Skip to content

Remdésivir / Hydroxychloroquine Le plus grand scandale sanitaire ?

Dernière mise à jour le 20/11/2020

La vérité commence à sortir !

Science revient sur ce qui a conduit à l’achat massif par les autorités publiques d’un médicament inefficace et toxique : le remdésivir. Tous les médecins de plateaux TV anti-Raoult et VRP du remdésivir vont devoir rendre des comptes. Cet article compile la défaite du remdésivir tant vanté par « les sachants » qui entourent Macron mais aussi les surprenantes positions de L’Europe et de la FDA sur le sujet ! Corruption à tous les étages ! « Un porte-parole de la Commission européenne confirme à Science qu’elle n’a été informée de l’échec du médicament dans l’essai Solidarity que le lendemain de la signature du nouveau contrat, le 8 octobre. »

L’Europe a donc dépensé un milliard dans un traitement inefficace. L’Europe préfère écouter big pharma qu’un professeur comme Didier Raoult. Aux États-Unis, où la FDA a donné son feu vert au remdésivir commercialisé sous le nom de Veklury, le remdésivir a déjà rapporté près de 900 millions de dollars à Gilead au troisième trimestre 2020, qui est du même coup redevenu rentable à hauteur de 360 millions de dollars selon l’AFP. Corruption complète.

→ Énorme revers pour Gilead : L’OMS recommande de ne pas utiliser le remdesivir chez les patients atteints de COVID-19. Deux poids deux mesures
Covid-19 : l’OMS recommande de ne pas utiliser le remdesivir pour traiter les malades

Depuis le début de la crise sanitaire, les débats autour de l’hydroxychloroquine, une molécule utilisée dans le protocole de soins du professeur Didier Raoult, ont fleuri partout, au point de transformer une question scientifique en hystérie générale. Il y a une semaine, l’ANSM, l’agence nationale de sécurité du médicament, a refusé une RTU, une recommandation temporaire d’utilisation pour l’hydroxychloroquine à l’infectiologue marseillais. Un refus infondé selon Didier Raoult qui rappelle que la molécule est utilisée depuis des décennies.

Mais sa colère ne s’arrête pas là, au contraire. En effet, face au refus de tester dans des conditions sérieuses l’hydroxychloroquine, les autorités de santé ont consenti il y a plusieurs mois à délivrer une ATU, autorisation temporaire d’utilisation, au médicament du laboratoire américain Gilead, le remdésivir. Un médicament reconnu comme dangereux par la HAS, la Haute Autorité de Santé.

Face à ce « deux poids deux mesures », Didier Raoult a donc décidé de saisir la justice en déposant une plainte pour mise en danger de la vie d’autrui contre l’ANSM. Son avocat, maître Fabrice Di Vizio, nous explique cette affaire complexe.

« On parle de patients qui ont le droit de savoir si oui ou non, on les a privés d’un traitement à l’efficacité démontré ». Car oui, l’analyse de 121 études montre que l’hydroxychloroquine est efficace pour la COVID-19 lorsqu’elle est utilisée tôt !

« On est dans un scandale sanitaire. Il est inacceptable qu’on promeuve un médicament hors de prix et dont les effets secondaires sont terribles, tout en refusant de permettre l’utilisation d’un traitement éprouvé, qui ne coûte rien et sans effets secondaires notables. Aucune justification scientifique n’explique ces choix. À défaut de réponse claire de l’ANSM et de prise de position par le monde politique, nous nous tournons donc aujourd’hui vers la justice pour enquêter si des liens d’intérêts entre l’ANSM et Gilead — le laboratoire qui produit le remdésivir — existent, si les études produites n’ont pas été influencées et pourquoi, finalement, la chloroquine est volontairement évincée à son profit »explique Me Fabrice Di Vizio.

Un autre scandale : après relecture méthodique de l’étude Fiolet et Al., l’hydroxychloroquine est efficace !

Après le LancetGate, un autre scandale, la méta analyse Fiolet diffusé à grand renfort médiatique qui concluait à la dangerosité de l’hydroxychloroquine en recommandant d’interrompre toutes les études sur le sujet, avec une certitude violente et déconcertante ! Une lettre a été publiée par la CMI (Clinical microbiology and infection) remettant en cause l’étude Fiolet et leurs conclusions sont sans appel. Les principaux résultats rapportés par Fiolet se fondent sur quatre fausses déclarations, et de biaiser les analyses, en les orientant contre l’HCQ.

