Les plans d’Elon Musk pour coloniser Mars d’ici 2050

Dans une série de tweets, le PDG de SpaceX, Elon Musk, a révélé de nouveaux détails sur ses plans pour coloniser Mars. En théorie, 1 000 vaisseaux pourraient envoyer “près de 100 000 personnes par synchronisation orbitale Terre-Mars”, a tweeté Musk. “C’est le but”, a-t-il ajouté.

Musk prévoit que les vaisseaux quitteront l’orbite terrestre sur une période de 30 jours, la fenêtre de temps où la Terre et Mars sont le mieux alignés pour faire le voyage, tous les 26 mois.

Quand un utilisateur Twitter lui a demandé si cela équivaudrait à un million de personnes sur Mars d’ici 2050, Musk a répondu par un simple oui.

Selon Musk, il faudra une capacité de chargement énorme pour construire une colonie humaine sur une planète lointaine. “Il faut des mégatonnes par an en orbite pour que la vie devienne multiplanétaire”, a-t-il tweeté.

Chaque vaisseau pourrait livrer plus de 100 tonnes par vol, ce qui signifie que tous les dix vaisseaux pourraient “mettre en orbite une mégatonne par an”, a calculé Musk.

Et quand les humains arriveront, il y aura beaucoup à faire. “Il y aura beaucoup d’emplois sur Mars !” a tweeté Musk.

Il s’agit d’une idée expérimentale originale et amusante – et il va sans dire que SpaceX a du pain sur la planche pour réaliser la vision ambitieuse de Musk.

CNET

Un scientifique veut hacker des humains hybrides pour survivre sur Mars

Voyager sur Mars est trop dangereux pour les humains et le restera à moins que les scientifiques ne sachent comment protéger correctement les astronautes de l’assaut mortel du rayonnement cosmique.

Habituellement, les propositions visant à protéger les astronautes au cours d’un voyage aller-retour d’un an impliquent un meilleur blindage à bord des engins spatiaux. Mais Space.com rapporte que le généticien Chris Mason, de l’Université Weill Cornell, a une idée différente : hacker les humains avec l’ADN des tardigrades qui permet aux petites créatures bizarres de survivre à un rayonnement intense.

C’est une idée inhabituelle et spéculative, mais qui pourrait aussi illustrer l’étrange avenir de la biotechnologie et des voyages spatiaux.

Mason a longtemps fait des recherches sur les effets des voyages spatiaux sur le corps humain. Puisque les tardigrades sont capables de survivre aux horreurs infinies de l’espace, leur génome pourrait potentiellement rendre les cellules humaines plus résistantes.

Mais Mason admet que tout piratage de gène humain-tardigrade est encore pour des décennies.

“D’ici 20 ans, j’espère que nous pourrons en être au stade où nous pourrons dire que nous pouvons créer un humain qui pourrait mieux survivre sur Mars.”

Stephen Hawking : “Je suis convaincu que les humains doivent quitter la Terre”

D’ici cent ans, la terre sera le premier bidonville de l’univers

Paradoxal. Voici l’unique adjectif qui me vient à l’esprit pour qualifier les mouvements incohérents de notre civilisation. Il ne passe nul jour sans être informé d’une nouvelle avancée scientifique et technologique majeure. L’intelligence artificielle change radicalement notre mode de vie, les avancées scientifiques transhumanistes re-dessinent l’évolution de l’espèce et l’aube de la conquête de l’univers pointe à l’horizon. Conjointement à ces perspectives merveilleuses, l’Observatoire des inégalités présente un rapport peu reluisant sur l’état de notre société s’y ajoutant une analyse australienne qui prévoit l’effondrement de la civilisation humaine d’ici 2050.

Le XXIème siècle s’annonce à mon sens comme celui de tous les paradoxes et de la négligence aveugle envers notre habitat et nos semblables. Chaque marque de progrès révèle à long terme des effets néfastes et irréversibles sur l’environnement et la condition humaine des plus démunis. Nous nous efforçons d’investir dans des technologies de classe, aujourd’hui accessible à ceux qui peuvent se les offrir, demain à une micro-élite intellectuelle qui pourra cohabiter avec des machines nettement supérieure à l’être humain. Comment notre civilisation est-elle capable de faire preuve de tant de génie, de tant de créativité, tout en démolissant l’essence de notre existence ?

Comme je l’ai présenté dans un précédent article « Le Transhumanisme n’est pas une option », l’évolution de l’espèce telle que Darwin l’avait définie n’est plus suffisante aujourd’hui. Notre environnement n’est pas celui qu’il devrait normalement être, modifié et dégradé par l’intervention de l’être humain. Si nous n’avançons pas dans la direction du transhumanisme pour « hacker » notre évolution, alors oui, notre civilisation s’écroulera prochainement. Cependant, pensez-vous sincèrement que dans les prochaines décennies ces innovations seront accessibles à chacun d’entre nous ? Nous vivons dans des sociétés inégalitaires, alors que le transhumanisme devra être accessible à tous, il ne sera qu’un business de plus réservé aux plus fortunés. Le « Hack » de notre évolution donnera lieu à une nouvelle sélection naturelle, c’est le bouleversement de la théorie de Darwin selon laquelle l’élimination naturelle des individus les moins aptes dans la « lutte pour la vie » permet à l’espèce de se perfectionner. La nouvelle sélection ne sera pas naturelle mais économique.

Hacking Darwin : génie génétique et avenir de l’humanité

La conquête de l’univers. Après tout, ne serait-il pas plus simple pour l’humanité de déménager sur une nouvelle planète habitable ? Nous découvrons jour après jour de nouvelles exoplanètes, améliorons notre compréhension de l’univers et avançons à pas de géant dans le voyage spatial. En effet, nous sommes au balbutiement du tourisme spatial avec Virgin Galactic pour se rendre à la frontière de l’espace, Space Adventures pour voyager en orbite autour de la terre ou encore SpaceX et Blue Origin pour un aller-retour terre-lune. Une première étape a été franchie en 2018 avec Yusaku Maezawa, choisi par Elon Musk, pour acheter le premier billet en direction de la lune et être le premier touriste de l’espace d’ici 2023. Cependant, au-delà de l’enthousiasme que peut provoquer de telles perspectives, nous devons évoquer un point essentiel : le prix du billet varie entre 250 000 et 1,8 milliards de dollars. Il n’est guère illusoire de penser que les premiers colons de l’univers seront, une fois encore, le 1% de la population.

L’image du premier bidonville de l’univers présente la place à venir de notre planète si nous persistons dans l’ignorance de l’inclusion et la dégradation de notre environnement. La notion de bidonville distingue l’opulence de la misère, l’ordre du désordre, l’existence de la subsistance, la vie de la survie. La terre sera laissée aux modestes et aux pauvres dans un état d’épuisement général, essorée de toutes ressources sans possibilité d’y échapper. Néanmoins, n’étant pas collapsologue, je crois encore en notre capacité à rectifier le tir. Nous devons multiplier les initiatives autour de l’inclusion, l’accessibilité accélérée des technologies favorisant la protection de l’environnement et l’autosuffisance de chacun.

A l’instar des populations des bidonvilles qui subsistent incarcérées dans un environnement dévasté en contemplant la ville dans d’espoir d’une vie meilleure, demain, beaucoup contempleront les étoiles avec la même espérance si rien ne change.

Aldrin appelle à une grande migration de l’humanité vers Mars

Il y a cinquante ans, l’astronaute Buzz Aldrin est devenu le deuxième humain à marcher sur la Lune. Maintenant, il encourage les États-Unis à faire des missions d’exploration humaine sur Mars une priorité nationale – et il ne parle pas seulement de quelques astronautes chanceux.

“Les yeux des États-Unis – et notre engagement unifié – devraient viser à ouvrir la porte de la grande migration de l’humanité vers Mars”, écrit Aldrin dans un éditorial publié récemment pour le Washington Post.

Dans l’article, Aldrin exprime sa gratitude envers l’administration Trump pour s’être engagée dans des missions avec équipage sur la Lune. Ces missions ne devraient pas être le but ultime, a écrit l’astronaute, mais plutôt servir à nous aider à définir un chemin vers Mars.

“En ce qui concerne la mécanique orbitale, les missions de migration de la Terre vers Mars sont complexes”, écrit Aldrin. “Cela dit, la nature humaine – et potentiellement la survie ultime de notre espèce – exige que l’humanité continue d’aller vers l’univers.”

“Appelez cela de la curiosité ou du calcul, de la planification stratégique ou du destin”, poursuit-il. “En termes simples : Nous explorons, ou nous disparaissons. C’est pourquoi nous devons aller de l’avant.”

Washington Post

Stephen Hawking : “Je suis convaincu que les humains doivent quitter la Terre”

Transhumanisme : quel avenir pour l’humanité ?

De ses débuts confidentiels dans la Californie des années 1990 à la profusion d’articles, de livres et de débats, le transhumanisme suscite rejets radicaux ou adhésions extrêmes, de F. Fukuyama le qualifiant d’« idée la plus dangereuse du monde » à ceux qui décrivent ses opposants en « chimpanzés du futur ». Car le transhumanisme, qui entend augmenter les capacités physiques et mentales de l’être humain, allonger considérablement sa durée de vie, n’est pas une simple confiance dans le progrès technologique. Il porte une utopie : le dépassement de la condition humaine.

Étant donnée la place croissante qu’il occupe dans le débat public, une synthèse, accessible à tous et qui fasse le point sans parti pris, s’impose. De l’apparition de l’idée à sa structuration dans le temps, des figures fondatrices aux acteurs d’aujourd’hui, cet ouvrage présente les idées centrales de la pensée transhumaniste, les arguments pro- et anti-, pour permettre au lecteur de se forger son propre avis et prendre part au débat.

Franck Damour est agrégé d’histoire, chercheur associé à ETHICS EA-7446 et membre de la chaire Éthique et Transhumanisme à l’Université Catholique de Lille. Il codirige la revue Nunc.

David Doat est docteur en philosophie, maître de conférences à ETHICS EA-7446 et titulaire de la chaire éthique et Transhumanisme à l’Université Catholique de Lille.

