Le bonheur posthumain ? La promesse manquée du transhumanisme

Un examen approfondi et détaillé des pièges liés au transhumanisme qui nous permet de redécouvrir ce que signifie de vivre bien.

Les livres sur le transhumanisme semblent se diviser en deux catégories : ceux qui brillent d’enthousiasme et ceux qui brillent d’indignation. Posthuman Bliss? The Failed Promise of Transhumanism, Oxford University Press, de Susan B. Levin, experte en philosophie classique au Smith College, appartient à ce dernier camp.

Les partisans du transhumanisme, ou de l’amélioration “radicale”, nous invitent à poursuivre l’amélioration biotechnologique de certaines capacités – avant tout, les capacités cognitives – bien au-delà de toute limite humaine, de telle sorte que les êtres dotés de ces capacités existeraient sur un plan ontologique supérieur. Certains pensent même que l’auto-transcendance de l’humanité par le biais des progrès de la science et de la technologie pourrait même être moralement requise. Par conséquent, selon Levin, les enjeux de notre réponse au transhumanisme sont incommensurablement élevés.

Susan B. Levin conteste les engagements globaux des transhumanistes concernant l’esprit et le cerveau, l’éthique, la démocratie libérale, la connaissance et la réalité, montrant que leur notion de l’auto-transcendance de l’humanité dans la “posthumanité” n’est guère plus que de la fantaisie.

En unissant les arguments philosophiques et scientifiques, Levin remet en question l’affirmation des transhumanistes selon laquelle la science et la technologie soutiennent leur vision de la posthumanité. Dans un style clair et engageant, elle démantèle les affirmations des transhumanistes selon lesquelles les posthumains émergeront si nous n’allouons pas suffisamment de ressources à cette fin.

Loin d’offrir une “preuve de concept” théorique et pratique pour la vision qu’ils nous proposent, explique Levin, les transhumanistes s’engagent de manière inadéquate dans la psychologie cognitive, la biologie et les neurosciences, s’appuyant souvent sur des points de vue douteux ou obsolètes dans ces domaines.

Elle soutient aussi que le transhumanisme va miner la démocratie libérale, promouvoir l’eugénisme et saper l’autonomie personnelle – des revendications qui sont fortement contestées par les transhumanistes.

Le transhumanisme est légitimement critiqué parce que ses partisans insistent sur le fait que rien de moins que l’auto-transcendance de l’humanité est un objectif rationnel … Dans une démocratie libérale, la promotion de la santé et du bien-être publics sans mettre en péril le pilier de la liberté individuelle exige une navigation et une réflexion permanentes.

Ayant montré en profondeur pourquoi le transhumanisme doit être rejeté, Levin plaide avec force pour une perspective holistique du bien-vivre qui est enracinée dans l’éthique de la vertu d’Aristote tout en étant adaptée à la démocratie libérale. Ce holisme est tout à fait humain, dans le meilleur des sens : Il nous incite à envisager des fins valables pour nous en tant qu’êtres humains et à accomplir le travail irremplaçable qui consiste à nous comprendre nous-mêmes plutôt que de compter sur la technologie et la science pour notre salut.

⇒ Un article inintéressant plus détaillé de Susan B. Levin : « Playing to lose: transhumanism, autonomy, and liberal democracy ».

Revues éditoriales

« Les transhumanistes affirment que pour que les êtres humains puissent survivre à l’avenir, et encore moins s’épanouir, nous devons réviser technologiquement nos natures évoluées. Dans sa critique vigoureuse, érudite, claire et pénétrante, Susan Levin montre que l’argument transhumaniste repose sur une compréhension philosophique superficielle de ce que signifie être humain et sur une compréhension scientifique tout aussi superficielle de ce que signifie être un organisme. Au-delà de la critique, elle offre une vision alternative de l’épanouissement qui s’enracine dans la compréhension d’Aristote, est améliorée par les fondateurs américains et s’incarne dans la vie de Martin Luther King. Ce livre sera d’un intérêt énorme pour tous ceux qui se soucient de réfléchir à ce que signifie être humain à une époque où les problèmes de notre existence commune peuvent sembler si terribles que les seules solutions qui restent sont technologiques”. – Erik Parens, The Hastings Center.

« La critique de Susan Levin sur la littérature philosophique qui défend des formes radicales d’amélioration cognitive et morale est très raisonnée, bien documentée et délicieusement pimentée. En remettant en question de manière soutenue les hypothèses scientifiques et philosophiques de ses interlocuteurs, elle établit effectivement le programme du prochain chapitre de la recherche sur nos obligations envers les futurs humains. » – Eric T. Juengst, University of North Carolina, Chapel Hill.

« Ancré dans une vision optimiste des capacités humaines et s’appuyant sur de solides arguments philosophiques et scientifiques, le livre de Susan Levin, à la fois perspicace et bienvenu, révèle les promesses tentantes des transhumanistes, mais qui, en fin de compte, n’ont pas été tenues ». – Inmaculada de Melo-Martín, Weill Cornell Medicine.

« Les pandémies mondiales, le changement climatique, les conflits géopolitiques imminents pour l’eau douce et la nourriture… il semble que plus nous devons apprendre à changer le comportement des humains dans la nature, plus nous reculons et essayons de trouver une issue en changeant plutôt la nature chez les humains. L’un de ces reculs est le transhumanisme. Posthuman Bliss propose une critique approfondie de la fabrication biotechnologique de la pensée et des émotions humaines au niveau moléculaire. Bienvenue à la pensée bioéthique qui est critique et non apologétique. Bienvenue à la perspective interdisciplinaire de la philosophe classique Susan B. Levin sur les limites du biopouvoir ». – Bruce Jennings, Vanderbilt University.

A Dangerous Idea : L’eugénisme, la génétique et le rêve américain

Un documentaire qui explore l’histoire des idées eugéniques aux États-Unis et comment elles persistent aujourd’hui.

A Dangerous Idea” raconte comment des forces puissantes utilisent la biologie comme arme sociale pour retarder l’avancement de l’égalité économique et sociale et maintenir le statu quo. Les allégations concernant la découverte de gènes pour l’intelligence, la pauvreté et la criminalité offrent des explications et des justifications pseudoscientifiques à l’augmentation rapide des taux d’inégalité et de discrimination. La croyance répandue que les gènes font de nous ce que nous sommes est une fiction profondément enracinée et pratique qui profite aux privilégiés et aux puissants. “A Dangerous Idea” montre les grandes injustices et les tragédies humaines qui ont été perpétrées au nom du “gène” au cours du siècle dernier. Cependant, il se termine par un message encourageant, car il révèle les découvertes scientifiques actuelles, qui démontrent qu’il n’existe aucun obstacle biologique à une société plus égalitaire.

Tout au long de l’histoire américaine, les efforts visant à promouvoir l’égalité ont toujours été remis en question par les affirmations selon lesquelles il existe des différences génétiques entre les sexes, les races et les classes économiques, et que les programmes visant à égaliser les conditions sociales sont voués à l’échec. Les scientifiques et les riches élites ont utilisé la biologie pour tenter de justifier l’esclavage, la destruction des peuples amérindiens et la soumission des femmes.

Au tournant du XXe siècle, le capitalisme industriel non réglementé a créé de grandes fortunes pour des familles comme les Rockefeller et les Carnegies, mais il a aussi engendré une pauvreté de masse, le travail des enfants, une augmentation de la criminalité et des conditions urbaines insalubres et surpeuplées. Il fallait une théorie pour justifier l’inégalité sans précédent de cet “âge d’or”. C’est à cette époque que le concept du gène est apparu. Les capitaines d’industrie utilisaient le concept pour prétendre que l’évolution leur avait donné des gènes supérieurs, ce qui leur avait permis de réussir et que les exploités et les pauvres étaient dans leur position sociale parce qu’ils avaient une génétique inférieure.

L’utilisation de théories pseudo-scientifiques pour blâmer la victime des puissants se poursuit encore aujourd’hui. Le film raconte l’histoire de Steven Thomas, qui a été empoisonné par la peinture au plomb à l’âge de trois ans et qui souffre de graves problèmes de développement causés par cette toxine. Lorsque sa famille a poursuivi l’industrie des pigments de plomb, les avocats de la compagnie ont soutenu que Steven avait de la difficulté à apprendre parce qu’il avait hérité de sa famille des gènes d’intelligence inférieurs. Le jury s’est prononcé en faveur de l’industrie et de sa défense “génétique”.

