Manisfeste de BLTC Research

BLTC RESEARCH a été fondé en 1995 afin de promouvoir « l’ingénierie du paradis ». Nous sommes investis dans un projet technologique ambitieux. BLTC cherche à abolir les sources biologiques menant à la souffrance. Pas seulement chez l’humain, mais chez tout être doué de sensibilité.

Totalement absurde ? Non. La possibilité d’une transition post-darwinienne pour un monde sans cruauté est techniquement réalisable, conceptuellement simple et moralement urgent.

Actuellement, la vie sur terre est contrôlée par l’auto-réplication de l’ADN. Des gènes égoïstes assurant la permanence de la souffrance et du mal-être dans le monde vivant.

Bien que toutes les religions, idéologies économiques, sociales et politiques se rassemblent également sur cette finalité, ils ignorent les racines biochimiques du malaise. Ainsi les partis politiques nous distraient de ce qui doit être fait.

Heureusement, le vieil adage Darwinien, ordonnant une sélection naturelle aléatoire, de part des mutations génétiques incertaines et spontanées, est destiné à être révolu.

Pour le troisième millénaire, la bio-science nous permet de :

  • Réécrire le génome des vertébrés
  • Refonder l’écosystème global
  • Délivrer du bien-être génétiquement pré-programmé

Dans la nouvelle ère de reproduction à venir, la biotechnologie va nous créer plus intelligemment, plus heureux, voire même plus sympathique. Les « super-esprits » post-Darwinien peuvent abolir la douleur à la fois mentale et physique.

L’importance éthique des décisions que nous prenons ne peuvent guère être exagérées. Nous allons bientôt devoir être forcés de choisir le niveau de souffrance du monde vivant. L’on peut le conserver ou l’augmenter, voire l’abolir complètement.

La vie terrestre peut être animée par de profonds gradients de bien-être au-delà des limites d’une expérience humaine normale.

Finalement, le plus gros obstacle aux longues-vie de super-santé et d’un monde libre de cruauté peut s’avérer idéologique seulement, et non pas technique. BLTC RESEARCH cherche à encourager « l’ingénierie du paradis », telle une discipline académique rigoureuse, et une science mature et appliquée.