Introduction

Depuis une dizaine d’années, le transhumanisme alimente des espoirs, des craintes et de très nombreux débats des deux côtés de l’Atlantique. Ce courant d’idées entend promouvoir l’usage des sciences et des techniques en vue d’améliorer et augmenter les capacités physiques et mentales des êtres humains, de prolonger considérablement la durée de vie, bref de libérer l’homme des limites de sa condition. Le transhumanisme défend des projets parfois sidérant d’audace, comme prolonger la vie de plusieurs siècles, coloniser l’espace, doter l’homme de capacités sensorielles et cognitives bien au-delà de sa condition actuelle ou encore contrôler son état psychologique par un dopage permanent.

Ces promesses ne constituent pas une simple confiance dans le progrès technologique. Souvent, le transhumanisme est perçu comme une spéculation sur le développement technologique, ce qu’il est, mais en partie seulement. En effet, ces spéculations sur le futur des nanotechnologies, des interfaces homme/machine, du génie génétique, de l’essor des Big data et du numérique sont portées par une utopie : le dépassement de la condition humaine. Le transhumanisme nous appelle à prendre en main notre évolution pour nous libérer de « la loterie génétique », de la mortalité, des limites de nos capacités. Il s’agit ni plus ni moins que de changer l’homme, de révolutionner ses conditions biologiques pour le transformer, bref faire passer l’humanité à une étape nouvelle (et supérieure) de son évolution grâce à un effort technologique concerté et intense. Le transhumanisme se pense comme un mouvement de libération biopolitique, dans la lignée de ceux qui ont marqué l’histoire depuis les années 1960, avec la particularité de ne pas proposer une révolution sociale ou politique mais une révolution technologique qui changerait le corps et, par ricochet, la société et la politique.

Né à la fin des années 1980, le mouvement transhumaniste a réussi à faire du transhumanisme un courant de pensée, discuté, débattu, scruté dans la plupart des pays occidentaux, au sein d’universités, d’hémicycles politiques, de débats médiatiques. Il est entré dans les dictionnaires et les manuels universitaires, a suscité l’écriture de dizaines de thèses, une abondante littérature, des colloques, des séminaires. Si seulement quelques partis politiques embryonnaires se sont revendiqués du transhumanisme, ses thématiques ont attiré l’attention des dirigeants politiques depuis plus de 15 ans, d’abord aux États-Unis puis en Europe. C’est que le transhumanisme a réussi à inscrire à l’agenda mondial certaines de ses problématiques, son vocabulaire, sa vision du monde : l’homme augmenté, l’eugénisme libéral, le prolongévisme, la colonisation spatiale comme réponse à la crise climatique, autant de thématiques qui ne sont peut-être pas propres au transhumanisme mais que celui-ci porte et, surtout, unifie dans un projet global. Des deux côtés de l’Atlantique, le transhumanisme inspire le travail de think tanks qui entendent orienter la réflexion politique et éthique sur les technologies. Ce travail d’influence passe par des réseaux, des publications, des institutions, des porte-paroles médiatiques. Les transhumanistes annoncent une « révolution technologique » en cours, révolution pour laquelle ils proposent une pensée, une éthique, une psychologie. Aussi n’est-il pas surprenant que le transhumanisme inspire l’action de dirigeants de multinationales qui investissent des sommes considérables dans le développement de technologies correspondant aux utopies transhumanistes, de la conquête spatiale aux transformations du génome. Larry Page et Sergey Brin, Elon Musk, Peter Thiel, Mark Zuckerberg sont les plus médiatisés, les plus puissants sans doute. On peut considérer que l’influence du transhumanisme est devenue majeure au sein de la Silicon Valley et ailleurs, dans les bioindustries comme dans les industries du numérique, notamment au nom de la convergence des technologies.

Mais le singulier utilisé jusqu’à présent ne doit pas leurrer : le transhumanisme n’est pas un mouvement unifié de militants porteurs d’une idéologie entièrement structurée. Ce courant de pensée est un mouvement protéiforme, avec des tendances multiples, pratiquant la controverse et cultivant un libéralisme foncier. Cette diversité des sensibilités se retrouve dans la diversité de ses formes : le mouvement transhumaniste est constitué de réseaux de militants mais aussi de pôles académiques et de fondations, mobilise des entrepreneurs, des ingénieurs, des sociologues ou des biologistes.

Les prises de position radicales – elles ne font pas dans la demi-mesure et elles touchent aux fondements – des transhumanistes ne peuvent que susciter de fortes polémiques. En remettant en question l’idée que l’homme ait une nature définie, qu’il doive respecter les limites physiques de sa condition, que la mort soit un horizon indépassable pour toute construction sociale, le transhumanisme interroge des éléments structurants de l’expérience humaine. Par certaines de ses propositions les plus radicales, le transhumanisme pousse les positions éthiques classiques dans leurs retranchements, les amenant à se positionner en face de pratiques déjà effectives que l’on pourrait rapporter au transhumanisme (comme un certain eugénisme libéral, l’usage de médicaments pour des bien-portants à finalité d’augmenter leurs capacités, etc.). Certains parlent même d’un « transhumanisme ordinaire », d’un transhumanisme qui se pratique sans que le nom soit utilisé, dans les laboratoires et les éprouvettes, mais aussi dans le secret des consciences. La controverse provoquée par le transhumanisme est donc aussi une formidable machine pour penser notre rapport aux technologies, formuler l’implicite, interroger les non-dits et les a priori, sonder les angles morts.

