Skip to content

Un brevet pour créer des chatbots à partir de vos proches décédés

N’ayant apparemment rien appris de Black Mirror, Microsoft a déposé un brevet “Creating a Conversational Chatbot of a Specific Person,” pour ramener des êtres chers décédés sous forme de chatbots à partir de leurs données numériques afin que vous puissiez avoir une conversation de type messagerie instantanée avec eux depuis l’au-delà.

Le brevet mentionne également l’utilisation de modèles 2D ou 3D de personnes spécifiques générés par des photos ou des données vidéos.

“La personne spécifique peut correspondre à une entité passée ou présente (ou une version de celle-ci), telle qu’un ami, un parent, une connaissance, une célébrité, un personnage fictif, un personnage historique, une entité aléatoire, ou vous-même – ce qui implique que les personnes vivantes pourraient constituer un “remplaçant numérique” en cas de décès.

Les normes sociales changent, mais cela semble difficile à vendre.

Il y a très peu de chances que les ingénieurs de Microsoft développent un jour ce système. Tim O’Brien, directeur général des programmes d’IA chez Microsoft, a tweeté qu’il n’avait pas connaissance de projets visant à donner vie à ces algorithmes.

L’idée que vous puissiez, à l’avenir, parler à une simulation représentant une personne décédée n’est pas nouvelle. Plusieurs startups préparent le terrain pour ce futur, en compilant des données sur les personnes vivantes et décédées afin de pouvoir créer des avatars numériques de ces personnes. Le voyage vers l’immortalité numérique ne fait que commencer.

LIRE AUSSI 🔖  Tendances technologiques pour les PME françaises en 2020-2021

Input, The Independent

1 commentaire(s)
Lame 26/01/2021
| | |
En supposant que Microsoft développe cette technologie, enchaînant le pas à des entreprises asiatiques, le problème n'est pas la technologie elle-même mais le cadre légal. Dès lors que Microsoft ne peut utiliser les données d'une personne décédée sans l'accord de la famille, pas de problème. Si ce genre d'artifice peut réconforter certains d'entre nous, soit... En revanche, il serait problématique que le brevet ne concerne pas seulement une technique de génération d'une émulation digitale postmortem mais le fait d'en produire: ceux qui veulent réaliser ce genre de chatbot avec une autre technologie ne doivent pas en être empêché.
Recommandé
Un examen approfondi et détaillé des pièges liés au transhumanisme…
Défiler vers le haut