Les résultats modifiés sont en faveur de l’hydroxychloroquine et montre que l’hydroxychloroquine est efficace. L’HCQ réduit significativement la mortalité, l’association HCQ+AZT n’est pas associée à une surmortalité. Le CMI demande la modification des conclusions erronées aux conséquences graves ou le retrait de la méta analyse Fiolet. L’étude Fiolet peut s’apparenter à de la fraude scientifique : action destinée à tromper constituant une violation de la déontologie de la recherche et de l’éthique professionnelle en vigueur à l’intérieur de la communauté scientifique. C’est gravissime !

Les journaux qui continuent de clamer haut et fort que les données disponibles ne permettent pas de présager d’un bénéfice de l’hydroxychloroquine, seule ou en association, pour le traitement ou la prévention de la maladie Covid-19 sont des menteurs et n’ont pas lu toutes les études. Le mensonge par omission n’a plus sa place. Les non dits, les manipulations, la terreur n’ont plus leur place.

⇒ Le meilleur moyen de soulager l’hôpital c’est d’utiliser l’HCQ Hydroxycloroquine tôt !
Les études mondiales sur #HCQ #hydroxycloroquine

Quant aux décès attribués au covid-19, le CDC affirme que seulement 6% des décès attribués au covid sont vraiment causés par la covid-19. Une bombe !

Sur les tests PCR, la BBC affirme que les tests utilisés pour le coronavirus sont si sensibles qu’ils pourraient détecter des fragments de virus morts provenant d’anciennes infections. Les chercheurs affirment que cela conduit à une surestimation de l’ampleur actuelle de la pandémie.

La Libre.be prouve qu’on peut être testé positif au coronavirus et ne plus être contagieux.

Selon le New York Times, les tests standards diagnostiquent comme positif un grand nombre de personnes qui pourraient porter des quantités insignifiantes de virus. La plupart des tests fixent le Ct à 40, certains à 37. Des tests avec des seuils aussi élevés peuvent ne pas détecter uniquement du virus vivant mais aussi des fragments génétiques, restes de l’infection qui ne posent pas de risque particulier. Jusqu’à 90 % des personnes testées positives ne portaient presque pas de virus. 794 tests positifs avec un Ct de 40. « Avec un seuil à 35, environ la moitié de ces tests ne seraient plus considérés comme positifs, indique le NYT. Et environ 70 % ne le seraient plus avec un Ct de 30. Dans le Massachusetts, entre 85 % et 90 % des personnes testées positives en juillet avec un Ct de 40 auraient été considérées comme négatives avec un Ct de 30.

Tout ce que l’on ne nous dit pas sur les tests PCR. « Épidémie de tests ».

Au vu des données acquises de la science à ce jour, cette crise sanitaire peut être gérée rapidement. Un traitement existe. Le meilleur moyen de soulager l’hôpital c’est d’utiliser l’HCQ Hydroxycloroquine tôt ! L’interdire augmente le nombre de malades. Stop aux patients déprogrammés, stop au Rivotril dans les Ehpad, stop au confinement national qui va ruiner le pays et les Français. La majorité des pays européens n’a pas reconfiné toute sa population ! Arrêtons d’être médiocre !

L’anthropologue et expert en santé publique Jean-Dominique Michel s’adresse au Président de la République Française. « L’heure est grave. Nous devons revenir aux fondamentaux de l’état de droit et aux bonne pratiques sanitaires au plus vite. Ce qui implique de sortir de l’engrenage de mesures absurdes et destructrices. […] Nous avions les mêmes informations que l’Allemagne … il y a eu une somme de manipulation autour de l’hydroxychloroquine qui fera frémir les historiens … On s’approche d’une forme d’heure de vérité même si celle-ci risque d’être longue ».

A ne pas manquer !  Analyse d'Alexandra Henrion-Caude Covid-19 Gestion sanitaire Confinement Tests PCR

Docteur Thierry Medynski : 5 Propositions pour la crise sanitaire

→ Haute Autorité de Santé : Guide des déclarations d’intérêts et de gestion des conflits d’intérêts
→ Haute Autorité de Santé : Patient et professionnels de santé : décider ensemble
→ Communiqué de l’Académie nationale de Médecine : Vitamine D et Covid-19
→ Avis du 25septembre 2020 de la Société Française de Microbiologie (SFM) relatif à l’interprétation de la valeur de Ct (estimation de la charge virale) obtenue en cas de RT-PCR SARS-CoV-2 positive sur les prélèvements cliniques réalisés à des fins diagnostiques ou de dépistage, Version 1 _ 25/09/2020
→ Hydroxychloroquine : le plus grand scandale sanitaire du siècle ? Dr Gérard Maudrux

A ne pas manquer !  Désinformation scientifique : quand la raison est instrumentalisée par des intérêts privés

Transcription complète de l’intervention du médecin légiste Dr Bacco à la Chambre des députés italienne.

Extrait :

« Nous avons complètement éliminé les médicaments qui permettent aujourd’hui une guérison immédiate, comme l’héparine, les anti-inflammatoires, l’hydroxychloroquine qui a été diabolisée par une revue médicale dont la réputation a également été perdue : Lancet.

Nous l’avons traité à l’inverse, nous leur avons donné cette ventilation profonde, je ne sais pas si vous savez et comprenez exactement ce qu’est une ventilation profonde. Nous avons brûlé leurs poumons parce que l’oxygène que nous avons introduit dans le système respiratoire à cause de la thromboembolie pulmonaire qu’ils avaient, ne pouvait même pas être utilisé, donc nous leur avons donné de l’oxygène pur, le mot correct est FEU. On avait tiré dans les poumons, on les avait oxydés, on les avait brûlés. Nous avons tué des gens, c’est le verbe correct et dans tout cela les médecins, mes collègues, sont devenus un instrument de mort, si vous pouviez voir les photos d’autopsie, le pire film d’horreur. Nous avons condamné des gens, n’oublions pas, parce que nous ne devons pas l’oublier, que dans les maisons de retraite, nous avons institué la peine de mort en Italie.

Et cela se voit avec les autopsies, car si nous avions fait les autopsies plus tôt, nous n’aurions jamais mis un sujet positif sous respirateur, c’est-à-dire les personnes âgées et les malades, nous les avons condamnés à mort, tous condamnés à mort. »

« La deuxième vague… ça suffit… il faut arrêter cette blague, ça suffit. Nous devons comprendre que nous sommes très proches de l’immunité collective, le professeur Tarro peut aujourd’hui confirmer calmement que ¾ de la population est immunisée. »

« Il est certain que le virus a été en circulation. Nous n’avons jamais dit le contraire. Mais le fait est que TOUTE MALADIE, SI ELLE EST MAL TRAITÉE OU PAS DU TOUT, PEUT ENTRAÎNER DES COMPLICATIONS. »

« Le corps médical s’est comporté de manière très embarrassante, car il n’a rien dit sur les autopsies, il n’a rien dit sur les protocoles, il a envoyé des médecins avec des sacs poubelles en contact avec les sujets positifs, et il n’a rien dit sur les masques, il est inutile de vous dire à quel point les masques sont nocifs : JETEZ-LES ! »

> L’hydroxychloroquine protège le cœur, elle n’est pas nocive

⇓Audition du Sénat sur le traitement ambulatoire COVID-19

Des professionnels de la santé ont témoigné sur le traitement ambulatoire COVID-19 lors d’une audition de la commission sénatoriale de la sécurité intérieure. Le sénateur Ron Johnson (R-WI), qui préside la commission, a déclaré dans son discours d’ouverture que le traitement précoce et l’utilisation de l’hydroxychloroquine, étaient devenus un sujet de polémique et que la pandémie était politisée. Plusieurs des témoins ont défendu l’utilisation de l’hydroxychloroquine comme méthode de traitement précoce des patients atteints de coronavirus.

Senate Hearing on COVID-19 Outpatient Treatment | C-SPAN.org

3 Comments »

  1. Hydroxychloroquine : Tous les scandales de santé publique commencent comme ça

    Entretien du 30/10/2020 avec Fabrice Di Vizio, avocat du collectif C19 et de l’association Victimes Covid-19 France. Il revient sur le recours qu’il a déposé au Conseil d’Etat accompagné d’une plainte au pénal après le refus de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) d’autoriser plus largement l’hydroxychloroquine prônée par le professeur Didier Raoult.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
L'utilisation de la biométrie en Chine pour la surveillance ne…
Défiler vers le haut