De tels débats donnent lieu à des prises de position fortes, de part et d’autres, qui souvent peuvent glisser vers la caricature. La rapidité avec laquelle ces débats se sont développés et leur écho médiatique ont favorisé le développement de nombreux lieux communs. C’est à la discussion de ces idées reçues que ce livre veut répondre : quelles sont les origines de ce courant d’idée ? Quelles sont l’ampleur et la nature du mouvement qui le véhicule ? Que veulent les transhumanistes ? Quelles sont leurs valeurs ? Quels sont les arguments de ses adversaires ? Comment, s’il est possible, dépasser les arguments maintes fois répétés et formuler ce qui est en jeu dans ce débat ?

Quel que soit l’avenir du transhumanisme, qu’un mouvement se perpétue ou non, qu’une pensée se structure ou non, que ses relais industriels s’épuisent ou non dans leur quête de l’immortalité ou de l’espace, que se développent des transhumanist studies ou non, le transhumanisme a permis de formuler toute une série de questions sur l’impact des technologies dans nos sociétés. Chemin faisant, en débattant du transhumanisme, c’est de la place que prennent les technologies dans notre vie que nous discutons. Le détour en vaut donc la peine !

Parution le 27 septembre 2018

Sommaire

Petite histoire du transhumanisme
Le transhumanisme est une idée neuve.
Il faut être américain pour croire au transhumanisme.
Le transhumanisme, une histoire de milliardaires.
Le transhumanisme est une nébuleuse.
Nous sommes déjà tous des cyborgs !
La pensée transhumaniste
Les transhumanistes veulent devenir immortels.
Le transhumanisme est un eugénisme.
C’est encore la vieille histoire de l’homme qui se prend pour Dieu.
L’homme augmenté, c’est du transhumanisme.
Le transhumanisme, c’est du libertarisme.
Le transhumanisme, c’est la fin de la morale.
Le transhumanisme, c’est de la science-fiction.
Le transhumanisme dans tous ses états
Le transhumanisme, une stratégie des GAFA pour nous manipuler.
Le transhumanisme est l’idée la plus dangereuse du monde.
Les personnes appareillées en raison d’un handicap préfigurent l’homme du futur.
L’homme d’aujourd’hui sera le chimpanzé du futur.
Une société où l’on ne meurt plus, c’est une société où on ne vit plus.
Le transhumanisme, c’est une religion qui sacralise la technique.

Nos corps ne sont pas faits pour avoir des bébés sur Mars

Avoir un bébé sur Mars serait carrément impossible à moins que nous ne soyons disposés à retravailler notre ADN. Cette information vient grâce à une nouvelle étude publiée dans l’édition de juin de Futures par des chercheurs de l’Université de technologie de l’information et de gestion (University of Information Technology and Management) à Rzeszów en Pologne.

« Les plus grands défis pour la biologie reproductive humaine sont causés par un environnement spatial spécifique incluant la microgravité au cours du long voyage vers Mars, les rayons cosmiques (les plus importants au cours du voyage mais aussi une forte exposition au rayonnement cosmique précisément sur Mars) et une perte osseuse extrêmement élevée (causée principalement par la microgravité) », déclare l’auteur principal de l’étude, Konrad Szocik, un scientifique cognitif. « Le rayonnement sera un grand défi pour la reproduction humaine, en commençant par une fertilisation efficace. »

Le rayonnement et la diminution de la gravité sur Mars pourraient en effet rendre la reproduction humaine beaucoup plus dangereuse. Sur Terre, l’exposition aux rayonnements peut être gravement préjudiciable aux fœtus et peut avoir un impact sur le développement du cerveau, selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention (CDC)). On pourrait supposer que l’environnement martien pourrait affecter le développement embryonnaire et/ou les cellules reproductrices d’une manière beaucoup plus intense.

« Le rayonnement est connue pour être délétère pour les adultes et en particulier pour les cellules reproductrices, le développement des embryons et des fœtus, et est déjà considérée comme un danger majeur pour la santé des astronautes », écrit l’équipe.

En plus de construire un système de tunnels souterrains complexe pour nous protéger des rayonnements, il ne semble pas y avoir beaucoup d’options pour une colonisation à long terme sur Mars. Et même si cela peut sembler être de la science fiction, les chercheurs suggèrent de changer notre corps pour qu’il soit mieux adapté à Mars.

« La méthode CRISPR rend possible le génie génétique adaptatif », écrit l’équipe. « Nous devrions considérer l’idée de l’amélioration génétique humaine avant et pendant cette mission. Le génie génétique et l’isolation des espaces profonds peuvent entraîner une spéciation de l’Homo Sapiens. Dans un tel scénario, de nouveaux défis éthiques découlent de l’évolution d’un nouveau genre de l’espèce humaine qui possédera une nouvelle nature et, par conséquent, peut-être de nouveaux devoirs et droits moraux par rapport aux personnes vivant sur Terre. »

Les chercheurs notent la nécessité d’études sur l’impact de la gravité réduite sur la production des cellules reproductrices mâles et femelles, ainsi que sur le processus de gestation et d’accouchement. Pour l’instant, la reproduction reste juste une des nombreuses questions que nous devons traiter avant que la colonisation de Mars soit à notre portée.

