Skip to content

Les scientifiques cherchent à cartographier toutes les cellules humaines

Les scientifiques ont lancé une initiative mondiale vendredi pour cartographier et décrire chaque cellule du corps humain dans un vaste atlas qui pourrait transformer la compréhension des chercheurs du développement humain et de la maladie.

L’atlas, qui est susceptible de prendre plus d’une décennie pour être complété, vise à tracer les types et les propriétés de toutes les cellules humaines dans tous les tissus et organes et à générer une carte de référence du corps humain en bonne santé, ont déclaré les scientifiques.

Les cellules sont essentielles à la compréhension de toute la biologie de la santé et de la maladie, mais les scientifiques ne peuvent pas encore dire combien nous en avons, combien de types différents, ou comment elles diffèrent d’un organe à l’autre, déclare un chef de projet.

« L’initiative d’un atlas de cellules humaines est le début d’une nouvelle ère de la compréhension cellulaire », a déclaré Sarah Teichmann, chef de génétique cellulaire à l’Institut Sanger de Grande-Bretagne, aux journalistes.

« Nous allons découvrir de nouveaux types de cellules, trouver comment les cellules changent au fil du temps lors du développement et de la maladie et acquérir une meilleure compréhension de la biologie » dit-elle.

Le projet est actuellement dirigé par une équipe de la Broad Institute du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et de Harvard aux États-Unis et du Wellcome Trust Sanger Institute en Grande-Bretagne. Le plan est pour les équipes de recherche et les bailleurs de fonds du monde entier de collaborer.

En rendant l’atlas – essentiellement une vaste base de données de détails cellulaires – disponible gratuitement pour les scientifiques du monde entier, ils espèrent transformer la recherche par le développement humain et la progression des maladies comme l’asthme, la maladie d’Alzheimer et le cancer.

Le corps humain est fait de milliards de cellules – les unités fondamentales de la vie – qui se divisent, se développent et assument des fonctions distinctes dans l’embryon, aboutissant à différents types de cellules comme les cellules de la peau, les neurones ou les cellules adipeuses.

Jusque récemment, les connaissances scientifiques des cellules étaient limitées à ce qui peut être découvert en les observant au microscope ou en analysant génétiquement des centaines ou des milliers de cellules et de trouver leurs propriétés moyennes.

Mais les progrès technologiques dans un domaine connu comme la génomique unicellulaire signifient que les chercheurs peuvent maintenant séparer les cellules individuelles de différents tissus et organes, analyser leurs propriétés, mesurer et décrire quelles molécules sont produites dans chacune.

« Nous avons maintenant les outils nécessaires pour comprendre de quoi, nous sommes composés, ce qui nous permet d’apprendre comment fonctionne notre corps et de découvrir la façon dont tous ces éléments dysfonctionnent dans la maladie » a déclaré Aviv Regev du Broad Institute, qui travaille sur l’initiative.

« Nous croyons qu’une description réussie de toutes les cellules du corps humain en bonne santé aura un impact sur presque tous les aspects de la biologie et de la médecine dans les décennies à venir. »

Tom Heneghan, Reuters 14 octobre 2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :