Skip to content

Voici une avalanche d’applications coronavirus qui traquent vos mouvements

Alors que la pandémie de covid-19 fait rage, les technologues du monde entier se sont empressés de créer des applications, des services et des systèmes pour tracer les contacts : identifier et notifier tous ceux qui entrent en contact avec un porteur. Certaines sont légères et temporaires, tandis que d’autres sont envahissantes et invasives. Certains services sont produits localement par de petits groupes de codeurs, tandis que d’autres sont de vastes opérations mondiales.

Malgré l’avalanche de services, nous en savons très peu sur eux ou sur la manière dont ils pourraient affecter la société. Quelle est l’ampleur de leur utilisation pour réussir ? Quelles données vont-elles être collectées et avec qui sont-elles partagées ? Comment ces informations seront-elles utilisées dans le futur ? Des mesures ont-elles été mises en place pour prévenir les abus ? Il n’y a pas toujours des réponses claires. Les citoyens de différents pays observent des niveaux de surveillance et de transparence radicalement différents.

Pour aider à surveiller cette situation qui évolue rapidement, une équipe du MIT a lancé le Covid Tracing Tracker – une base de données permettant de recueillir les détails de toutes les applications. A ce jour, 23 sont documentées. La base sera mise à jour au fur et à mesure.

La plupart des applications de traçage automatique des contacts n’utilisent pas l’IA. Elles s’appuient plutôt sur le Bluetooth, un signal sans fil de faible puissance qui peut mesurer (dans une certaine mesure) si deux propriétaires de téléphone ont été en contact.

Mais l’IA est fortement liée à des discussions sur le traçage des contacts, de deux manières importantes. D’une part, l’IA pourrait potentiellement aider ces applications à mieux protéger la vie privée des gens. D’autre part, elle pourrait également exposer davantage la vie privée, si elle était utilisée pour analyser les données collectées et extrapoler des informations personnelles comme le sexe ou le statut socio-économique qu’ils n’avaient pas l’intention de partager.

A ne pas manquer !  Asus dévoile son robot Zenbo

1 Comment »

  1. L’utilisation d’applications mobiles pour suivre le coronavirus est une question sensible en Europe. Des dizaines d’organisations à but non lucratif ont rédigé une déclaration commune exhortant les gouvernements à respecter les droits de l’homme.

    Elles craignent que les gouvernements ne profitent de cette occasion pour appliquer des mesures de surveillance de grande envergure qui ne respectent pas le cadre réglementaire et qui restent en place après la crise du coronavirus. La Commission européenne a rappelé aux gouvernements qu’ils doivent mettre en place des « garanties appropriées », car les citoyens européens ne feront pas confiance aux applications de traçage des contacts s’ils ne traitent pas les informations personnelles de manière appropriée.

    Techcrunch

Répondre à Jaesa Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
La France intègre de nouveaux outils d'IA dans les caméras…
Défiler vers le haut