Inverse

Transhumanisme et spatial : les deux faces d’une seule révolution

Il y a derrière le renouveau de l’économie spatiale deux dimensions. La première est économique. Il existe une guerre pour accéder à l’espace et maîtriser, aujourd’hui l’envoi des satellites, demain l’envoi des hommes. L’Europe, qui ne veut décidément pas être une puissance, ne l’a pas encore compris. La seconde dimension est philosophique, comme le montre la conférence que Luc Ferry a donné lors du dernier colloque du Cercle de Belém, le 24 novembre 2017, “Espace : nouvelle frontière économique, nouveau défi européen.”

Fondé en 2015 par les économistes Nicolas Bouzou et Pierre Bentata, le Cercle de Belém est un groupe de réflexion européen, libéral et progressiste. Il vise à enrichir le débat public en plaçant les grands enjeux sociétaux dans une perspective européenne. Les membres du Cercle de Belém interviennent aux côtés de personnalités politiques et de figures du monde de l’entreprise lors de colloques organisés dans une ville européenne sur une thématique choisie. Ils publient régulièrement des articles dans la presse française et européenne.

Catastrophe globale et transhumanisme

Les transhumanistes ne sont pas tous techno-optimistes

« Only a singleton could control evolution1 »

Nick Bostrom

En 2008, le philosophe transhumaniste Nick Bostrom (université d’Oxford) publiait un article au titre singulier : « Où sont-ils ? Pourquoi j’espère que la quête de la vie extraterrestre ne donnera rien2. » Tandis que la sonde spatiale américaine Phoenix poursuivait ses investigations sur Mars, il développait l’idée que si nous trouvions une trace de vie intelligente, ce serait un mauvais présage pour l’humanité.

Inspiré du paradoxe du physicien Enrico Fermi, son raisonnement procède de la sorte : alors que nous sondons l’univers depuis plus de 60 ans (notamment dans le cadre du projet SETI – Search for extraterrestrial intelligence)3, que la Voie lactée recèle plus de 200 milliards d’étoiles et l’univers observable entre 100 et 200 milliards de galaxies, pourquoi n’avons-nous pas trouvé de traces tangibles de vie extraterrestre ? En d’autres termes, alors que la probabilité de la vie semble si grande, pourquoi aucune intelligence extraterrestre n’a encore entrepris l’exploration de l’univers ? Comment expliquer ce paradoxe ? Reprenant le concept de l’économiste américain Robin Hanson4, Nick Bostrom s’interroge : existe-t-il « un grand filtre »5, un obstacle, un goulot d’étranglement, une étape critique, au saut évolutionniste nécessaire à l’expansion de la vie et l’essaimage d’une l’intelligence dans l’univers, la civilisation galactique ? Partant de là, il distingue deux possibilités. Soit le « grand filtre » se situe dans notre passé et nous l’avons franchi : au seuil de notre expansion dans l’univers, il est vrai encore timide, cela revient à dire que la vie est rare, peut-être unique, et qu’elle nécessite d’improbables coïncidences pour émerger, sinon d’autres intelligences seraient venues nous rendre visite. La vie étant peu répandue et l’univers immense, on peut aussi imaginer qu’elle a pu émerger loin de nous, dans ce cas les deux intelligences resteront peut-être pour toujours étrangères l’une à l’autre. Dans l’autre hypothèse, le « grand filtre » se situe devant nous, dans le futur, cela signifierait qu’il y a dans le développement technologique de la civilisation un stade critique, qui expliquerait que quelque chose a empêché l’essaimage de l’intelligence. Dans ce cas c’est le risque anthropique, lié à l’homme lui-même, qu’il faut redouter.

Ces considérations liminaires mettent en relief le primat de l’intelligence et le risque anthropique existentiel, qui pourrait nuire à l’étape prochaine de l’évolution désirée par certains transhumanistes, un mouvement philosophique, scientifique et politique, qui s’est cristallisé notamment en Californie dans les années 1960 et qui a pour ambition de prendre en main l’évolution humaine, jugée imparfaite, par la technologie.

Souvent présentés comme techno-fétichistes, il s’agit ici d’explorer un aspect moins connu des transhumanistes : les liens qui unissent certains d’entre eux à l’idée de catastrophe globale6 et comprendre les ressorts de cette inquiétude. Après quelques éléments biographiques sur Nick Bostrom et une définition du risque anthropique existentiel, nous développeront l’exemple de l’« explosion de l’intelligence ».

Nick Bostrom

Niklas Bostrom est né en Suède. Mû par une curiosité intellectuelle intense, adolescent, il décide de faire sa propre éducation7. Au début des années 1990, il réussi le tour de force d’être diplômé de l’université de Göteborg en philosophie, en logique mathématique et en intelligence artificielle. Il poursuit ensuite sa formation à Stockholm où il étudie la philosophie et les mathématiques puis au King’s College de Londres où il s’initie à l’astrophysique et aux neurosciences8.

Acteur transhumaniste historique, il fonde, en 1998, avec le philosophe anglais David Pearce, le World Transhumanist Association (maintenant Humanity +), une institution qui a pour ambition de donner corps au transhumanisme mais aussi lui donner du crédit afin de stimuler des recherches académiques9. La même année, il participe à la rédaction de La déclaration transhumaniste ainsi qu’à la création du Journal of Transhumanism (devenu Journal of Evolution & Technology).

Son doctorat de philosophie obtenu à la London School of Economics porte sur le paradoxe de l’Apocalypse (Doomsday argument), un raisonnement probabiliste sur le risque d’extinction de l’humanité inspiré par l’astrophysicien Brandon Carter que, selon Nick Bostrom, l’on sous-estime trop souvent, notamment dans sa dimension anthropique10. En 2005, il donne naissance, au sein d’Oxford Martin School11, au laboratoire Future of Humanity Institute (FHI)12. Son objectif : générer des outils pluridisciplinaires pour appréhender les risques technologiques émergents mais aussi les opportunités civilisationnelles associées afin de clarifier les choix qui façonnent le futur de l’humanité sur le long terme, en tirer le meilleur profit. En 2014, son livre, Superintelligence, paths, dangers, strategies, a eu un grand retentissement13. En écho à cette publication, qui alimente l’inquiétude autour de l’intelligence artificielle, Elon Musk (Tesla Motors, PayPal, SpaceX, SolarCity) a doté le FHI d’une somme d’un million de dollars14. Récemment on a pu voir Nick Bostrom témoigner sur le risque existentiel à l’ONU au côté du cosmologiste Max Tegmark (MIT)15 fondateur du Future of Life Institute16.

Le risque existentiel

Nick Bostrom définit le risque existentiel comme un risque qui menace prématurément l’extinction de l’intelligence née sur Terre avant qu’elle ne puisse atteindre sa maturité, l’expression de sa plénitude17.

Depuis 500 millions d’années, 15 extinctions de masse auraient eu lieu dont 5 ont failli faire disparaître la vie sur Terre. Une en particulier, au Permien-Trias, il y a 250 millions d’années, aurait éliminé 90 % des espèces18. Dans un passé plus récent, la chute d’un astéroïde comme celui du Yucatán (Mexique), il y a 65 millions d’années, mais aussi l’impact du supervolcan Toba (Indonésie) sont à l’origine d’extinctions massives, directement et indirectement par l’absence de luminosité et le refroidissement induit.

Cependant, si l’humanité a survécu aux risques naturels depuis des centaines de milliers d’années, Nick Bostrom est moins optimiste quant aux menaces nouvelles introduites par celle-ci, depuis peu : c’est le risque existentiel anthropique19. Outre le réchauffement climatique global, l’usage de l’arme nucléaire, d’autres risques sont mis en avant comme une pandémie anthropogène liée au bioterrorisme, l’altération du climat par la géo-ingénierie et l’avènement d’une superintelligence artificielle hostile.

Nick Bostrom fait aussi état du risque nanotechnologique, pas seulement le très fantasmé gray goo20, une écophagie environnementale liée à la perte de contrôle d’un assembleur moléculaire popularisée par Eric Drexler (FHI)21, mais aussi l’usage d’armes nanométriques22. Il ajoute quelque chose d’imprévisible23. Focalisons-nous sur le risque inhérent à l’émergence de la superintelligence artificielle.

« 10 scénarios pour la fin de l’homme (avec Nick Bostrom) :

Partie 2

L’ « explosion de l’intelligence »

Le statisticien Irving John Good (1916-2009) serait le premier à l’avoir exposée officiellement en 1965 :

« Supposons qu’existe une machine surpassant en intelligence tout ce dont est capable un homme, aussi brillant soit-il. […] cette machine pourrait à son tour créer des machines meilleures qu’elle-même ; cela aurait sans nul doute pour effet une réaction en chaîne du développement de l’intelligence, pendant que l’intelligence humaine resterait presque sur place. Il en résulte que la machine ultra-intelligente sera la dernière invention que l’homme aura besoin de faire, à condition que ladite machine soit assez docile pour constamment lui obéir. Il est curieux que ce point soit si rarement abordé en dehors de la science-fiction. Il faudrait parfois prendre la science-fiction au sérieux24. »

Cette ultra-intelligence devient singularité technologique sous la plume du mathématicien et auteur de science fiction Vernor Vinge en 1993.

« Within thirty years, we will have the technological means to create superhuman intelligence. Shortly after, the human era will be ended25. »

En 2008, Robin Hanson (FHI) et Eliezer Yudkowsky (Machine Intelligence Research Institute) ont débattu à ce propos, l’un considérant que le « décollage » (takeoff) sera lent, qu’il prendra des années, des décennies et l’autre, au contraire, fulgurant26. Nick Bostrom pense aussi que le décollage sera explosif27.

L’ « explosion de l’intelligence » peut être résumée de cette manière : lorsque la machine aura atteint le stade de l’intelligence humaine, elle pourrait se reprogrammer, puis à nouveau se reprogrammer à partir de cette nouvelle programmation et ainsi de suite jusqu’à produire une évolution exponentielle.

