Skip to content

Approches technologiques de l’amélioration des performances humaines

Une nouvelle ère surhumaine marquée par le transhumanisme

Le Pentagone mène des recherches sur l’édition génétique, l’Internet des corps et l’IA pour améliorer les performances humaines

L’amélioration des performances humaines (HPE) aura des répercussions sur les opérations militaires et de renseignement. Des variétés d’améliorations des performances humaines pourraient avoir une valeur opérationnelle potentielle pour l’armée et le renseignement.

Certains exemples sont l’augmentation de la force, de la vitesse, de l’endurance et de l’intelligence ; d’autres sont la réduction des besoins en sommeil et des temps de réaction.

Le présent rapport RAND examine trois modalités possibles d’amélioration des performances humaines : (1) les modifications génétiques, (2) l’intelligence artificielle (IA), et (3) les approches de l’Internet des corps (IoB) dans lesquelles les dispositifs implantés dans ou portés par un humain sont connectés à un réseau.

Pour chaque modalité, ce rapport donne un aperçu de son potentiel pour l’amélioration des performances humaines, de l’état des technologies habilitantes et des défis associés (tant techniques qu’éthiques). Le rapport présente également une discussion sur les pays où les capacités ou la recherche fondamentale associée sont les plus activement poursuivies.

Chacun de ces domaines d’amélioration des performances humaines repose à un moment donné sur des signaux numériques. Outre l’amélioration des performances humaines proprement dite, l’émission, le stockage et la manipulation de ces informations numériques peuvent présenter des risques et des opportunités pour les opérations militaires et de renseignement. Certaines des technologies abordées sont embryonnaires, mais le rythme de développement est difficile à prévoir, et ce rapport fournit un instantané dans le temps de l’état du domaine technologique.

LIRE AUSSI 🔖  L'augmentation humaine militaire sera nécessaire
augmentation humaine militaire

Credit: GettyImages

Les communautés de la défense et du renseignement américaines sont sur le point d’inaugurer une nouvelle ère marquée par le transhumanisme en finançant des recherches sur l’édition génétique, l’intelligence artificielle et l’Internet des corps (IoB) pour améliorer les performances humaines.

Dans les décennies à venir, l’IA et la biotechnologie nous donneront des capacités divines pour réorganiser la vie, voire pour créer des formes de vie totalement nouvelles. Après quatre milliards d’années de vie organique façonnée par la sélection naturelle, nous sommes sur le point d’entrer dans une nouvelle ère de vie inorganique façonnée par la conception intelligente.

Le rapport RAND, parrainé par le Pentagone, décrit les potentialités technologiques de cette recherche transhumaniste controversée, qui comprend potentiellement “l’ajout de gènes reptiliens permettant de voir dans l’infrarouge” et “la possibilité de rendre les humains plus forts, plus intelligents ou mieux adaptés aux environnements extrêmes”.

« Les améliorations des performances humaines peuvent être regroupées en deux catégories : (1) les améliorations qui apportent une capacité supérieure à celle de la population humaine naturelle (c’est-à-dire non génétiquement modifiée), et (2) les améliorations qui augmentent la capacité d’un individu, mais seulement à un niveau qui reste dans les limites de la variation présente dans la population humaine naturelle. L’ajout de gènes reptiliens qui confèrent la capacité de voir dans l’infrarouge est un exemple de la première catégorie. Augmenter l’endurance d’un coureur moyen au niveau d’un marathonien d’élite est un exemple de la deuxième catégorie ».

Selon le rapport RAND, “Technological Approaches to Human Performance Enhancement“, les modalités d’amélioration des performances humaines (human performance enhancement HPE) peuvent être regroupées en trois catégories principales :

– L’édition génétique
– Applications de l’intelligence artificielle
– Les technologies en réseau que l’on peut porter (wearable) ou même implanter (ce que l’on appelle l’Internet des corps [IoB]).

Pour les communautés américaines de la défense et du renseignement, l’amélioration des performances humaines offre “la possibilité d’accroître la force, la vitesse, l’endurance, l’intelligence et la tolérance aux environnements extrêmes et de réduire les besoins en sommeil et les temps de réaction – ce qui pourrait contribuer au développement de meilleurs opérateurs.”

« La plupart des recherches sur l’amélioration des performances humaines visent à améliorer la santé et le bien-être de l’homme, à comprendre et à éviter ou atténuer les sources connues de morbidité ou de déficience et à améliorer la qualité de vie. Les mutations génétiques, par exemple, sont associées à des maladies et ont été ciblées par des thérapies géniques. Du point de vue des opérations militaires et de renseignement, cependant, l’HPE – en offrant la possibilité d’accroître la force, la vitesse, l’endurance, l’intelligence et la tolérance aux environnements extrêmes et de réduire les besoins en sommeil et les temps de réaction – pourrait contribuer au développement de meilleurs opérateurs. Ces mêmes développements pourraient également créer des risques qui pourraient être exploités par des adversaires ».

Le rapport ajoute que dans les prochaines années, “l’amélioration des performances humaines pourrait aider les services militaires et les analystes du renseignement en utilisant de multiples techniques pour connecter la technologie à l’être humain.”

