Biohacking : implant de puce sur scène pour créer un cyborg humain

Le Biohacking Live Human Chip Implant a eu lieu au 4YFN Barcelone 2019 avec Edgar Pons de Nanoboost et Ghislaine Boddington de body>data>space.

Un homme s’est porté volontaire pour se faire implanter une puce sous sa peau sur scène et un autre homme, qui avait déjà subi la procédure, a montré comment il pouvait effectuer un paiement en utilisant son smartphone.

Edgar Pons a déclaré avoir décidé de se faire implanter une puce RFID, car elle contenait des informations d’identification lui permettant d’ouvrir la porte de sa maison.

Lors de la présentation au Mobile World Congress, organisé par la banque espagnole Sabadell, un homme nommé Pau, déjà équipé d’une puce, a effectué un paiement en plaçant son smartphone sur la peau recouvrant la puce.

“Ce que nous voyons aujourd’hui, c’est ce qui pourrait être l’avenir des paiements“, a déclaré Anna Puigoriol, directrice des services financiers chez Sabadell.

C’est l’heure du Biohacking ! L’avenir de l’espèce humaine est ici. Joignez-vous à nous pour créer un “cyborg” humain sous vos yeux ! Nous implanterons une puce RFID dans la main d’un sujet volontaire et testerons sa fonctionnalité ! Nous parlerons de l’avenir du biohacking et de la modification humaine et de la façon dont cela affectera nos vies à long terme. Que se passe-t-il dans le monde du biohacking en ce moment ? Que pouvez-vous faire pour vous biohacker ? En quoi consiste l’avenir du biohacking ?

Chine : Auchan Minute le magasin sans personnel

Le détaillant français Auchan a ouvert son premier magasin de proximité miniature ‘Auchan Box’ à Shanghai, en Chine, rapporte LSA (07/2017). Le nouveau magasin, ouvert 24 heures sur 24, sept jours sur sept, ne mesure que 13 mètres carrés, mais propose plus de 500 gammes de produits, y compris des boissons, des collations et des produits non alimentaires quotidiens.

La principale caractéristique du magasin est qu’il est complètement numérique. Il n’y a aucun membre du personnel et tous les paiements sont effectués via un smartphone. De plus, le magasin est installé sur roues et peut donc être déplacé.

Le client ouvre la porte d’entrée avec son téléphone via l’application Auchan ou WeChat Pay. Ils placent des produits sur un lecteur RFID qui les ajoute dans un panier virtuel. Le paiement est ensuite complété avec l’application AliPay ou WeChat Pay. Si une assistance est requise, un consultant peut être appelé sur un écran.

Auchan Box compte environ 300 clients par jour depuis son lancement.

Auchan possède déjà 700 magasins sans caisse ni employé en Chine. Le premier magasin sans personnel arrivera en France en mars 2019.

Franceinfo, LSA

Vers une société sans espèces, à l’image de la Suède

Selon le rapport du comité Action publique 2022, la 16e proposition préconise une société « zéro cash » pour simplifier les paiements tout en luttant mieux contre la fraude fiscale”.

Les réformes préconisées :

– supprimer les espèces, les chèques et les timbres pour les paiements fiscaux et sociaux d’ici deux ans. Afin d’accompagner en particulier les publics les plus fragiles, des solutions intermédiaires pourraient être envisagées (par exemple utilisation d’une carte sans contact) ;
– rendre obligatoire l’acceptation des paiements dématérialisés (carte bancaire, téléphone, virement) pour tous les achats, sans montant minimum, et développer une application par laquelle les consommateurs pourraient aisément signaler des difficultés ;
– réduire progressivement la circulation d’espèces vers une extinction complète. On pourrait commencer à court terme par mettre fin à la circulation des pièces de 1 et 2 centimes, comme cela a été fait en Irlande, en Finlande et en Belgique par exemple.

Vers une économie sans argent liquide

L’Inde numérise tout, de l’argent à l’identification du citoyen

Expérience de Bitcoin avec une puce NFC : une clé privée implantée

Les micropuces passent sous la peau des Suédois technophiles

Il est de la taille d’un grain de riz, mais pourrait détenir la clé de nombreux aspects de votre vie. Une minuscule micropuce insérée sous la peau peut remplacer la nécessité de transporter des clés, des cartes de crédit et des billets de train. Cela pourrait ressembler à un cauchemar orwellien pour certains, mais en Suède, il s’agit d’une réalité bienvenue pour un nombre croissant de personnes qui privilégie la commodité par rapport à d’éventuelles violations des données personnelles. Mais un scientifique a averti que les avantages acquis lors de la procédure par les soi-disant «body-hackers» ne l’emportent pas sur les risques pour leurs données privées.

Les petits implants ont été utilisés pour la première fois en 2015 en Suède – d’abord confidentiellement – et dans plusieurs autres pays. Les Suédois ont continué à être très actifs dans le microchiping, avec un faible débat sur les questions entourant son utilisation, dans un pays passionné par les nouvelles technologies et où le partage d’informations personnelles est brandi comme le signe d’une société transparente.

Ulrika Celsing, vingt-huit ans, est l’une des 3000 Suédoises à s’être injecté une micropuce dans la main pour essayer un nouveau mode de vie. Pour entrer sur son lieu de travail, l’agence de médias Mindshare, elle fait simplement signe de la main sur une petite boîte et tape un code avant que les portes s’ouvrent. “C’était amusant d’essayer quelque chose de nouveau et de voir ce que l’on pourrait utiliser pour rendre la vie plus facile à l’avenir”, a-t-elle déclaré à l’AFP.

L’année dernière, la puce est devenue une sorte de sac à main électronique et a même remplacé sa carte de gym, a-t-elle dit. Si elle le voulait, elle pourrait également l’utiliser pour réserver des billets de train. La compagnie ferroviaire nationale suédoise SJ Rail a conquis plus de 130 utilisateurs pour son service de réservation de puces électroniques en un an. Les conducteurs examinent les passagers après avoir réservé leurs billets en ligne et les enregistrer sur leur puce.

Swedish nationals are part of a study that embeds microchips under the skin on the back of a person’s hand. SJ Rail, a Swedish rail operator, uses the chips to allow customers to pay for tickets (pictured). It has won over 130 users to its microchip reservation service in a year.
Credit: SJ Rail

La Suède a fait ses preuves en matière de partage de renseignements personnels, ce qui a peut-être contribué à faciliter l’acceptation de la micropuce parmi la population de 10 millions d’habitants des pays nordiques. Les citoyens acceptent depuis longtemps le partage de leurs données personnelles, enregistrées par le système de sécurité sociale, avec d’autres organismes administratifs, tandis que les gens peuvent connaître les salaires des uns et des autres en téléphonant rapidement à l’administration fiscale.

Les implants utilisent la technologie Near Field Communication (NFC), également utilisée dans les cartes de crédit sans contact ou les paiements mobiles. Lorsqu’il est activé par un lecteur situé à quelques centimètres de distance, une petite quantité de données circule entre les deux appareils via des ondes électromagnétiques. Les implants sont “passifs”, ce qui signifie qu’ils contiennent des données et des informations que d’autres appareils peuvent lire, mais ne peuvent pas lire eux-mêmes les informations. Bien qu’ils soient limités, ils ont la capacité de détenir des billets de train, des codes de passe d’entrée ainsi que l’accès à certains distributeurs automatiques et imprimantes, selon les promoteurs.

Lorsque la société de médias de Celsing a organisé un événement où les employés pouvaient obtenir les implants, elle a suivi la foule. Elle a dit qu’elle n’a ressenti qu’une légère piqûre lorsque la seringue a inséré la puce dans sa main gauche, qu’elle utilise maintenant presque quotidiennement et ne craint pas le piratage ou la surveillance possible. “Je ne pense pas que la technologie actuelle soit suffisante pour pirater les puces”, dit-elle. “Mais je pourrais y penser à l’avenir, je pourrais toujours l’enlever”, ajoute-t-elle.

Une société américaine propose des implants sous-cutanés à leurs employés

Cependant, pour Ben Libberton, un microbiologiste travaillant pour le laboratoire MAX IV dans la ville de Lund, dans le sud du pays, qui fournit des rayons X pour la recherche, le danger est réel. Les implants de puce pourraient provoquer des “infections ou des réactions du système immunitaire”, a-t-il averti. Mais le plus grand risque, a-t-il ajouté, était autour des données contenues dans la puce.

“Pour le moment, les données recueillies et partagées par les implants sont limités, mais il est probable que cela va augmenter”, a déclaré le chercheur. La vraie question, a-t-il ajouté, est de savoir quelles données sont collectées et qui les partage. “Si une puce peut un jour détecter un problème médical, qui découvre et quand ?”. Libberton s’inquiète du fait que “plus il y a de données stockées dans un seul endroit, comme cela pourrait arriver avec une puce, plus il y a de risque qu’elles puissent être utilisées contre nous”.

Mais Jowan Osterlund, spécialiste du piercing et champion autoproclamé de l’implantation de puces, élimine les craintes d’abus de données et de théories du complot. Il défend le point de vue opposé, en faisant valoir que si nous portons toutes nos données personnelles sur nous, nous aurions un meilleur contrôle de leur utilisation.

Malgré les questions sans réponse sur la façon dont la technologie va progresser, l’attrait de faire partie d’une expérience futuriste est un attrait important pour certains utilisateurs.

“En Suède, les gens sont très à l’aise avec la technologie et je dirais qu’il y a moins de résistance aux nouvelles technologies ici que dans la plupart des autres endroits”, a déclaré Libberton.

Lors d’une “implant party” organisée par Osterlund à Stockholm, Anders Brannfors, 59 ans, se distingue avec ses cheveux poivre et sel parmi les curieux hipsters de 30 ans. Ravi d’être devenu une version 2.0 de lui-même, il lui reste cependant à trouver une utilisation pour sa puce plusieurs semaines après l’implantation.

Mais les experts affirment que les dilemmes éthiques vont s’aggraver au fur et à mesure que les puces électroniques deviendront plus sophistiquées. Et comme pour la plupart des nouvelles technologies, cela soulève des problèmes de sécurité et de confidentialité. Contrairement aux cartes magnétiques d’entreprise ou aux smartphones, qui peuvent générer les mêmes données, une personne ne peut pas facilement se séparer de la puce.

Ces dispositifs n’ont pas été testés ou certifiés par un organisme de réglementation pour l’implantation ou l’utilisation sur ou dans le corps humain.

Expérience de Bitcoin avec une puce NFC : une clé privée implantée

DailyMail

Visa annonce un projet pilote pour les cartes de paiement biométriques

Visa a annoncé des projets pilotes pour la mise en place d’une nouvelle carte de paiement EMV biométrique à double interface pour des transactions avec et sans contact, en partenariat avec Mountain America Credit Union et Bank of Cyprus. Ces projets vont tester l’utilisation de la reconnaissance d’empreintes digitales comme alternatives au PIN ou à la signature pour authentifier le détenteur de la carte.

Les mots de passe disparaîtront progressivement d’ici 2025

Les cartes de paiement sont équipées de capteurs intégrés de la série FPC1300 de Fingerprint Cards. La technologie biométrique fournie par Gemalto est utilisée dans le cadre du projet pilote de Bank of Cyprus, tandis que le projet de Mountain America Credit Union utilise la solution de Precise Biometrics, une solution algorithmique de lecture d’empreintes digitales basé sur Precise BioMatch Embedded, ainsi que la technologie fournie par Kona-I.

« Je suis heureux que nous fassions partie des premiers essais sur le marché américain pour les cartes de paiement biométriques à double interface d’un fournisseur mondial de solutions de paiement. L’intérêt pour les cartes de paiement biométriques est élevé et Precise Biometrics est à l’avant-garde dans ce domaine », note Torgny Hellström, président du conseil d’administration de Precise Biometrics.

Zwipe a annoncé plus tôt ce mois-ci qu’il collaborerait avec Gemalto pour fournir sa capacité de récupération d’énergie et son moteur biométrique pour le projet pilote de Bank of Cyprus, tandis que Precise Biometrics et Kona-I ont déjà établi des partenariats avec Fingerprint Cards.

« La collaboration est essentielle dans l’écosystème des cartes à puce et des paiements. Nous sommes fiers de participer à ces essais de marché inédits avec Visa, le leader mondial des paiements numériques. Cela signifie que nous entrons dans la phase suivante de l’exécution de notre stratégie pour les cartes de paiement biométriques à double interface », déclare Thomas Rex, Vice-président principal chez Fingerprint Cards.

Le projet pilote a été annoncé à l’occasion du NRF Big Show 2018 de la National Retail Federation et sera géré par le programme Visa Ready for Biometrics, qui, selon la société, est un nouveau programme vertical destiné à répondre à la demande croissante d’authentification biométrique.

Un système de lecture labiale automatique pourrait mettre fin aux mots de passe tels que nous les connaissons

« Le monde se dirige rapidement vers un avenir sans mots de passe, car les consommateurs réalisent à quel point les technologies biométriques peuvent leur faciliter la vie », explique Jack Forestell, responsable des solutions commerciales mondiales chez Visa Inc..

Alors que les paiements électroniques augmentent considérablement dans le monde, Visa s’engage à développer et à investir dans des capacités émergentes offrant une expérience de paiement meilleure et plus sécurisée.

HSBC a publié un nouveau rapport de recherche intitulé « Faire confiance à la technologie »

La carte authentifie les utilisateurs en faisant correspondre une empreinte digitale prise au point de vente d’une agence bancaire, les données de référence des empreintes digitales sont stockées directement sur la puce sécurisée de la carte. Elle est équipée de voyants verts et rouges pour indiquer le succès ou l’échec de l’authentification, et est compatible avec les terminaux de paiement avec ou sans contact existants.

Les projets pilotes de Mountain America Credit Union et de Bank of Cyprus débuteront au début de 2018.

traduction Thomas Jousse

Visa Inc., Gemalto, Business Wire, Reuters, BiometricUpdate

Acuity prévoit un billion de transactions biométriques basées sur le Cloud d’ici 2022

Plus d’un billion de transactions seront authentifiées avec la biométrie dans le cloud d’ici 2022, soutenues par 5.5 milliards d’appareils mobiles biométriques, selon les prévisions publiées par Acuity Market Intelligence dans “The Global Biometric and Mobility Report”.

Les revenus annuels tirés des transactions biométriques passeront de 474 millions de dollars en 2017 à 18$ milliards de dollars en 2022, soit un CAGR (Compound annual growth rate : taux de croissance annuel moyen) de plus de 100 %, selon les prévisions d’Acuity. Les revenus des applications biométriques augmenteront de 26 % par an, passant de 9,4 milliards de dollars à 29 milliards au cours de la période, et les téléchargements d’applications biométriques dépasseront 16,7 milliards en 2022.

“La biométrie est devenue une commodité grand public pour le déverrouillage des smartphones et la vérification des transactions sur les appareils”, selon Maxine Most, directeur et analyste principal d’Acuity. “Mais le marché évolue vers une hiérarchie de méthodes d’authentification biométrique intégrée allant de la simple vérification basée sur un appareil à des solutions Cloud biométriques tierces, ou des solutions côté serveur. Ces solutions remplaceront les schémas traditionnels d’identité numérique et fourniront une assurance d’identité plus sûre et plus fiable à l’échelle mondiale.”

Selon le rapport, il y aura 1,4 billion de transactions biométriques mobiles par an d’ici 2022, dont plus de 70 % seront basées sur le cloud.

“Pousser la biométrie au « bord » de l’écosystème mobile avec l’authentification basée sur l’appareil améliore l’expérience mobile, mais avec des limites”, explique Most. “Le gros avantage vient du Cloud, ou de la biométrie côté serveur, qui simplifie l’authentification et réduit les frictions tout en reliant un individu à une identité unique vérifiable (UVI) indépendante de l’appareil et de la plate-forme.”

Biométrie : pour le meilleur ou pour le pire ?

traduction Benjamin Prissé

BiometricUpdate

La Fondation Gates lance un système de paiement mobile alimenté par le Protocole Interledger

Le projet Level One, de la Fondation Bill & Melinda Gates, a commencé en 2015. Maintenant, ils ont développé une plate-forme open-source qui permet à divers services financiers de fonctionner de manière transparente comme un service de paiement pour les pauvres.

La Fondation Bill & Melinda Gates n’est pas étrangère à la blockchain. Depuis 2015, la fondation travaille sur les moyens d’utiliser le grand livre numérique décentralisé des transactions grâce à son projet Level One. Maintenant, ils ont lancé Mojaloop, une plate-forme de paiement open-source conçue pour les personnes qui n’ont pas accès aux services de paiement habituels.