Les techno-optimistes de la Silicon Valley comme Peter Diamandis et Ray Kurzweil utilisent ce concept de singularité technologique pour illustrer l’émergence de la superintelligence28. Nous serions au seuil d’une « accélération technologique », objectivement impensable, qui passé un point d’inflexion deviendra explosive et profondément transformatrice. Cette singularité technologie échappe à nos catégories de pensée car nous pensons de façon linéaire, alors que l’évolution technologique se fait de manière exponentielle. Peter Diamandis utilise cette métaphore : si 30 pas linéaires (1, 2, 3, etc.) amènent approximativement à 30 mètres, 30 pas exponentiels (1, 2, 4, 8, 16, etc.) nous feraient parcourir 26 fois le tour de la planète29. Dans le cadre de cette accélération, Ray Kurzweil prophétise l’émergence de la super-intelligence autoréplicante pour 204530. Nous sommes dans un compte à rebours quasi messianique, espéré auto-réalisateur, comme l’a été la loi de Moore31. C’est le retour en grâce du fantasme de l’intelligence artificielle « forte » stimulé par le l’augmentation des capacités de stockage de l’information et des puissances de calcul.

Pour Nick Bostrom, parmi les leviers devant conduire à une augmentation cognitive, si la digitalisation du cerveau (whole brain emulation) semble la voie la plus prometteuse, la méthode la plus rapide à mettre en œuvre serait le couplage avec la superintelligence artificielle32. Seulement, cette méthode qui conditionne un devenir hybride, cyborg, comporte un risque existentiel ; nous sommes revenus au « grand filtre ».

Nick Bostrom considère que l’évolution ne sera pas toujours nécessairement avantageuse pour l’humanité33. Contrairement aux libertariens de la Silicon Valley, il n’est pas techno-optimiste, il redoute les risques existentiels qui pourraient nuire à l’humanité toute entière.

Plus précisément, ces risques menacent de façon prématurée l’extinction, selon lui, non pas de l’humanité au sens de l’Homo sapiens, une incarnation transitoire, mais de l’ « intelligence d’origine terrestre » et sa « maturité technologique », c’est-à-dire le maximum de ses potentialités : le posthumain et ses promesses comme la colonisation de l’espace, etc34.

Selon Nick Bostrom, nous sous-estimons le risque anthropique existentiel et notamment celui inhérent à la superintelligence artificielle.

Comment se prémunir contre cette catastrophe ? Une manière d’éviter le désastre consisterait à prendre en main l’évolution de l’humanité, aussi suggère-t-il de développer ce qu’il appelle un singleton (en mathématiques, un ensemble formé d’un seul élément), un ordre mondial présidé par une entité indépendante qui nous permettrait d’éviter les risques existentiels35. Ce singleton pourrait être un gouvernement mondial démocratique, une dictature  ou… une superintelligence, une sorte de gouvernement pastoral machinique36.

Finalement, la création d’un singleton, quelque soit sa nature, pourrait anticiper et ainsi réduire certains risques. Il pourrait aussi en faire advenir d’autres comme un régime oppressif global et permanent37.

Notes

1 Nick Bostrom, « The future of human evolution », in Charles Tanguy (ed), Death and anti-death: two hundred years after Kant, fifty years after Turing, Palo Alto, rup, 2004, 2009, [version en ligne], p. 16.

2 Nick Bostrom, « Where are they. Why I hope the search for extraterrestrial Life Finds Nothing », MIT Technology review, mai/juin, 2008, p. 72-77.

3 SETI Institute Home.

4 Robin Hanson, « The great filter – Are we almost in the past ? », 15 septembre 1998.

5 Ce concept est utilisé en exobiologie (ou astrobiologie). Lire Aditya Chopra et Charles H. Lineweaver, « The case for a Gaian bottleneck. The biology of habitability », Astrobiology, vol. 16, no 1, 2016.

6 Le rapport de la fondation Global challenges définit la catastrophe globale comme un événement qui tuerait au moins 10 % de l’humanité, soit actuellement 750 millions de personnes. Lire Global Challenges Foundation/Global Priorities Project (Future of Humanity Institute), Global Catastrophic Risks, 2016, p. 6.

7 Raffi Khatchadourian, « The doomsday invention. Will artificial intelligence bring us utopia or destruction ? », The New Yorker, no 23, novembre 2015.

8 Curriculum vitae de Nick Bostrom.

9 Nick Bostrom, « A history of transhumanist thought », Journal of Evolution & Technology, vol. 14, no 1, avril 2005, p. 15.

10 Cet argument est discuté par John A. Leslie dans The end of the world. The science and ethics of human extinction, London, Routeldge, 1996

11 Fondé en 2005 par James Martin, un spécialiste des technologies de l’information, Oxford Martin School, est un centre de recherche pluridisciplinaire qui porte sur les enjeux  globaux pour le XXIe siècle.

13 Nick Bostrom, Superintelligence, paths, dangers, strategies, Oxford, OUP, 2014.

14 Ideas into action, 10 years of groundbreaking research, Oxford Martin School/University of Oxford, 2015, p. 9.

15 Prof. Max Tegmark and Nick Bostrom speak to the UN about the threat of AI.

17 Nick Bostrom, « Existential risk prevention as global priority », Global Policy, vol. 4, no 1, 2013, p. 15.

18 Nick Bostrom et Milan M. Ćirković, « Introduction », Global Catastrophic Risks, Oxford, OUP, 2008, p. 8.

19 Nick Bostrom, « The future of humanity », in Jan-Kyrre Berg Olsen, Evan Selinger et Soren Riis (eds),  New Wages in philosophy of technology, NY, Palgrave McMilla, 2009 [version en ligne], p. 10-11.

20 Nick Bostrom, Existential risks: Analyzing human, extinction scenarios and related hazards, Journal of Evolution and Technology, vol. 9, mars 2009, p. 8.

21 Eric K. Drexler, Engins de création : l’avènement des nanotechnologies, Paris, Vuilbert, 2005 [Engines and creation. The coming era of nanotechnology, 1986].

22 Nick Bostrom, « The future of humanity », op. cit., p. 10-11.

23 Nick Bostrom, Existential risks : Analyzing human, extinction scenarios and related hazards, op.cit., p. 8.

24 Irving J. Good, « Speculations concerning the first ultraintelligent machine », in F. Alt et M. Ruminoff (eds.), Advances in computers, vol. 6, 1965, p. 33.

25 Venor Vinge, « The coming technological singularity: How to survive in the post-human era », Vision-21, Interdisciplinary science and engineering in the era of cyberspace. Proceedings of a symposium cosponsored by the NASA Lewis Research Center and the Ohio Aerospace Institute and held in Westlake, Ohio March 30-31, 1993, p. 11.

26 Robin Hanson et Eliezer Yudkowsky, The Hanson-Yudkowsky AI foom debate, Berkeley, CA, Machine Intelligence Research Institute, 2013.

27 Nick Bostrom, Superintelligence, paths, dangers, strategies, op. cit., p. 64-65.

28 Voir Ray Kurzweil, The singularity is near. When humans transcend biology, London, Penguin Books, 2005.

29 Peter Diamandis et Steven Kotler, Bold. How to go big, create wealth and impact the world, NY, Simon and Schuster Books, 2014, p. 16.

30 Peter Diamandis, « Ray Kurzweil’s mind-boggling predictions for the next 25 years », Singularity Hub, 20 janvier 2015.

31 Walter Isaacson, Les innovateurs. Comment un groupe de génies, hackers et geeks a fait la révolution numérique, Paris, JC Lattès, 2015, p. 247.

32 Nick Bostrom, Superintelligence, paths, dangers, strategies, op. cit.

33 Nick Bostrom, « The future of human evolution », op. cit., p. 1-2.

34 Nick Bostrom, « Existential risk prevention as global priority », op. cit., p. 15-31.

35 Nick Bostrom, « The future of human evolution », op. cit., p. 16-18.

36 Nick Bostrom, « What is a Singleton », Linguistic and Philosophical Investigations, vol. 5, no 2, 2006, p. 48-54.

37 Nick Bostrom, « The future of human evolution », op. cit. p. 18.

Des scientifiques demandent l’approbation de l’ONU pour créer Asgardia « la première nation de l’espace »

credit: http://asgardia.space/

Des plans ambitieux pour créer la première nation au monde dans l’espace ont été dévoilés cette semaine dans l’espoir d’inaugurer une nouvelle ère dans l’ère spatiale. Igor Ashurbeyli, chef de l’Aerospace International Research Center (AIRC) à Vienne et président de la science du comité de l’espace de l’UNESCO dirige l’initiative en étroite collaboration avec un groupe de scientifiques, ingénieurs, entrepreneurs et experts juridiques.

Asgardia, nom d’une ville dans la mythologie nordique, fonctionnera comme un pays souverain où les citoyens pourront par la suite vivre, travailler et de suivre leurs propres règles et règlements — autrement dit, si tout se passe comme prévu. Ashurbeyli espère parvenir une reconnaissance des Nations Unies pour Asgardia, une nation de l’exploration scientifique, libre de restrictions géopolitiques, mais aucun mot encore sur la question de savoir si cela se produirait réellement.

En plus de l’adhésion de l’ONU, le but ultime des fondateurs est de construire un bouclier de haute technologie dans l’espace qui protégera les êtres humains sur la Terre des « menaces cosmiques, artificielles et naturelles… telles que des débris spatiaux, les éjections de masse coronale et les collisions d’astéroïdes. » La première étape est d’envoyer son propre satellite en 2017 et de commencer les efforts visant à ouvrir l’accès à l’espace.

Le projet est encore à ses débuts, mais l’équipe derrière elle espère que la publicité qu’il recueille maintenant, attirera des chercheurs talentueux prêts à travailler sur la réalisation d’Asgardia. Que signifie, faire partie de cette nation ? Les Asgardiens resteront physiquement sur Terre, mais deviendront aussi des citoyens de cette nouvelle nation de l’espace, dont les fondateurs espèrent un jour adhérer à l’ONU. À terme, ces citoyens pourraient se rendre à la nation de l’espace.

« Nous n’avons vu aucune tentative de nation auparavant. Ce serait donc une première, » déclare Ram Jakhu, un membre-fondateur d’Asgardia, à Business Insider. “We’ll start small and eventually people will be going there, and working, and having their own rules and regulations” … Cette installation deviendra une nation indépendante ».

Les détails concernant la faisabilité de ce plan audacieux sont vagues. Aucune précision n’a été apportée sur, si oui, ou non les lois spatiales actuelles permettraient à un pays de se déclarer en tant qu’entité souveraine autonome dans l’espace. De même, les détails techniques, la logistique et le financement du projet n’ont pas été détaillés, mais le projet soulève des questions importantes à propos de comment la colonisation de l’espace devrait être traitée à l’avenir.

Business Insider, Asgardia