« Dans les prochaines années, l’amélioration des performances humaines pourrait aider les services militaires et les analystes du renseignement en utilisant de multiples techniques pour connecter la technologie aux êtres humains. Certaines de ces techniques sont explorées ou utilisées aujourd’hui. Les dispositifs technologiques peuvent être portés à l’extérieur du corps (p. ex. prothèses, exosquelettes) ou implantés à l’intérieur. »

L’édition génétique pour l’amélioration des performances humaines

L’édition génétique, selon le rapport RAND, a le potentiel de :

– rendre les humains plus forts, plus intelligents ou mieux adaptés aux environnements extrêmes

– fournir de nouvelles capacités (comme la vision infrarouge) – des applications ayant des implications potentielles pour les opérations militaires et de renseignement.

Qu’adviendra-t-il des soldats et des agents gouvernementaux génétiquement modifiés avec des pouvoirs surhumains une fois leur service terminé ? Quels avantages ou inconvénients les personnes dotées de capacités divines auraient-elles par rapport au reste de l’humanité ?

Les exemples d’applications d’édition génétique présentés dans le rapport incluent :

– Ajout de gènes reptiliens qui permettent de voir dans l’infrarouge.

– Favoriser des caractéristiques physiques spécifiques (par exemple, la capacité à faire face à de faibles niveaux d’oxygène) qui pourraient aider les combattants.

– Augmenter la masse musculaire chez les humains non malades

– Augmenter l’endurance d’un coureur moyen au niveau d’un marathonien d’élite.

– Pour les voyages dans l’espace : Ajout des gènes de Deinococcus radiodurans, une bactérie qui peut survivre à des niveaux élevés de radiation, et ajout des gènes de divers organismes pour permettre aux humains de synthétiser les 20 acides aminés (les humains n’en synthétisent normalement que 11 et extraient les neuf autres de leur alimentation).

LIRE AUSSI 🔖  Quand les humains deviennent des cyborgs

Créer des cyborgs IA-humains pour améliorer les performances humaines

« L’IoB fournit plusieurs illustrations issues des technologies de l’information et de la consommation et des applications médicales. Parce que ces applications impliquent de compléter les performances humaines existantes, elles pourraient être résumées comme l’approche cyborg de l’HPE – l’augmentation des performances humaines en ajoutant quelque chose au corps humain ».

Selon le rapport, la reconnaissance des formes et la puissance de traitement des données de l’IA lui confèrent deux avantages potentiels :

Tout d’abord, la vitesse d’acquisition et de traitement des données permettrait un retour d’information en temps réel, comme la stimulation transcrânienne, afin d’améliorer la réponse humaine et la prise de décision en temps réel.

Deuxièmement, l’IA peut être utilisée pour individualiser un traitement dont on pense généralement qu’il a un effet positif sur les performances, par analogie avec la médecine de précision (personnalisée) ; la personnalisation pourrait être utilisée avec toutes les modalités d’amélioration des performances.

En cas de succès, l’HPE-AI pourrait réduire considérablement le temps nécessaire au traitement des données et aux réponses aux situations, ainsi qu'”améliorer la prise de décision grâce à des prothèses cognitives” – les interfaces cerveau-ordinateur (BCI).

La principale application recherchée pour les BCI, selon le rapport, est la “neuroprothèse (c’est-à-dire le contournement du système nerveux dans le but de contrôler des appareils externes, tels que des membres mécaniques ou des implants cochléaires)”.

« Cependant, l’essor de l’IA, du Machine Learning, des réseaux neuronaux profonds et des algorithmes hybrides a élargi le traitement des données pour une variété d’applications. La principale application recherchée pour les BCI est la neuroprothèse (c’est-à-dire le contournement du système nerveux dans le but de contrôler des appareils externes, comme des membres mécaniques ou des implants cochléaires). Les humains peuvent être entraînés à contrôler toutes sortes d’appareils externes, comme le mouvement d’une souris d’ordinateur, des bras robotisés et des drones. »

LIRE AUSSI 🔖  Qu'est-ce que l'Internet des corps (IoB) ?

Principales conclusions

Les trois catégories de technologies examinées dans le présent rapport ont le potentiel d’être utilisées pour améliorer les performances humaines, mais à des moments différents

– Un domaine très médiatisé est celui de la manipulation génétique, qui est le plus récent – la recherche se concentre sur le potentiel de réduction des maladies, et des décennies de recherche seront nécessaires avant de pouvoir espérer une application significative à l’EPH. Cela dit, certaines formes d’analyse génétique peuvent être utiles pour comprendre les capacités des personnes telles qu’elles sont aujourd’hui.

– L’IA a également été longtemps associée à un battage médiatique et, bien que les technologies connexes s’améliorent régulièrement, les impacts significatifs sur les prothèses cognitives et autres devraient prendre cinq à dix ans. Ces nouvelles prothèses fourniront de nouveaux canaux de communication, ainsi que les vulnérabilités associées.

L’IoB a déjà des effets aujourd’hui ; elle deviendra plus complexe et plus performante au fil du temps. Elle devient à la fois une source de signaux et une cible pour les cyberattaques.

Recommandations

– Pour comprendre quand et où des percées ou des reculs ont eu lieu, et quand et où des applications nouvelles, voire surprenantes, ont vu le jour, il faudra assurer un suivi.

– Le lancement ou l’arrêt de programmes pertinents, l’octroi de subventions ou de contrats gouvernementaux, les coentreprises et les acquisitions, les conférences et les salons professionnels, les brevets et les publications sont autant d’indicateurs à surveiller.

– Il sera également important de surveiller les types de données qui sont intentionnellement et involontairement collectées, utilisées ou émises par les systèmes liés à l’amélioration des performances humaines. Les avantages des nouvelles formes de communication seront compensés par de nouveaux types de cyber-vulnérabilités.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.