Les dernières avancées de l’intelligence artificielle

Différentes prédictions défrayent la chronique depuis maintenant quelques années à propos de l’émergence d’une intelligence artificielle dite forte (autonome et multidisciplinaire). Optimistes ou non, tous les commentateurs du phénomène s’accordent plus ou moins sur la supériorité de l’intelligence artificielle sur l’humain dans tous les domaines d’ici 30 à 200 ans. Selon les commentateurs chinois, l’autonomisation complète de l’intelligence artificielle interviendra d’ici 104 ans, tandis que les Américains l’estiment à 169 ans. En attendant, voici quelques actualités notables.

Puisant dans des bases de données gigantesques, des algorithmes sont déjà si complexes que certaines machines prennent des décisions que l’Homme ne peut pas expliquer à ce jour. Plus étonnant encore, certaines intelligence artificielle détectent lorsqu’un humain tente de modifier leur comportement et peuvent même tout faire pour s’opposer à l’acte s’il entre en conflit avec l’objectif initial de l’intelligence artificielle.

Le même jour, Alibaba et Microsoft ont annoncé que leurs intelligences artificielles respectives ont battu l’Homme sur un test de lecture de référence, avec un score de 82,44 pour Alibaba et de 82,65 pour Microsoft, contre 82,304 pour l’humain. Le test en question, le Stanford Question Answering Dataset, pose 100 000 questions fermées sans possibilité d’interprétation à partir de 500 articles de Wikipédia.

Des chercheurs de l’Université du Maryland ont mis au point le Deception Analysis and Reasoning Engine (DARE), une intelligence artificielle détectant automatiquement le mensonge dans des vidéos de procès. DARE a appris à détecter et analyser les micro-expressions humaines (lèvres saillantes, sourcils froncés, etc.) et les différentes fréquences de voix d’un individu pour constater s’il fabule ou non. À plus long terme, le programme vise explicitement à être utilisé par les services de renseignement pour « prédire le mensonge dans un environnement ouvert ».

Une intelligence artificielle détecte le mensonge

Selon le docteur Laurent Alexandre, le développement de la génomique, des neurosciences et des capteurs électroniques connectés surveillant la santé, vont bouleverser le domaine médical. Les milliards de données qui composeront notre dossier médical ne pourront être analysés que par des intelligence artificielle. Les deux groupes numériques les plus investis dans la santé sont IBM et Google, mais Microsoft, Facebook, Amazon et Baidu se sont également engagés très sérieusement dans le secteur (L’Express, 27/12/17).

Des chercheurs de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT) ont réussi à créer des synapses artificielles. Il s’agirait d’une avancée déterminante et du dernier frein à l’accroissement de la puissance des intelligence artificielle. Un processeur basé sur un réseau neuronal imite le fonctionnement du cerveau humain en passant d’une transmission d’informations binaires (les processus informatiques actuels) à une liaison analogique (humaine). Cette découverte permettrait l’émergence de puces « neuromorphiques » pour traiter des millions de flux de calculs parallèles à l’instar du cerveau de l’Homme. Ces processeurs auront une puissance de calcul comparable à des supercalculateurs.

D’ici 2028, l’intelligence artificielle pourrait remplacer ou au moins assister les professeurs pour répondre aux difficultés de l’éducation et de l’enseignement dans les classes, selon le Forum Économique Mondial.

Les micropuces passent sous la peau des Suédois technophiles

Il est de la taille d’un grain de riz, mais pourrait détenir la clé de nombreux aspects de votre vie. Une minuscule micropuce insérée sous la peau peut remplacer la nécessité de transporter des clés, des cartes de crédit et des billets de train. Cela pourrait ressembler à un cauchemar orwellien pour certains, mais en Suède, il s’agit d’une réalité bienvenue pour un nombre croissant de personnes qui privilégie la commodité par rapport à d’éventuelles violations des données personnelles. Mais un scientifique a averti que les avantages acquis lors de la procédure par les soi-disant «body-hackers» ne l’emportent pas sur les risques pour leurs données privées.

Les petits implants ont été utilisés pour la première fois en 2015 en Suède – d’abord confidentiellement – et dans plusieurs autres pays. Les Suédois ont continué à être très actifs dans le microchiping, avec un faible débat sur les questions entourant son utilisation, dans un pays passionné par les nouvelles technologies et où le partage d’informations personnelles est brandi comme le signe d’une société transparente.

Ulrika Celsing, vingt-huit ans, est l’une des 3000 Suédoises à s’être injecté une micropuce dans la main pour essayer un nouveau mode de vie. Pour entrer sur son lieu de travail, l’agence de médias Mindshare, elle fait simplement signe de la main sur une petite boîte et tape un code avant que les portes s’ouvrent. “C’était amusant d’essayer quelque chose de nouveau et de voir ce que l’on pourrait utiliser pour rendre la vie plus facile à l’avenir”, a-t-elle déclaré à l’AFP.

L’année dernière, la puce est devenue une sorte de sac à main électronique et a même remplacé sa carte de gym, a-t-elle dit. Si elle le voulait, elle pourrait également l’utiliser pour réserver des billets de train. La compagnie ferroviaire nationale suédoise SJ Rail a conquis plus de 130 utilisateurs pour son service de réservation de puces électroniques en un an. Les conducteurs examinent les passagers après avoir réservé leurs billets en ligne et les enregistrer sur leur puce.

Swedish nationals are part of a study that embeds microchips under the skin on the back of a person’s hand. SJ Rail, a Swedish rail operator, uses the chips to allow customers to pay for tickets (pictured). It has won over 130 users to its microchip reservation service in a year.
Credit: SJ Rail

La Suède a fait ses preuves en matière de partage de renseignements personnels, ce qui a peut-être contribué à faciliter l’acceptation de la micropuce parmi la population de 10 millions d’habitants des pays nordiques. Les citoyens acceptent depuis longtemps le partage de leurs données personnelles, enregistrées par le système de sécurité sociale, avec d’autres organismes administratifs, tandis que les gens peuvent connaître les salaires des uns et des autres en téléphonant rapidement à l’administration fiscale.

Les implants utilisent la technologie Near Field Communication (NFC), également utilisée dans les cartes de crédit sans contact ou les paiements mobiles. Lorsqu’il est activé par un lecteur situé à quelques centimètres de distance, une petite quantité de données circule entre les deux appareils via des ondes électromagnétiques. Les implants sont “passifs”, ce qui signifie qu’ils contiennent des données et des informations que d’autres appareils peuvent lire, mais ne peuvent pas lire eux-mêmes les informations. Bien qu’ils soient limités, ils ont la capacité de détenir des billets de train, des codes de passe d’entrée ainsi que l’accès à certains distributeurs automatiques et imprimantes, selon les promoteurs.

Lorsque la société de médias de Celsing a organisé un événement où les employés pouvaient obtenir les implants, elle a suivi la foule. Elle a dit qu’elle n’a ressenti qu’une légère piqûre lorsque la seringue a inséré la puce dans sa main gauche, qu’elle utilise maintenant presque quotidiennement et ne craint pas le piratage ou la surveillance possible. “Je ne pense pas que la technologie actuelle soit suffisante pour pirater les puces”, dit-elle. “Mais je pourrais y penser à l’avenir, je pourrais toujours l’enlever”, ajoute-t-elle.

Une société américaine propose des implants sous-cutanés à leurs employés

Cependant, pour Ben Libberton, un microbiologiste travaillant pour le laboratoire MAX IV dans la ville de Lund, dans le sud du pays, qui fournit des rayons X pour la recherche, le danger est réel. Les implants de puce pourraient provoquer des “infections ou des réactions du système immunitaire”, a-t-il averti. Mais le plus grand risque, a-t-il ajouté, était autour des données contenues dans la puce.

“Pour le moment, les données recueillies et partagées par les implants sont limités, mais il est probable que cela va augmenter”, a déclaré le chercheur. La vraie question, a-t-il ajouté, est de savoir quelles données sont collectées et qui les partage. “Si une puce peut un jour détecter un problème médical, qui découvre et quand ?”. Libberton s’inquiète du fait que “plus il y a de données stockées dans un seul endroit, comme cela pourrait arriver avec une puce, plus il y a de risque qu’elles puissent être utilisées contre nous”.

Mais Jowan Osterlund, spécialiste du piercing et champion autoproclamé de l’implantation de puces, élimine les craintes d’abus de données et de théories du complot. Il défend le point de vue opposé, en faisant valoir que si nous portons toutes nos données personnelles sur nous, nous aurions un meilleur contrôle de leur utilisation.

Malgré les questions sans réponse sur la façon dont la technologie va progresser, l’attrait de faire partie d’une expérience futuriste est un attrait important pour certains utilisateurs.

“En Suède, les gens sont très à l’aise avec la technologie et je dirais qu’il y a moins de résistance aux nouvelles technologies ici que dans la plupart des autres endroits”, a déclaré Libberton.

Lors d’une “implant party” organisée par Osterlund à Stockholm, Anders Brannfors, 59 ans, se distingue avec ses cheveux poivre et sel parmi les curieux hipsters de 30 ans. Ravi d’être devenu une version 2.0 de lui-même, il lui reste cependant à trouver une utilisation pour sa puce plusieurs semaines après l’implantation.

Mais les experts affirment que les dilemmes éthiques vont s’aggraver au fur et à mesure que les puces électroniques deviendront plus sophistiquées. Et comme pour la plupart des nouvelles technologies, cela soulève des problèmes de sécurité et de confidentialité. Contrairement aux cartes magnétiques d’entreprise ou aux smartphones, qui peuvent générer les mêmes données, une personne ne peut pas facilement se séparer de la puce.

Ces dispositifs n’ont pas été testés ou certifiés par un organisme de réglementation pour l’implantation ou l’utilisation sur ou dans le corps humain.

Expérience de Bitcoin avec une puce NFC : une clé privée implantée

DailyMail

Aventures chez les transhumanistes

Cyborgs, techno-utopistes, hackers et tous ceux qui veulent résoudre le modeste problème de la mort

isbn 9782373090376

Le transhumanisme peut sembler aussi bien porteur d’un immense espoir que terrifiant. Voire totalement absurde… Son but étant d'”améliorer” la condition humaine – le corps et l’esprit – jusqu’au stade où maladie, vieillesse et mort appartiendront au passé, le futur que prônent ses adeptes relève pour l’instant de la science-fiction. Mais ils sont de plus en plus nombreux, notamment parmi les dirigeants de la Silicon Valley, à croire que l’homme vaincra la mort et à plancher sur la question. Fasciné par ce mouvement en plein essor, le journaliste et essayiste irlandais Mark O’Connell est parti à leur rencontre.

Au fil de son enquête au long cours, il a fait la connaissance des figures majeures du mouvement et a exploré les lieux où ils élaborent leurs projets : laboratoires ultramodernes, espaces de stockage cryonique, caves dédiées au biohacking… On y croise des tenants du téléchargement de l’esprit, des immortalistes, des programmeurs informatiques redessinant le monde dans leur coin ou encore des développeurs de robots de guerre. Aventures chez les transhumanistes dévoile les facettes glaçantes de cette galaxie en pleine expansion.

Mark O’Connell est un journaliste et essayiste irlandais dont les travaux sur le transhumanisme ont été publiés dans Slate, le New Yorker et le New York Times Magazine. Livre paru en mars 2017 et déjà traduit dans 10 pays (Chine, République Tchèque, Pays-Bas, Allemagne, Italie, Japon, Corée du Sud, Pologne, Russie, Turquie).

https://iatranshumanisme.com/transhumanisme/politique-transhumanisme-james-hughes/le-transhumanisme-democratique-2-0/

« Une plongée unique au cœur du milieu transhumaniste, qui permet de mieux saisir cette foi dans la technologie (parfois) sinistre et (toujours) excessivement arrogante qui irradie de la Silicon Valley. » —The Guardian

« Les lecteurs apprécieront le sens de l’humour et l’écriture nerveuse de O’Connell, partageant ses nombreuses interrogations sur les conséquences éthiques et les dilemmes moraux qu’implique le transhumanisme. » — Booklist

« Le transhumanisme – défini comme “un mouvement prônant ni plus ni moins que l’émancipation totale vis­à­vis de notre condition biologique” – est passé au crible dans cette enquête très fouillée et provocante à souhait. » — Publishers Weekly

« O’Connell présente aux lecteurs une galerie de personnages burlesques voire délirants, parmi lesquels Max More, un philosophe “extropien” diplômé d’Oxford, qui aspire à repousser toujours plus loin les limites du vivant ; ou encore Zoltan Istvan, le candidat transhumaniste à la présidentielle américaine en 2016, qui mena sa campagne en sillonnant les routes à bord d’un bus en forme de cercueil… » — New Statesman

https://iatranshumanisme.com/transhumanisme/les-organismes-transhumanistes/transhumanistes-extropiens/principes-transhumanistes-dextropie/

Extraits

Plus j’approfondissais le sujet, plus je découvrais que le transhumanisme, malgré son apparente radicalité et bizarrerie, exerçait une influence patente sur la culture de la Silicon Valley – et donc, plus largement, sur l’imaginaire des nouvelles technologies. Elle se manifestait par exemple chez de nombreux entrepreneurs tech adhérant à l’idéal d’une extension conséquente de la durée de vie : c’est notamment le cas du cofondateur de PayPal et investisseur précoce de Facebook Peter Thiel, à l’origine de divers projets allant dans ce sens ; ou de Google, qui a ouvert une filiale spécialisée dans les biotechnologies, Calico, laquelle vise à résoudre le problème de la vieillesse.

On perçoit également cette influence dans les avertissements de plus en plus pressants de personnalités comme Elon Musk, Bill Gates ou Stephen Hawking, qui s’inquiètent de voir un jour notre espèce annihilée par une superintelligence artificielle. Sans oublier l’embauche par Google de Ray Kurzweil, le grand gourou de la « singularité technologique », au poste de directeur de l’ingénierie. Je vois aussi l’empreinte du transhumanisme dans des déclarations telles que celle-ci, signée Eric Schmidt, ex-PDG de Google : « Vous disposerez d’un implant qui vous donnera automatiquement une réponse dès que vous vous poserez une question. » Ces hommes – il s’agissait d’hommes pour l’essentiel – parlaient d’un avenir dans lequel les humains ne feraient plus qu’un avec les machines. Quelles que soient leurs divergences, ils évoquaient tous un futur post-humain, dans lequel le techno-capitalisme survivrait à ses propres inventeurs, trouvant de nouvelles formes pour se perpétuer et tenir ses promesses.

[…]

Une partie de la communauté scientifique se montre de plus en plus inquiète à l’idée qu’une intelligence supérieure balaye l’humanité de la surface de la terre. En découvrant que cette vision de notre avenir technologique était partagée par d’autres personnes que moi, ma nature fataliste y a trouvé matière à entretenir son angoisse.

Les journaux s’empressent souvent de relayer ce genre de prophéties sinistres, généralement illustrées par une image apocalyptique tirée de la franchise Terminator – un robot tueur au crâne de titane dévisageant le lecteur de ses yeux rouges et cruels.

Après avoir qualifié l’IA de « plus grand menace existentielle qui pèse sur l’humanité », Elon Musk a ainsi souligné que nous risquions d’« ouvrir la boîte de Pandore » en la laissant se développer de manière exponentielle. (« J’espère que nous ne serons pas l’amorce de cette superintelligence numérique », a-t-il tweeté en août 2014.) Pour sa part, Peter Thiel a déclaré que « les gens passent trop de temps à se soucier du changement climatique et pas assez à se préoccuper de l’IA ». Quant à Stephen Hawking, il a publié une tribune dans The Independent, qui se présentait clairement sous forme d’avertissement : si l’aboutissement d’un tel projet représenterait sans doute « le plus grand événement de toute l’histoire de l’humanité », celui-ci pourrait « tout aussi bien être le dernier, à moins que nous trouvions dès à présent un moyen de réduire les risques au maximum ». Même Bill Gates a publiquement exprimé ses craintes à ce sujet, ajoutant « ne pas comprendre pourquoi certaines personnes ne s’en inquiètent pas ».

Suis-je moi-même inquiet ? Oui et non. Malgré le fait qu’elles entrent en résonance avec ma tendance innée au pessimisme, je ne suis pas vraiment convaincu par ces augures apocalyptiques, en grande partie parce qu’elles me semblent être le pendant des prophéties les plus optimistes sur l’IA – où l’on assisterait à une grande redistribution des rôles, où les humains seraient propulsés au plus haut sommet de la connaissance et la puissance, où ils vivraient pour l’éternité dans la lumière resplendissante de la Singularité. Au fil de ma réflexion, j’ai pourtant vite compris que mon scepticisme était davantage lié à mon tempérament qu’à des arguments logiques. Le fait est que j’ignore à peu près tout des raisons scientifiques (probablement excellentes) qui motivent une telle frayeur. Et même si je n’y crois pas, je reste néanmoins fasciné par cette idée morbide : nous pourrions être sur le point de créer une machine capable de rayer notre espèce de la carte.

[…]

Nate Soares leva une main en direction de son crâne rasé de frais, qui lui conférait de faux airs de moine, et se tapota le front à coups secs afin d’accompagner le geste à la parole : « Encore aujourd’hui, pour faire fonctionner un être humain, il faut obligatoirement passer par cette masse de viande et de neurones. »

Nous discutions des avantages qui pourraient découler de l’avènement d’une superintelligence artificielle. Pour Nate, le principal d’entre eux serait la capacité de faire fonctionner un être humain – à commencer par lui-même – sur un autre support que celui qu’il pointait du doigt.

C’était un homme trapu et calme, aux larges épaules, âgé d’environ 25 ans. Autre détail : il portait un T-shirt orné de l’inscription « Nate le Grand ». Tandis qu’il se rasseyait sur sa chaise de bureau et croisait les jambes, je remarquais aussitôt 1) qu’il avait retiré ses chaussures ; 2) que ses chaussettes étaient dépareillées – l’une bleue unie, l’autre blanche avec des motifs.

La pièce était totalement vide à l’exception des chaises sur lesquelles nous étions assis, d’un tableau blanc et d’un bureau, où étaient posés un ordinateur portable ouvert et une édition papier du livre Superintelligence de Nick Bostrom. Nous nous trouvions dans le bureau de Nate au Machine Intelligence Research Institute (MIRI) de Berkeley. L’aspect dépouillé de la pièce tenait sans doute au fait qu’il venait tout juste de décrocher un nouveau travail ici, celui de directeur exécutif. Il avait quitté l’an passé son poste lucratif d’ingénieur logiciel chez Google, avant de gravir rapidement les échelons au sein du MIRI. Son prédécesseur était Eliezer Yudkowsky – le théoricien de l’IA cité par Bostrom dans son livre –, qui avait fondé l’institut en 2000.

Je savais que Nate nourrissait des projets ambitieux pour le MIRI après avoir lu ses nombreux articles publiés sur le site Less Wrong, où il évoquait l’objectif qu’il s’était depuis longtemps assigné : sauver le monde d’une destruction certaine. Dans l’un de ces textes, il revenait sur son éducation catholique stricte, sa rupture avec la foi à l’adolescence et le déploiement subséquent de son énergie dans « l’optimisation de l’avenir » – bien entendu grâce aux lumières de la raison. Ses arguments rhétoriques me semblaient être une version hypertrophiée du verbiage de la Silicon Valley, où chaque nouveau réseau social ou start-up centrée sur l’économie du partage avait la ferme intention de « changer le monde ».

[…]

D’une manière ou d’une autre, les robots représentent notre avenir. C’est en tout cas ce que m’ont assuré les transhumanistes auxquels j’ai parlé. Qu’il s’agisse de Randal Koene, Natasha Vita-More ou Nate Soares, ils en sont tous persuadés à des degrés divers et variés. Soit que nous devenions nous-mêmes des robots et que nos esprits soient téléchargés dans des machines plus performantes que nos corps de primates. Soit que nous vivions au milieu de machines toujours plus évoluées, au point de leur céder chaque jour des pans toujours plus grands de notre travail et de notre autonomie. Soit qu’ils finissent par nous rendre obsolètes et par remplacer complètement notre espèce.

Tandis que je prenais mon petit-déjeuner en regardant mon fils jouer avec le petit robot que je lui avais rapporté de San Francisco, l’objet vacillant sur la table tel Frankenstein en direction du saladier à fruits, je me demandais quel rôle les véritables robots joueraient dans son avenir. Parmi toutes les carrières professionnelles que je lui avais imaginées, combien existeraient encore dans vingt ans ? Et combien auraient été rattrapées par l’automatisation totale, le rêve ultime du techno-capitalisme entrepreneurial ? Un jour, il m’intercepta dans le couloir après avoir regardé deux ou trois épisodes d’un dessin-animé pour enfants.

« Je-suis-une-machine-qui-marche », dit-il, alors qu’il mimait la démarche saccadée des robots tout en décrivant des cercles autour de mes jambes. Cela semblait une chose étrange à dire. Il est vrai, cependant, que la majeure partie de ses propos relevaient de cette catégorie : l’étrangeté.

J’avais beaucoup réfléchi aux robots sans pour autant en avoir jamais vu pour de vrai. Pas en chair et en os, si je suis dire, pas en action. De sorte que je ne savais pas exactement ce à quoi j’étais en train de réfléchir. Jusqu’à ce j’entende parler du DARPA Robotics Challenge, un événement au cours duquel les ingénieurs en robotique les plus réputés de la planète se réunissaient pour faire concourir leurs robots les uns contre les autres, dans une série d’épreuves conçues pour tester leurs performances dans des environnements hostiles ou dans des situations génératrices de stress pour l’homme. Notant que le New York Times décrivait l’évènement comme « le Woodstock des robots », je décidai sur-le-champ qu’il me fallait y assister.

https://iatranshumanisme.com/transhumanisme/politique-transhumanisme-james-hughes/

Upgrade un thriller futuriste et transhumaniste

Situé dans un futur proche, la technologie contrôle presque tous les aspects de la vie. Grey Trace (Logan Marshall-Green), un technophobe, est devenu paralysé suite à une agression et au meurtre de sa femme. Lorsqu’il est approché par un inventeur milliardaire, il est équipé d’un implant cérébral appelé STEM, qui se révèle être une redoutable intelligence artificielle et qui lui donne des capacités presque surhumaines, ainsi qu’une occasion de traquer le tueur de sa femme. Un thriller futuriste et transhumaniste.

Upgrade a été écrit et réalisé par Leigh Whannell (Saw) et sera dans les salles américaines à partir du 1er juin 2018. Il n’y a pas encore de date de sortie au Royaume-Uni ni en France. Le film est produit par Blumhouse Productions.

L’intelligence artificielle nous permettra de contrôler nos maisons par la pensée

Un inventeur d’IBM a prédit que des nanomachines artificiellement intelligentes seront implantées dans le corps humain d’ici 20 ans pour réparer et accroître les muscles, les cellules et les os. John McNamara, qui travaille chez IBM Hursley Innovation Centre, dans le Hampshire, a présenté des éléments de preuve au House of Lords Artificial Intelligence Committee, organisme qui étudie les implications économiques, éthiques et sociales de l’intelligence artificielle.

McNamara a déclaré que d’ici deux décennies, la technologie aura peut-être tellement progressé que les humains et les machines auront fusionnés de manière efficace, permettant d’énormes bonds en avant dans la conscience et la cognition humaines.

« Nous verrons peut-être des nanomachines pourvues d’intelligence artificielle implantées dans nos corps » a t’il déclaré. « Ceux-ci fourniront des bénéfices médicaux considérables, tels que la possibilité de réparer les dommages dans les cellules, les muscles et les os, et peut-être même les augmenter. Au-delà de l’utilisation de cette technologie qui est déjà en cours d’exploration aujourd’hui, nous voyons la création d’une technologie qui peut fusionner le biologique avec le technologique, et ainsi être capable d’accroître directement la capacité cognitive humaine, offrant potentiellement une amélioration mentale considérable, tout en étant capable d’utiliser de vastes quantités de puissance de calcul afin d’augmenter nos propres processus de pensée. En utilisant cette technologie, incorporée en nous et dans ce qui nous entoure, nous commencerons à être capable de contrôler notre environnement simplement par la pensée et les gestes. »

La science du transhumanisme : comment la technologie mènera à une nouvelle race d’êtres immortels superintelligents

Les scientifiques dans les entreprises comme Microscoft, sont déjà en train de développer un ordinateur fabriqué à partir d’ADN qui pourrait vivre à l’intérieur des cellules et rechercher des failles dans les réseaux corporels, comme le cancer. Si ce dispositif détectait des changements cancéreux, il pourrait réinitialiser le système et se débarrasser des cellules malades.

McNamara a également prédit des « Avatars politiques » qui vont parcourir toutes les données disponibles sur les sites d’information et les débats gouvernementaux pour fournir aux gens des recommandations sur qui voter et pourquoi, en fonction de leur vision du monde. Cependant, il a également mis en garde sur le fait que l’essor de l’intelligence artificielle pourrait générer une « énorme perturbation » pour les personnes travaillant dans les secteurs de la vente au détail et des services, et engendrer un chômage généralisé.

« Alors qu’aujourd’hui être pauvre signifie ne pas avoir les moyens de s’acheter le dernier smartphone, demain cela pourrait signifier la différence entre un groupe de personnes ayant potentiellement une élévation extraordinaire de leur capacité physique, cognitive, de leur santé, de leur longévité, et un autre groupe beaucoup plus large qui n’aurait pas accès à tout cela » explique McNamara.

Dans un témoignage séparé au comité, Noel Shakey, Professeur émérite d’intelligence artificielle et de robotique, Université de Sheffield, qui est maintenant directeur de la Foundation for Responsible Robotics, affirme que l’intelligence artificielle avait un coût.

« La préoccupation immédiate est qu’en cédant les décisions ou le contrôle aux machines, les humains commencent à accepter leurs décisions comme correctes ou meilleures que les leurs et arrêtent d’y prêter attention », a t’il ajouté. « Il y a un nombre croissant de preuves que les décideurs de la machine d’apprentissage héritent de nombreux préjugés invisibles parmi leurs corrélations. »

Le Dr. Jochen Leidner, Directeur de recherche chez Thomson Reuters, a également averti sur le fait que les personnes âgées, ou celles possédant des accents, pourraient avoir des difficultés dans un avenir où la reconnaissance vocale serait largement utilisée. « Les minorités pourraient se voir injustement désavantagées en étant exclues de l’accès aux services essentiels » a t’il expliqué.

Les scientifiques d’Oxford ont une IA qui peut lire vos lèvres

« Imaginez un système de reconnaissance vocale pour faire vos opérations bancaires par téléphone, car les banques réduisent les succursales physiques. Un tel système serait probablement développé avec des voix britanniques disponibles à Londres si la société qui développe le système est basée à Londres. Un tel système entraînera certainement des erreurs de reconnaissance, ou ne fonctionnerait pas du tout pour un citoyen âgé d’Uddingston, en Écosse, et en l’absence d’autres moyens pour obtenir de l’argent liquide, cela dépendra d’amis ou de membres de la famille, s’ils sont disponibles. »

Miles Brundage et Allan Dafoe, du Future of Humanity Institute de l’Université d’Oxford, ont également averti que les emplois étaient menacés par l’intelligence artificielle.

Selon Mark Cuban, l’IA sera à l’origine de la plus grande rupture de ces 30 dernières années dans le monde du travail

« Nous recommandons au gouvernement britannique de se préparer à faire face à un remplacement considérable d’emplois, également de création, conséquence du déploiement de l’intelligence artificielle dans les décennies à venir » ont-ils déclaré aux Lords. « L’intelligence artificielle est susceptible de surpasser les performances humaines dans la plupart des domaines cognitifs. Et cela comporte des risques importants pour la sécurité. »

traduction Virginie Bouetel

The Telegraph

Biohackers : ils se font implanter des puces sous la peau

« Ces dispositifs n’ont pas été testés ou certifiés par un organisme de réglementation pour l’implantation ou l’utilisation sur ou dans le corps humain ».

Il y a deux ans, un député demandait au gouvernement d’interdire purement et simplement la pose de puces NFC sous la peau au travers d’une question écrite parue au Journal officiel, faisant suite à une  « implant party » qui a eu lieu le 13 juin 2015, dans le cadre du festival Futur en Seine 2015, sur le plateau média de la Gaîté lyrique.

Lire l’article sur L’Expansion – L’Express

Rob Spence le premier Eyeborg

Le Canadien Rob Spence est le premier eyeborg autoproclamé.

Rob Spence a 9 ans quand il est victime d’un accident alors qu’il tire au fusil chez son grand père, perdant ainsi son œil droit. Aveuglé d’un œil pendant toute son adolescence, Rob décida il y a bientôt 10 ans d’installer une micro caméra sans fil à la place de son œil de verre et de se lancer dans la réalisation.

La première version de l’eyeborg – élue comme l’une des meilleures inventions de l’année 2009 par le Time Magazine – voit le jour en 2009. Conçue avec l’aide de Steve Mann, professeur au Massachusetts Institute of Technology et expert en technologie “cyborg“, cet œil bionique filme et enregistre en permanence ce que vit le réalisateur. Si cette caméra n’est pas encore connectée à son nerf optique et n’a pas permis à Rob de recouvrir la vue de son œil droit, celle-ci permet à Rob d’en mettre plein la vue sur les plateaux télé !

Rob Spence a son credo : nous sommes tous des cyborgs et la fiction ne tardera pas à supplanter la réalité, c’est d’ailleurs avec cette phrase que le réalisateur aime se présenter. Souvent comparé au héros cyborg Adam Jensen du jeu vidéo cyberpunk « Deus Ex – Human Revolution », ayant subi lui aussi des greffes mécaniques, Rob a été contacté par Square Enix, le studio ayant produit le fameux jeu vidéo. Celui-ci lui commande la réalisation d’un documentaire sur ces humains augmentés qui “s’upgradent“ au fil des évolutions technologiques. Entre prothèses et humain augmenté, le documentaire “ Deus Ex: The Eyeborg Documentary“ retrace le parcours des pionniers d’une humanité de cyborgs.

Sony brevette des lentilles de contact mimant un appareil photo
Un brevet de Google révèle la vision pour un implant oculaire cyborg