Skip to content

Juan Zarate met en garde contre la guerre froide Blockchain

Blockchain, militarisée : Il est possible que des « acteurs néfastes » essaient d’utiliser la technologie blockchain pour saper le système financier mondial, prévient Juan Zarate, un expert sur le financement du terrorisme et les crimes financiers au Centre d’études stratégiques et internationales (CSIS – Center for Strategic and International Studies). Il a déclaré à CoinDesk que nous devrions nous attendre à ce que « les États et les acteurs qui sont moins investis dans le système commercial financier mondial sont susceptibles de s’appuyer davantage sur des technologies ou des techniques qui leur donnent des capacités asymétriques pour menacer ce même système. »

« Nous devons être très conscients du fait qu’il y a des acteurs dans le système, à la fois étatiques et non étatiques, qui sont prêts à perturber ce système », a déclaré Zarate. « Ils peuvent être disposés à utiliser les nouvelles technologies pour saper réellement ces mêmes systèmes qui affectent l’économie américaine et affecter d’autres économies, et même en tirer profit ».

Juan Zarate, l’ancien assistant adjoint du président américain George W. Bush et ancien conseiller adjoint à la sécurité nationale pour la lutte contre le terrorisme, a largement contribué à créer des outils de sanctions et des instruments financiers qui exercent des pressions sur les ennemis de l’État. Mais alors que la technologie blockchain commence à briser les frontières et à habiliter les personnes non bancarisées, Zarate est de plus en plus préoccupé par le fait qu’elle pourrait aussi être utilisé à des fins illicites.

Pour être clair, Zarate soutient l’idée que la blockchain et les crypto-monnaies pourraient donner une «plus grande autonomie» aux individus, tout en stimulant potentiellement «l’activité commerciale».

Il est catégorique, il doit y avoir plus de transparence sur la façon dont même les gouvernements pourraient utiliser la blockchain en raison de la nature géopolitique du système monétaire qu’elle pourrait aider à réinventer. Et bien qu’il s’identifie comme un défenseur de la blockchain, il décrit plusieurs exemples de la façon dont les acteurs étatiques expérimentent déjà la technologie à des fins illicites.

La société Chain et les entreprises financières mondiales dévoilent un standard ouvert pour la Blockchain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares