Skip to content

La COVID-19 va-t-elle favoriser l’essor des technologies biométriques ?

Des scanners de reconnaissance faciale qui ouvrent nos smartphones aux appareils médicaux qui surveillent nos pulsations cardiaques, les technologies biométriques sont devenues un élément presque incontournable de notre vie quotidienne. Mais alors que ces technologies continuent à se développer dans le monde entier, peu de pays les ont encore largement intégrées dans leurs infrastructures publiques.

Le coronavirus a été un avertissement. Après le succès rencontré dans des pays comme Taïwan et la Corée du Sud qui ont utilisé la biométrie pour prévenir la propagation du virus, les pays du monde entier pourraient chercher à reproduire des stratégies similaires dans leur propre déploiement de la technologie. À mesure que la biométrie fait son chemin dans l’infrastructure publique, cela ouvre la porte à de nouveaux cas d’utilisation pour rendre les communautés plus sûres et les conditions de vie plus pratiques. Mais quelle est la probabilité de cette révolution biométrique, et à quoi ressemblerait-elle réellement ?

Préparer le terrain

Taïwan a été l’un des pays qui a réagi le plus rapidement à la COVID-19, et l’utilisation de capteurs de température dans les aéroports et les lieux publics a été un facteur clé de son succès pour contenir le nombre d’infections. Pour reproduire ce succès, les gouvernements et les entreprises des pays peuvent explorer de nouveaux partenariats pour déployer ces technologies dans leurs propres espaces publics.

Les gouvernements locaux et fédéraux contrôlent l’accès aux aéroports, aux centres de transit et aux bâtiments municipaux où l’infrastructure biométrique sera la plus importante. Dans de nombreux cas, les agences gouvernementales travaillent déjà avec des entreprises privées pour mettre en place des garanties biométriques dans leurs propres installations. Mais en travaillant ensemble pour développer cette relation, les deux parties peuvent jeter les bases pour faire des systèmes biométriques un élément essentiel de l’infrastructure publique.

A ne pas manquer !  Le ministère russe teste la reconnaissance de la démarche

La prochaine étape de l’expérience client

L’inspiration pour un plus grand déploiement des systèmes biométriques peut venir de la pandémie mais, comme nous le savons par notre propre utilisation de la biométrie dans notre vie quotidienne, les technologies ne sont pas limitées à la santé publique. Une fois les bases jetées, les solutions d’identification biométriques offrent également un outil précieux aux entreprises pour améliorer leur expérience client.

Par exemple, la file d’attente pour entrer dans votre centre sportif ou votre salle de musique préférée. La sécurité vous fait faire la queue, tandis qu’un par un ils vérifient votre visage, votre carte d’identité et votre billet. C’est un processus manuel qui prend beaucoup de temps, mais si ces lieux sont en mesure d’utiliser la reconnaissance faciale dans le cadre d’un investissement plus large dans l’utilisation publique de la biométrie, les personnes peuvent confirmer sans problème leur identité et la validation de leur billet simplement en passant devant un scanner. Ce n’est là qu’un exemple, mais le principe reste le même pour d’innombrables autres : il s’agit d’une expérience nettement améliorée pour le client, qui ajoute une couche de sécurité supplémentaire aux lieux publics et permet aux entreprises de gagner du temps et d’économiser sur les méthodes de vérification plus traditionnelles.

La sécurité biométrique, c’est aussi la sécurité numérique

Avec l’intégration croissante de la biométrie dans notre infrastructure publique de base, le citoyen moyen devrait bénéficier non seulement de la sécurité publique et de l’expérience client, mais aussi d’une sécurité accrue de ses informations personnelles. Historiquement, les États-Unis et les pays d’Europe de l’Ouest ont évité des déploiements aussi larges en raison de préoccupations liées à la surveillance gouvernementale de type « big brother ». Mais tant que l’utilisation de la biométrie en public est gérée de manière responsable, la technologie peut être une ressource précieuse pour la sécurité, et non pour l’intrusion.

A ne pas manquer !  CaixaBank : reconnaissance faciale pour les guichets automatiques

Pensez à votre téléphone – à quelle fréquence y accédez-vous par reconnaissance faciale plutôt que par un mot de passe ? Ce n’est pas seulement parce que c’est plus facile, mais parce que les motifs uniques de votre visage sont infiniment plus complexes qu’un code à quatre chiffres. La majorité des consommateurs préfèrent déjà la biométrie aux mesures de sécurité traditionnelles et, à mesure que cette technologie se répand dans les espaces publics, les entreprises ont l’occasion de mettre davantage en évidence la manière dont elles protègent les données de leurs clients lorsqu’ils prennent le bus, font des achats, etc.

Alors, à quoi ressemble l’avenir de la biométrie ? Il est impossible de savoir exactement comment le déploiement à grande échelle se déroulera dans les années à venir, mais le coronavirus est susceptible de devenir un catalyseur pour un investissement public beaucoup plus large dans cette technologie dans le monde entier. Nous avons déjà pu constater que quelques pays ont réussi à utiliser la biométrie pour endiguer la propagation de la pandémie. Le développement des technologies biométriques dans l’espace public contribuera à rendre les communautés plus sécurisées, nos vies plus faciles et nos identités plus sûres.

Biometric Update

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
Comment savoir si une personne est bien celle qu'elle prétend…
Défiler vers le haut