Skip to content

Nous allons faire grandir des bébés dans des utérus artificiels

Dans les années à venir, les scientifiques prévoient de cultiver des embryons humains dans un laboratoire utilisant des utérus artificiels de haute technologie.

Des médecins du Children’s Hospital of Philadelphia sont en pourparlers avec la FDA des États-Unis pour commencer à tester des utérus artificiels sur des embryons humains au cours des deux prochaines années, selon Metro. S’ils réussissent, la recherche pourrait changer radicalement notre façon de voir la grossesse, l’accouchement et peut-être même l’évolution humaine.

Si ces essais cliniques se déroulent bien, des utérus artificielles entièrement fonctionnelles pourraient être prêtes d’ici dix ans, a déclaré Carlo Bulletti, médecin à l’Université de Yale.

Utérus artificiel : l’avenir de la procréation humaine ?

Dix ans, c’est loin, en ce qui concerne la recherche médicale. Mais si les utérus artificiels sont sûrs et efficaces, ils pourraient aider à prévenir bon nombre des complications médicales pouvant survenir pendant la grossesse et l’accouchement, sans compromettre la capacité de la mère et de l’enfant à nouer des liens mutuels.

« Si le [fœtus] était dans un utérus artificiel, il deviendrait possible d’y accéder et de contrôler l’environnement sans restreindre l’autonomie de la femme», a confié à la philosophe Anna Smajdor de l’Université d’Oslo. « Donc, à certains égards, il pourrait effectivement y avoir des avantages pour le [fœtus] lui-même. »

Metro

A ne pas manquer !  L'immortalité humaine pourrait être acquise grâce à l'intelligence artificielle

3 Comments »

    • D’abord quelques précisions juridiques:

      – Le droit international consacre l’égalité comme un droit fondamental, avec la dignité, la liberté et la sûreté. Par contre, il ne prévoit aucunement le droit de porter atteinte aux droits d’un individu au motif qu’il serait ectogénéré: c’est bien une discrimination négative.
      – Naturellement, certains extrémistes pourraient nier à un humain ectogénéré le statut d’individu: Selon le niveau de sincérité de l’affirmation, elle relève de l’obscurantisme ou de la mauvaise foi. Dans le deux cas, toutefois, c’est une atteinte aux droits fondamentaux.

      Ensuite, que penser des scientifiques qui veulent « cultiver des embryons humains dans un utérus artificiels »? Il faudrait déjà préciser de quoi on parle.

      – S’il est question de produire des embryons en utilisant l’utérus comme « espace de travail », c’est un acte de génie génétique, sachant que les embryons sont des cellules, pas des individus.
      – S’il est question d’engendrer un humain à partir d’un embryon placé dans un utérus artificiel, c’est un acte reproductif, sachant que le nouveau-né est un individu, pas un « maruta ».

      On jugera les scientifiques selon leur intention et la nature de leur cible. Sont clairement condamnables:
      – La production d’embryons (humains ou autres) aux fins d’activités contraires aux droits fondamentaux,
      – les atteintes aux droits fondamentaux des humains engendrés par l’utérus artificiel.

  1. S’engageant dans la voie ouverte par le rival chinois, les USA ont légalisé la transgenèse humaine et légaliseront sans doute la chimérisation des embryons à l’instar du R-U si ce n’est pas déjà le cas. En combinant transgénèse et ectogénèse, le Gouvernement américain pourra sans doute se doter de soldats bioaugmentés d’ici vingt ans.

    C’est là que je me pose une question: Où en est la techologie américaine et chinoise en matière d’interface cérébrale et de contrôle des cerveaux par un logiciel?

Répondre à Lame Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
Josiah Zayner est devenu célèbre sur Internet après avoir effectué…