Skip to content

Le monde post-humain selon subRosa

Les Éditions Intervention, Érudit
Ernestine Daubner Inter : art actuel, n° 94, 2006, p. 63-65
January 1, 2006

Le monde post-humain selon subRosa Érudit est un consortium inter-universitaire sans but lucratif composé de l’Université de Montréal, l’Université Laval et l’Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d’édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d’Érudit : erudit@umontreal.ca.

Qu’est-ce le corps ? Que veut dire « être humain » ? Ces questions, posées par les philosophes des Lumières, ont, à l’ère moderne, généré des développements importants des sciences et des technologies. Aujourd’hui, à l’âge des biotechnologies, de telles questions ont une tout autre résonance. À cet égard, les artistes et les théoriciens du posthumanisme sont à l’avant-garde et nous contraignent à une révision des conceptions antérieures du corps et de l’humain. Le groupe de praticiens cyber-féministes de bioart subRosa en est un exemple. S’éloignant de l’idée que l’art est une recherche esthétique, le groupe adopte les ambitions des artistes de l’avant-garde du siècle passé qui voulaient que l’art s’intègre à la praxis sociale. Cependant, les pratiques artistiques de subRosa sont basées sur des notions dites posthumanistes… Texte intégral PDF (848 ko)

 

%d blogueurs aiment cette page :