Le logiciel de paiement mobile de Mojaloop, construit dans le cadre du projet Level One, est alimenté par la technologie Interledger, qui à son tour a été construite par Ripple, la startup de la technologie des registres distribués (DLT-Distributed Ledgers Techonology). Il établit un plan pour relier le secteur des services financiers d’aujourd’hui et peut être utilisé comme une solution aux barrières auxquelles les banques et les fournisseurs d’interopérabilité sont traditionnellement confrontés, a annoncé la fondation. En bref, Mojaloop veut mettre en relation les institutions financières, les fournisseurs de services de paiement et d’autres sociétés qui fournissent des services de paiement et partagent des informations en utilisant la chaîne de blocs.

Guide du Projet Level One (PDF)

Credit : Level One Project

Bill & Melinda Gates Foundation

Cette vidéo présente un modèle de système de services financiers numériques au niveau national conçu pour intégrer les pauvres dans l’économie formelle

Cette vidéo présente trois cas clés qui peuvent inciter les consommateurs et les organisations à commencer à utiliser un système de services financiers numériques

Cette vidéo décrit des approches qui permettent aux pauvres de faire des transactions numériques

L’Inde numérise tout, de l’argent à l’identification du citoyen

En novembre dernier, dans le cadre d’un plan directeur controversé pour faire de l’Inde une société sans numéraire et numérisée, le Premier Ministre Narendra Modi a annoncé que les billets de Rs500 et Rs1000 devaient être démonétisés, ce qui enlevât efficacement 86 % de la valeur des espèces en circulation.

La mesure a été l’une des dernières étapes du plan, après que les travaux préliminaires ont été posés en introduisant la base de données biométriques Aadhaar, qui a donné à 95 % de la population une preuve d’identité numérique en 2016. Aadhaar s’est accru près d’India Stack, ce qui a permis aux gens de stocker et de partager des informations telles que les adresses, les relevés bancaires, les dossiers d’emploi, et les déclarations fiscales – par le système Aadhaar qui ont tous été ratifiés.

L’aspect clé d’India Stack donnait à tout le monde l’accès à l’une des 11 banques de paiement pouvant gérer les paiements et les transferts mais pas les prêts. L’élimination de l’argent obligeait les individus à adopter cette nouvelle infrastructure numérique, ce qui a amené 270 millions de personnes à ouvrir des comptes bancaires et de 10 milliards de dollars à déposer au cours des trois premières années – cela a généré une dynamique pour ce qui pourrait évoluer vers la première société sans numéraire dans le monde.

Vers une économie sans argent liquide

La décision a des conséquences importantes non seulement pour l’Inde, mais aussi pour le reste du monde. Pour l’Inde, il y aura des frictions initialement en raison de la prééminence des transferts en espèces dans la société : il a été estimé plus tôt cette année que 78 pour cent des transactions dans le pays utilisaient toujours du cash.

Ceci pourrait être justifié, cependant, par les gains de long terme. La mesure pourrait infléchir la corruption et “l’argent au noir” en Inde ainsi qu’introduire un système fiscal plus efficace et robuste. Cela pourrait également faire des paiements une affaire complètement sécurisée – amenant une bureaucratie moderne et une formalité sans précédent à l’économie Indienne.

Les ramifications mondiales de la numérisation de l’Inde sont également sérieuses. Raoul Pal, ancien gérant de GLG Global Macro Fund, a écrit dans un éditorial pour Mauldin Economics, “Cela pourrait bien être le tueur du bitcoin ou au mieux fournir le cadre sur la manière d’appliquer la technologie blockchain dans le monde réel”.

Même si cela n’annonce pas la fin du bitcoin, la mesure se révélera une expérience intéressante à observer pour d’autres pays cherchant à être sans numéraire, comme la Suède, qui a vu une une réduction de 40 pour cent de l’encaisse et des pièces en circulation.

traduction Benjamin Prissé

Business Insider, Financial Times, Mauldin Economics

Des puces et des hommes

L’homme amélioré par la technologie, c’est maintenant. En Suisse, des bio-hackers vivent avec une puce dans la main. Nouvo les a rencontré à « implant party » organisée pendant le LUFF à Lausanne au mois d’octobre.
Un reportage de l’émission Nouvo, une émission de la Radio Télévision Suisse, vendredi 18 novembre 2016.