Skip to content

Intelligence Artificielle Générale : Les gouvernements doivent investir

Les gouvernements doivent investir si nous voulons un jour avoir une Intelligence Artificielle Générale

Presque toutes les startups technologiques qui se targuent d’utiliser l’intelligence artificielle, se concentrent sur un problème ultra-spécifique. La société d’effets visuels Digital Domain dispose d’un algorithme d’intelligence artificielle qui automatise et améliore l’édition vidéo ; La start-up britannique Babylon Health a développé un chatbot d’intelligence artificielle pour répondre au barrage constant des questions des patients.

Ces outils sont très bien. Ils font ce qu’ils sont censés faire. Mais ils ne mèneront jamais à quelque chose de plus grand, quelque chose de plus puissant. Quelle que soit la qualité de ces systèmes d’intelligence artificielle, aucune startup ne se heurtera jamais à l’intelligence artificielle générale (AGI), qui est essentiellement un système d’intelligence artificielle de type humain complet, devenu vraiment intelligent. Aucune optimisation des systèmes pour améliorer une tâche particulière ne mènerait à une AGI.

Naturellement, il semble logique que ces sociétés soient méticuleusement focalisées. La maîtrise de ces applications spécifiques permet à ces entreprises de continuer à faire des affaires. Mais c’est vraiment dommage. Parce que l’émergence d’une intelligence artificielle générale révolutionnerait tout ce que nous savons sur la technologie.

Un système d’intelligence artificielle capable de raisonnement abstrait, de créativité et de résolution de problèmes inspirerait des changements rapides et à grande échelle dans notre manière d’aborder les problèmes d’exploration spatiale, de santé, de sécurité et de nombreux autres aspects de l’économie –  et de nos vies. Pour tous les investisseurs qui possédaient une part du gâteau, un tel algorithme serait inestimable. Mais en se basant sur la manière dont les investisseurs et leurs homologues en capital-risque abordent leurs activités, les personnes qui souhaiteraient construire une intelligence artificielle générale n’obtiendraient jamais le financement privé dont elles auraient besoin. Donc, si l’intelligence artificielle générale a une chance de se produire, cet argent devra provenir d’un autre pays, probablement un gouvernement important.

« Les investisseurs ne financent quelque chose que lorsqu’ils voient la fin du tunnel, et concernant l’intelligence artificielle, c’est très lointain », a déclaré Marian Gazdik, directeur général de Startup Grind Europe. Il pense que les gouvernements devraient faire cet investissement. En tant que capital-risqueur, Gazdik ne recherche pas nécessairement des sociétés d’intelligence artificielle, mais choisie plutôt d’investir dans des sociétés dotées de technologies étonnantes susceptibles de résoudre un problème réel.

Gazdik a pris la parole lors du panel « Investing in General AI » (Investir dans l’intelligence artificielle générale) de la Joint Multi-Conference on Human-Level Artificial Intelligence organisée par GoodAI à Prague. Avec les cinq autres investisseurs technologiques du panel, il est arrivé à deux reprises qu’un investisseur en capital-risque investisse dans une nouvelle startup spécialisée en intelligence artificielle. Et ni l’une ni l’autre ne sont propices à une innovation de grande envergure qui donnerait lieu à une intelligence artificielle générale.

« J’aime beaucoup l’intelligence artificielle générale en tant qu’intellectuel, mais en tant qu’investisseur, pas autant », a déclaré Tak Lo, un partenaire de Zeroth.ai, un accélérateur asiatique qui investit dans des start-ups technologiques, et qui a également pris la parole au sein du panel.

Intelligence Artificielle : dimensions socio-économiques, politiques et éthiques

Lo, comme les autres capital-risqueurs qui soutiennent les start-ups axées sur l’intelligence artificielle, trouve généralement plus rentable d’investir dans des sociétés dotées de modèles économiques performants qui utilisent l’intelligence artificielle pour résoudre un gros problème ou des sociétés qui ont mis la main sur un ensemble de données volumineux et précieux pour les algorithmes d’apprentissage.

L’intelligence artificielle générale, par contre, est trop éloigné dans le champ du possible pour promettre un retour sur investissement dans un délai raisonnable. Les panélistes ont convenu que les investisseurs en capital-risque veulent avoir un retour sur investissement dans les cinq à dix ans, mais certainement pas plus longtemps. Et pour de nombreuses entreprises privées du monde, y compris des géants comme Google et IBM, l’incertitude entourant l’intelligence artificielle générale rend l’attente avant retour beaucoup trop longue, a déclaré le panéliste Jakub Kotowski, responsable de l’intelligence artificielle chez MSD Global Software Engineering.

Et n’importe quel système d’intelligence artificielle véritablement intelligent comme une AGI se situe très loin dans l’avenir, voire n’existera jamais, comme l’ont déclaré les scientifiques de Facebook Tomas Mikolov et Irakli Beridze, responsable de la robotique et de l’intelligence artificielle de l’ONU, lors d’interviews privées en dehors de ce panel. Ce n’est pas véritablement un investissement prometteur.

L’industrie privée, par conséquent, ne nous mènera pas à cet avenir de l’intelligence artificielle générale. Les panélistes ont donc appelé les gouvernements et les autres formes de financement public pour faire avancer les choses. Pour les fonds publics, disent-ils, le calendrier des actionnaires ou des investisseurs ne sont pas pertinents ; au lieu de cela, ces bailleurs de fonds peuvent injecter des sommes considérables dans ces rêves lointains et élevés, dans le but de nous en rapprocher pour le bien commun.

Une fois que le gouvernement aura dépensé suffisamment d’argent au problème pour avoir quelques solutions à montrer, les startups et les investisseurs privés pourront s’attaquer sur les plus viables, si l’intelligence artificielle générale devenait un objectif réalisable à court terme.

Prenez les voitures volantes. Des entreprises comme Volvo, Uber et Boeing sont toutes en course pour être les premières à développer des véhicules personnels volants. Mais ces entreprises dépendent de partenariats avec la NASA et l’UC Berkeley, une université publique, afin de savoir comment y arriver.

« Les investisseurs sont comme des moutons, ils aiment investir dans des domaines dans lesquels d’autres investissent. Ils attendent toujours le premier grand coup », a déclaré Gazdik.

Science des données, Machine Learning et Deep Learning

Il se peut que le gouvernement américain ne consacre pas suffisamment d’argent à l’intelligence artificielle générale afin de s’assurer que le concurrent le plus fort la développera ici. La Russie et la Chine investissent massivement dans l’intelligence artificielle et comptent sur leurs infrastructures fédérales pour le faire. Aux États-Unis, une grande partie de cet investissement gouvernemental passe par des universités axées sur la recherche et des partenariats avec des géants de la technologie comme Facebook et Google.

Alors, comment les gouvernements devraient-ils investir dans l’intelligence artificielle générale pour faire de cette technologie révolutionnaire une réalité ? Aucun des panélistes n’a pu proposer une suggestion concrète. Au lieu de cela, ils ont vaguement suggéré que les gouvernements, les entreprises et les universitaires devraient tous « unir leurs points forts » et « se concentrer sur ce qu’ils devraient faire ». Personne n’a précisé ce que cela signifie exactement, mais Lo a suggéré que les agences gouvernementales devraient concentrer leurs efforts afin de réfléchir à la situation de la société dans les décennies à venir et élaborer des politiques, des normes et des protocoles appropriés.

Mais en ce qui concerne les investissements gouvernementaux, certains panélistes ont suggéré que les agences fédérales mettent leur argent entre les mains de gestionnaires privés, tels que les panélistes eux-mêmes, qui pourraient être en mesure de l’investir de façon plus stratégique qu’un bureaucrate ne saurait le faire (cela profiterait évidemment beaucoup aux panélistes, il faut donc le prendre avec un grain de sel).

Pour que tout cela se produise, un gouvernement doit décider que l’objectif de développer le premier système d’intelligence artificielle générale au monde est une priorité de haut rang qui mérite une vraie place sur une feuille budgétaire concurrentiel. Jusqu’à présent, personne ne l’a fait. Et jusqu’à ce qu’on le fasse, l’intelligence artificielle générale se situera toujours au-delà de toute emprise d’entreprise technologique, toujours à l’affût du temps opportun pour un investissement commercial.

traduction Thomas Jousse

Futurism

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares