Nataliya Kosmyna, pilote des objets par la pensée – FUTUREMAG – ARTE

Rencontre avec la chercheuse Nataliya Kosmyna, qui a mis au point un dispositif de pilotage de drones par la pensée, et qui pourrait bientôt changer le fameux “Je pense donc je suis” de Descartes, en “Je pense donc j’agis”.

Émission du 09 janvier 2016

Des ordinateurs sur modules permettent la première jambe bionique sans chirurgie ou implants

Enabled by Gumstix’ Overo Air computer-on-module (COM) product family, the bionic leg is able to deliver significantly greater control and motion to patients than previous prosthetic devices.

L’Institut de réadaptation de Chicago (Rehabilitation Institute) a développé la première jambe bionique sous contrôle neuronal, n’utilisant aucune chirurgie de redirection de nerf ou à implanter des capteurs. C’est une avancée puissante dans les prothèses, y compris le genou et la cheville motorisé, le contrôle est activé par les propres signaux neuronaux du patient. Actionné par une plate-forme minuscule mais puissante d’ordinateur-sur-module, cette prothèse contrôlé par la pensée représente une percée significative dans la médecine de conception embarquée, améliorer la vie des patients et la mobilité avec une prothèse qui plus étroitement que jamais agit comme un membre naturel totalement opérationnel.

La technologie des prothèses a parcouru un long chemin au fil du temps, mais les options sont encore limitées pour les personnes amputées des jambes. Alors que les jambes de cheville simples ont évolué avec des prothèses plus sophistiquées et plus réalistes, le patient a été obligé de subir une intervention chirurgicale du nerf ou d’endurer les implants envahissants.

(…)

L’Institut de réadaptation de Chicago (RIC) a pris ce défi, faisant équipe avec des scientifiques de l’Université Vanderbilt de Nashville pour le développement et l’étude d’une « jambe bionique » ou l’une avec les articulations motorisées dans le genou et la cheville. Pendant cinq ans, cette équipe a exploré la technologie informatique et recueillie des informations sur la façon dont les gens marchent – en fin de compte construire une prothèse de jambe beaucoup plus avancée qui incorpore des signaux musculaires naturels pour un meilleur contrôle.

lire la suite sur Medical Design Technology

Japon : 37 millions d’euros pour contrôler un robot par la pensée

Le Japon vient d’annoncer l’ouverture d’un important fonds d’investissement de 5 milliards de yen (37 millions d’euros), à destination des startups spécialisées dans la mise au point de logiciels de contrôle par la pensée, dans l’élaboration de robots humanoïdes et dans le développement des transferts d’énergie sans fil.

Né du partenariat entre le capital-risqueur « Nippon Venture Capital » et l’Institut international pour la recherche en télécommunications avancées de Kyoto, ce fonds d’investissement est le deuxième plus important du pays pour les jeunes pousses affiliées à un seul centre de recherches.

Lancé et baptisé « Keihanna ATR fund » le 10 février dernier, il a en quinze jours été rejoint par différents acteurs financiers du secteur des nouvelles technologies, ainsi que par plusieurs banques japonaises. Il est le second fonds d’investissement à s’ouvrir depuis le début de l’année, après l’Incubate Fund le mois dernier, qui consacrera pas moins de 81 millions d’euros aux startups spécialisées dans l’Internet des objets.

A lire sur techinasia.com

Un homme capable de maîtriser ses deux bras artificiels par la pensée

Si le bras bionique a aujourd’hui plus de dix années d’existence, la prouesse que viennent de réaliser les scientifiques de l’Université Johns Hopkins de Baltimore (Maryland, États-Unis) n’en reste pas moins une grande première mondiale.

Ce n’est pas un bras mais deux que l’équipe de prothésistes a réussi à implanter sur les épaules de Leslie Les Baugh, doublement amputé de ses membres supérieurs à la suite d’un grave accident électrique, il y a 40 ans.

L’homme, originaire du Colorado, peut désormais, à la seule force de sa pensée, piloter simultanément et en coordination ses deux prothèses robotisées, pour ainsi réaliser des gestes qui lui semblaient il y a bien longtemps fort anodins, tels que lever les bras, fermer la main, ou encore saisir un objet.

lire la suite : source