le prochain gros problème ou la prochaine opportunité que vous voulez aborder dans ce domaine ?

MM: Nous sommes particulièrement enthousiasmés par l’idée de la réparation nerveuse [renouveler ou régénérer les tissus endommagés pour restaurer le fonctionnement du système nerveux]. Nous avons déjà publié des recherches sur la réparation des nerfs périphériques.

Nous travaillons également sur la réparation des nerfs centraux ou la réparation de la moelle épinière. À l’heure actuelle, il existe toutes sortes d’approches différentes pour traiter les lésions de la moelle épinière, de l’inclusion des échafaudages et des cellules souches à l’introduction de molécules et de gradients biochimiques pour favoriser la régénération. Notre outil d’impression offre une solution tout-en-un, car vous pouvez imprimer une matrice ou échafaudage (scaffolds, charpentes en polymères ayant des structures tridimensionnelles qui guident la croissance cellulaire) et imprimer des cellules dans cet échafaudage. Vous pouvez également imprimer des indices biochimiques et des composants électroniques dans l’échafaudage pour les stimuler. Et puis, bien sûr, vous pouvez adapter l’échafaudage pour qu’il soit anatomiquement spécifique et anatomiquement précis au patient. Avoir un outil tout-en-un qui combine toutes les technologies existantes utilisées pour traiter ces blessures pourrait avoir des implications énormes pour les patients.

→ Ingénierie tissulaire : Obtention des tissus artificiels

F: C’est drôle, nous parlons beaucoup de la technologie qui remplace la biologie dans le futur. Mais j’aime vraiment l’idée de la technologie créant la biologie.

MM: ou en l’augmentant. Avec notre outil d’impression 3D, vous pouvez potentiellement intégrer l’électronique avec des organes pour faire les choses que les organes normaux ne peuvent pas faire. Le tout premier article que nous avons publié dans l’espace d’impression 3D était intitulé «3D Printed Bionic Ears (Oreilles bioniques imprimées en 3D)». Nous y avons montré que vous pouviez fusionner des cellules avec l’électronique. C’était très grossier mais nous avons prouvé que nous pouvions fabriquer un organe bionique fonctionnel, capable d’écouter de la musique au-delà de la fréquence normale de l’audition.

Nous avons récemment achevé un projet similaire avec des modèles d’organes, où nous avons réalisé des modèles d’organes réalistes qui ont été imprimées en 3D, mais qui semblaient être l’organe lui-même. Ils ont été fabriqués à partir d’un polymère souple. Alors, imaginez une personne qui a récemment souffert d’une insuffisance hépatique. Avec ce type de technologie, au lieu de remplacer leur foie par une version cellulaire, il n’est peut-être pas nécessaire d’avoir des cellules ou de la biologie. Peut-être que cela peut être purement synthétique, et peut-être qu’il pourrait mieux fonctionner qu’un foie normal – un organe augmenté.

Futurism

Biohacking l’avenir de l’évolution humaine

Amal Graafstra, auteur du livre RFID Toys, s’est fait implanter deux puces RFID. Son intérêt pour le biohacking, la RFID et la NFC ont commencé en 2005 comme une solution simple à un problème. Il voulait un accès facile à son bureau. Il a exploré les options biométriques et s’est finalement aperçu qu’elles étaient trop chères, peu fiables, et vulnérables au vandalisme. Graafstra joue un rôle actif dans le milieu des implants RFID DIY [Do It Yourself] depuis le milieu des années 2000. Son entreprise de biohacking Dangerous Things déclare que « le biohacking est à l’avant-garde d’un nouveau type d’évolution.

 

Expérience de Bitcoin avec une puce NFC : une clé privée implantée

L’avenir de l’humanité est de diriger sa propre évolution – Interview avec Amal Graafstra

Les dernières avancées de l’intelligence artificielle

Différentes prédictions défrayent la chronique depuis maintenant quelques années à propos de l’émergence d’une intelligence artificielle dite forte (autonome et multidisciplinaire). Optimistes ou non, tous les commentateurs du phénomène s’accordent plus ou moins sur la supériorité de l’intelligence artificielle sur l’humain dans tous les domaines d’ici 30 à 200 ans. Selon les commentateurs chinois, l’autonomisation complète de l’intelligence artificielle interviendra d’ici 104 ans, tandis que les Américains l’estiment à 169 ans. En attendant, voici quelques actualités notables.

Puisant dans des bases de données gigantesques, des algorithmes sont déjà si complexes que certaines machines prennent des décisions que l’Homme ne peut pas expliquer à ce jour. Plus étonnant encore, certaines intelligence artificielle détectent lorsqu’un humain tente de modifier leur comportement et peuvent même tout faire pour s’opposer à l’acte s’il entre en conflit avec l’objectif initial de l’intelligence artificielle.

Le même jour, Alibaba et Microsoft ont annoncé que leurs intelligences artificielles respectives ont battu l’Homme sur un test de lecture de référence, avec un score de 82,44 pour Alibaba et de 82,65 pour Microsoft, contre 82,304 pour l’humain. Le test en question, le Stanford Question Answering Dataset, pose 100 000 questions fermées sans possibilité d’interprétation à partir de 500 articles de Wikipédia.

Des chercheurs de l’Université du Maryland ont mis au point le Deception Analysis and Reasoning Engine (DARE), une intelligence artificielle détectant automatiquement le mensonge dans des vidéos de procès. DARE a appris à détecter et analyser les micro-expressions humaines (lèvres saillantes, sourcils froncés, etc.) et les différentes fréquences de voix d’un individu pour constater s’il fabule ou non. À plus long terme, le programme vise explicitement à être utilisé par les services de renseignement pour « prédire le mensonge dans un environnement ouvert ».

Une intelligence artificielle détecte le mensonge

Selon le docteur Laurent Alexandre, le développement de la génomique, des neurosciences et des capteurs électroniques connectés surveillant la santé, vont bouleverser le domaine médical. Les milliards de données qui composeront notre dossier médical ne pourront être analysés que par des intelligence artificielle. Les deux groupes numériques les plus investis dans la santé sont IBM et Google, mais Microsoft, Facebook, Amazon et Baidu se sont également engagés très sérieusement dans le secteur (L’Express, 27/12/17).

Des chercheurs de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT) ont réussi à créer des synapses artificielles. Il s’agirait d’une avancée déterminante et du dernier frein à l’accroissement de la puissance des intelligence artificielle. Un processeur basé sur un réseau neuronal imite le fonctionnement du cerveau humain en passant d’une transmission d’informations binaires (les processus informatiques actuels) à une liaison analogique (humaine). Cette découverte permettrait l’émergence de puces « neuromorphiques » pour traiter des millions de flux de calculs parallèles à l’instar du cerveau de l’Homme. Ces processeurs auront une puissance de calcul comparable à des supercalculateurs.

D’ici 2028, l’intelligence artificielle pourrait remplacer ou au moins assister les professeurs pour répondre aux difficultés de l’éducation et de l’enseignement dans les classes, selon le Forum Économique Mondial.