Skip to content

Transhumanisme : A la limite des valeurs humanistes

Transhumanisme A la limite des valeurs humanistesLe groupe de réflexion Darwin a envisagé d’étendre ses sujets de réflexion au transhumanisme, à la limite de l’humanisme et du posthumanisme, termes que le présent ouvrage tente de définir, tant la littérature sur ce sujet est parfois confuse. Les améliorations de l’humain peuvent être envisagées dans de nombreux domaines médicaux et psychologiques. Mais où se trouve, dans ces domaines, la limite entre thérapeutique et ce que l’on peut considérer comme de l’amélioration ?

Nous proposons comme voie raisonnable de vivre avec nos techno-sciences, en dehors de la technophobie et de la technophilie. Il est vain de prendre comme idéal, d’une part, un retour illusoire à la Nature ou, d’autre part, à un monde uniquement artificiel ; il est vain aussi de considérer que toutes les innovations technologiques seraient bonnes ou, a contrario, d’utiliser le principe de précaution à tort et à travers. Paradis terrestre ou apocalypse ?

Impossible de généraliser une conclusion tant les applications techniques sont variables, de l’ingénierie génétique à la lutte contre le vieillissement, de la nano-médecine aux aspects eugéniques, du dopage physique au dopage intellectuel, des implants bioniques aux membres bioniques. Impossible aussi de juger raisonnablement d’élucubrations fantasmatiques ou de projets de science-fiction. Restons donc attentifs, continuons à nous informer, restons critiques !

Le groupe Darwin espère pouvoir y contribuer modestement par ce livre. Notre horizon devrait être celui d’un monde, où les humains cherchent à vivre humainement avec les techniques. Il est donc le devoir de tout citoyen probe et libre de s’informer, de mesurer correctement les enjeux. «Darwin» est un groupe de réflexion réunissant des humanistes désireux de réfléchir à des problèmes de société et de diffuser le résultat de leurs réflexions vers un public le plus large possible. Le groupe a débuté ses travaux en 2008, sous la direction de Charles Susanne et de Georges Sand, et, dans un premier temps, a dédié ses réflexions sur la présence, trop fréquente encore dans nos sociétés, des idées créationnistes, puis, dans un second temps, sur la bioéthique, où influent également des dogmes. «Darwin» nous livre présentement ses réflexions sur les aspects éthiques du transhumanisme.

Charles Susanne enseigne l’anthropologie et la génétique humaine à la Vrije Universiteit Brussel et à l’Université libre de Bruxelles. Docteur honoris causa des Universités de Budapest, Szeged, Bucarest et Toulouse, président du GALF (Groupement des Anthropologues de Langue Française), il est actif également au niveau européen comme président d’EUROBIO (European Association of the University Departments of Biology), secrétaire de l’EAA (European Anthropological Association) et de l’association européenne de bioéthique globale. Il édite la revue électronique Antropo.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.