Skip to content

L’hydroxychloroquine classée «thérapie la plus efficace» par les médecins pour le coronavirus : enquête mondiale

Dernière mise à jour le 25/10/2020

Un sondage international de plus de 6 000 médecins a révélé que l’hydroxychloroquine, médicament antipaludéen, était le traitement le plus efficace contre le nouveau coronavirus.

L’enquête menée par Sermo, une société mondiale de sondage sur les soins de santé, auprès de 6 227 médecins dans 30 pays a révélé que 37 % des médecins qui traitent les patients atteints de COVID-19 ont évalué l’hydroxychloroquine comme étant le “traitement le plus efficace” parmi une liste de 15 options, révèle le Washington Times.

L’Association des médecins et chirurgiens américains (AAPS) déclare dans une lettre qu’il existe des preuves claires et convaincantes de l’intérêt de l’utilisation de l’hydroxychloroquine (HCQ) et de la chloroquine (CQ) contre les coronavirus, aussi bien avant qu’après l’exposition. Vous trouverez sur ce site (https://bit.ly/cqhcqresearch) un résumé des preuves examinées par des pairs, indexées dans PubMed. Dans la liste des documents et rapports de recherche séquentiels CQ / HCQ il y est indiqué que la combinaison hydroxychloroquine/azithromycin évite l’aggravation de la maladie et élimine la persistance du virus et l’infectiosité contagieuse dans la plupart des cas.

Selon un communiqué du 10 avril 2020, Novartis s’engage à faire don de 100 millions de doses aux autorités qui en ont fait la demande. Novartis va donc fournir 1,2 millions de doses de chloroquine à l’Italie qui en a fait la demande.

Chine, Pays-Bas, Iran, Belgique, Italie (Lombardie), USA (New York), Corée, Inde, Congo, RDC, Maroc, Roumanie Algérie, CEDEAO, Russie, Angola, Kenya, Tunisie, Israel, sont les pays où l’hydroxychloroquine est recommandée. La Suisse parle moins de ce médicament dans la presse, mais l’utilise beaucoup également. Leur but étant de savoir si la chloroquine est efficace en milieu ambulatoire, c’est-à-dire avant que les patients n’arrivent à l’hôpital. Au 29 avril 2020, la Suisse compte 29 264 cas confirmés et 1 699 décès, un hasard sans doute. L’Algérie déclare une efficacité “quasi totale” du protocole thérapeutique à base de Chloroquine. Même l’armée française a fait des stocks « de précaution » de chloroquine.

LIRE AUSSI 🔖  Les études mondiales sur #HCQ #hydroxycloroquine
LIRE AUSSI 🔖  HCQ est efficace pour la COVID-19 lorsqu'elle est utilisée tôt

Selon Bruno Retailleau, “On est en train de prendre trop de retard”, certaines études auraient été lancées à la seule vocation de « biaiser le résultat » des travaux du Pr Raoult.

Nous rappelons que l’infection au coronavirus peut causer des dommages durables dans tout l’organisme, ce n’est pas “une gripette”. Le Covid-19 n’est pas qu’une pneumonie virale, il s’agit d’une inflammation vasculaire systémique.

En France, nous déplorons 23660 décès + 9000 décès à domicile qui n’ont pas été pris en compte, d’après le président du syndicat de médecins généralistes MG France.

Une pétition baptisée «#NePerdonsPlusDeTemps», a recueilli plus de 500 000 signatures de soutiens. Lancé par l’ex-ministre de la Santé Philippe Douste-Blazy, Professeur de santé publique et d’épidémiologie, un appel de personnalités médicales demandant aux autorités sanitaires d’assouplir d’urgence les possibilités de prescription d’hydroxychloroquine contre le Covid-19. Un appel peu banal réunissant des personnalités qui rien, jusqu’ici, ne réunissait : Pr. Philippe Douste-Blazy, Professeur de santé publique et d’épidémiologie, ancien Ministre de la Santé Pr. Christian Perronne, Chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Raymond Poincaré de Garches Dr. Michèle Barzach, ancienne Ministre de la Santé Pr. Isabelle Bourgault Villada, Professeur de dermatologie à l’hôpital Ambroise Paré Pr. François Bricaire, ancien Chef du service de maladies infectieuses à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Membre de l’Académie de Médecine Pr. Marc Gentilini, Professeur de parasitologie, de santé publique et de clinique des maladies infectieuses, Membre de l’Académie de Médecine Pr. Olivier Goulet, Professeur de pédiatrie de l’hôpital Necker Pr. Jacques Marescaux, Président Fondateur de l’IRCAD, Membre de l’Académie de Médecine Pr. Catherine Neuwirth, Professeur de microbiologie au CHU de Dijon Dr. Patrick Pelloux, Président de l’Association des médecins urgentistes de France Pr. Paul Trouillas, Professeur de neurologie au CHU de Lyon Dr. Martine Wonner, psychiatre, députée LREM du Bas Rhin.

LIRE AUSSI 🔖  Désinformation scientifique : quand la raison est instrumentalisée par des intérêts privés

En parallèle, l’ordre des médecins a menacé de suspension plusieurs praticiens qui prescrivent à leurs patients touchés par le coronavirus des traitements “non validés scientifiquement”. Dans le même temps, une ordonnance du 22 avril 2020 (n° 439951) du Conseil d’État, à l’origine du référé-suspension contre le décret du 23 mars sur la chloroquine, a été rejeté. Cependant, le Conseil d’Etat réaffirme que le droit de prescription des médecins est inaliénable à condition de prendre les précautions liées aux éventuels effets secondaires. Cette ordonnance peut donc être exploitable et « plus aucun doute n’est permis et aux fins que nul ne l’ignore : les médecins de ville peuvent prescrire l’hydroxychloroquine! » selon Maître Philippe Krikorian.

Les médecins de ville peuvent prescrire l’hydroxychloroquine

Un rapport a été publié en décembre 2019 par la Cour des comptes concernant le conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) qui a été très fortement critiqué. Selon la cour des comptes, L’ordre des médecins reste marqué par des problèmes de gouvernance, de sérieuses défaillances de gestion, des insuffisances persistantes dans l’exercice de ses missions et un manque de rigueur dans le traitement des plaintes des patients.

Nous n’évoquons plus le fiasco des masques et les nombreuses plaintes déposées à la Cour de justice de la République pour la mauvaise gestion de la crise face à la pandémie de Covid-19.

En ce qui concerne les tests covid, n’oublions pas que l’OMS a recommandé de tester tout le monde, contrairement aux annonces du ministre de la Santé qui, pour se justifier a déclaré « Aucun pays du monde ne sera jamais capable de tester tout le monde ». Ce n’est pas l’avis du Dr Bertrand Legrand qui renvoie le ministre Véran à ses cours de 1ère année de médecine sur le théorème de Bayes. Les tests Covid doivent être pour tous, et surtout pour les asymptomatiques.

Pour finir sur une note positive et une très bonne nouvelle, le coronavirus est actuellement éliminé en Nouvelle-Zélande.

Recommandé
Le PDG de Carrefour a déclaré mercredi "Nous on est…
Défiler vers le haut