Le gène est devenu la base théorique du mouvement eugénique américain, dirigé par le biologiste Harry Laughlin au Cold Spring Harbor Laboratory à New York. Laughlin et d’autres eugénistes cherchaient à améliorer la population américaine à l’aide de divers outils “génétiques”, dont la ségrégation des “inaptes” pour les empêcher de se reproduire, la restriction de l’immigration pour empêcher la “détérioration” du stock racial nordique américain et la stérilisation des “déficients génétiques” pour empêcher la prolifération des mauvais gènes.

“A Dangerous Idea” expose comment le mouvement eugénique a commencé un programme de stérilisation forcée de 65 ans qui a privé des centaines de milliers d’Américains de leur capacité à avoir des enfants, tous basés sur leur prétendue infériorité génétique. La Cour suprême a confirmé la loi de Laughlin et a fourni le fondement juridique de la stérilisation de plus de 60 000 citoyens contre leur gré.

Laughlin a également témoigné à titre de témoin expert devant le Congrès lorsqu’il a fixé des quotas raciaux sur l’immigration en 1924. Leur décision de restreindre l’entrée des pays d’Europe du Sud et de l’Est, en particulier des immigrants juifs, a été fortement influencée par Laughlin. Il a affirmé que les résultats des tests de QI montraient que ces groupes étaient génétiquement inintelligents et qu’il fallait les empêcher d’entrer au pays.

Le film montre comment Laughlin et beaucoup de ses collègues étaient des partisans enthousiastes du Troisième Reich. Les premières lois de stérilisation adoptées après l’arrivée au pouvoir d’Hitler étaient basées sur la loi de Laughlin. Les nazis étaient si reconnaissants de la contribution de Laughlin qu’ils lui ont décerné, ainsi qu’à plusieurs autres eugénistes américains, des diplômes honorifiques qui ont été acceptés avec reconnaissance. En 1939, alors qu’il était clair que le peuple juif était persécuté par les nazis, Laughlin et une coalition d’eugénistes ont réussi à faire pression contre un projet de loi qui aurait permis d’assouplir les quotas raciaux et de laisser entrer 20 000 enfants juifs allemands qui avaient une famille d’accueil prête à les accueillir. Face à l’opposition de 100 organisations nativistes, le projet de loi n’a jamais été renvoyé du comité. Quatre-vingt-dix pour cent des enfants allemands ont péri dans l’Holocauste. C’est aussi le rejet par les États-Unis et d’autres pays des juifs supposés inférieurs qui a fourni aux nazis une justification supplémentaire à l’Holocauste.

Après les horreurs de la Seconde Guerre mondiale, la génétique humaine a temporairement perdu la faveur. Mais la découverte par James Watson et Francis Crick de la structure de l’ADN a donné naissance à une “nouvelle génétique” qui a servi de base à une autre vague d’eugénisme.

“A Dangerous Idea” révèle aussi pour la première fois dans un film l’histoire de la façon dont l’administration Nixon a renversé l’interdiction des stérilisations financées par le gouvernement fédéral, puis a délibérément refusé de donner des directives aux cliniques qui auraient assuré le consentement éclairé des personnes stérilisées. Cette action a entraîné la stérilisation de centaines de milliers de pauvres – en particulier des femmes amérindiennes et afro-américaines – par la coercition ou à leur insu. Utilisant des enregistrements de la Maison Blanche de Nixon, le film montre comment cette deuxième vague de stérilisations de masse aux Etats-Unis s’est basée sur la pensée eugénique de Nixon lui-même et d’autres membres de son équipe de direction.

Dans le film, Elaine Riddick, de Caroline du Nord, raconte son histoire de stérilisation à son insu et contre son gré en 1968, alors qu’elle avait 14 ans, parce qu’elle avait hérité de ses parents des gènes inférieurs qui la rendaient “faible d’esprit”. Les travailleurs sociaux ont décidé qu’elle deviendrait alcoolique et donc inapte à la reproduction.

Dans les dernières décennies du XXe siècle, le Projet du génome humain (Human Genome Project) et les investissements dans la biotechnologie ont contribué à ancrer fermement le gène dans l’imaginaire américain. Une surprenante révélation scientifique apportée par l’achèvement du projet du génome lui-même prouve enfin que le concept de “gène” a perdu son sens, et que l’affirmation selon laquelle les gènes déterminent ce que nous sommes ne peut pas être vraie.

Le film se termine par une mise en garde : le mythe du gène continue parce qu’il y a une conspiration du silence parmi de nombreux scientifiques de haut niveau au sujet de cette nouvelle science. Des carrières sont en jeu, de même que des milliards de dollars de subventions destinés à la recherche. Politiquement, “A Dangerous Idea” est encore plus important que par le passé, car le pays est ébranlé par les effets des inégalités sociales et économiques que nous n’avons pas vues depuis l’âge d’or.

Le film se déroule à travers une trame d’images d’archives, de graphismes convaincants et originaux, et d’interviews avec un certain nombre de personnages dont les militants de renom Van Jones et Robert Reich, le sociologue Troy Duster et les scientifiques de renom Ruth Hubbard, Evelyn Fox Keller, Richard Lewontin, Agustin Fuentes et Robert Pollack.

Expérience américaine : la croisade eugénique

Encyclopédie du transhumanisme et du posthumanisme

L’humain et ses préfixes

ISBN 978-2-7116-2536-9 – janvier 2015

Les préfixes de l’humain sont nombreux (ab- in-, para-, pré-, post-, proto-, sub-, sur-, trans-humain…). Ils invitent à réfléchir à la nature, aux limites et aux transformations de l’être humain ainsi qu’aux réactions intellectuelles et émotionnelles suscitées. Le trans/posthumanisme concerne toutes les techniques matérielles d’augmentation ou d’amélioration (physique, cognitive, émotionnelle) de l’homme, une perspective volontiers située dans le prolongement de l’humanisme progressiste des Lumières. Mais l’homme « amélioré ou augmenté » – « transformé » – pourrait s’éloigner toujours davantage des conditions de l’homme naturel « cultivé » ordinaire. Le transhumanisme risque de verser, brutalement ou imperceptiblement, dans le posthumanisme, référant à des entités qui, bien que « descendant » de l’homme, seraient aussi étrangères à celui-ci que l’espèce humaine est éloignée des formes de vie paléontologiques. Le posthumanisme flirte avec le nihilisme et l’imagination apocalyptique.

Aux franges les plus audacieuses de la bioéthique, l’Encyclopédie n’écarte pas plus qu’elle ne focalise les questions éthiques. Elle englobe, sans les confondre, l’analyse conceptuelle, l’extrapolation technoscientifique et l’imagination spéculative. La première partie « Philosophie et éthique » est consacrée au débat philosophique relatif au trans/posthumanisme. Les entrées reflètent le vocabulaire conceptuel propre aux principaux auteurs trans/posthumanistes et à leurs critiques directs. La deuxième partie « Technoscience et médecine d’amélioration » parcourt les références actuelles aux sciences et aux techniques biomédicales inhérentes à la problématique transhumaniste. Elle distingue entre ce qui se fait, pourra probablement se faire ou relève du domaine de la projection spéculative et imaginaire.

La troisième partie « Techniques, arts et science-fiction » est centrée autour des échanges entre technosciences et créations artistiques, spécialement l’imaginaire de la science-fiction où les thèmes post/transhumanistes sont fortement représentés.

Ont collaboré à ce volume : S. Allouche, M. Andrin, B. Baertschi, J.-M. Besnier, G. Chapouthier, A. Cleeremans, P.-F. Daled, Ch. Den Tandt, É. De Pauw, G. Dine, L. Frippiat, J. Goffette, J.-Y. Goffi, D. Goldschmidt, M. Groenen, G. Hottois, C. Kermisch, D. Lambert, A. Mauron, J.-N. Missa, D. Neerdael, P. Nouvel, L. Perbal, M.-G. Pinsart, C. Pirson, J. Proust, I. Queval, S. Vranckx

[su_document url=”http://www.vrin.fr/tdm/TdM_9782711625369.pdf” width=”840″ height=”800″]

Des scientifiques éditent des embryons via CRISPR afin de mieux comprendre les premières étapes du développement d’un être humain

Afin de mieux comprendre les premières étapes du développement d’un être humain des scientifiques éditent des embryons via CRISPR

Pour la première fois, les scientifiques ont utilisé la méthode d’édition génétique pour enquêter sur la fonction d’un gène spécifique présent chez les embryons humains. Une nouvelle étude menée au Francis Crick Institute a mis en évidence le rôle crucial qu’un gène produisant la protéine OCT4 dans les premiers stades du développement embryonnaire humain.

En éditant ce génome, les chercheurs ont empêché le gène de produire OCT4. Lorsqu’un ovule est fertilisé, la division cellulaire qui s’en suit dure environ une semaine, jusqu’à la formation d’une boule d’à peu près 200 cellules appelées blastocystes. Sans OCT4, les embryons humains ne parviennent pas à former de blastocyste.

L’équipe a débuté ses travaux sur des embryons de souris, et a passé plus d’un an à perfectionner ses techniques avant de pouvoir l’appliquer aux embryons humains.

Les embryons qui ont été utilisés sont issus de dons de couples qui avaient déjà fait l’objet de traitements pour des FIV et disposaient d’embryons surnuméraires en stock, et dont ils ont décidé qu’ils ne feraient pas usage puisque ne désirant pas d’autres enfants.

Cette étude a utilisé CRISPR pour éditer l’ADN de 41 embryons humains. Face à ce succès, le Dr Kathy Niakan, à la tête de cette étude, espère que les scientifiques utiliseront cette technologie pour découvrir le rôle que d’autres gènes jouent dans les premiers stades du développement d’un embryon humain.

« Nous étions surpris d’observer le rôle crucial que joue ce gène dans le développement embryonnaire humain, et nous avons besoin de poursuivre nos travaux pour confirmer ce rôle » a ajouté le Dr. Norah Fogarty, auteur principal de cette étude, dans un communiqué de presse. « D’autres méthodes de travail, y compris des études sur les souris, ont suggéré un rôle plus tardif et plus précis d’OCT4, donc nos résultats confirment l’importance de poursuivre les recherches sur des embryons humains ».

Comprendre le rôle d’OCT4 pourrait aider les scientifiques à développer des traitements plus efficaces fondés sur des cellules souches, puisque les cellules embryonnaires humaines qui sont utilisées pour ces traitements présentent des taux élevés de cette protéine. La recherche dans ce domaine pourrait également améliorer les techniques de FIV, et expliquer pourquoi certaines grossesses échouent.

traduction Virginie Bouetel

Eurekalert

Les premiers embryons humains édités aux États-Unis
Les résultats CRISPR contestés sur la modification des embryons humains

Les résultats CRISPR contestés sur la modification des embryons humains

Des doutes ont été soulevés au sujet du document publié en août dans lequel des chercheurs ont déclaré avoir utilisé l’édition génétique CRISPR pour éliminer une mutation pathogène sur des embryons humains viables. Dans un article publié sur le site de prépublication bioRxiv le 28 août, des généticiens et une équipe de spécialistes des cellules souches se demandent si la mutation a effectivement été corrigée.

Le document Nature du 2 août, dirigé par le biologiste de la reproduction Shoukhrat Mitalipov de l’Oregon Health and Science University à Portland, a décrit des expériences sur des dizaines d’embryons pour corriger une mutation qui cause une maladie cardiaque appelée cardiomyopathie hypertrophique.

Mais il y a lieu de douter que cela se soit produit, en estimant que les résultats pourraient s’expliquer par des mécanismes alternatifs plutôt que par CRISPR, rapporte une équipe dirigée par Dieter Egli, un scientifique des cellules souches de l’Université Columbia à New York, et Maria Jasin, biologiste du développement au Memorial Sloan Kettering Cancer Center à New York. George Church, un généticien à Harvard Medical School à Boston, Massachusetts, est un autre co-auteur. “La mutation n’a jamais été corrigée, les chercheurs de l’Oregon ont juste montré qu’elle était absente et cela peut être provoqué par la suppression plutôt que la correction de l’ADN”.

“La critique d’Egli et al. ne propose pas de nouveaux résultats, mais repose sur des explications alternatives de nos résultats basées sur de la pure spéculation”, a déclaré Mitalipov dans un communiqué.

Inter-homologue repair in fertilized human eggs? Dieter Egli, Michael Zuccaro, Michal Kosicki, George Church, Allan Bradley, Maria Jasin
bioRxiv 181255; doi: https://doi.org/10.1101/181255

Nature, Motherboard, New Scientist, Knoepfler Lab Stem Cell, Actualités Houssenia Writing

Les premiers embryons humains édités aux États-Unis

Les chercheurs ont démontré qu’ils peuvent améliorer efficacement l’ADN des embryons humains.

La première tentative de création d’embryons humains génétiquement modifiés aux États-Unis a été réalisée par une équipe de chercheurs à Portland, Oregon. L’essai dirigé par Shoukhrat Mitalipov, de l’Oregon Health and Science University, a consisté à changer l’ADN d’un grand nombre d’embryons à une seule cellule avec la technique d’édition de gènes CRISPR, selon les personnes connaissant les résultats scientifiques.

Jusqu’à présent, seules des scientifiques chinois avaient publié des rapports d’éditions d’embryons humains. Maintenant, Mitalipov aurait innové à la fois dans le nombre d’embryons et expériences en démontrant qu’il est possible de corriger efficacement et de façon sécuritaire des gènes défectueux qui causent des maladies héréditaires.

Premier test humain en Chine pour la technique d’édition du génome
Un premier essai de CRISPR modifiera les gènes à l’intérieur du corps humain
Les scientifiques chinois modifient encore des embryons humains
Chine : la première modification génétique d’embryons humains

Bien qu’aucun des embryons n’a été autorisé à se développer pendant plus de quelques jours – et il n’y avait jamais eu l’intention de les implanter dans un utérus – les expériences sont un jalon sur ce qui peut s’avérer être un voyage inévitable vers la naissance des premiers humains génétiquement modifiés ou génétiquement augmentés.

En modifiant le code ADN des embryons humains, l’objectif des scientifiques est de montrer qu’ils peuvent éradiquer ou corriger les gènes qui causent une maladie héréditaire, comme la maladie du sang, la bêta-thalassémie. Le processus est appelé « ingénierie de la lignée germinale » (génie génétique, ingénierie germinale) car tout enfant génétiquement modifié passerait les changements aux générations suivantes grâce à leurs propres cellules germinales : les œufs et les spermatozoïdes.

Certains critiques disent que nous entrerons dans une fabrique du « bébé parfait » ou du « bébé sur mesure » (le business du bébé à la carte représente neuf milliards d’euros par an – ArtéInfo) uniquement conçus avec des améliorations génétiques. L’année dernière, James Clapper, directeur du renseignement US (CIA) avait déclaré que la “modification du génome est une arme de destruction massive.”

« La recherche dans l’édition du génome réalisée par les pays avec différentes normes réglementaires ou éthiques différentes que celles des pays occidentaux augmentent probablement le risque de la création d’agents ou de produits biologiques potentiellement dangereux ».

Mitalipov a refusé de commenter les résultats, qui sont en attente de publication.

MIT Technology Revirw

→ maj au 05/08/2017 : Les détails de la recherche ont été publiés dans Nature. doi:10.1038/nature23305. Washington Post, Oregon Health & Science University

Première expérience d’édition d’embryon humain aux États-Unis corrige le gène pour la maladie cardiaque : Shoukhrat Mitalipov, l’un des principaux auteurs du document et chercheur à l’Oregon Health & Science University, a déclaré qu’il était conscient de la nécessité d’une plus grande discussion éthique et juridique sur la modification génétique des humains, mais que le travail de son équipe est justifié car il Implique de «corriger» les gènes plutôt que de les modifier.

A video shows the injection of gene-editing chemicals into a human egg near the moment of fertilization. The technique is designed to correct a genetic disorder from the father. Images courtesy of OHSU

Faire des enfants demain

​Jacques Testart est directeur de recherche honoraire à l’Inserm. Pionnier des méthodes de procréation assistée, il est l’auteur de nombreux ouvrages dans lesquels il défend l’analyse critique de la science afin de justifier l’engagement éthique et de nourrir la démocratie.

Trente-cinq ans après le premier « bébé-éprouvette », près de 3 % des enfants sont conçus avec l’aide de la biomédecine dans les pays industrialisés. Qu’en sera-t-il dans les décennies à venir ?

S’il ne s’agit, selon la loi actuelle, que d’aider les couples stériles, l’assistance médicale à la procréation a désormais atteint ses buts avec l’optimisation des actes biologiques et médicaux. Mais la technique, sous couvert de médecine de pointe, cherche toujours à agrandir son territoire et à régenter nos vies, même lorsque la nécessité ne s’impose pas… Aussi, puisqu’aujourd’hui la régulation bioéthique fait l’objet d’une permissivité croissante, la question se pose de savoir jusqu’où ira la médicalisation de la procréation, et comment la société pourra en maîtriser les dérives sociétales et eugéniques.

Devrons-nous aller jusqu’à compter sur la décroissance économique pour, mieux que les lois de bioéthique, imposer des limites à la démesure technoscientifique ?

Fin du sexe, avenir de la procréation. Demain, les enfants seront conçus au laboratoire et le sexe sera réservé au plaisir.

“Je rencontre, depuis trente ans, deux types de réaction quand j’expose cette perspective révolutionnaire et dramatique. D’abord celle des « bioconservateurs » selon la terminologie transhumaniste, horrifiés par la fabrication des enfants comme des objets de commerce. Puis celle de personnes de plus en plus nombreuses, et de plus en plus jeunes, qui osent lancer « Et alors ?…Où est le problème ?… ». Tentons quelques réponses. L’humaniste voit dans la sélection humaine la réification de l’enfant et une incitation pour stigmatiser les handicapés, ou seulement les déviants, c’est à dire un fort recul de nos valeurs. Il craint aussi l’instauration future de politiques autoritaires au nom du « bien collectif ». Encore nous situons nous ici dans la perspective traditionnelle de la conception par un homme et une femme et pas dans celles, possibles, de la conception homosexuelle voire autonome. Quant au biologiste, il imagine la désillusion possible dans les familles si l’enfant, sélectionné sur des bases statistiques, vient créer la surprise par son identité individuelle. Mais, surtout, il s’inquiète de la perte de diversité génétique si, comme c’est vraisemblable, les critères de sélection (hors cosmétiques) deviennent les mêmes partout, évoluant en tout lieu grâce aux corrélations croissantes issues du croisement informatique des données génomiques avec les caractéristiques de personnes existantes. Il ne faudrait pas plus de quelques générations, en recourant de façon quasi généralisée au tri embryonnaire, pour changer le génome de notre espèce, et ceci sans avoir modifié un seul génome! Aussi, en ces temps incertains de modifications drastiques de l’environnement, il serait sage d’assurer notre pérennité en conservant une biodiversité capable de résister à des fléaux inconnus (conditions climatiques, alimentation, parasites, épidémies,…). Bien sûr, cette précaution est superflue pour les transhumanistes qui souhaitent changer notre espèce. H Greely reconnaît cet effet de l’ « easy PGD » (DPI facile) mais il ne s’en inquiète pas. Il ne propose de législation que pour des actes délictueux (vol de cellules sur une tasse pour faire fabriquer le bébé d’une star…). Il pense qu’il serait dangereux pour un gouvernement de distinguer entre vies supportables ou non selon la sévérité estimée des atteintes de l’enfant à venir, et qu’il faut donc laisser les couples choisir. Mais il ajoute que la coercition n’est pas toujours mauvaise et évoque alors une taxation… Bref, une éthique à l’américaine ! Avouons qu’au point avancé où nous en sommes il serait naïf d’imaginer faire mieux.”


France culture : Assiste-t-on à une révolution dans la procréation ? 19.03.2014

https://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/static/culture/sons/2014/03/s12/NET_FC_7a117994-f864-48a3-a08b-b42ba04b7d8e.mp3?_=1

 

Jacques Testart : Ça fait bientôt trente ans que j’essaie de me battre contre certaines dérives.Ce que je crains, c’est que la procréation assistée devienne une sorte de fabrique des enfants, y compris pour des gens qui n’ont pas besoin d’assistance médicale. En fabriquant l’enfant, la bio-médecine prend une responsabilité et ferait en sorte que l’enfant soit de meilleure qualité que l’enfant qu’on pourrait concevoir au hasard. Ce que je crains le plus, c’est le tri des embryons, qui se développe un peu dans tous les pays et qui risque de prendre une ampleur que personne n’imagine aujourd’hui.

Est en train de se mettre en place tout un système de sécurisation de la procréation, de fabrication, qui est assez navrant. Il y a quelque chose qui se met en place, comme s’il était normal de faire un bébé dans un laboratoire plutôt que dans un lit. On est devant une nouvelle considération de ce qu’est la procréation.


Jacques Testart : “J’ai des craintes de dérives eugéniques”.

Emmanuel Faux reçoit Jacques Testart, directeur de recherche honoraire à l’Inserm, auteur de Faire des enfants demain.

Dans cette vidéo, Jacques Testart nous livre ses impressions sur le devenir de la procréation médicalement assistée.

Jacques Testart : Tous les enfants conçus par PMA dans un siècle ?


Depuis le 1er janvier 2012, suite à la réorganisation des instances intergouvernementales au Conseil de l’Europe, le Comité de Bioéthique (DH-BIO) mène les travaux qui sont assignés au Comité directeur pour la bioéthique (CDBI) par la Convention pour la protection des droits de l’homme et de la dignité de l’être humain à l’égard des applications de la biologie et de la médecine. Cette réorganisation a également pour but de créer un lien plus étroit entre le DH-BIO et le Comité directeur pour les Droits de l’Homme (CDDH).

Rapports abrégés

DH-BIO abr RAP 1 F, DH-BIO abr RAP 2 F, DH-BIO abr RAP 3 F, DH-BIO abr RAP 4 F, DH-BIO abr RAP 5 F, DH-BIO abr RAP 6 F, DH-BIO abr RAP 7 F, DH-BIO abr RAP 8 F, DH-BIO abr RAP 9 F, DH-BIO abr RAP 10 F

Jürgen Habermas : L’avenir de la nature humaine. Vers un eugénisme libéral ?

Né en 1929, le philosophe Jürgen Habermas est sans aucun doute le plus important et le plus célèbre des philosophes allemands vivants. Héritier de l’école de Francfort, cet ancien assistant de Theodor Adorno a enseigné à Heidelberg, à Francfort, à l’institut Max-Planck dont il a été le directeur, ainsi qu’à New York. Il conduit, depuis maintenant plus de quarante ans, une recherche centrée sur la capacité de la raison à parvenir, par l’argumentation dans un espace public, à un accord entre les sujets en vue d’une action commune.

Il est, notamment, l’auteur de Théorie et pratique (1963), Théorie de l’agir communicationnel (1981), Le discours philosophique de la modernité (1985) et De l’éthique de la discussion (1991). Théoricien de la démocratie, Habermas plaide pour un «consensus rationnellement motivé» et estime que seule une «éthique de la discussion», en nous permettant de nous accorder librement sur le choix des normes auxquelles nous acceptons de nous soumettre, peut aujourd’hui fonder nos valeurs morales.

Dans son livre, L’avenir de la nature humaine, Jürgen Habermas fait porter sa réflexion sur le défi auquel les récents progrès des biotechnologies et les nouvelles possibilités d’intervention sur le génome humain qui en résultent confrontent nos conceptions de la liberté et de la responsabilité. En effet, alors que notre nature organique était jusque-là quelque chose de donner et d’intangible, elle est désormais susceptible de devenir l’objet de manipulations et de programmations, par lesquelles une personne interviendrait intentionnellement en fonction de ses propres préférences sur l’équipement génétique et les dispositions naturelles d’une autre.

Avec cette menace d’un effacement de la frontière entre les personnes et les choses risque également de se trouver remise en cause, estime Habermas, la compréhension que nous avons de nous-mêmes comme êtres autonomes et responsables, et par là même les fondements d’une société de sujets libres et égaux. Quelles limites fixées, dans ces conditions, aux interventions génétiques? Comment garantir la possibilité d’un eugénisme thérapeutique ou négatif, simplement destiné à empêcher l’apparition de maladies graves, tout en évitant la dérive vers un eugénisme libéral, visant l’ «amélioration» d’un bien héréditaire, autrement dit un libre-service génétique?

Préface

Face aux progrès des biosciences, au développement des biotechnologies, au déchiffrement du génome, le philosophe ne peut plus se contenter des déplorations sur l’homme dominé par la technique. Les réalités sont là, qui exigent de lui qu’il les pense à bras-le-corps.

Désormais, la réponse que l’éthique occidentale apportait à la vieille question «Quelle vie faut-il mener ?» : «pouvoir être soi-même», est remise en cause. Ce qui était jusqu’ici «donné» comme nature organique par la reproduction sexuée et pouvait être éventuellement «cultivé» par l’individu au cours de son existence est, en effet, l’objet potentiel de programmation et de manipulation intentionnelles de la part d’autres personnes. Cette possibilité, nouvelle à tous les plans : ontologique, anthropologique, philosophique, politique, qui nous est donnée d’intervenir sur le génome humain, voulons-nous la considérer comme un accroissement de liberté qui requiert d’être réglementé, ou comme une autorisation que l’on s’octroie de procéder à des transformations préférentielles qui n’exigent aucune autolimitation ?

Trancher cette question fondamentale en la seule faveur de la première solution permet alors de débattre des limites dans lesquelles contenir un eugénisme négatif, visant sans ambiguïté à épargner le développement de certaines malformations graves. Et de préserver par là même la compréhension moderne de la liberté.